Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

Ce qui suit est tiré du chapitre 1 de Germany's War: The Origins, Aftermath and Atrocities of World War II de John Wear, publié en 2014, qui peut être lu en entier sur The Unz Review ou obtenu sur Amazon. Vous pouvez en savoir plus sur le travail de Wear dans son site Web.

Dans cette section, Wear décrit comment l'armée rouge était clairement en position offensive en 1941. Les Soviétiques avaient cessé de produire des armes défensives telles que des mines antipersonnel, des armes antichars et des canons anti-aériens. Ils avaient mis en place une infrastructure de transport sur leur frontière occidentale, ce qui n’aurait eu de sens que s’ils avaient l’intention d’attaquer. Leurs commandants avaient reçu des cartes des régions situées à l'ouest de la frontière soviétique.

Après avoir été capturé par les troupes allemandes, le fils de Staline a été interrogé au sujet d'une lettre retrouvée dans sa poche faisant référence à une "promenade vers Berlin", à propos de laquelle le prince soviétique a marmonné, "merde...".

Par John Wear − Le 20 novembre 2019 − Source Russia Insider

Après la division de la Pologne entre l’Union soviétique et l’Allemagne, les troupes soviétiques auraient pu créer une zone de défense puissante à la nouvelle frontière germano-soviétique. En 1939, les possibilités de défense le long de la frontière germano-soviétique étaient nombreuses : forêts, rivières, marécages, peu de routes et du temps devant soi. Cependant, au lieu de rendre la zone infranchissable, elle a rapidement été rendue plus pénétrable. L’Armée rouge a démoli des fortifications existantes et les a ensevelies sous des monceaux de terre. L’Union soviétique a également cessé de produire des canons antichars et antiaériens. Elle disposait d’une énorme production de mines terrestres qui aurait pu être utilisée pour la défense, mais après la création d’une nouvelle frontière avec l’Allemagne, cette production a été réduite. 1

612px-eastern_front_1941-06_to_1941-12
Attaque allemande sur l’URSS, 1941

Continuer la lecture de Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

  1. Suvorov, Viktor, The Chief Culprit: Stalin’s Grand Design to Start World War II, Annapolis, MD: Naval Institute Press, 2008, p. 162.

L’Occident n’a jamais réellement été l’ennemi du communisme soviétique


Par Jason Morgan – Le 15 novembre 2019 – Source Mises.org

Peu de gens se souviennent de lui aujourd’hui, pour des raisons qui devraient tous nous perturber, mais Vladimir Boukovski a été le héros d’un âge sombre dont l’exemple conforte la devise de Mises, tirée de L’Enéide : « Toi, ne cède pas au mal, mais combats-le toujours plus hardiment. » Souvent présenté dans la presse comme un « dissident soviétique », Boukovski était infiniment plus que cela. Il s’est mesuré au géant communiste dans sa totalité et a assez vécu pour le voir tomber… mais seulement pour voir certaines de ses parties se relever, affirme-t-il, et tout cela avec la complicité de l’Occident.

Continuer la lecture de L’Occident n’a jamais réellement été l’ennemi du communisme soviétique

Le pacte Molotov–Ribbentrop : 80 ans à se battre contre la Russie


Le 23 août 2019 − Source Oriental Review

https://orientalreview.org/wp-content/uploads/2019/08/Molotov-Ribbentrop-pact-380x280.jpg

Le débat sur le traité de non-agression entre l’Allemagne et l’URSS a été délibérément utilisé par l’Occident pour émettre divers griefs historiques, politiques, et même financiers envers la Russie, et jeter le discrédit sur les politiques étrangères et intérieures du pays. À cette fin, une suite de résolutions furent passées entre 2006 et 2009 par l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, par le Parlement Européen, et par l’assemblée parlementaire de l’OSCE. Dans ces résolutions, on voit les structures politiques de l’URSS des années 1930 et 1940 comparées au régime nazi en Allemagne, la responsabilité de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale est attribuée aux deux pays, et le jour de signature du traité — le 23 août 1939 — devient la journée européenne de commémoration des victimes du stalinisme et du nazisme.

Continuer la lecture de Le pacte Molotov–Ribbentrop : 80 ans à se battre contre la Russie

La Russie prépare ses armées à une grande guerre – l’importance d’une armée de blindés


Par Patrick Armstrong − Le 10 avril 2016 − Source patrickarmstrong.ca

Cet article comporte trois sections, de tailles inégales :

  1. Comment on assemble une armée
  2. Quelles informations on peut en tirer
  3. L’armée russe

Si vous savez déjà comment on assemble une armée, vous pouvez passer directement à la deuxième partie.

Continuer la lecture de La Russie prépare ses armées à une grande guerre – l’importance d’une armée de blindés

Poutine et la chose militaire : assez, juste assez


Par Patrick Armstrong − Le 29 juillet 2019 − Source Strategic Culture

Patrick ArmstrongEn 2017, Russia Today écrivait ceci :

Moscou ne s'engagera pas dans une course aux armements épuisante et les dépenses militaires du pays diminueront progressivement, la Russie ne cherchant pas à jouer un rôle de "gendarme mondial", a déclaré le président Vladimir Poutine. Moscou ne cherche pas à s’engager dans une nouvelle course aux armements "inutile", et s’en tiendra à des "décisions intelligentes" pour renforcer ses capacités de défense, a déclaré Poutine vendredi lors d’une réunion annuelle élargie du conseil d’administration du ministère de la Défense. "Le renseignement, les cerveaux, la discipline et l'organisation" doivent être les pierres angulaires de la doctrine militaire du pays, a déclaré le dirigeant russe. La dernière chose dont la Russie a besoin est d'une course aux armements qui «drainerait» son économie, et Moscou ne veut certainement pas cela, «dans aucun scénario» a souligné M. Poutine.

Continuer la lecture de Poutine et la chose militaire : assez, juste assez

La Pravda américaine. Quand Staline a failli conquérir l’Europe


Par Ron Unz – Le 4 juin 2018 – Source Unz Review


Pendant de nombreuses années, j’ai maintenu beaucoup trop d’abonnements à des magazines, plus de périodiques que je ne pouvais en lire ou même parcourir, si bien que la plupart des semaines, ils allaient directement au stockage, avec à peine plus qu’un coup d’œil sur la couverture. Mais de temps en temps, je parcourais l’un d’entre eux, curieux de savoir ce que j’avais l’habitude de manquer.
Continuer la lecture de La Pravda américaine. Quand Staline a failli conquérir l’Europe

Dans les premiers jours de la Deuxième guerre mondiale, la Grande-Bretagne et la France projetèrent de bombarder la Russie…


… Ce qui aurait sans doute définitivement changé le cours de la guerre.


Par Michael Peck – Le 6 mars 2017 – Source The National Interest

L’Allemagne nazie fut largement vaincue par l’URSS – mais pas uniquement par elle. Mais si l’Allemagne nazie et l’Union soviétique avaient été des alliées plutôt que des ennemies ? Et si l’Amérique, la Grande-Bretagne et leurs alliés avaient dû affronter l’immense Armée rouge soutenue par les prouesses militaires et la sophistication technologique de la Luftwaffe, des Panzers et des U-Boots ?

Continuer la lecture de Dans les premiers jours de la Deuxième guerre mondiale, la Grande-Bretagne et la France projetèrent de bombarder la Russie…

Les guerres étasuniennes contre les États profonds iranien et vénézuélien investissent la sphère publique


Par Andrew Korybko – Le 15 avril 2019 – Source orientalreview.org

andrew-korybko

La volonté étasunienne de démanteler le réseau d’influence iranien en Amérique latine au sens large – et au Venezuela en particulier – illustre son engagement à s’en prendre à la domination des « États profonds » qui lui résistent. Mais la nouveauté réside ailleurs : la croisade qui a été lancée auprès du grand public dans ce sens n’avait pas connu d’égale depuis l’ancienne guerre froide, sans parler de l’habillage rhétorique « anti-terroriste » et « anti-criminalité » qu’elle porte.

US-War-Against-Iran-Venezuela

Continuer la lecture de Les guerres étasuniennes contre les États profonds iranien et vénézuélien investissent la sphère publique

La séquence d’auto-destruction


Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 6 décembre 2018 – Source Club Orlov

Nous approchons de la fin 2018 avec un rythme accéléré d’articles et d’analyses annonçant la disparition des États-Unis en tant que superpuissance mondiale, leurs énormes problèmes politiques, économiques et sociaux et leur liste toujours plus longue d’échecs stratégiques et géopolitiques, trop évidents pour être ignorés. Il peut y avoir de nombreux points de vue possibles sur la suite, d’une descente graduelle ou progressive vers la dépression, le dysfonctionnement et l’insignifiance jusqu’à la catastrophe mondiale par le biais d’un anéantissement nucléaire, et il existe à peu près autant de façons de raisonner à ce sujet, sur la base de modèles macroéconomiques, de méthodes d’évaluation des risques, de croyances ardentes en la seconde venue du Christ ou sur de bonnes vieilles méthodes démodées de boules de cristal. Je voudrais proposer une autre méthode : le raisonnement par analogie. Cela m’a déjà été très utile.

Continuer la lecture de La séquence d’auto-destruction

Porochenko a tout faux : papa Bush, l’Ukraine et la réécriture de l’Histoire


2015-09-15_13h17_31-150x112Par Moon of Alabama – Le 1er décembre 2018

Au début de la semaine, Petro Porochenko, président de l’Ukraine, a tenté de provoquer une guerre avec la Russie afin de rester au pouvoir en annulant les prochaines élections.

Aujourd’hui, il tente de gagner les faveurs des États-Unis en faisant des remarques sur le décès de l’ancien président américain George H.W. Bush.

Continuer la lecture de Porochenko a tout faux : papa Bush, l’Ukraine et la réécriture de l’Histoire