Les drones et la guerre humanitaire


Comment les États-Unis ont abandonné la paix et réinventé la guerre


Par Priya Satia – Le 3 décembre 2021 – Source LARB

Le roman « Guerre et Paix » de Léon TOLSTOÏ (1869) est une méditation sur l’histoire, et il se déroule pendant une guerre. L’un des héros du roman, le prince Andrei, qualifie la guerre de « terrible nécessité« , faisant écho à la croyance des Lumières dans le rôle essentiel de la guerre dans le déroulement de l’histoire. Tolstoï, cependant, rejette l’hypothèse du libéralisme selon laquelle « il existe un but vers lequel » l’histoire se dirige, à savoir « le bien-être de la nation française, allemande, anglaise, ou […] la civilisation de toute l’humanité, c’est-à-dire le bien être des peuples qui occupent le petit coin nord-ouest d’un grand continent« . Cette croyance, percevait-il, libérait de toute « responsabilité morale » ceux qui se livraient à des « crimes collectifs » au nom du « patriotisme » ou de la « civilisation« , des justifications qui manquaient « de sens général et étaient contradictoires« . » Tolstoï reconnaissait, en d’autres termes, le péril moral de l’empire libéral, qui insistait sur le fait que la propagation providentielle de la civilisation européenne occidentale pouvait nécessiter certaines destructions en cours de route. En effet, la « Pax Britannica » de son époque était une ère de guerre sans fin. Finalement, il s’est tourné vers le pacifisme comme corollaire de l’anticolonialisme, encourageant le jeune Mohandas Gandhi à résister à la domination britannique par la non-violence.

Comprendre le rôle intégral de la guerre sans fin pour l’empire libéral est crucial pour saisir ce qui est et n’est pas nouveau dans la guerre aujourd’hui. Retraçant la tension, depuis l’époque de Tolstoï, entre le mouvement américain visant à mettre fin à la guerre et les efforts déployés pour la rendre moins brutale, le nouveau livre de Samuel Moyn, Humane : How the United States Abandoned Peace and Reinvented War, soutient qu’avec l’avènement des drones, la seconde a vaincu la première, inaugurant une ère de guerre humanitaire sans fin, déguisée en une sorte de maintien de l’ordre. Moyn a raison d’attirer notre attention sur la guerre sans fin et sur le rôle des drones dans la suppression du sentiment anti-guerre, mais il se méprend sur la manière dont cela se déroule.

Continuer la lecture

Sur le rôle et l’importance des PSYOPs dans l’OMS


Par The Saker – Le 12 septembre 2022 – Source The Saker’s Blog

Introduction : le proverbial « brouillard de guerre » dans l’Internet

En écoutant les innombrables opinions et informations (ces dernières étant pour la plupart fausses) sur ce qui s’est passé ces derniers jours en Ukraine, j’ai l’impression d’observer des mondes quasi dis-connectés. Le premier monde est le monde purement militaire et dans ce monde, un incident plutôt mineur s’est produit. Dans ce monde, il est même possible que les Russes aient exécuté une feinte astucieuse (l’opération de Kiev revisitée). Dans le second monde, appelons-le « espace informationnel« , la Russie a subi une défaite écrasante et l’ensemble de l’OMS est sur le point de s’effondrer. Ces deux mondes sont si éloignés qu’il est difficile de les comparer. Aussi, la première chose que je vais essayer de faire aujourd’hui est d’utiliser le simple bon sens pour tenter d’aborder ce problème.

Continuer la lecture

L’arme économique : la montée des sanctions comme outil de guerre moderne


Par Priya Satia – Le 19 août 2022 – LARB

Cette année, alors que les sanctions contre la Russie débutaient, un nouveau livre a brillamment documenté la normalisation des sanctions depuis la Première Guerre mondiale en tant qu' »arme » utilisée en dehors d’un état de guerre officiel. En vérité, l’ouvrage de Nicholas Mulder, The Economic Weapon : The Rise of Sanctions as a Tool of Modern War, aurait pu tomber à point nommé n’importe quelle année : selon une estimation datant de 2015, un tiers de la population mondiale vit sous une forme ou une autre de sanctions économiques, parfois massivement meurtrières. Les sanctions des Nations unies contre l’Irak, dans les années 1990, ont tué des centaines de milliers de personnes.

Continuer la lecture

La véritable importance du faux-drapeau de Bucha : un changement dans la narrative


Par The Saker – Le 6 avril 2022 – Source The Saker’s Blog

Donc, comme prédit par à peu près tout le monde, le faux-drapeau annoncé depuis longtemps a eu lieu.  Oui, il a été très mal exécuté, bâclé en fait, mais d’une certaine manière, cela le rend encore plus efficace ?  Pourquoi ?  Parce qu’il conditionne le public de la zone A à accepter sans critique n’importe quel conte de fées, même s’il est stupide, illogique et va à l’encontre du bon sens et de la logique de base. D’une certaine manière, Bucha est vraiment le MH-17, mais ré-assaisonné. Oui, ils semblent différents, mais en réalité ils sont construits exactement selon le même modèle. Cela donne quelque chose comme ça :

Continuer la lecture

La Doctrine de Valery Gerasimov


de l’officier d’un corps de blindés soviétique au cerveau stratège ?


Par Alexander Giles − Septembre 2020 − Source ResearchGate

Valéri Guérassimov — Wikidata

Le terme brûlant de « Doctrine Gerasimov », souvent associé à la terminologie de « guerre hybride russe », circule dans le monde des études militaires depuis près d’une décennie. La théorie d’une telle doctrine a souvent conduit les analystes militaires et de sécurité à croire que le chef d’état-major général de la Russie avait conçu une nouvelle façon de faire la guerre. Après un examen plus approfondi, nous sommes en mesure de déterminer que ce n’est pas le cas. Cet article remet en question cette croyance communément admise et soutient que la notion de guerre hybride russe, et plus particulièrement la « doctrine Gerasimov », ne correspond pas à l’interprétation de la pensée militaire russe à l’ère moderne.

Continuer la lecture

Le problème de la guerre hybride


Par Nadia Schadlow − Le 2 avril 2015 − Source War On The Rocks

Raising of the NATO flag

L’Europe est désormais une boîte de Petri pour la guerre hybride. Les événements de la dernière décennie, pour ne pas dire des dernières années, ont réaffirmé la valeur d’un concept qui cherchait à expliquer une gamme d’instruments coercitifs diversifiés à travers le spectre opérationnel de la guerre. La guerre hybride est un terme qui cherche à rendre compte de la confusion et du mélange de catégories de conflits auparavant distinctes. Elle utilise un mélange de moyens militaires, économiques, diplomatiques, criminels et informationnels pour atteindre les objectifs politiques souhaités. Le président des chefs d’état-major interarmées, le général Martin Dempsey, a qualifié ces menaces hybrides de « point d’inflexion«  dans la guerre moderne. En effet, dans le monde désordonné de l’après-guerre froide, la guerre hybride reste un excellent cadre pour comprendre le caractère changeant de la guerre.

Continuer la lecture

Un général russe de haut rang expose le plan de Poutine pour l’Ukraine


Par Robert Coalson − Le 9 février 2014 − Source Huffington Post

PEREVALNE, UKRAINE – 05 MARS : Des troupes sous commandement russe se rassemblent avant de monter dans des camions près de la base militaire ukrainienne qu’elles bloquent, le 5 mars 2014 à Perevalne, en Ukraine. Pendant ce temps, des troupes paramilitaires armées, dont des cosaques armés de fusils Kalashnikov et de véhicules blindés de transport de troupes, ont commencé à creuser à l’extrémité nord de la Crimée, autour d’Armyansk, dans ce qui semble être un effort pour définir la nouvelle frontière entre la Crimée et l’Ukraine. (Photo par Sean Gallup/Getty Images)

PRAGUE – Lorsque la crise en Ukraine s’est dramatiquement aggravée en novembre dernier et dans les semaines qui ont suivi, j’ai été impressionné par la capacité de l’État russe à mobiliser tant d’outils différents dans sa tentative de déstabilisation de son voisin. Il est apparu très rapidement que les politiciens russes, les journalistes, les organisations prétendument non gouvernementales, les entreprises publiques, les groupes de réflexion, l’armée, les tribunaux, les agences gouvernementales et la Douma travaillaient tous à partir des mêmes instructions pour les mêmes objectifs. À l’époque, j’ai fait remarquer sur Twitter que la crise montrait l’efficacité tactique de « l’État unitaire » que le président russe Vladimir Poutine construit depuis 1999.

Continuer la lecture

L’intervention russe au Kazakhstan crée un précédent


Les acteurs étrangers n’ont peut-être pas déclenché les troubles, mais ils joueront un rôle déterminant dans la façon dont ils se termineront.


Par Fyodor Lukyanov − Le 7 janvier 2021 − Source RT

La soudaine flambée de violence au Kazakhstan a pris les analystes et les observateurs internationaux par surprise. Maintenant, la décision de déployer une force régionale de maintien de la paix est devenue le dernier jalon majeur pour l’espace post-soviétique.

Aux premières heures de la matinée de jeudi, l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie, qui regroupe les forces armées de six anciennes républiques de l’URSS, dont le Kazakhstan, a annoncé qu’elle enverrait une force de maintien de la paix pour aider à maintenir l’ordre alors que les troubles se propageaient dans ce vaste pays d’Asie centrale.

Continuer la lecture

La rébellion dirigée par les États-Unis au Kazakhstan pourrait bien renforcer la Russie


Par Moon of Alabama – Le 6 janvier 2022

Début 2019, le think tank RAND, financé par le Pentagone, a publié un vaste plan d’attaques non militaires contre la Russie.

“Extending Russia : Competing from Advantageous Ground”. [Faire que la Russie s’éparpille ; Entrer en compétition là où nous avons l’avantage]

Ce rapport de 350 pages recommande certaines mesures à prendre par les États-Unis pour contenir la Russie. Comme le dit son résumé :

Continuer la lecture

«Guerre cognitive» : l’être humain et son cerveau, nouveaux champs de bataille de l’OTAN


Par RT France − Le 20 octobre 2021

Avec l’aide des Big Data et des nouvelles technologies, l’OTAN entend modifier non pas ce que pensent les individus mais leur manière de penser. Et ainsi «faire de tout un chacun une arme».

«Le cerveau sera le champ de bataille du 21e siècle»: dans un essai issu d’un think tank qui lui est lié, l’OTAN dresse les contours d’un virage stratégique majeur qu’elle s’apprête à effectuer. 

Continuer la lecture