La politique de la Réserve fédérale en matière de taux d’intérêt


Plus longtemps, moins cher et nul jusqu’à ce que quelque chose (ou tout) se casse


Par Chris Hamilton − Le 21 juillet 2020 − Source econimica

Jerome Powell

Le cycle actuel des taux d’intérêt a commencé en août 2019, lorsque la Fed a réduit les taux du cycle précédent de 2,4 % à 2,1 %. La Fed luttait alors contre la « crise des mises en pension » [Marché REPO, NdT] lors de laquelle la Fed était incapable de fixer les taux d’intérêt… avec comme résultat, des taux d’intérêt basés sur le marché libre. Et, chose choquante, ils n’ont pas été « plus bas pour plus longtemps ». J’ai donc pensé proposer de mettre les cycles de taux d’intérêt en perspective et de détailler pourquoi je prévois que ce sera le cycle de taux d’intérêt le plus long et le plus bas sans probablement de retour en arrière de ces baisses de taux.

Continuer la lecture de La politique de la Réserve fédérale en matière de taux d’intérêt

Que peut-on tirer de la comparaison entre le Japon et les États-Unis ?


Par Chris Hamilton – Le 7 juillet 2020 – Source Econimica

Je ne suis ni économiste ni analyste à Wall Street. Je ne suis pas payé pour écrire ce texte, je n’ai rien à vendre, je ne fais pas de recommandations d’achat et je laisse au lecteur le soin de déterminer ce que tout cela signifie. Aujourd’hui, voici quelques comparaisons entre les Japonais et les Américains qui ont donné le coup d’envoi de la politique des taux d’intérêt à zéro, ce qui a entraîné une explosion de la dette, un effondrement continu des naissances et une baisse de la consommation d’énergie… mais cela a (jusqu’à présent) entraîné une divergence dans la dépréciation/appréciation des actifs. Il convient également de noter que, quelle que soit la crise – décennie(s) perdue(s), Fukushima, 11 septembre, crise financière de 2008, Coronavirus – la réponse a été la même : une dette moins chère pour encourager l’endettement et appeler cela « croissance » ,sans se soucier de la manière dont cette dette sera remboursée.

Continuer la lecture de Que peut-on tirer de la comparaison entre le Japon et les États-Unis ?

Matière à réflexion : Population américaine, emploi, dette, taux négatifs, monétisation


Par Chris Hamilton – Le 16 mai 2020 – Source Econimica

Unique 4th of July Activities for Seniors - Blog USA

En 2019, la croissance de la population américaine est tombée à +1,55 millions, soit +0,5%… cela est dû au triptyque baisse des naissances, immigration plus faible et nombre de décès plus élevé que prévu. Cependant, comme pour tout ce qui concerne « 2020 », ces trois tendances ne font que s’intensifier en balayant les statistiques de 2019. Les naissances diminuent de plus en plus vite, les décès augmentent avec les surdoses de médicaments et le coronavirus, et l’immigration est presque inexistante. Ainsi, la croissance de la population américaine devrait passer sous la barre du million, soit +0,3 % cette année. Et bien que je prévoie (ou pense que c’est faisable) que l’immigration pourrait revenir aux niveaux de 2019 à terme, les naissances continueront presque certainement à baisser et les décès à augmenter plus que prévu. La conséquence simple de cette situation est un effondrement continu de la croissance démographique américaine, dont l’ampleur est bien plus importante que la pandémie actuelle de Coronavirus.

Continuer la lecture de Matière à réflexion : Population américaine, emploi, dette, taux négatifs, monétisation

Le rapport dette/PIB des États-Unis atteindra un nouveau record en 2020


Par Chris Hamilton – Le 20 mars 2020 – Source Econimica

Un jubilé de la dette pour lutter contre la crise sanitaire et ...

  • Le coronavirus n’est ni la peste ni la grippe espagnole, mais nous ne sommes pas non plus ce que nous étions autrefois. Le résultat final est donc peut-être le même !
  • Les jeunes (qui représentent l’avenir) ne peuvent pas couvrir la dette qui augmente rapidement… et les politiques visant à éviter de s’occuper de la dette finissent par détruire l’activité économique future.
  • Les États-Unis font faillite entre demi-mesures pour gagner du temps. La dépression mondiale est désormais inévitable et imminente.

Continuer la lecture de Le rapport dette/PIB des États-Unis atteindra un nouveau record en 2020

Discussion sur l’Ère de croissance, le Corona-Virus et l’Ère de déclin


Par Chris Hamilton − Le 8 mars 2020 − Source Econimica

Le pot au noir

Je vais suggérer que le coronavirus est plutôt une fenêtre ou un marqueur qui sépare ce qui sera considéré comme la fin d’une ère et le début d’une autre. Le coronavirus est grave, global, et semble causer la mort et des perturbations importantes. Il est probable que la pandémie mondiale durera de 9 à 18 mois, avec un potentiel d’infection élevé et des pertes de vies importantes. Mais après la pandémie, il est plus probable que les choses reviennent à la « normale ». Le coronavirus en lui-même n’est pas le problème (pas plus que la grippe espagnole ne l’était en 1918/1919). Et c’est la discussion sur ce qui est « normal » au cours des sept dernières décennies par rapport à la décennie actuelle et aux décennies à venir que j’espère encourager.

Continuer la lecture de Discussion sur l’Ère de croissance, le Corona-Virus et l’Ère de déclin

Le fait démographique mondial contre la sorcellerie des banques centrales


Par Chris Hamilton − Le 27 février 2020 − Source Econimica

Modern Magicians Killed for Practicing Magic | Gnostic Warrior

La croissance annuelle de la population en âge de travailler constitue la base organique de la croissance de la consommation nationale, régionale et mondiale.

Cependant, depuis la Seconde Guerre mondiale, la politique des taux d’intérêt a évolué à l’inverse de la croissance annuelle de la population en âge de travailler, pour inciter à s’endetter toujours plus alors que la croissance de la population en âge de travailler a ralenti pour devenir nulle.

Continuer la lecture de Le fait démographique mondial contre la sorcellerie des banques centrales

La folie des politiques budgétaires et monétaires


Dépopulation actée contre pandémie potentielle


Par Chris Hamilton − Le 6 février 2020 − Source Econimica

SCB Global Population Trend Fund (Accumulation) | fund information ...

Le coronavirus actuel et la possibilité d’une pandémie régionale ou mondiale suscitent de grandes inquiétudes (à juste titre). Les pertes de vies humaines et le ralentissement de l’activité économique qui en découle inquiètent beaucoup de gens et les manipulateurs des marchés font des heures supplémentaires pour éviter une « panique » des actifs (c’est-à-dire la découverte des prix sur le marché libre). Toutefois, on ne peut pas savoir à quel point cette situation peut être grave et généralisée et on ne peut que spéculer.

Continuer la lecture de La folie des politiques budgétaires et monétaires

1919 contre 2019


La dernière fois que la population américaine des moins de 65 ans a diminué, c’était lors d’une pandémie mondiale… Et maintenant ?


Par Chris Hamilton – Le 4 février 2020 – Source Econimica

COVID-19: How did Spanish flu change the world? | World Economic Forum

Ce qui se passe en Chine est vraiment effrayant, tant pour ceux qui sont actuellement à risque que pour le reste d’entre nous en raison du manque de transparence. Que la situation soit contenue ou métastase, cela semble vraiment être dans la balance, à l’heure actuelle. La dernière fois que le monde a été confronté à une pandémie mondiale de proportions épiques a été la grippe espagnole de 1918/1919. Bien qu’elle n’ait pas pris les proportions de la peste noire (qui a anéanti environ un tiers de la population européenne en cinq ans, ainsi qu’une grande partie de l’Eurasie), l’épidémie de grippe espagnole a été horrible. De toute évidence, la population mondiale était beaucoup plus petite à l’époque (moins de 2 milliards) et le monde était beaucoup moins interconnecté par les transports à grande vitesse et les frontières ouvertes, qui existent aujourd’hui. Pourtant, environ 500 millions de personnes ont été infectées par la grippe espagnole (un quart de la population mondiale) et entre 50 et 100 millions ont péri à cause de la maladie (entre 3 et 5 % de la population mondiale).

Continuer la lecture de 1919 contre 2019

Que signifie la plus faible croissance démographique de l’histoire des États-Unis pour l’emploi ?


Par Chris Hamilton – Le 31 janvier 2020 – Source Econimica

american-worker-usa-1 ⋆ BYT // Brightest Young Things

En 2019, la croissance démographique américaine a atteint son plus faible pourcentage dans l’histoire des États-Unis, mis à part les années de pandémie de 1918/1919 (lorsque la grippe espagnole a coûté la vie à près de 700 000 Américains). La croissance annuelle de 0,5 % signifie que la population américaine a augmenté d’environ 1,55 million de personnes en 2019.

Continuer la lecture de Que signifie la plus faible croissance démographique de l’histoire des États-Unis pour l’emploi ?

Que signifie la plus faible croissance démographique de l’histoire des États-Unis pour le logement ?


Par Chris Hamilton – Le 27 janvier 2020 – Source Econimica

En 2019, la croissance démographique américaine a atteint son plus faible pourcentage dans l’histoire des États-Unis, mis à part les années de pandémie de 1918/1919 (lorsque la grippe espagnole a coûté la vie à près de 700 000 Américains). La croissance annuelle de 0,5 % signifie que la population américaine a augmenté d’environ 1,55 million de personnes en 2019.

Continuer la lecture de Que signifie la plus faible croissance démographique de l’histoire des États-Unis pour le logement ?