Non, l’OTAN n’est pas prête à faire la guerre


Par Moon of Alabama – Le 30 juin 2022

J’ai bien ri en lisant cette absurdité :

L’OTAN va porter le nombre de soldats en état d’alerte à plus de 300 000 selon Stoltenberg

 

BRUXELLES (Reuters) – L’OTAN va multiplier par plus de sept le nombre de ses soldats en état d’alerte pour le porter à plus de 300 000, a déclaré lundi son secrétaire général, alors que les alliés se préparent à adopter une nouvelle stratégie décrivant Moscou comme une menace directe, quatre mois après le début de la guerre en Ukraine. …

 

Stoltenberg a déclaré que l’OTAN disposerait à l’avenir de « bien plus de 300 000 » soldats en état d’alerte, bien au-delà des 40 000 soldats qui constituent actuellement la force de réaction rapide de l’alliance, la Force de réaction de l’OTAN (NRF).

 

Ce nouveau groupement de force est censé remplacer la NRF et « fournir un plus grand réservoir de forces à haut niveau de préparation dans tous les domaines, terrestre, maritime, aérien et cybernétique, qui seront préaffectées à des plans spécifiques pour la défense des alliés« , a déclaré un responsable de l’OTAN.

Continuer la lecture

L’Empire va étendre l’OTAN en réponse à une guerre causée par l’expansion de l’OTAN


Par Caitlin Johnstone – Le 29 Juin 2022

Le président turc Erdoğan a officiellement retiré l’objection d’Ankara à l’ajout de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, les trois pays ayant signé un mémorandum trilatéral lors du sommet de l’OTAN à Madrid.

La levée de l’objection d’Erdoğan aurait été obtenue grâce à d’importantes concessions de la part des deux autres pays, largement destinées à faciliter le conflit en cours entre la Turquie et les factions kurdes régionales, et elle lève le dernier obstacle à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans le processus d’adhésion à l’OTAN. L’adhésion de la Finlande fera plus que doubler la taille de la frontière directe de l’OTAN avec la Russie, une préoccupation majeure de Moscou en matière de sécurité nationale.

Continuer la lecture

L’étau se resserre autour de la Chine


Par Alan Pukhaev – Le 13 juin 2022 – EurAsia Daily (En russe)

Ce n’est pratiquement plus un secret pour personne [en Russie, mais pas dans le monde occidental, NdT] que le grand jeu entamé par l’Occident dans le cadre de la confrontation géopolitique en cours poursuit des objectifs mondiaux. Le sort de l’ordre mondial est en jeu. Mais l’Occident, qui défend son hégémonie à sa manière habituelle, tente d’agir par procuration, en créant des problèmes dans le périmètre de ses ennemis géopolitiques – la Russie et la Chine.

Continuer la lecture

Le rêve des Néocons : Décoloniser la Russie, recoloniser la Chine


Par Moon of Alabama − Le 22 juin 2022

Le 26 mars, le président américain Joe Biden demandait un changement de régime en Russie :

S’exprimant à Varsovie, en Pologne, samedi, le président Biden a déclaré à propos du président russe Vladimir Poutine : « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir. »

La Maison Blanche s’est immédiatement empressée de revenir sur cet appel à un changement de régime et, le lendemain, Joe Biden lui-même démentait qu’il demandait un changement de régime :

Continuer la lecture

Une interview de Michael Hudson sur la future fracture mondiale

Par Yves Smith − Le 3 juin 2022 − Source Naked Capitalism

Professeur Hudson, votre nouveau livre « The Destiny of Civilization » est sorti. Cette série de conférences sur le capitalisme financier et la nouvelle guerre froide présente un aperçu de votre perspective géopolitique.

Vous parlez d’un conflit idéologique et matériel en cours entre des pays financiarisés et désindustrialisés comme les États-Unis et les économies mixtes que sont la Chine et la Russie. En quoi consiste ce conflit et pourquoi le monde se trouve-t-il actuellement à un « point de fracture » unique, comme le dit votre livre ?

La fracture mondiale d’aujourd’hui divise le monde entre deux philosophies économiques différentes : Dans l’Occident États-Unis/OTAN, le capitalisme financier a désindustrialisé les économies et a déplacé les processus de production vers l’Eurasie, surtout la Chine, l’Inde et d’autres pays asiatiques, travaillant conjointement avec la Russie qui fournit les matières premières de base et les armes.

Continuer la lecture

Ukraine. Les États-Unis se dirigent vers l’escalade


Par Moon of Alabama – Le 17 juin 2022

Les conséquences économiques catastrophiques de la guerre par procuration de « l’Occident » contre la Russie apparaissent. L’inflation élevée, causée par les contraintes de l’offre dues aux sanctions et à un excès de dépenses, va ruiner les classes moyennes de nombreux pays.

Pour ceux qui ne portaient pas d’œillères et qui connaissaient les économies réelles de l’« Occident » et de la Russie, cette situation était prévisible et prédite :

Continuer la lecture

Trudeau ment. Les patrouilles aériennes canadiennes près de la Chine ne sont pas sous « mission de l’ONU »


Par Moon of Alabama – Le 16 juin 2022

Le Canada ment en prétendant qu’il applique le droit international alors qu’en fait ses avions espionnent la Chine.

Le 2 juin, le quotidien canadien Globe & Mail rapportait l’interdiction par la Chine d’un avion de reconnaissance canadien :

L’armée canadienne accuse les avions de guerre chinois de harceler ses avions de patrouille en mission de sanction contre la Corée du Nord

 

L’armée canadienne a accusé les avions de guerre chinois de harceler ses avions de patrouille lorsqu’ils surveillent les tentatives de contournements des sanctions par la Corée du Nord, obligeant parfois les avions canadiens à dévier de leur trajectoire de vol.

 

À plusieurs reprises entre le 26 avril et le 26 mai, des avions de l’Armée de l’air de l’Armée populaire de libération (PLAAF) se sont approchés d’un avion de patrouille à long rayon d’action CP-140 Aurora de l’Aviation royale du Canada (ARC), ont déclaré les Forces armées canadiennes dans un communiqué mercredi.

 

De telles interactions sont préoccupantes et de plus en plus fréquentes, a déclaré l’armée canadienne, notant que les missions ont lieu pendant les opérations approuvées par les Nations Unies pour mettre en œuvre les sanctions contre la Corée du Nord.

 

Les aéronefs canadiens faisaient partie de l’opération NEON d’Ottawa, dans le cadre de laquelle des navires, des aéronefs et du personnel militaires sont déployés pour repérer en mer les cas présumés de contournement des sanctions, notamment les transferts de navire à navire de carburant et d’autres fournitures interdites par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

Les Nations unies ont-elles vraiment donné au Canada la mission ou même le droit d’identifier les évasions de sanctions en haute mer ou près de la Corée du Nord ? Je trouve cela étonnant.

Continuer la lecture

Comment la Russie pourrait déOTANiser l’Europe (et le fera-t-elle ?)


Par Moon of Alabama – le 6 juin 2022

Dans une vidéo publiée hier, Gonzalo Lira, actuellement en résidence surveillée à Karkov, pose une question très intéressante : Qu’arrivera-t-il à l’Europe quand la Russie gagnera ?

Lira affirme, et je suis d’accord avec lui, que la Russie gagnera la guerre en Ukraine, prendra le sud et l’est pour probablement créer un nouveau pays et laissera le reste du cadavre à la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Lituanie et d’autres pour qu’ils s’en régalent.

Mais alors ensuite ?

Continuer la lecture

Le sommet États-Unis-ANASE laisse Washington les mains vides


Par Salman Rafi Sheikh − Le 23 mai 2022 − Source New Eastern Outlook

Les pays de l’ANASE

Le sommet États-Unis-ANASE [Association des Nations d’Asie du Sud Est. Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Vietnam, Cambodge, Myanmar, Philippines, Laos, Brunei, Singapour, NdT] qui s’est tenu récemment à Washington était censé répondre à ce qu’un responsable de l’administration Biden a appelé la nécessité d’« intensifier notre stratégie [américaine] en Asie du Sud-Est » contre la Chine. La logique sous-jacente de cette politique d’engagement accru des États-Unis envers l’ANASE est un réalignement plus stratégique de la politique étrangère de cette dernière avec Washington à un moment où la recherche d’alliés par les États-Unis contre leurs concurrents stratégiques – la Russie et la Chine – est, depuis la fin de la guerre froide, à son apogée.

Continuer la lecture