Notre dette envers les héros de Stalingrad


Par Martin Sieff − Le 31 janvier 2020 − Source Strategic Culture

s258Le 2 février marquera le 75ème anniversaire de la fin de la bataille la plus grande, la plus longue et la plus sanglante de l’histoire de l’humanité : ce fut une lutte qui détruisit le fer de lance auparavant invincible de la machine de guerre nazie qui avait conquis toute l’Europe en seulement trois ans et semblait sur le point de conquérir le monde. Pourtant, incroyablement, jusqu’à présent, l’ensemble des médias occidentaux, en particulier aux États-Unis, l’ont complètement ignorée.

sieff-930x520

Continuer la lecture de Notre dette envers les héros de Stalingrad

La réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale est un sinistre prélude


ZPpZy5Xw5gygtCM6JTsJ59R-GhMÉditorial du 31 janvier 2020 − Source Strategic Culture

Il est étonnant et profondément troublant que soixante-quinze ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire de cet événement soit réécrite sous nos yeux.

 

editorial3-930x520

Continuer la lecture de La réécriture de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale est un sinistre prélude

1914-18 : les conséquences économiques de la paix, cent ans plus tard


Par Edward W. Fuller − Le 12 décembre 2019 − Source Mises Institute

external-content.duckduckgoNous sommes au centenaire de la publication du livre de John Maynard Keynes « Les conséquences économiques de la paix ». Cet ouvrage a été décrit comme « l’un des livres les plus influents du XXe siècle » 1. Il a fait de Keynes l’économiste le plus célèbre du monde, et il a été à l’origine de son influence massive sur l’économie du XXe siècle. Beaucoup des critiques les plus durs de Keynes le considèrent comme son seul bon livre. Cependant, on peut affirmer que « Les conséquences économiques de la paix » est son pire ouvrage. A l’occasion de son centenaire, il convient de réévaluer l’œuvre et son influence.

Continuer la lecture de 1914-18 : les conséquences économiques de la paix, cent ans plus tard

  1. Robert Skidelsky, John Maynard Keynes: Hopes Betrayed (New York: Viking, 1983), p. 384.

Sisley Huddleston – France, les années tragiques – 1939-1947


Par José Martí − Source le Saker Francophone

On vous propose France – Les années tragiques : 1939-1947, un ouvrage écrit en 1953 par Sisley Hudleston, un journaliste britannique de premier plan, qui vécut toute la seconde guerre en France, où il avait élu domicile.

C’est un témoignage de première main, de la part d’un homme aux idées bien arrêtées mais que nul ne pourra taxer d’extrémiste, à la fois proche des événements, et les considérant d’un angle résolument objectif.

Le nombre d’occurrences pour Huddleston dans The Atlantic Monthly, The Nation, et The New Republic, en plus de ses trente livres tout à fait réputés sur la France, semblent confirmer qu’il a été durant des décennies l’un des principaux spécialistes de la France pour les lecteurs de journaux américains et britanniques instruits. Son entretien exclusif avec le Premier ministre britannique Lloyd George à la Conférence de la paix de Paris devint par exemple en 1919 un scoop international. Comme beaucoup d’autres écrivains, après la Seconde guerre mondiale, son éditeur américain devint par nécessité Devin-Adair, qui publia une édition posthume de son livre en 1955.

Continuer la lecture de Sisley Huddleston – France, les années tragiques – 1939-1947

Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

Ce qui suit est tiré du chapitre 1 de Germany's War: The Origins, Aftermath and Atrocities of World War II de John Wear, publié en 2014, qui peut être lu en entier sur The Unz Review ou obtenu sur Amazon. Vous pouvez en savoir plus sur le travail de Wear dans son site Web.

Dans cette section, Wear décrit comment l'armée rouge était clairement en position offensive en 1941. Les Soviétiques avaient cessé de produire des armes défensives telles que des mines antipersonnel, des armes antichars et des canons anti-aériens. Ils avaient mis en place une infrastructure de transport sur leur frontière occidentale, ce qui n’aurait eu de sens que s’ils avaient l’intention d’attaquer. Leurs commandants avaient reçu des cartes des régions situées à l'ouest de la frontière soviétique.

Après avoir été capturé par les troupes allemandes, le fils de Staline a été interrogé au sujet d'une lettre retrouvée dans sa poche faisant référence à une "promenade vers Berlin", à propos de laquelle le prince soviétique a marmonné, "merde...".

Par John Wear − Le 20 novembre 2019 − Source Russia Insider

Après la division de la Pologne entre l’Union soviétique et l’Allemagne, les troupes soviétiques auraient pu créer une zone de défense puissante à la nouvelle frontière germano-soviétique. En 1939, les possibilités de défense le long de la frontière germano-soviétique étaient nombreuses : forêts, rivières, marécages, peu de routes et du temps devant soi. Cependant, au lieu de rendre la zone infranchissable, elle a rapidement été rendue plus pénétrable. L’Armée rouge a démoli des fortifications existantes et les a ensevelies sous des monceaux de terre. L’Union soviétique a également cessé de produire des canons antichars et antiaériens. Elle disposait d’une énorme production de mines terrestres qui aurait pu être utilisée pour la défense, mais après la création d’une nouvelle frontière avec l’Allemagne, cette production a été réduite. 1

612px-eastern_front_1941-06_to_1941-12
Attaque allemande sur l’URSS, 1941

Continuer la lecture de Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

  1. Suvorov, Viktor, The Chief Culprit: Stalin’s Grand Design to Start World War II, Annapolis, MD: Naval Institute Press, 2008, p. 162.

Les purges oubliées des médias pendant la Grande Dépression


Par Steve Penfield – Le 27 octobre 2019 – Source Unz.com

Le républicain Hoover institua le bouclier fédéral de radiodiffusion en 1927. C’est Roosevelt qui en fit une arme en 1934, et les Démocrates ne l’ont jamais abandonné depuis. On pourrait examiner les obstacles complexes dressés par la FCC contre le débat public pour ce qu’ils sont : une taxe sur la liberté d’expression.

Parade militaire à la fin de la 1ère GM en mars 1919 : Al Smith , gouverneur de New York (à gauche) ; Bill Hearst (au centre) ; Franklin Roosevelt (à droite)

Continuer la lecture de Les purges oubliées des médias pendant la Grande Dépression

Comment écraser une dictature de banquiers ? La leçon de 1933


Par Matthew Ehret − Le 8 novembre 2019 − Source Strategic Culture

Ehert03-175x230Les médias occidentaux ont été frappés par des annonces d’« Armageddon financier » et par la nécessité d’une « devise synthétique hégémonique mondiale » pour remplacer le dollar en chute libre dans le cadre d’un nouveau système de finance « verte ». Ces déclarations ont été faites respectivement par les gouverneurs actuels de la Banque d’Angleterre, Mark Carney et Mervyn King, et ne doivent pas être ignorées, car le monde se trouve à l’apogée de la plus grande bulle financière de l’histoire de l’humanité, rappelant celle de 1929 déclenchée par le « Black Friday » aux États-Unis entraînant une grande dépression à travers l’Europe et l’Amérique.

ehret-1-930x520
© Photo: Wikimedia

Continuer la lecture de Comment écraser une dictature de banquiers ? La leçon de 1933

Roosevelt a conspiré pour déclencher la Seconde Guerre mondiale en Europe


Nous avons promu leur dieu vengeur… Mais c’était contre nous.


Par John Wear – Le 26 janvier 2019 – Source Unz Review

http://www.unz.com/wp-content/uploads/2019/04/shutterstock_249573640-600x383.jpg

Les historiens de l’establishment prétendent que le président américain Franklin D. Roosevelt n’a jamais voulu la guerre et a fait tous les efforts raisonnables pour empêcher la guerre. Cet article montrera que contrairement à ce que prétendent les historiens de l’establishment, Franklin Roosevelt et son administration voulaient la guerre et ont tout fait pour provoquer la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Continuer la lecture de Roosevelt a conspiré pour déclencher la Seconde Guerre mondiale en Europe

La Pravda américaine. Comprendre la Seconde Guerre mondiale


Par Ron Unz – Le 23 septembre 2019 – Source Unz Review

À la fin 2006, Scott McConnell, rédacteur en chef de The American Conservative (TAC), m’a contacté pour me dire que, faute d’une importante injection financières, son petit magazine allait devoir fermer ses portes. J’étais en bons termes avec McConnell depuis environ 1999, et j’ai beaucoup apprécié le fait que lui et ses co-fondateurs du TAC aient été un point focal d’opposition à la politique étrangère calamiteuse de l’Amérique du début des années 2000.

Dans la foulée du 11 septembre 2001, les Néo-cons centrés sur Israël avaient plus ou moins réussi à prendre le contrôle de l’administration Bush tout en prenant le contrôle des principaux médias américains, purgeant ou intimidant la plupart de leurs critiques. Bien que Saddam Hussein n’ait manifestement aucun lien avec les attaques, son statut de rival régional possible d’Israël l’avait désigné comme leur principale cible, et ils ont rapidement commencé à battre les tambours de la guerre, les États-Unis lançant finalement leur invasion désastreuse en mars 2003.

Continuer la lecture de La Pravda américaine. Comprendre la Seconde Guerre mondiale

Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle


 

Par José Martí – Source le Saker Francophone

Ce livre est disponible comme ebook (pdf), mais peut également depuis février 2020 être acheté au format papier sur le site Bookelis.

Nous publions ici notre traduction du livre de Russell Grenfell, paru en 1953, sous le titre « Haine Inconditionnelle« . L’ouvrage traite de géopolitique de l’Europe du XIXème – XXème siècle, et (surtout) analyse les grossières erreurs politiques britanniques ayant entraîné le Royaume-Uni dans les guerres mondiales. Ce livre est décapant, rafraîchissant, et très instructif.

60 années après sa parution, cet excellent ouvrage n’a manifestement pas vieilli. Au contraire, on trouve qu’il éclaire d’un jour tout à fait intéressant les guerres d’ingérence occidentales récentes, par exemple au Moyen-Orient. Le style a le caractère incisif britannique et contribue à soutenir les arguments, déjà très percutants, défendus par le capitaine Grenfell, ce qui ne gâche rien.

Le contenu est une remise en forme de notre traduction déjà publiée en ligne.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF