La guerre contre la Chine et la Longue Marche des temps modernes


Par Izak Novak − Le 18 avril 2020

« Nous sommes réunis ici, au point de départ de la Longue Marche, pour nous souvenir de l’époque où l’Armée rouge a commencé son voyage. Nous entamons maintenant une nouvelle longue marche, et nous devons tout recommencer » – Xi Jinping, mai 2019.

La propagande entourant la COVID-19 et la réponse de la Chine n’est que la dernière marche de l’escalade d’une stratégie géopolitique à long terme de l’impérialisme américain pour détruire la Chine. Peu de gens de gauche ou du mouvement socialiste subsistant dans le noyau impérial ont prêté attention à l’explosion historique des relations entre les États-Unis et la Chine. Depuis Deng Xiaoping, les relations entre les États-Unis et la Chine dépendaient de ce que j’appelle ici le « marché » entre le capital américain et l’État socialiste chinois en progrès continuel.

La classe dirigeante des États-Unis comprend maintenant qu’elle n’a réussi qu’à trouver sa propre fin. Avec la production en hausse croissante de la Chine et sa capacité technologique accrue également, sa volonté de développer les pays voisins et de mettre fin à l’ordre de l’après-Seconde Guerre mondiale dirigé par Washington par l’intermédiaire de la BRI, tout cela est une accélération dans le même sens. Les réformes du marché du système chinois n’ont pas eu le même résultat qu’en Union soviétique – au contraire, la direction du Parti communiste chinois s’est renforcée à mesure que l’État s’emparait habilement des capacités technologiques, organisationnelles et productives du capital américain.

En conséquence, un processus régulier de « découplage » politique et économique a été choisi et accéléré par le régime Trump. Nous sommes maintenant à l’ère de la guerre hybride entre les États-Unis et la Chine.

Cet article exposera la progression historique jusqu’à cette nouvelle ère.

Continuer la lecture de La guerre contre la Chine et la Longue Marche des temps modernes

Mettre fin au grand mythe américain : la sécession, pas la révolution


Par Tom Luongo − Le 22 décembre 2020 − Source Gold Goats ‘n Guns

Je me souviens des années 1970, en conduisant dans New York avec ma famille pendant les vacances, comme si c’était hier. À l’époque, la discussion sur le siège avant de la voiture, entre mes parents, portait sur la faillite de New-York. Mon père, policier au sein du NYPD à l’époque, était concerné autant que les autres puisque le fonds de pension de la police aidait à renflouer le gouvernement de la ville à l’époque.

Continuer la lecture de Mettre fin au grand mythe américain : la sécession, pas la révolution

Des vérités qui dérangent sur la seconde guerre mondiale


Par José Martí − Le 14 décembre 2020 − Source Le Saker Francophone

Les bombardements de la Seconde Guerre mondiale

Les conséquences du tragique second conflit mondial ont façonné les relations internationales. En a émergé la guerre froide entre deux superpuissances, puis la situation que nous connaissons aujourd’hui : l’organisation des relations internationales contemporaine découle directement des modalités de fin de ce conflit. Mais le récit qui nous est fait de celui-ci, si important dans le fonctionnement du monde contemporain, est-il sincère et exact ?
Continuer la lecture de Des vérités qui dérangent sur la seconde guerre mondiale

Le « rideau de fer » numérique est en train de s’abaisser


Par Alastair Crooke – Le 30 novembre 2020 – Source  Strategic Culture

Qu’est-ce qu’un « rideau de fer numérique » ? C’est lorsque le Big Digital [comme on dit Big Pharma, NdT], comme le professeur Michael Rectenwald appelle ces Goliaths de la technologie occidentale, devient une « gouvernementalité », en utilisant un mot inventé à l’origine par Michel Foucault pour désigner les moyens par lesquels les « gouvernés » (c’est-à-dire « nous, le peuple ») assimilent et reflètent extérieurement une attitude mentale souhaitée par les élites : « On pourrait citer le masquage et la distanciation sociale comme exemples de ce que Foucault entendait par sa notion de gouvernementalité », suggère Rectenwald.

Et quelle est cette « mentalité » souhaitée ? C’est d’adhérer au changement d’identité et de mode de vie américain et européen. Le président élu présumé des États-Unis, les élites européennes et les élites « éveillées » de haut niveau sont d’ailleurs publiquement engagées dans cette « transformation » : « Maintenant que nous avons pris la Géorgie, nous allons changer le monde » ( déclarait Chuck Schumer, leader de la minorité au Sénat, en célébrant la « victoire » de Joe Biden) ; « La défaite de Trump annonce peut être le début de la fin du triomphe des populismes d’extrême droite en Europe également », déclarait Donald Tusk, l’ancien président du Conseil européen.

En bref, le « rideau de fer » s’abaisse lorsque des entreprises soi-disant privées (Big Digital) s’interpénètrent mutuellement avec l’État ; et le revendiquent ensuite : Il n’y a plus besoins de persuader le non-croyant faisant face à cette métamorphose ; il peut y être contraint. Les valeurs régressives liées à l’identité, à la race et au sexe ont rapidement été étiquetées « d’hérétiques ». Et comme le répètent sans cesse les militants de Black Lives Matter : « Le silence n’est pas une option : Le silence est une complicité« .

Continuer la lecture de Le « rideau de fer » numérique est en train de s’abaisser

Rompre les relations avec l’UE ?


Si c’est ce qu’ils veulent, qu’il en soit ainsi


Par Alastair Crooke – Le 26 octobre 2020 – Source Strategic Culture

Wolfgang Munchau, du site Euro Intelligence, a récemment suggéré que l’UE commettait des erreurs en n’écoutant que sa propre chambre d’écho (ceux ayant la même opinion). Munchau faisait référence au fait que lorsque Boris Johnson avait cherché à obtenir un accord « en vue » pour le sommet européen de ce mois, il avait été accueilli avec dédain. Le Conseil Européen a non seulement déclaré qu’aucun accord n’était en vue, mais qu’il n’y aurait pas d’accélération des négociations. Le Conseil a de plus fermement réaffirmé ses trois lignes rouges, « non négociables ».

Continuer la lecture de Rompre les relations avec l’UE ?

Les barbares nous menacent !


Par Alastair Crooke − Le 12 octobre 2020 − Source Strategic Culture

Alors que nous entrons dans le mois précédent les élections américaines, le prévisible point culminant des animosités, si longtemps refoulées, est proche. Il est peu probable qu’il soit bref ou décisif. Les convulsions internes des États-Unis sont une chose. Mais le fait que l’implosion de la confiance sociale aux États-Unis se propage et que ses effets se font sentir dans le monde entier, en est une autre. Si l’instabilité de notre époque, aggravée par le virus, nous rend nerveux et tendus, c’est peut-être parce que nous avons l’intuition qu’un mode de vie, un mode d’économie aussi, touche à sa fin.

Continuer la lecture de Les barbares nous menacent !

COVID 19 – Épidémie de fraude 2/2


Par Iain Davis − Le 6 septembre 2020 − Source  In This Together

Dans la première partie, nous avons défini l’État britannique et examiné les forces motrices de sa réponse avec le confinement à la pandémie « mondiale » de la COVID-19 déclarée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il semble que la COVID-19 ait été exploitée pour susciter un nouveau paradigme économique, social, culturel et politique mondial. Encapsulé sous le nom de « Grand Reset« , il permet à une classe parasitaire technocratique, souvent appelée à tort « élite », d’exercer un contrôle mondial centralisé sur toutes les ressources, y compris les ressources humaines.

Continuer la lecture de COVID 19 – Épidémie de fraude 2/2

Qu’y a t-il derrière le «New Deal» ?


Par Paul Mattick − Décembre 1934 − Source International Council Correspondence via Les 7 du Québec

Eleanor Roosevelt sur une fresque de Lucien Labaudt, Coit Tower, San Francisco (newdealartregistry.org)

Le New Deal n’annonce pas un « nouvel ordre social », et son apôtre, Franklin Delano Roosevelt, auto-proclamé Messie pour « l’homme oublié », n’est pas cet individu altruiste dont on fait le portrait.

Continuer la lecture de Qu’y a t-il derrière le «New Deal» ?

La dette de sang


Pourquoi la dette de plus de 2 300 milliards ne se règlera que par l’esclavagisme et le sang du peuple


Par Valérie Bugault − Le 2 octobre 2020 − Source France Soir

Le sang est la face sociale et politique de la dette. Une analyse chiffrée de la dette se trouve sur le site de l’Agence France Trésor (AFT). Nous verrons, dans cet article, que la dette, qui suppose la disparition de tout ce qui cimente l’État et la possibilité de vie en commun est, historiquement, effectivement payée par le sang des populations endettées.

Continuer la lecture de La dette de sang

COVID 19 – Épidémie de fraude 1/2


Par Iain Davis − Le 25 août 2020 − Source  In This Together

Parmi les nombreux États mondialistes similaires, l’État britannique est un partenariat public-privé entre le gouvernement, les institutions financières, les sociétés multinationales, les groupes de réflexion mondiaux et les organisations du troisième secteur bien financées, telles que les organisations non gouvernementales (ONG) et les grandes organisations caritatives internationales. Grâce à une structure labyrinthique de financement direct, d’octroi de subventions et de philanthropie, l’État britannique est une organisation mondialiste cohésive qui travaille avec des universitaires, des institutions scientifiques et des médias grand public (MSM) sélectionnés pour faire avancer un récit prédéterminé et étroitement contrôlé. Ce consensus conçu sert les intérêts et les ambitions mondiales d’un petit groupe de personnes démesurément riches.

Continuer la lecture de COVID 19 – Épidémie de fraude 1/2