Le grand reset : La voie occidentale vers la dékoulakisation


Par Ugo Bardi – Le 11 janvier 2021 – Source CassandraLegacy

Affiches de propagande soviétique promouvant la collectivisation de l’agriculture dans les années 1930

En bas à droite de l’affiche, on peut voir un petit homme s’opposer à la ligne des paysans en marche. Il est reconnaissable comme un « Koulak« , un des agriculteurs indépendants locaux qui ont été dépossédés et partiellement exterminés pour laisser la place à des fermes collectivisées, considérées comme plus efficaces. Il existe plusieurs similitudes entre la chute des Koulaks et l’actuel « Grand Reset » qui voit la destruction d’un certain nombre d’activités économiques, telles que le commerce de détail, considérées comme inefficaces par rapport au commerce électronique moderne.

Dans les années 1930, l’Union soviétique a procédé à la « dékoulakisation » (раскулачивание) de l’Ukraine. C’est le terme donné à la suppression des agriculteurs indépendants relativement riches (« koulaks »), pour les remplacer par des fermes collectives. Leurs propriétés ont été confisquées, beaucoup d’entre eux ont été déplacés dans des régions éloignées, et certains ont été exterminés. Nous ne connaissons pas les chiffres exacts, mais ils sont certainement de l’ordre de quelques millions de personnes. Le passage aux fermes collectives a peut-être été l’une des causes de la grande famine ukrainienne du début des années 1930, connue sous le nom de « Holodomor« .

Les raisons de la dékoulakisation sont multiples. Elles sont en partie liées à la croyance que les entreprises à grande échelle, planifiées de manière centralisée, sont le moyen le plus efficace d’organiser la production. Ensuite, les Koulaks étaient considérés comme un ennemi potentiel pour le gouvernement soviétique, alors que la région qu’ils occupaient était un atout stratégique en termes de production alimentaire à une époque où les famines étaient une arme de guerre efficace.

Mais ces considérations ne suffisent pas à expliquer pourquoi les Koulaks ont été si impitoyablement détruites en quelques années seulement. Il s’agissait plutôt d’un simple jeu de pouvoir : le gouvernement soviétique visait à contrôler tous les moyens de production de l’État. Il ne pouvait pas tolérer qu’une partie importante de l’économie, la production alimentaire en Ukraine, soit gérée de manière indépendante. Il est donc intervenu avec toute la puissance que l’appareil d’État pouvait rassembler.

La partie la plus intéressante de cette histoire est que le retrait/extermination n’était pas seulement le résultat de la puissance militaire du gouvernement soviétique. C’est un exemple précoce d’une campagne de diabolisation réussie basée sur la propagande. Les Koulaks étaient constamment présentés dans les médias comme des « ennemis du peuple » inefficaces et peu fiables. Une fois qu’il a été établi qu’un agriculteur indépendant était un ennemi du peuple, toute tentative de défense des Koulaks transformait automatiquement leurs défenseurs en ennemis du peuple. Ainsi, les Koulaks furent complètement dépassés, incapables d’organiser une quelconque résistance collective. Le mieux qu’ils aient pu faire était de résister passivement, par exemple en cachant de la nourriture plutôt qu’en la livrant aux autorités soviétiques. Bien sûr, la propagande a exploité cela pour renforcer le message qu’ils étaient, en effet, des ennemis du peuple. C’est ainsi que fonctionne la propagande.

À ce stade, je suppose que vous comprenez ce que je veux dire : la similitude de la situation actuelle avec la dékoulakisation d’il y a près d’un siècle. Cette fois-ci également, un secteur entier de l’économie (en fait plus d’un) est écrasé pour laisser la place à différentes entités économiques, considérées comme plus efficaces pour fournir les mêmes services : principalement la « nouvelle économie » des entreprises de la Silicon Valley. Ce changement est parfois appelé le « Grand Reset ». Un nom approprié qui pourrait également être appliqué à la dékoulakisation.

La première victime du « Grand Reset » est le commerce de détail. Partout, les magasins familiaux sont traités comme des Koulaks modernes, remplacés par les milices du commerce virtuel sous la bannière d’Amazon. Mais les franchises et les centres commerciaux ont également été durement touchés. Il est impressionnant de voir comment personne sur le terrain n’a osé s’opposer à la destruction de la source de leur subsistance – ils ont été accablés tout comme les Koulaks.

D’autres victimes attendent la hache : Les universités et les écoles vont être déficitaires, obsolètes face à la ruée vers l’e-learning. Les transports publics sont devenus quasiment inutiles avec le triomphe du travail virtuel et la peur de monter dans un bus bondé : ils seront remplacés par les voitures intelligentes et l’utilisation de logiciels d’IA. Le tourisme de masse et le transport aérien de masse sont déjà des reliques du passé, des ressources qui peuvent être économisées et utilisées à d’autres fins. Et le contrôle omniprésent de chacun progresse : aujourd’hui, tout comme à l’époque de l’Union soviétique, ceux qui contrôlent le message contrôlent tout. Par rapport à l’époque soviétique, l’effort de propagande moderne est similaire. La plupart de la propagande est basée sur la diabolisation de quelqu’un et, aujourd’hui, les cibles sont qualifiées de « négationistes » (autrefois « ennemis du peuple »).

Tout cela ne signifie pas que le Grand Reset a été planifié à l’avance, ni que le virus a été fabriqué exprès. Cela signifie simplement que les différents acteurs de la scène économique ont vu comment ils pouvaient obtenir un avantage en agissant d’une certaine manière, et c’est ce qu’ils ont fait. Ces grandes organisations ne planifient pas vraiment à l’avance, elles n’ont pas de « cerveau », mais – comme les amibes – elles se dirigent vers la nourriture dont elles ont besoin.

Bien sûr, les entreprises de la Silicon Valley de notre époque ne sont pas le gouvernement soviétique des années 1930. Mais il y a des similitudes. Les entreprises qui dominent la gestion de l’information sur le Web fonctionnent en grande partie à la manière soviétique : ce sont de grandes organisations pyramidales, souvent dominées par un leader charismatique (Zuckerberg, Gates, Bezos, etc.). En termes de taille et de style de planification, elles ne sont pas différentes du Commissariat populaire à l’agriculture (Народный комиссариат земледелия) (Narkomzem), créé en 1917, l’entité qui a procédé à la dékoulakisation. Et ils raisonnent principalement en termes d’équilibre des pouvoirs : ils n’aiment pas et ne tolèrent pas la concurrence.

La différence est que le Narkomzem faisait partie de l’État, alors que les entreprises de la Silicon Valley n’en font pas partie. Elles contrôlent de larges pans du gouvernement américain mais, dans l’ensemble, elles sont plus perçues comme des seigneurs féodaux. Vous pouvez les appeler les « Web Barons ».

La situation actuelle n’est pas sans rappeler celle du roi Jean d’Angleterre qui a signé la Grande Charte (Magna Carta) à Runnymede en 1215, sous la contrainte des barons anglais. À l’heure actuelle, le gouvernement américain semble être submergé par les barons du Web, un peu comme l’était le roi Jean d’Angleterre. Au moins, quand vous entendez que Twitter peut annuler le compte du président des États-Unis, alors vous comprenez qui est le patron.

Et nous voilà dans une situation classique de l’histoire : un gouvernement central contesté par des seigneurs féodaux. C’est typique du moment où un État commence sa descente vers l’effondrement, c’est ce qui se passe avec l’Empire d’Occident. Alors, que va-t-il se passer maintenant ? L’histoire peut-elle nous servir de guide ?

L’histoire, nous le savons, rime toujours, mais ne se répète jamais. Dans les années 1930, les Koulaks ont été détruits par des puissances supérieures et ce fut la fin de l’histoire. Aujourd’hui, la situation est beaucoup plus fluide.

D’une part, il n’y a pas une seule entité monolithique impliquée. Nous avons plusieurs barons qui ont temporairement trouvé un objectif commun, mais qui sont potentiellement en conflit les uns avec les autres. Ensuite, le gouvernement américain n’est pas encore si faible. Il contrôle encore (et est contrôlé par) l’armée, et c’est l’élément crucial qui peut changer beaucoup de choses.

On ne sait pas très bien ce que les militaires pensent de la situation actuelle. Ils n’ont probablement pas d’objections particulières à l’élimination du commerce de détail et d’autres activités économiques obsolètes. Mais ils comprennent aussi qui les paie : ils ne reçoivent pas leur argent des « Web Barons », mais du gouvernement. Et ils peuvent décider de faire quelque chose pour éviter d’emprunter le même chemin que les magasins de proximité. Quelques chars d’assaut devant le Capitole enverraient un message beaucoup plus clair aux « Web Barons » que celui transmis par un chaman à cornes et à moitié nu.

Si le gouvernement est soutenu par une force militaire crédible, il serait alors possible de réduire le pouvoir des monopoles du Web : Facebook, Google, Microsoft et les autres pourraient être nationalisés et/ou divisés en entités moins puissantes. D’autre part, rien n’empêche les Webs Barons de constituer leurs propres forces militaires. Situation fluide, en effet.

La seule chose sûre est que le déclin de l’Occident est en cours. Il n’y a pas grand-chose à faire pour y remédier.

Ugo Bardi

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le grand reset : La voie occidentale vers la dékoulakisation »

Les commentaires sont fermés.