Le prophète fou du Connecticut


Le 12 novembre 2020 – Source Peter Turchin

http://peterturchin.com/wp-content/uploads/2020/11/Atlantic_nov2020.jpg

Graeme Wood a écrit une « longue note de lecture«  sur la cliodynamique, sur moi, et sur mon livre, l’« âge de la discorde » dans lequel nous nous trouvons actuellement. Graeme est un journaliste très intelligent et ses explications de la cliodynamique et des mécanismes structurels-démographiques qui provoquent la rupture des états sont assez bonnes. Le journal The Atlantic a procédé à une vérification approfondie des faits (ce qui est inhabituel en ces temps de médias en ligne où les ressources pour vérifier les faits sont limitées) et je ne conteste pas les fondements factuels de l’article de Graeme.

Continuer la lecture de Le prophète fou du Connecticut

Le soleil noir de la Beat Generation


Par Philippe Grasset − Septembre 2005 − Source Dedefensa

Chapitre 1 — Exposé et nécessité du projet. — Le film Beat. — Écrire “mon” histoire du mystère de l’Amérique par le moyen de la perception d’une génération: la Beat Generation, ou la libération par le désespoir. — New York accueille le triomphe de On the Road, de Jean-Louis Lebris de Kerouac, dit Jack Kerouac.

Continuer la lecture de Le soleil noir de la Beat Generation

Paul Nizan et la distanciation sociale comme concept très bourgeois


Par Nicolas Bonnal – Novembre 2020 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

La distanciation sociale, les masques, le lavage obsessionnel des mains, la trouille de son prochain, la vie à distance, tout cela sent le bourgeois.

Disons-le enfin nûment. Nous sommes dirigés par des bourgeois dangereux. Volage, libertin, le bourgeois sauvage sera sans pitié pour les questions de pognon et de mondialisation, et il le sera d’autant plus qu’il est préoccupé de questions de migrations, de climat, de régionalisme ultra ou de pollution. Il est humanitaire, donc plus moral que le peuple qu’il exploite et méprise avec son Trump. Soros, Rothschild, Macron, les boniches et larbins surpayés de la télé sont des bourgeois qui estiment valoir plus que nous, en termes matériels, mais aussi moraux. Ils s’arrogent donc le droit de nous remplacer. Et ils ont gardé, avec leur modèle anglo-saxon, comme ennemi de toujours, la Russie, qui, tsariste, communiste ou orthodoxe-démocrate, a le pouvoir de les rendre fous.

Continuer la lecture de Paul Nizan et la distanciation sociale comme concept très bourgeois

Sylvain Durain – Ce sang qui nous lie


vers le matriarcat ?


Par Hervé – Source le Saker Francophone

Sylvain Durain

On pourrait penser que le sujet était clos, pris en main par un féminisme post-moderne, véhiculant l’image d’un paternalisme dégénéré venant du fond des âges, un complot même des hommes contre les femmes pour assouvir leur soif de pouvoir.

Malgré ce quasi dogme qu’il est de plus en plus difficile de contester, certains signes devraient nous alerter. Où sont ces mâles français qui tabasseraient en masse leur femme ? Où sont ces hordes de femmes hémiplégiques ? Elles semblent plutôt assumer cette vie moderne avec leurs hommes, ensemble, puisque la nouvelle réalité économique nécessitant deux salaires par foyer leur a donné le droit, et même le devoir, d’aller aussi se faire aliéner ailleurs que chez elles. Le dogme s’écrase sur le mur de la vie réelle.

Continuer la lecture de Sylvain Durain – Ce sang qui nous lie

Maurice Joly et la tyrannie postmoderne de 1864 à 2020


Par Nicolas Bonnal – Novembre 2020 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

Voilà, c’est reparti comme en quatorze. On invoque Charlie, on coupe des têtes, on enferme tout le monde, et on ruine un pays comme à la parade. Le peuple bientôt vacciné et parqué se jette tout content dans les bras de la dictature pour la énième fois. Cela mérite une observation peu démocratique : certains voient dans le peuple une victime, alors que c’est toujours lui, nous explique Platon, qui réclame la tyrannie (République, livre VIII). C’est lui qui a peur du virus invisible, qui veut du test, du masque et de la police et du chômage et de la confiscation. Cinq ans après le Bataclan, on prend les mêmes et on recommence. 

« Puisqu’on pouvait se moquer d’eux si cruellement » (Debord)…

Continuer la lecture de Maurice Joly et la tyrannie postmoderne de 1864 à 2020

Contre leur rage de détruire : pouvons-nous encore nous défendre ?



Par Nicolas Bonnal – Octobre 2020 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

Nous sommes en face de la plus belle destruction créatrice, pour reprendre l’expression luciférienne du regrettable Schumpeter, de notre histoire humaine. Des élites veulent détruire les peuples et les économies, et veulent les remplacer par un grand projet « créateur » nommé le Grand Reset. Et comme nous sommes en démocratie en occident, terre présumée des grandes libertés, personne ou presque n’ose se défendre ou réaliser ce qui se passe : on masque, on ruine, on séquestre, on tabasse, on militarise, et tout le monde se la ferme, comme au cours des deux premières guerres mondiales, quand les opinions publiques occidentales ont gobé les propagandes imposées (Bernays). Les Français eux comme dit Céline restent « parfaitement enthousiastes », fidèles à leur habitude.

Continuer la lecture de Contre leur rage de détruire : pouvons-nous encore nous défendre ?

Le simulacre et l’image


Par Robert Scruton − Source Modern Culture

La marchandisation de la vie moderne a donné lieu à maintes lamentations depuis qu’on en débat, et d’ambitieuses théories – le fétichisme de la marchandise, la consommation ostentatoire, la société d’abondance, et beaucoup d’autres, seulement ébauchées – sont nées de la répulsion spontanée qu’éprouvent les intellectuels à l’égard de la « fièvre acheteuse » de leurs contemporains. Mais quelque chose de nouveau semble être à l’œuvre dans le monde actuel – un processus qui est en train de dévorer le cœur même de la vie sociale, non seulement en substituant la technique de vente à la vertu morale, mais en faisant commerce de tout, vertu y compris. Le cynique, disait Oscar Wilde, est celui qui connaît le prix des choses mais qui ignore leur valeur. Et dans une lettre à Lord Alfred Douglas il définissait la sentimentalité comme étant « le jour férié du cynisme ». Les boutades de Wilde sont souvent plus suggestives que vraies. Celles-ci, toutefois, sont exactes. Le cynisme et la sentimentalité sont deux manières de dégrader la valeur des choses en leur simple prix.

Continuer la lecture de Le simulacre et l’image

« Nos » premiers livres papier


Nos fidèles lecteurs l’ont déjà noté, nous travaillons, en sus de l’actualité, sur des livres, qui permettent de traiter un sujet de fond ou plus dans le détail.

Vous avez pu télécharger ces livres au format pdf.

Nous profitons du fait qu’une relecture de fond a pu être réalisée sur l’excellent « France, les années tragiques, 1939-1947 » de Sisley Huddleston (merci à JdB pour cette relecture), pour annoncer à présent la mise à disposition d’œuvres au format papier.

Nous « auto-éditons » ces œuvres, que nous avons traduites en essayant de respecter fidèlement et strictement la pensée de l’auteur.

C’est également l’occasion de rappeler une règle de notre fonctionnement. Le Saker Francophone est géré par une équipe de bénévoles : la vente de ces ouvrages ne donne lieu à aucun bénéfice ; il s’agit uniquement de couvrir les coûts de fabrication et d’envoi des livres.

Pour l’instant, donc, deux ouvrages sont disponibles sur ce format :

De quoi transmettre ces pépites autour de vous, vers un plus large public, car tout le monde n’apprécie pas de lire tout un livre sur un écran.

L’ensemble de nos livres, électronique et papier confondus, reste disponible sur cette page.

Le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Observations sur le devenir eunuque de la tyrannie en occident


« Alors les requins arrivèrent et mangèrent les femmes et les enfants d’abord ».


Par Nicolas Bonnal – Septembre 2020 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

La montée du totalitarisme se précipite en occident. Ce totalitarisme n’est pas vraiment puritain comme le pense Shamir  ; il est obsédé sexuel et il pousse jusqu’à l’abjection sa tendance sadique et perverse. Contrairement à ce que d’autres pensent aussi  la cible n’est pas le mâle blanc, mais la possible famille, entité potentiellement naturelle et reproductrice, qu’il s’agit d’éradiquer, en commençant du reste par les femmes et les enfants. Il s’agit donc de détruire les trois, la femme, l’enfant, l’homme. Comme disait Chesterton la famille est le seul État qui crée et aime ses citoyens, elle est donc l’État à détruire pour les princes de ce monde et leurs stewards.

Continuer la lecture de Observations sur le devenir eunuque de la tyrannie en occident

Zinoviev et le grand avènement de la démocratie totalitaire


Par Nicolas Bonnal – Août 2020 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

Alexandre Zinoviev devint un dissident de la société mondiale après avoir été un dissident soviétique. A l’époque il y avait des dissidents, maintenant, comme dit Paul Virilio, il n’y a plus que des dissuadés.

En 1998, le maître répond à une interview et explique que tout allait bien à l’ouest quand nous étions sous la menace soviétique (le capital avait peur) :

Pendant la guerre froide, la démocratie était une arme dirigée contre le communisme, mais elle avait l’avantage d’exister. On voit d’ailleurs aujourd’hui que l’époque de la guerre froide a été un point culminant de l’histoire de l’Occident. Un bien être sans pareil, un extraordinaire progrès social, d’énormes découverts scientifiques et techniques, tout y était !

Continuer la lecture de Zinoviev et le grand avènement de la démocratie totalitaire