L’histoire se répète… Washington et Londres ont envie d’une nouvelle guerre froide


Un éditorial de Strategic Culture – Le 7 mai 2021

Les États-Unis et leur « partenaire junior », la Grande-Bretagne, ont exprimé cette semaine leur désir de lancer une nouvelle guerre froide contre la Russie et la Chine – quoique subrepticement, et habillés d’un langage vertueux.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est entretenu avec son homologue britannique, Dominic Raab, avant le sommet des ministres des affaires étrangères du G7 qui s’est tenu à Londres cette semaine. Les deux diplomates ont appelé les pays du G7 et leurs partenaires à se serrer les coudes pour faire face à la Chine et à la Russie. À cette fin, des délégués de l’Australie, de l’Inde, de la Corée du Sud et de l’Afrique du Sud ont été invités à participer au sommet.

Nous devrions prendre un moment pour noter combien un tel appel est provocateur et gratuit, voire carrément criminel. La sécurité mondiale est en train de devenir le jouet de la politique occidentale.

Continuer la lecture de L’histoire se répète… Washington et Londres ont envie d’une nouvelle guerre froide

La tactique de Biden contre la Russie et la Chine consiste à menacer d’une guerre ET à demander de coopérer. Elle échouera.


Moon of Alabama – Le 17 avril 2021

La politique de l’administration Biden vis-à-vis de la Russie et de la Chine est délirante. Elle pense pouvoir faire pression sur ces pays tout en réussissant à leur demander de coopérer. Elle surestime la position des États-Unis et présuppose donc que la Chine et la Russie sont beaucoup plus faibles qu’elles ne le sont en réalité.

Sa politique est également pleine de projection. Les États-Unis accusent les deux pays de vouloir créer un empire, de vouloir annexer davantage de terres et de violer les droits de l’homme. Mais les États-Unis sont les seuls à avoir des aspirations d’expansion. Ni la Chine ni la Russie ne sont intéressées par la gestion d’un empire. Elles n’ont aucun intérêt à implanter des bases militaires dans le monde entier. Bien que toutes deux aient des conflits frontaliers marginaux, elles ne veulent pas acquérir davantage de terres. Et tandis que les États-Unis critiquent ces deux pays pour de prétendus problèmes de droits de l’homme, ils affament des populations entières (Yémen, Syrie, Venezuela) par la violence et les sanctions économiques.

Continuer la lecture de La tactique de Biden contre la Russie et la Chine consiste à menacer d’une guerre ET à demander de coopérer. Elle échouera.

Les néoconservateurs exigent une plus grande ingérence en Afghanistan


Par Moon of Alabama – Le 14 avril 2021

L’esprit tordu de l’avant-garde impériale américaine est bien exprimé dans un article d’Eliot A. Cohen, doyen de la School of Advanced International Studies de l’Université Johns Hopkins.

A propos de la sortie des Etats-Unis d’Afghanistan, Cohen écrit :

Ce n'est pas la fin de la guerre ; c'est simplement la fin de sa phase américaine directe. La guerre a commencé il y a plus de quatre décennies, avec l'invasion soviétique de l'Afghanistan, et sa première phase américaine, dans les années 1980, a été marquée par une intervention indirecte des États-Unis en faveur des moudjahidines antisoviétiques. La guerre durera certainement bien au-delà de la sortie américaine. Il n'y aura pas de partage du pouvoir, pas de réconciliation, pas de paix des braves.

Continuer la lecture de Les néoconservateurs exigent une plus grande ingérence en Afghanistan

Finalement, Biden a téléphoné au « tueur »


Par The Saker – Le 13 avril 2021 – Source The Saker’s Blog

La grande nouvelle du jour est que Biden a décidé d’appeler Poutine. Voici comment les Russes ont rapporté l’événement :

Continuer la lecture de Finalement, Biden a téléphoné au « tueur »

Bruits de bottes en Ukraine


Par The Saker − Le 2 avril 2021 − Source The Saker Blog

Chers amis,

La situation en Ukraine s’aggrave très rapidement et de nombreux signes indiquent que tout le monde se prépare à une sorte de crise.  J’attire votre attention sur le blog d’Andrei Martyanov et, plus particulièrement, sur son article [Traduit à la suite de celui-ci, NdT]. Je vous renvoie également à cet article récent sur Zero Hedge.

Jusqu’à présent, voici les évènements clés :

Continuer la lecture de Bruits de bottes en Ukraine

Etats-Unis/Otan contre Russie/Chine. Le début d’une guerre hybride à mort


Par Pepe Escobar – Le 27 mars 2021 – Source The Saker Blog

Commençons par le coté comique de cette histoire : le « leader du monde libre » [Biden, Ndt] s’est engagé à empêcher la Chine de devenir la nation « leader » de la planète. Signe qu’il est prêt à remplir une mission aussi exceptionnelle, son « espoir » est de se représenter à la présidence en 2024. Et pas sous la forme d’un hologramme, mais avec la même colistière.

Maintenant que le « monde libre » a poussé un soupir de soulagement, revenons aux choses sérieuses, aux aspects géopolitiques d’un 21e siècle très « shocked and awed ».

Continuer la lecture de Etats-Unis/Otan contre Russie/Chine. Le début d’une guerre hybride à mort

La promesse de Biden de « ne rien changer fondamentalement » s’étend à sa politique étrangère


Par Moon of Alabama – Le 4 mars 2021

« L’Amérique est de retour », a déclaré Joe Biden, ce qui n’a amusé personne. Mais le monde a changé après quatre ans de Trump et qu’une pandémie a bouleversé le monde. La position des États-Unis dans ce monde et le rôle qu’ils y jouent ont donc également changé. Prétendre être de retour sans s’adapter à la nouvelle situation promet un échec.

En tant que candidat, Joe Biden a promis qu’il n’y aurait pas de changement.

Joe Biden aux riches donateurs : « Rien ne changera fondamentalement » s’il est élu

Continuer la lecture de La promesse de Biden de « ne rien changer fondamentalement » s’étend à sa politique étrangère

La « transition » des élites


Alastair Crooke tente de démêler l’écheveau des courants politiques qui déchirent le tissu social états-unien et d’en présager l’évolution possible.


Par Alastair Crooke – Le 22 février 2021 – Source Strategic Culture

Le député Jamie Raskin a conclu l’affaire de la mise en accusation de Donald Trump en citant un passage de Tom Paine, datant de 1776 : « La tyrannie, comme l’enfer, n’est pas facile à vaincre, mais nous avons cette consolation salvatrice : plus la lutte est difficile, plus glorieuse, en fin de compte, sera notre victoire ». La lumière et l’obscurité, le bien et le mal. C’est ainsi que l’essence de ce « procès spectacle » est révélée. Il s’agit d’un théâtre extravagant qui touche au manichéen en utilisant des clips télévisés montés pour présenter un drame composé, d’une part, de légitimité et de pouvoir, et d’autre part, de Trump et de ses partisans présentés comme des « ennemis », mais aussi comme des « tyrans sortis de l’enfer ».

La question est finalement la suivante : Ce procès a-t-il atteint son but ? Le « coupable » a-t-il été intimidé par cette majestueuse dramaturgie que fut ce procès spectacle et craint-il un futur Patriot Act domestique ? Ce procès a-t-il garanti une longue période de règne pour un parti unique ?

Continuer la lecture de La « transition » des élites

De la surdité culturelle qui caractérise l’Occident


Les élites en viennent à croire leur propre récit – oubliant que celui-ci n’a été conçu que pour être une illusion faite pour capter l’imagination de leur population.


Par Alastair Crooke – Le 15 février 2021 – Source Strategic Culture

Pat Buchanan a absolument raison : lorsqu’il s’agit d’insurrections, l’histoire dépend de celui qui écrit le récit. En général, c’est la classe oligarchique qui s’en charge (si elle finit par l’emporter). Pourtant, je me souviens d’un certain nombre de personne étiquetées « terroristes » qui sont finalement devenus des « hommes d’État » très connus. Ainsi tourne la roue de l’histoire, comme elle le fait encore.

Bien entendu, le fait de fixer un récit – une réalité incontestable, qui est perçue comme trop sûre, trop investie pour échouer – ne signifie pas qu’il n’est pas contesté. Il existe une vieille expression britannique qui décrit bien cette remise en question (silencieuse) du « récit » alors dominant (en Irlande et en Inde, entre autres). Elle était connue sous le nom d' »insolence muette ». Lorsque les actes individuels de rébellion étaient inutiles et trop coûteux sur le plan personnel, un silencieux et amère dédain, qui en disait long, exprimait cette « insolence muette » pour leurs « seigneurs et maîtres ». Elle rendait la classe dirigeante britannique furieuse car elle lui rappelait quotidiennement son déficit de légitimité. Gandhi a mené cette expression à son plus haut niveau. Et c’est finalement son récit qui est resté le plus mémorable dans l’histoire.

Continuer la lecture de De la surdité culturelle qui caractérise l’Occident

Le Pentagone a encore de beaux jours devant lui …


… tous les voyants sont au vert pour le complexe militaro-industriel alors que le président Biden oriente sa politique étrangère agressive vers des écueils dangereux


Par Brian Cloughley − Le 2 février 2021 − Source Strategic Culture

Le Washington Post a écrit joyeusement à la une qu’à la suite de l’appel téléphonique Biden-Poutine le 26 janvier, « La relation Biden-Poutine est déjà dans les choux ». Il n’est pas surprenant que le Post, profondément russophobe, adopte une approche entièrement négative des relations américano-russes, quels qu’en soient les signaux, mais ses reportages sur cet appel téléphonique ont dû illuminer les visages dans les bureaux à Washington et aux alentours, du Pentagone au bureau de Boeing à Arlington, en passant par Raytheon dans Pennsylvania Avenue, Lockheed Martin à Bethesda, Northrop à Falls Church et tous les autres membres du complexe militaro-industriel qui voient se profiler encore plus de profits.

Un hélicoptère MH-60S Sea Hawk effectue des vérifications des commandes de vol sur  le porte-avions de la marine américaine USS Nimitz dans l’océan Indien le 25 novembre 2020. Elliot Schaudt / Document via REUTERS.

Continuer la lecture de Le Pentagone a encore de beaux jours devant lui …