Bertrand de Jouvenel et la démocratie totalitaire


Octobre 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

Plus folle et totalitaire que jamais, entre ses guerres, ses vaccins, ses Reset et ses chasses au petit blanc, la démocratie occidentale nécessite une cure de jouvence libertarienne – et surtout un petit rappel du Maître (Jouvenel donc) qui se rend compte comme Hayek vers 1944-45 que quelque chose va mal au pays des libertés privées et publiques.

Continuer la lecture

Remarques sur Chesterton et un extraordinaire discours de Giorgia Meloni


Octobre 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

Giorgia Meloni au cours d’un discours extraordinaire, référencé et courageux, a attaqué les marchés financiers et a défendu l’indéfendable (pour la presse française ou autre), la famille, le pays (je préfère ce mot à patrie maintenant, la patrie on est trop morts pour elle, et pour son État, voyez mon Coq hérétique), le droit de ne pas être un numéro. On se serait cru dans le générique du Prisonnier (voyez mes textes), série conçue par l’acteur rebelle et chrétien Patrick McGoohan : « je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ».

Continuer la lecture

L’inévitable chute de la France sous de Gaulle (avec Michel Debré)


Octobre 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

La société moderne (ou postmoderne) est née sous le gaullisme en pleines trente glorieuses. Il faut le rappeler à ceux qui poursuivent sur le thème de la rêverie romantique et mythique présentant l’époque gaullienne comme un monde in illo tempore, un âge d’or façonné par Mircea Eliade. La dure ou molle plutôt réalité de terrain m’est revenue en relisant les Entretiens avec le général, publiés par mon éditeur Albin Michel en 1993. Debré qui incarne l’archéo-gaullisme m’a toujours plu, comme son successeur Asselineau et il représenta 1% des voix en 1981 comme Asselineau aujourd’hui.

Continuer la lecture

Vivre à l’ère de la désinformation


Par Tom McAllister – Le 21 aout 2022 – Source American Thinker

Au milieu des années 1970, le texte influent d’Alvin Tofler, Power Shift, prédisait l’immense impact que l’ère de l’information à venir aurait sur la société. Dans une interview récente, le président d’une université chrétienne a réfléchi avec perspicacité au changement de paradigme qui s’est ensuivi dans le domaine de l’éducation, en déclarant :

« Depuis le début de la civilisation jusqu’à 2010 environ, l’éducation consistait à acquérir des connaissances. Maintenant, avec Google et Internet, le défi actuel est de discerner ce qui est vrai. »

Continuer la lecture

Gordon Brown et notre totale détresse énergétique à venir


Septembre 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

Les milliardaires de Davos qui ont voulu le vaccin, la guerre antirusse et le reset pour mener à bien notre anéantissement démographique, culturel et économique, peuvent se frotter les mains : la détresse énergétique est pour cet hiver et elle va frapper tout le monde sauf cette minorité bourgeoise et bobo qui les soutient rageusement. Les gouvernements fascisés de l’Europe, à la solde de l’OTAN, de Biden et de Leyen, ne reculeront pas.

Continuer la lecture

Un conte de deux villes, Moscou et Washington


Par Batiushka – Le 12 aout 2022 – Source The Saker Blog

C’était le meilleur des temps, c’était le pire des temps, c’était l’âge de la sagesse, c’était l’âge de la folie, c’était l’époque de la croyance, c’était l’époque de l’incrédulité, c’était la saison de la lumière, c’était la saison des ténèbres, c’était le printemps de l’espoir, c’était l’hiver du désespoir.

Les premiers mots de « Un conte de deux villes ».

Continuer la lecture

Ernst Jünger contre le totalitarisme médical


Août 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

L’esprit libertarien (ou encore libre) doit prendre soin de son corps, considérée comme une simple pièce détachée de l’entité techno-mondialiste.

Ernst Jünger est un des derniers grands esprits européens. Il avait vu qu’après 1945 l’homme technique allait remplacer l’homme tout court. Peut-être qu’il avait moins bien vu que les américains Dick ou Packard le règne de la déglingue. Car le transhumanisme est un rêve de décrépit – de nonagénaire génocidaire – dont le premier à avoir eu le pressentiment génial fut le dessinateur autrichien Kubin. L’Autre Côté décrivait déjà notre société totalitaire déglinguée.

The Last King, 1902 – Alfred Kubin

Continuer la lecture

Le dernier homme et la critique nietzschéenne de l’État moderne


Août 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

Un ami me dit qu’en France tout le monde est préoccupé de Covid et de vacances. Pour le reste, me dit un autre, ils attendent impatiemment le rationnement de Le Maire et d’Ursula. Rien ne les préoccupe vraiment sauf le masque et la prochaine dose. Côté énergie, tout le monde ou presque est d’accord : il faut mourir pour BHL et son prophète.

La situation est désespérée mais elle n’est pas grave : c’est que le peuple nouveau de Macron – si bien soutenu par Marine et consorts – répond au dernier homme de Nietzsche. Relisons Ainsi parlait Zarathoustra alors :

Je vais donc leur parler de ce qu’il y a de plus méprisable : je veux dire le dernier homme.

Continuer la lecture

Churchill et la liquidation du vieil empire britannique


Juillet 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

L’occident livre sa guerre de trop. Vieilli, woke et désarmé, désindustrialisé moralement et matériellement, il va disparaître, ne gardant qu’une faible capacité de nuire. Voyons ce qui est arrivé à l’empire britannique via Churchill et sa manie des guerres d’extermination alors.

Brute impériale, raciste humaniste, boutefeu impertinent, affameur et bombardier de civils, phraseur creux et politicien incapable en temps de paix, américanophile pathétique, Winston Churchill est naturellement le modèle de cette époque eschatologique et de ses néocons russophobes (Churchill recommanda l’usage de la bombe atomique contre les russes à Truman). On laisse de côté cette fois Ralph Raico et on évoque cette fois le brillant historien John Charmley qui l’analysa d’un point de vue british traditionnel : Churchill anéantit l’empire, choisit le pire et la guerre, varia d’Hitler le moustachu à Staline et humilia l’Angleterre transformée en brillant troisième des USA. Autant dire que Charmley n’est pas bien vu en bas lieu. Il écrit en effet que l’Angleterre ruina deux fois l’Europe pour abattre une Allemagne qui finit par la dominer économiquement ! Nyall Ferguson a reconnu aussi les responsabilités britanniques dans la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture

Le syndrome Churchill et la catastrophique guerre occidentale


Juillet 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

On a vu le niveau de débilité, d’incompétence et même d’incorrection, vestimentaire ou autre, des leaders du G7. Macron est en perdition, Trudeau aussi et Biden va prendre une raclée, n’en déplaise aux catastrophistes. Mais mon sujet est le syndrome Churchill : Churchill est l’homme politique le plus nul possible (voir le livre de John Charmley) sur le plan pratique, et qui ne se sentait à l’aise que dans des guerres totales et d’extermination contre les Allemands, qui étaient la cible de l’époque. Or sur ordre des néocons beaucoup plus inspirés par Churchill que par Strauss les hommes politiques nuls ou même obscènes que nous avons en occident veulent se lancer dans une guerre éternelle de type orwellien contre la Russie ; dans l’espoir que ces chefs de guerre insensés seront célébrés par des foules toujours plus abruties. Ils oublient que Churchill fut jeté dehors par ses électeurs british en 1945, preuve sans doute que la satisfaction n’était pas à la hauteur des aspirations du chéri des journalistes néocons.

Continuer la lecture