Independenza


À la vie, à la mort


Par Zénon – Janvier 2022

Visiter Katmandou | Une visite guidée en français ?

Népal, fin 2006. Le pays sortait tout juste de dix ans de guerre civile, ou de révolution, selon les points de vue. Incroyable effervescence dans les rues, sur les routes et dans les campagnes. Défilés chamarrés entre les checkpoints et les barrages enflammés. Joie de vivre et intensité de chaque instant malgré la misère et les deuils. Processions nuptiales et funéraires se croisaient dans les étroites ruelles de Katmandou, tandis qu’un peu partout était célébrée la réincarnation d’une déesse en la personne d’une petite fille. Existence, trépas et renouveau entremêlés dans l’éternelle roue des cycles…

Continuer la lecture

Les animaux malades de la peste / politique du bouc émissaire au Québec


Par Patrice-Hans Perrier − Le 19 janvier 2022 −

Illustration d’Auguste Vimar Les Animaux malades de la peste Gracieuseté GALLICA

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom),
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

 

– Jean de La Fontaine

Continuer la lecture

Comprendre les enjeux géopolitiques : La France et ses Gilets Jaunes


Par Wayan − Le 22 janvier 2022 − Source Le Saker Francophone


Le phénomène des “Gilets Jaunes”, symptôme de la résistance populaire française aux attaques de l’ultralibéralisme, est un des événements sociaux importants qui a été complètement distordu par la presse, en particulier la presse française, pour la raison bien évidente qu’il ne fallait surtout pas qu’elle fasse tache d’huile et mette en péril l’idéologie ultralibérale et la mainmise de l’oligarchie française sur la nation, en particulier avec l’idée du RIC, le Référendum d’Initiative Citoyenne. Nous vous présentons ici une version pro Gilets Jaunes, que les médias grand public ne vous ont pas autorisé à voir et entendre.

Retrouver la suite de cette analyse sur la page : La France et ses Gilets Jaunes

   Envoyer l'article en PDF   

Valérie Bugault – Demain dès l’aube… le renouveau


Par Valérie Bugault − Janvier 2022

Valérie Bugault est docteur en droit et analyste de géopolitique juridique. Depuis 2009, elle se consacre exclusivement à diffuser le résultat de ses nombreux travaux de recherche et les découvertes juridiques et politiques, notamment sur son site :

Son travail est profondément radical, dans le sens étymologique du terme, c’est-à-dire qu’il prend les problèmes à leur racine, montrant avec brio la privatisation de ce qui devrait être un bien commun : la monnaie, la supercherie que sont nos « démocraties » et les institutions européennes, dévoilant la véritable identité de ceux qui nous dirigent : la caste des « banquiers-commerçants », ceux qui n’ont jamais de compte à rendre.

source : https://www.kairospresse.be

Et la dernière vidéo sur Radio Québec

   Envoyer l'article en PDF   

Les nouveaux chiens de garde et la tyrannie sanitaire


Par Nicolas Bonnal – Janvier 2021 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

Le France est depuis toujours un pays conditionné. On le voit bien en relisant sans les œillères scolaires Molière ou La Bruyère. Le bourgeois, le dévot, le malade imaginaire, la femme savante, le sot savant, l’escroc médecin, le pédant-expert, l’hypocrite, la précieuse, sont des mines pour qui sait voir ; et la crise du Covid marquée par la dictature et la tartuferie sanitaire, revêt un caractère très français. Taine ou Tocqueville avaient tout dit. Centralisation, pouvoir royal, révolution, empire, radical-socialisme ont pavé la voie de la soumission jacobine de la masse (voyez mes textes sur le sujet) et l’esprit libre souvent ne comprend pas sa solitude.

Continuer la lecture

Comprendre les enjeux géopolitiques : Le populisme ou le réveil des peuples


Par Wayan − Le 15 janvier 2022 − Source Le Saker Francophone


Le principe dynamique d’équilibre touche tout le monde vivant, les sociétés humaines aussi. A cette grande poussée globaliste et ultralibérale moderne qui déstructure les cultures et appauvrit les peuples, va répondre, en rééquilibrage plus ou moins conscient, un mécontentement populaire pouvant aller jusqu’à la révolte, la plupart du temps réprimée par une police particulièrement violente. Les révoltes populaires qui ont secoué le Chili, les Gilets Jaunes en France, le vote du Brexit en Angleterre, l’élection de Trump, tous ces mouvement d’humeur populaire montrent la remise en cause par une partie croissante de la population du système politique en place dans les pays occidentaux.

Retrouver la suite de cette analyse sur la page : Le populisme ou le réveil des peuples

   Envoyer l'article en PDF   

Une solution parfaite : L’Écosse et la Suisse échangent leurs territoires en raison du Brexit


Le 10 janvier octobre 2022 − Source The Postillon

Edimbourg, Berne (dpo) – Les gouvernements de l’Écosse et de la Suisse ont pris une décision historique : avant la fin de l’été, les deux pays vont échanger leurs territoires étatiques actuels. La Suisse cessera ainsi d’être entourée d’États membres de l’UE, tandis que l’Écosse, dont la population a voté résolument pour rester dans l’Union européenne, s’installera en plein cœur du continent.

Continuer la lecture

Mon nom est Légion : l’occident et le démon des organisations.


J’ai nom Légion, car nous sommes plusieurs (Marc, 5, 9).


Par Nicolas Bonnal – Janvier 2021 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Nicolas Bonnal

Depuis plus de cent ans l’occident est dirigé par des organisations mondiales et mondialistes qu’il impose au reste du monde. Ce processus (Sénèque en parle déjà dans Médée) a été enclenché aux temps modernes par le tout-puissant empire britannique qui flanqué de sa colonie française (depuis 1830 ou 70 ?), de ses dominions et de la vieille colonie américaine, a progressivement accaparé la planète. Guénon s’en rendait compte dans son excellent livre sur la société théosophique dont j’ai rendu compte ailleurs : le contrôle serait aussi culturel et occultiste.

Continuer la lecture

Comprendre les enjeux géopolitiques : Démocraties ou ploutocraties ?


Par Wayan − Le 8 janvier 2022 − Source Le Saker Francophone


Un des “écrans de fumée » dans lequel nous maintient la presse grand public est de nous faire croire que nous vivons dans des « démocraties », tout cela parce que l’on nous laisse voter pour des « hommes politiques » qui ont été sélectionnés par cette même presse.

Un autre préjugé concernant les hommes politiques est qu’ils sont libres d’appliquer le programme pour lequel ils ont été élus. Si tel était le cas, pourquoi donc oublient-ils tous si facilement des promesses qui leur ont bien servis pour attirer les votes mais qu’ils ne peuvent plus respecter une fois élus.

Retrouver la suite de cette analyse sur la page : Démocraties ou ploutocraties ?

   Envoyer l'article en PDF   

Comment Johnson nous a fait marcher sur la lune


Par Laurent Guyénot – Le 25 décembre 2021 – Source Unz Review


Du Vietnam à la lune

Si John Kennedy n’avait pas été assassiné, il n’y aurait pas eu de Guerre du Vietnam pour les Américains. Cette question, naguère débattue, est aujourd’hui réglée, grâce à des historiens comme James Douglass. Robert Kennedy Jr. résume le dossier dans son livre American Values1 :

[JFK] a obstinément refusé d’envoyer des troupes de combat au Vietnam, ce qui lui a valu l’antipathie des libéraux et des conservateurs, qui lui ont reproché d’avoir “jeté l’éponge” dans la lutte contre le communisme international. […] Lorsque Johnson s’est rendu au Vietnam en mai 1961 à la demande de Jack [John], il est revenu fermement convaincu qu’il était insuffisant d’envoyer des conseillers militaires et du matériel : la victoire exigeait des troupes de combat américaines capables d’une action indépendante contre les combattants de la guérilla.

 

Pratiquement tous les conseillers de Jack étaient d’accord, mais le Président a fermement résisté, affirmant que nous pouvions soutenir les Sud-Vietnamiens mais que nous ne pouvions pas lutter pour eux. En y repensant plus tard, [Maxwell] Taylor [chef des états-majors] observa : “Je ne me souviens de personne qui était fortement contre [l’envoi de troupes de combat au Vietnam], à l’exception d’un homme, et c’était le Président. Le Président ne voulait tout simplement pas être convaincu que c’était la bonne chose à faire. C’était vraiment la conviction personnelle du Président que les troupes terrestres américaines ne devraient pas entrer.”

Le 11 octobre 1963, cinq semaines avant sa mort, JFK a contourné son propre Conseil de sécurité nationale et a publié le mémorandum d’action de sécurité nationale 263, officialisant le retrait du Vietnam de “1 000 militaires américains d’ici la fin de 1963” et “la majeure partie du personnel américain d’ici la fin de 1965”. Le 20 novembre 1963, deux jours avant son voyage à Dallas, Jack a annoncé lors d’une conférence de presse un plan pour évaluer “comment nous pouvons sortir les Américains de là-bas. Maintenant, c’est notre objectif, ramener les Américains à la maison.” Le lendemain matin, il passa en revue une liste de victimes pour le Vietnam indiquant que soixante-treize Américains y étaient morts à ce jour. Ébranlé et en colère, Jack déclara à son attaché de presse adjoint, Malcolm Kilduff, “Après mon retour du Texas, cela va changer. Il n’y a aucune raison pour que nous perdions un autre homme là-bas. Le Vietnam ne vaut pas une autre vie américaine.” Le 24 novembre 1963, deux jours après la mort de Jack, Lyndon Johnson a rencontré l’ambassadeur américain au Vietnam, Henry Cabot Lodge, que Jack avait été sur le point de renvoyer pour insubordination. LBJ déclara à Lodge : “Je ne serai pas le président qui a vu l’Asie du Sud-Est suivre le même chemin que la Chine.” En fin de compte, 500 000 Américains […] sont entrés dans les rizières du Vietnam et 58 000 ne sont jamais revenus . »

Continuer la lecture

  1. Robert F. Kennedy, Jr., American Values: Lessons I Learned from My Family, HarperLuxe, 2018, pp. 226-229.