Notre dette envers les héros de Stalingrad


Par Martin Sieff − Le 31 janvier 2020 − Source Strategic Culture

s258Le 2 février marquera le 75ème anniversaire de la fin de la bataille la plus grande, la plus longue et la plus sanglante de l’histoire de l’humanité : ce fut une lutte qui détruisit le fer de lance auparavant invincible de la machine de guerre nazie qui avait conquis toute l’Europe en seulement trois ans et semblait sur le point de conquérir le monde. Pourtant, incroyablement, jusqu’à présent, l’ensemble des médias occidentaux, en particulier aux États-Unis, l’ont complètement ignorée.

sieff-930x520

Continuer la lecture de Notre dette envers les héros de Stalingrad

La réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale est un sinistre prélude


ZPpZy5Xw5gygtCM6JTsJ59R-GhMÉditorial du 31 janvier 2020 − Source Strategic Culture

Il est étonnant et profondément troublant que soixante-quinze ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire de cet événement soit réécrite sous nos yeux.

 

editorial3-930x520

Continuer la lecture de La réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale est un sinistre prélude

L’Iran, le pétrole et la guerre : la fin de la doctrine Carter ?


Par Ugo Bardi – Le 11 janvier 2020 – Source CassandraLegacy

Le « corridor pétrolier », où se trouvent les plus grandes ressources pétrolières du monde.

Il a été généré par des événements qui ont eu lieu pendant la période jurassique. Ces événements ne peuvent pas être affectés par la politique, mais ils peuvent affecter la politique.

Pendant un certain temps, la situation de l’impasse entre les États-Unis et l’Iran a ressemblé à une scène d’un vieux western : deux hommes armés et ivres se faisant face dans un saloon. Heureusement, les choses se sont calmées et, pour cette fois, il semble qu’aucune guerre contre l’Iran ne soit en vue, du moins à court terme. Peut-être avons-nous eu de la chance, peut-être qu’une divinité bienveillante s’est occupée de la situation, ou peut-être y a-t-il une logique dans ces événements.

Continuer la lecture de L’Iran, le pétrole et la guerre : la fin de la doctrine Carter ?

L’effondrement de l’Empire d’Occident moderne. Quel avenir pour l’humanité ?


Par Ugo Bardi – Le 30 décembre 2019 – Source CassandraLegacy

Ces notes ne sont pas censées dénigrer ni exalter une entité dont l’histoire remonte à au moins deux millénaires. Comme tous les Empires, passés et présents, l’Empire Mondial Moderne a traversé la parabole de sa croissance et de sa gloire et il commence maintenant son déclin. Il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire à ce sujet, nous devons accepter que c’est ainsi que l’univers fonctionne. Sur ce sujet, voir aussi un de mes précédents billets « Pourquoi l’Europe a conquis le monde ?« .

Continuer la lecture de L’effondrement de l’Empire d’Occident moderne. Quel avenir pour l’humanité ?

1914-18 : les conséquences économiques de la paix, cent ans plus tard


Par Edward W. Fuller − Le 12 décembre 2019 − Source Mises Institute

external-content.duckduckgoNous sommes au centenaire de la publication du livre de John Maynard Keynes « Les conséquences économiques de la paix ». Cet ouvrage a été décrit comme « l’un des livres les plus influents du XXe siècle » 1. Il a fait de Keynes l’économiste le plus célèbre du monde, et il a été à l’origine de son influence massive sur l’économie du XXe siècle. Beaucoup des critiques les plus durs de Keynes le considèrent comme son seul bon livre. Cependant, on peut affirmer que « Les conséquences économiques de la paix » est son pire ouvrage. A l’occasion de son centenaire, il convient de réévaluer l’œuvre et son influence.

Continuer la lecture de 1914-18 : les conséquences économiques de la paix, cent ans plus tard

  1. Robert Skidelsky, John Maynard Keynes: Hopes Betrayed (New York: Viking, 1983), p. 384.

La trêve de Noël de la Première Guerre mondiale


Par Will Grigg − Le 21 décembre 2019 − Source The Libertarian Institute

Pendant une période tragiquement courte, l’Esprit du Prince de la paix a étouffé les exigences meurtrières de l’État.

Screen-Shot-2019-12-21-at-8.17.06-AMEn août 1914, les grandes puissances européennes se sont lancées dans la guerre avec une joyeuse insouciance. L’Allemagne, une puissance montante aux vastes ambitions, a écrasé la Belgique, cherchant à mater la France rapidement avant que la Russie ne puisse se mobiliser, évitant ainsi la perspective d’une guerre sur deux fronts. Des milliers de jeunes Allemands, anticipant un conflit de six semaines, sont montés à bord des trains de troupes chantant le refrain optimiste : «Ausflug nach Paris. Auf Widersehen auf dem Boulevard.» : «Excursion à Paris. A bientôt sur le Boulevard. »

Continuer la lecture de La trêve de Noël de la Première Guerre mondiale

L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ?


Question posée à l’Europe du XXIe siècle…

Un nouvel ouvrage électronique de Michel J. Cuny vient bouleverser l’historiographie contemporaine


Par Christine Cuny − Janvier 2020

À la lumière des éléments historiques que Michel J. Cuny nous fournit, en s’appuyant sur des analyses économiques contemporaines produites par Olivier Passet et Alexandre Mirlicourtois, nous découvrons que cette Europe qui, pour recueillir leurs suffrages, aura été présentée aux peuples européens comme une institution garantissant des relations de solidarité entre ses États membres, n’est, en réalité, que « l’instrument des puissants de ce monde, c’est-à-dire de tout ce qui doit régner au-dessus des peuples, et tout spécialement pour mettre au pas les classes travailleuses ». 1

Continuer la lecture de L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ?

  1. Michel J. Cuny, L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale, Éditions Paroles Vives 2019, page 232.

Sisley Huddleston – France, les années tragiques – 1939-1947


Par José Martí − Source le Saker Francophone

On vous propose France – Les années tragiques : 1939-1947, un ouvrage écrit en 1953 par Sisley Hudleston, un journaliste britannique de premier plan, qui vécut toute la seconde guerre en France, où il avait élu domicile.

C’est un témoignage de première main, de la part d’un homme aux idées bien arrêtées mais que nul ne pourra taxer d’extrémiste, à la fois proche des événements, et les considérant d’un angle résolument objectif.

Le nombre d’occurrences pour Huddleston dans The Atlantic Monthly, The Nation, et The New Republic, en plus de ses trente livres tout à fait réputés sur la France, semblent confirmer qu’il a été durant des décennies l’un des principaux spécialistes de la France pour les lecteurs de journaux américains et britanniques instruits. Son entretien exclusif avec le Premier ministre britannique Lloyd George à la Conférence de la paix de Paris devint par exemple en 1919 un scoop international. Comme beaucoup d’autres écrivains, après la Seconde guerre mondiale, son éditeur américain devint par nécessité Devin-Adair, qui publia une édition posthume de son livre en 1955.

Continuer la lecture de Sisley Huddleston – France, les années tragiques – 1939-1947

La Belgique : le laboratoire du fédéralisme 1/2


Par Vladislav B. SOTIROVIĆ − Le 29 novembre 2019 − Source orientalreview.org

La Belgique constitue le centre politique de l’Union européenne (l’UE) et de l’OTAN, et figure parmi les 6 pays de l’UE ayant établi au départ le marché unique européen 1. La question du fédéralisme multiculturel belge est d’une importance essentielle pour le processus futur de l’intégration ou de la désintégration européenne à venir.

Continuer la lecture de La Belgique : le laboratoire du fédéralisme 1/2

  1. Le marché unique européen fut établi comme noyau en 1957, par le traité de Rome, qui institua le cadre pour la communauté économique européenne (CEE), un marché commun et une union douanière entre les six États fondateurs : la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Allemagne de l’Ouest. Plus d’information dans l’ouvrage écrit par Dennis Swann (ed.): The Single European Market and Beyond : A Study of the Wider Implications of the Single European Act, London−New York: Routledge, 1992 – Le marché unique européen et ce qui s’ensuit : une étude des implications élargies de l’acte unique européen

Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

Ce qui suit est tiré du chapitre 1 de Germany's War: The Origins, Aftermath and Atrocities of World War II de John Wear, publié en 2014, qui peut être lu en entier sur The Unz Review ou obtenu sur Amazon. Vous pouvez en savoir plus sur le travail de Wear dans son site Web.

Dans cette section, Wear décrit comment l'armée rouge était clairement en position offensive en 1941. Les Soviétiques avaient cessé de produire des armes défensives telles que des mines antipersonnel, des armes antichars et des canons anti-aériens. Ils avaient mis en place une infrastructure de transport sur leur frontière occidentale, ce qui n’aurait eu de sens que s’ils avaient l’intention d’attaquer. Leurs commandants avaient reçu des cartes des régions situées à l'ouest de la frontière soviétique.

Après avoir été capturé par les troupes allemandes, le fils de Staline a été interrogé au sujet d'une lettre retrouvée dans sa poche faisant référence à une "promenade vers Berlin", à propos de laquelle le prince soviétique a marmonné, "merde...".

Par John Wear − Le 20 novembre 2019 − Source Russia Insider

Après la division de la Pologne entre l’Union soviétique et l’Allemagne, les troupes soviétiques auraient pu créer une zone de défense puissante à la nouvelle frontière germano-soviétique. En 1939, les possibilités de défense le long de la frontière germano-soviétique étaient nombreuses : forêts, rivières, marécages, peu de routes et du temps devant soi. Cependant, au lieu de rendre la zone infranchissable, elle a rapidement été rendue plus pénétrable. L’Armée rouge a démoli des fortifications existantes et les a ensevelies sous des monceaux de terre. L’Union soviétique a également cessé de produire des canons antichars et antiaériens. Elle disposait d’une énorme production de mines terrestres qui aurait pu être utilisée pour la défense, mais après la création d’une nouvelle frontière avec l’Allemagne, cette production a été réduite. 1

612px-eastern_front_1941-06_to_1941-12
Attaque allemande sur l’URSS, 1941

Continuer la lecture de Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

  1. Suvorov, Viktor, The Chief Culprit: Stalin’s Grand Design to Start World War II, Annapolis, MD: Naval Institute Press, 2008, p. 162.