La boucle de rétroaction infernale démographique et économique de l’Amérique est en bonne voie


Par Chris Hamilton – Le 3 mars 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "america demographic doom"
De 2007 à 2018, les naissances aux États-Unis ont diminué de 470 000 sur une base annuelle, soit une baisse de 11 %. Le taux de fécondité aux États-Unis a également baissé, passant de 2,12 à 1,72 naissances, soit une baisse de 18 % (2,1 naissances chez les femmes en âge de procréer est considéré comme une croissance zéro). Cela s’est traduit par 4,5 millions de naissances nettes de moins aux États-Unis depuis 2007 que ce que le recensement avait estimé en 2000 et à nouveau en 2008. C’est plus d’une année entière de naissances qui n’ont jamais eu lieu. La forte baisse des naissances, par rapport à la hausse anticipée, et le ralentissement de l’immigration anticipée ont eu pour conséquence que le recensement a revu à la baisse la croissance de la population américaine jusqu’en 2050 de plus de 50 millions de personnes. Cette décélération de la croissance et ce déclin pur et simple se produisent dans le monde entier parmi les « nations riches », laissant peu de possibilités de croissance pour les « nations pauvres ».

Continuer la lecture de La boucle de rétroaction infernale démographique et économique de l’Amérique est en bonne voie

Imminence d’un vent porteur démographique aux États-Unis ?


Par Chris Hamilton – Le 14 mars 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "image millennium generation"
Selon un récent rapport de Morgan Stanley, les Millennials et la Génération Z sont sur le point de fournir une « secousse de jeunesse » positive pour propulser l’économie américaine plus haut, et « fournir une perspective plus rose pour la sécurité sociale et Medicare ».

Continuer la lecture de Imminence d’un vent porteur démographique aux États-Unis ?

L’EIA détaille l’insolvabilité américaine


Avec le Trésor américain et le bureau de recensement


Par Chris Hamilton – Le 22 février 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "baby us flags"
Depuis 2007, les naissances aux États-Unis et l’immigration nette ont chuté de façon constante et inattendue. Au cours de la même période, la dette fédérale américaine et le passif non capitalisé ont grimpé en flèche, tandis que les recettes fiscales fédérales, exprimées en pourcentage de la dette fédérale et du passif non capitalisé, continuent de diminuer. La consommation totale d’énergie aux États-Unis a également culminé en 2007 et continue de baisser, ce qui est en contradiction avec la flambée des valorisations d’actifs.

Continuer la lecture de L’EIA détaille l’insolvabilité américaine

Deux mondes divergents


La population et la démographie des nations riches déclinent. Face à elles, les nations pauvres croissent sans apporter de solution.


Par Chris Hamilton – Le 16 février 2019 – Source Econimica

eco_2dw_p1

En 2019, la population mondiale s’élève à 7,7 milliards de personnes (ligne noire, graphique ci-dessus) et cette année seulement, la population humaine terrestre augmentera d’environ 81 millions de personnes (colonnes bleue et rouge, ci-dessus). Comme le montre le tableau ci-dessus, les pays pauvres en ajouteront 61 millions tandis que les pays riches en ajouteront 20 millions (je vais détailler ces chiffres par la suite).

Continuer la lecture de Deux mondes divergents

Suivi du pic des baby-boomers et pic de l’emploi associé


Par Chris Hamilton – Le 4 février 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "mathématiques"
Les mathématiques, c’est très utile pour résoudre les problèmes. Le problème d’aujourd’hui est de savoir combien de temps l’emploi (et l’activité économique connexe) peut augmenter. Les calculs semblent indiquer que le milieu de l’année 2019 est le terminus probable de la croissance de l’emploi et de l’activité économique. Je détaillerai pourquoi 2019 ne peut offrir qu’une augmentation de seulement 65 000 nouveaux employés potentiels par mois et pourquoi cela freinera l’économie américaine.

Continuer la lecture de Suivi du pic des baby-boomers et pic de l’emploi associé

Personne n’achète les bons du Trésor américain


… seulement des « autres investisseurs (…) » et les fonds communs de placement. Question d’aujourd’hui : Qui achète et détient la dette fédérale américaine ?


Par Chris Hamilton – Le 1 février 2019 – Source Econimica

Taux d’intérêt des bons du Trésor américains

Pour commencer, le graphique ci-dessous montre la croissance de la dette américaine (répartie entre la dette publique négociable et les avoirs non négociables intra-gouvernementaux) et le taux des fonds fédéraux depuis 1970. La dette publique négociable monte en flèche alors que la croissance de la dette détenue par les fonds fiduciaires intra-gouvernementaux continue de ralentir.

Continuer la lecture de Personne n’achète les bons du Trésor américain

1950-2019 : Fin du cycle des taux d’intérêt positifs


Par Chris Hamilton – Le 18 janvier 2019 – Source Econimica

Je vais faire valoir que les États-Unis viennent de terminer leur dernier cycle de taux d’intérêt positif officiel et qu’à la prochaine récession, les ZIRP et/ou les NIRP de style Japon/UE deviendront la nouvelle norme. Mais, avant de nous dire au revoir… jetons un coup d’œil aux hauts et aux bas du cycle des taux d’intérêt après la Seconde guerre mondiale.

eco_rip_p1

Continuer la lecture de 1950-2019 : Fin du cycle des taux d’intérêt positifs

L’effondrement de l’économie commence en Asie de l’Est


en raison de l’effondrement des naissances et des populations en âge de procréer

Par Chris Hamilton – Le 12 janvier 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "Chine, Japon, Corée du Sud et du Nord, Taiwan et Mongolie images"

La croissance de la demande qui crée les fondements des économies de l’Asie de l’Est (Chine, Japon, Corée du Sud et du Nord, Taïwan et Mongolie) est en train de s’effriter. Ces pays (réunis) représentent un peu plus de 20 % de la population mondiale et consomment 27 % de l’énergie mondiale totale. De 2000 à 2016, cette région (dont la Chine est le fer de lance) a représenté 48 % de la croissance mondiale de la consommation énergétique totale. Ainsi, lorsque je vous dis que ces pays entrent économiquement dans une phase de déclin économique à long terme (ou qu’ils s’effondrent peut-être carrément), les répercussions se feront sentir partout.

Le « futur » stérile de l’Europe


Les politiciens européens préfèrent chasser de leur esprit l’idée selon laquelle l’avenir est impossible sans enfants, ce qui donne un mauvais exemple.


Par Sergueï Latyshev − Le 17 mai 2017 − Source Katehon

Les chefs des principaux pays européens, la Chancelière allemande Angela Merkel, et le premier ministre du Royaume-Uni Theresa May, le nouveau président de la République française Emmanuel Macron, le premier ministre de l’Italie Paolo Gentiloni [En 2017, NdT], et leur « patron » européen Jean-Claude Juncker – ont certes des expériences et des caractères différents, mais ont en commun de ne pas avoir d’enfant. Ce point commun est partagé même par les dirigeants de certains pays européens de taille moyenne. Par exemple, le premier ministre suédois Stefan Löfven, confié par sa mère à un orphelinat à l’âge de 10 mois, et son collègue néerlandais Mark Rutte, qui était le septième enfant de sa famille, montrent que les enfants naissaient aux Pays-Bas dans les années 1960.

Continuer la lecture de Le « futur » stérile de l’Europe

Réflexions du lundi sur la monétisation et les marchés


Ou dire que les notions fondamentales n’ont pas d’importance, seule la liquidité compte


Par Chris Hamilton – Le 6 janvier 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "liquidity finance"
Comme je ne suis ni économiste, ni associé à des institutions financières ou d’investissement, et que je n’ai rien à vous vendre ou à vous acheter, cher lecteur, j’ai la liberté totale de dire ce que je veux et de partager ce que je vois.

Dans cet esprit, je reviens sur le bilan de la Réserve fédérale par rapport au curieux cas des réserves excédentaires des méga-banques. La semaine dernière, j’ai détaillé qu’à chaque fois que la Fed a cessé d’augmenter son bilan ou de le réduire complètement, le résultat a été nettement négatif pour les prix des actifs (ICI). Cependant, comme pour tout, il y a un peu plus à creuser dans cette histoire.