Une défaite électorale de Netanyahou n’annoncera pas la rédemption d’Israël

Par Gideon Levy – Le 1er mars 2015 – Source Haaretz 

Arrêtons de clouer au pilori le Premier ministre : les changements seront bien moindres que prévus si le centre-gauche prend le pouvoir.

 [Commentaire de Norman Finkelstein : Hélas, il a tout à fait raison]

Benjamin Netanyahu n’a pas anéanti ou détruit les relations d’Israël avec les États-Unis. C’est bien dommage, car peu de choses ont corrompu Israël plus que ses relations perverties avec l’Amérique. Le Premier ministre israélien n’a fait que détruire ses relations personnelles avec l’administration US actuelle. Ce n’est pas une bonne chose, mais ce n’est pas catastrophique.

Continuer la lecture de Une défaite électorale de Netanyahou n’annoncera pas la rédemption d’Israël

Les US veulent armer les Forces ukrainiennes: A qui cela profiterait-il réellement?

Glenn Greenwald

 – L

Clapper - USAIl est facile d’oublier qu’il y a seulement deux ans, le président Obama était déterminé à bombarder la Syrie et à éradiquer le régime d’Assad, et que les institutions de l’establishment américains travaillaient à jeter les bases de cette campagne. NPR (National Public Radio) a alors commencé à publier consciencieusement les rapports de responsables américains anonymes selon lesquels la Syrie avait stocké de grandes quantités d’armes chimiques; le NYT signalait qu’Obama augmentait l’aide aux rebelles et redoublait d’efforts pour rallier une coalition de pays qui voulaient comme lui renverser Assad; le Secrétaire d’État John Kerry affirmait que la destitution d’Assad était «une question de sécurité nationale… et une question de crédibilité pour les États-Unis d’Amérique.»

Ceux qui s’opposaient à la campagne de bombardement anti-Assad pour le changement de régime ont fait valoir que si une partie de la rébellion était composée de Syriens ordinaires, les rebelles que les Etats-Unis voulaient armer et faire monter en puissance (c’est-à-dire, les seuls combattants anti-Assad efficaces) étaient en réalité de violents extrémistes et même des terroristes alignés sur al-Qaida et pire. Ceux qui disaient cela étaient invariablement accusés d’être des apologistes d’Assad parce qu’il se trouvait qu’Assad utilisait le même argument: à savoir que les combattants qui lui donnaient le plus de mal étaient les djihadistes et les terroristes.

Mais, à Washington, cet argument est rapidement passé d’argument tabou à argument plein de sagesse quand il est devenu nécessaire de justifier l’engagement américain en Syrie. Les États-Unis sont maintenant en train de bombarder la Syrie, bien sûr, mais ils ne se battent plus contre Assad, le dictateur syrien est (une fois de plus) l’allié et le partenaire de l’Amérique. L’argument utilisé pour justifier la campagne de bombardements étasunienne est le même que celui qu’Assad invoquait depuis longtemps: à savoir que ceux qui se battent contre lui sont pires que lui parce qu’ils sont alignés sur al-Qaida et ISIS (même si les États-Unis ont financé et armé ces factions pendant des années et que leurs alliés les plus proches dans la région continuent de le faire).

Une dynamique similaire est à l’œuvre en Russie et en Ukraine. Hier, James Clapper, haut responsable de la sécurité nationale d’Obama et directeur du renseignement national, a déclaré à un comité du Sénat «qu’il soutenait l’armement des forces ukrainiennes contre les séparatistes russes soutenus par la Russie», selon le Washington Post. Les États-Unis ont déjà fourni une aide non létale aux forces ukrainiennes, et Obama a dit qu’il envisageait maintenant de les armer. A qui, exactement, cela donnerait-il plus de puissance?

Le président russe Vladimir Poutine dit depuis le coup d’État ukrainien de l’année dernière que le régime qui lui a succédé à Kiev est dirigé par des ultra-nationalistes, fascistes, et même des factions néo-nazies. La chaîne de télévision russe RT parle également souvent du «rôle actif que des groupes d’extrême-droite jouent dans le camp pro-gouvernemental en Ukraine depuis le coup de force de l’année dernière.»

Et de ce fait, quelqu’un qui souligne qu’armer le régime de Kiev renforcerait les fascistes et les néo-nazis est immédiatement accusé de défendre Poutine: exactement comme ceux qui disaient que les meilleurs combattants anti-Assad étaient affiliés à al-Qaida avaient été accusés de défendre Assad (jusqu’à ce que ce soit devenu la position officielle du gouvernement des États-Unis). Les médias américains décrivent invariablement le conflit ukrainien comme le noble combat des démocrates pro-occidentaux épris de liberté de Kiev contre les violents oppresseurs séparatistes de l’Est soutenus par la Russie.

Mais comme ce fut le cas en Syrie, alors qu’une partie des gens impliqués dans le coup d’État ukrainien étaient des Ukrainiens ordinaires luttant contre un régime corrompu et oppressif, les allégations concernant les voyous fascistes qui se battent pour le gouvernement de Kiev sont absolument exactes. Dans un article de Foreign Policy qu’il a écrit dans l’est de l’Ukraine en août dernier, Alec Luhn observe:

Les forces pro-russes ont dit qu’elles se battaient contre des nationalistes ukrainiens et des fascistes et dans le cas d’Azov et d’autres bataillons, ces affirmations sont globalement exactes… Le Bataillon Azov, dont l’emblème comprend également le Soleil noir, symbole occulte utilisé par les SS nazis, a été fondé par Andriy Biletsky, le chef des groupes néo-nazis Assemblée nationale-socialiste et Patriotes d’Ukraine.

En septembre, après avoir passé du temps avec les forces pro-Kiev d’Azov, Shaun Walker les a qualifiées dans un article du Guardian de «force la plus puissante et la plus sûre de l’Ukraine sur le champ de bataille contre les séparatistes». Bien que rejetant comme exagérées les craintes russes que ces groupes aient l’intention de procéder au nettoyage ethnique de toute l’Ukraine, Walker a reconnu le «penchant vers l’extrême droite et même le néo-nazisme de plusieurs de ses membres, et a noté que Amnesty International a appelé le gouvernement ukrainien à enquêter sur les violations des droits et les éventuelles exécutions sommaires commises par Aidar, un autre bataillon.» Ce qui inquiétait le plus Walker était que ces milices fascistes avaient l’intention, une fois les séparatistes vaincus, de prendre le contrôle de Kiev et d’imposer leur vision ultra-nationaliste à l’ensemble du pays.

Après le coup d’État à Kiev, les médias étasuniens grand public ont préféré ignorer la nature gênante des forces pro-gouvernementales, et seuls de rares commentateurs en ont fait état. En janvier de l’année dernière, pendant le coup d’État, Seumas Milne, du Guardian, a indiqué que le récit moralisant de l’Ouest sur l’Ukraine – les combattants-de-la-démocratie-versus-les-oppresseurs-de-Poutine – «n’avait qu’un rapport lointain avec la réalité et que, au contraire, les nationalistes d’extrême droite et les fascistes étaient au cœur des manifestations et des attaques contre des bâtiments gouvernementaux». La chaîne 4 anglaise a montré le rôle central joué par les ultra-nationalistes d’extrême droite dans le coup d’État, et noté que le sénateur John McCain s’était rendu dans la capitale ukrainienne (photo ci-dessus) et avait partagé la scène avec les pires éléments fascistes. Justin Raimondo de Antiwar.com signale depuis longtemps «l’ascension d’un mouvement de masse profondément fasciste dans les couloirs du pouvoir à Kiev, notant que, loin de ne représenter qu’une poignée d’éléments asociaux, les militants des deux principaux partis fascistes en Ukraine – Svoboda et Secteur droit – fournissaient le gros des forces dont les insurgés avaient besoin pour prendre les bâtiments du gouvernement à Kiev et dans l’Ukraine de l’Ouest».

Ces faits sont devenu si flagrants que même les organisations les plus conventionnelles de l’Ouest sont maintenant obligées de les noter. La semaine dernière, Vox a publié un article d’Amanda Taub sur «environ 30 des armées privées qui se battent dans le camp ukrainien, dont les combattants sont accusés de violations graves des droits humains, comme les enlèvements, la torture et les exécutions extrajudiciaires». Tout en affirmant que ces milices opèrent en grande partie séparément du gouvernement central de Kiev, Taub note néanmoins qu’elles ont pris une place centrale dans la lutte contre les séparatistes, et reconnaît clairement que les officiels de Kiev les utilisent:

Les milices ont également accru leur pouvoir du fait que le gouvernement ukrainien, dirigé par le nouveau président Petro Porochenko, leur a donné des amis hauts placés. Par exemple, Arsen Avakov, le ministre de l’Intérieur de Porochenko, était auparavant le chef du bloc politique de l’ancienne Première ministre Ioulia Timochenko en Ukraine orientale. Il a conclu une alliance de longue date avec les membres du Bataillon Azov, une organisation d’extrême-droite dont les membres sont connus pour promouvoir l’anti-sémitisme et les opinions néo-nazies. Avakov a utilisé sa position pour soutenir le groupe, allant jusqu’à nommer Vadim Troyan, un adjoint d’Azov, chef de la police de toute la région de Kiev. Et le leader d’Azov, Andriy Biletsky, est maintenant aussi membre du parlement.

Et The Intercept a publié hier un reportage de Marcin Mamon sur l’aide que les djihadistes apportent au gouvernement de Kiev dans le conflit.

La propagande médiatique américaine a non seulement cherché à glorifier le régime de Kiev en ignorant tous ces éléments, mais a aussi activement diabolisé les séparatistes en les faisant passer pour des pions contrôlés par Poutine. En fait, comme Max Seddon de BuzzFeed l’explique dans un excellent article écrit depuis un bastion séparatiste d’Ukraine orientale, ceux qui luttent contre Kiev ont de nombreux griefs importants contre le gouvernement ukrainien, mais ceux-ci n’ont rien à voir avec l’agenda de Poutine dans la région, notamment sa violence contre les civils et son mépris ancré pour les résidents de l’Est:

Dans les zones mêmes que l’Ukraine voudrait reprendre, les bombardements presque incessants de l’artillerie et le terrible blocus économique ont amené les positions à un point de non-retour. Presque chaque jour, des bombardements ôtent la vie à des civils: la mère, le mari, l’enfant de quelqu’un. Et chaque jour, la perspective d’une réconciliation entre les millions de citoyens ukrainiens ici et le gouvernement ukrainien semble plus lointaine.

Nous sommes dont bien en présence d’un nouveau cas où le gouvernement américain – comme toujours suivi de près par ses médias – fabrique une narrative morale manichéenne pour justifier l’intervention des États-Unis et son militarisme. Tout comme les États-Unis ont passé des années à financer et armer ces mêmes éléments extrémistes qu’ils prétendent maintenant vouloir combattre – en Libye, en Syrie et bien avant encore en Afghanistan – armer les forces ukrainiennes ferait monter en puissance une horde monstrueuse de fascistes et de sympathisants nazis purs et durs. Le coup d’État lui-même, que le gouvernement américain a soutenu, a presque certainement eu ce même effet.

La démarche étasunienne consistant à accroître le pouvoir de ces voyous constitue-t-elle un pattern ou un bug ? Il n’est pas rare de voir les États-Unis armer et soutenir des fascistes et autres tyrans du même genre en toute connaissance de cause s’ils pensent que cela servira leurs intérêts (voir l’article de David Ignatius de ce matin qui dit que le dictateur égyptien, le général Abdel Fata Sisi ne vaut pas mieux que Moubarak en ce qui concerne les violations des droits humains, mais que les États-Unis doivent continuer à le soutenir fermement pour qu’il préserve la stabilité). Mais au moins, quand les Etats-Unis couchent avec des régimes comme les Saoudiens ou les Égyptiens, la plupart des gens savent quel genre d’alliés ils embrassent. Dans le cas de l’Ukraine, ces faits ont été presque entièrement exclus du discours dominant. Maintenant qu’un des hauts-responsables de la sécurité nationale d’Obama appelle expressément à armer ces forces, il est essentiel que la vraie nature des alliés de l’Amérique dans ce conflit soit bien comprise.

Glenn Greenwald 

Traduit par Dominique Muselet pour le Saker Francophone

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La marine russe chez elle à Chypre au grand dam de l’UE

le 26 février 2015 – Source Russia Today

Russian missile cruiser Moskva. (Reuters/Stringer)

Croiseur lance-missile russe Moskva (Reuters/Stringer)

La marine russe continuera d’avoir accès aux ports chypriotes pour ses escales en Méditerranée, après un accord signé entre les deux pays pour prolonger les accords de coopération militaire existants.

L’accord qui s’applique aux vaisseaux russes luttant contre le terrorisme et la piraterie maritime avait été conclu à Moscou entre le président Vladimir Poutine et son homologue chypriote, Nicos Anastasiades. La signature est intervenue au milieu des tensions et des sanctions entre l’UE et la Russie à propos des conflits militaires en Ukraine.

Continuer la lecture de La marine russe chez elle à Chypre au grand dam de l’UE

Un amiral US:
Les Chinois ont plus de sous-marins que nous!

Le 26 février 2015 – Source Russia Today

Reuters/Guang Niu

La marine chinoise possède aujourd’hui davantage de sous-marins d’attaque diesel et nucléaires, a annoncé un amiral de l’US Navy à des députés. Certains d’entre eux sont assez surprenants et Beijing a de nouvelles façons d’étendre sa puissance sur les mers.

Les Chinois expérimentent de nouveaux emplacements géographiques, de nouvelles durées de mission et de nouvelles armes, a déclaré mercredi le vice-amiral Joseph Mulloy, chef adjoint pour les capacités et les ressources des opérations navales, à la sous-commission pour les forces navales du Comité des Forces armées.

Continuer la lecture de Un amiral US:
Les Chinois ont plus de sous-marins que nous!

Bannir les robots tueurs et autres menaces à venir

Seth Baum 

Par Seth Baum – Le 22 février 2015 – Bulletin of the Atomic Scientists

Deux fois seulement dans l’histoire, des nations se sont mises d’accord pour interdire une arme avant qu’elle n’ait jamais été utilisée.

En 1868, les grandes puissances ont signé la Déclaration de Saint-Pétersbourg pour interdire les balles explosives qui, en diffusant des fragments de métal dans le corps de la victime, causaient plus de souffrance que les balles ordinaires. Et le Protocole de 1995 sur les armes à laser aveuglantes a maintenant 104 signataires qui ont accepté d’interdire ces armes au motif qu’elles pourraient causer des souffrances excessives aux soldats en les rendant définitivement aveugles.

Aujourd’hui, un groupe d’ONG s’efforce de faire interdire une autre arme qui n’a pas encore été utilisée, une arme entièrement autonome qu’on appelle le robot tueur. En 2012 ce groupe a mené la Campagne pour arrêter le robot tueur dans le but d’obtenir son interdiction. A la différence des drones téléguidés couramment utilisés aujourd’hui, ces robots militaires sont des armes totalement autonomes; ils sont programmés pour prendre des décisions par eux-mêmes. Une fois déployés, ils identifient des cibles et les attaquent sans aucune autorisation humaine. Il n’en existe pas encore, mais la Chine, Israël, la Russie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis développent activement cette nouvelle technologie, selon la Campagne.

Continuer la lecture de Bannir les robots tueurs et autres menaces à venir

Y a pas photo ?

Par Jason Ditz- Le 24 février 2015 – Source Antiwar.com 

En dépit des photos et des témoignages, l’Ukraine nie que les rebelles retirent leurs armes lourdes du front

L’armée ukrainienne prétend au contraire qu’ils renforcent secrètement leurs forces.

Dimanche, les rebelles ont annoncé qu’ils retiraient leurs armes lourdes des lignes de front de la guerre civile en Ukraine, en vertu de l’accord de cessez-le feu conclu à Minsk, au début du mois.

Il y a des photos de ce retrait, et les journalistes de Reuters ont rapporté qu’ils avaient vu plusieurs convois rebelles d’artillerie et d’armes anti-aériennes quitter Debaltsevo en direction de Donetsk, la capitale. L’armée ukrainienne continue de dire que c‘est un stratagème.

Toutes les photos sont là

Les porte-paroles de l’armée ont affirmé que le retrait n’était que des paroles en l’air, et que les rebelles renforçaient en fait leurs effectifs sur la ligne de front, en dépit des apparences

Les dénégations de l’armée ukrainienne ont surtout pour objectif de justifier leur propre décision de revenir sur le retrait des armes lourdes, mais n’en reflète pas moins leur bizarre déconnexion des faits réels et des preuves. En plus de voir partout des invasions russes que personne d’autre ne voit jamais, ils prétendent maintenant que les gens ne voient pas ce qu’ils voient.

Traduit par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les Etats-Unis poussent à l’escalade en armant Kiev par l’intermédiaire d’Abu Dhabi

Le 24 février 2015 – Source Moon of Alabama

En dépit des profondes inquiétudes exprimées par leurs alliés européens, les États-Unis trahissent leur propres déclarations de ne pas livrer d’armes à l’Ukraine et augmentent ainsi les chances de l’élargissement d’une guerre catastrophique en Europe.

Le président issu du coup d’État ukrainien Porochenko est allé  au salon international des armes à Dubaï. Là, il a rencontré le chef des ventes d’armement militaire états-unien.

ABU DHABI – Le président ukrainien Petro Porochenko doit rencontrer, ici, des entreprises de défense américaines, mardi, lors du grand salon de l’armement, même si le gouvernement américain n’a pas autorisé les firmes à vendre des armes létales à Kiev.

Frank Kendall, le responsable des achats du Pentagone doit rencontrer une délégation ukrainienne lundi soir, cependant Porochenko ne devrait pas être là. Kendall, dans une interview, a dit qu’il apportera un message de soutien des États-Unis.

«Je pense que la conversation portera sur leurs besoins, a déclaré Kendall au site d’information Défense One quelques heures avant la réunion. Nous sommes limités pour l’instant dans ce que nous sommes en mesure de leur fournir, mais quand nous pouvons rendre service, nous le faisons.»

Porochenko, poussé par ses sponsors américains néocons, veut la guerre totale avec la Russie. Le vice-ministre des Affaires étrangères de Porochenko, actuellement en visite au Canada, a relayé le message:

Le vice-ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine dit qu’il se prépare à une guerre totale contre la Russie et veut que le Canada l’aide en lui fournissant des armes létales et la formation qui va avec.

Vadym Prystaiko, qui jusqu’à l’automne dernier était l’ambassadeur d’Ukraine au Canada, dit que le monde ne doit pas avoir peur de se joindre à l’Ukraine dans sa lutte contre une puissance nucléaire.

Dans l’esprit de ces gens mener une guerre totale contre une superpuissance nucléaire comme la Russie n’est pas un problème. Ce sont vraiment des fous.

La Russie dit que si les États-uniens livrent des armes à l’Ukraine, cela créera un vrai problème. Les Russes ne parlent pas pour ne rien dire. Juste pour donner un aperçu de la manière dont elle contrecarrerait un tel problème, la Russie vient de proposer à l’Iran de lui vendre un système de défense antimissile S-300 amélioré :

Sergei Chemezov, directeur général de la société de défense russe Rostec, a déclaré que Téhéran envisageait de leur acheter un système Antey-2500, un système de défense anti-aérienne à capacités anti-balistiques.

L’Antey-2500 est un système mobile de missiles sol-air qui offre des capacités améliorées de combat, permettant la destruction d’avions et de missiles balistiques à une distance d’environ 2 500 km, selon son fabricant, Almaz-Antey.

Le système a été développé à partir d’une version moins avancée – le système S-300V des années 1980 – qui a une portée de 200 km. Un contrat de 2007 pour fournir le système S-300 à l’Iran avait été annulé en 2010, sous la pression des Etats-Unis et d’Israël…

Un tel système en Iran, en cas de conflit, mettrait en danger tous les avions états-uniens au Moyen-Orient.

Mais cette menace n’a pas fait reculer les États-Unis. Comme l’a dit le marchand d’armes des États-Unis à Abu Dhabi : «Quand nous pouvons rendre service, nous le faisons.» Les États-Unis vont maintenant blanchir leur programme d’armement de Kiev grâce à leurs dictatures-clientes du Moyen-Orient :

Christopher Miller @ChristopherJM

Porochenko, les Émirats arabes unis sont d’accord pour livrer certains types d’armements et de matériel militaire à #Ukraine.

Les Émirats arabes unis ne sont pas connus pour être des fabricants d’armes. Mais ils achètent beaucoup d’armes américaines. Ils vont maintenant les transférer à l’Ukraine pendant que les États-Unis jureront leurs grands dieux qu’ils n’arment pas l’Ukraine. S’imaginent-ils qu’on va les croire ?

Voilà encore une dangereuse escalade du conflit en Ukraine due aux machinations américaines. Cela se produit au moment même où la Russie, la France, l’Allemagne et l’Ukraine se réunissent à Paris pour essayer d’accélérer la mise en œuvre de l’accord de Minsk 2 sur le cessez-le-feu et trouver une solution politique de la guerre civile en Ukraine:

Lundi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’Ukraine, Yevhen Perebyinis, a dit que pendant leur réunion à Paris, le quatuor des ministres des Affaires étrangères se concentrera sur la mise en œuvre des accords de Minsk et le retrait de l’artillerie lourde dans le Donbass.

Le gouvernement ukrainien a déclaré qu’il ne retirerait pas son artillerie aussi longtemps qu’il y aurait des escarmouches autour de quelques points chauds le long de la ligne du cessez-le-feu. A Shirokyne, à l’est de Marioupol, le bataillon néo-nazi Azov pro-gouvernemental continue d’attaquer les fédéralistes. La propagande ukrainienne soutient que les fédéralistes se préparent à attaquer Marioupol. C’est absurde et les fédéralistes ont nié avoir l’intention de poursuivre les combats. Contrairement au gouvernement ukrainien, les fédéralistes ont commencé à retirer leur artillerie et continueront à le faire.

Le gouvernement ukrainien viole l’accord de Minsk 2 en ne retirant pas son artillerie lourde de la ligne du cessez-le feu. Les États-Unis arment l’armée ukrainienne et vont bientôt entraîner les forces volontaires néo-nazies de la garde nationale.

Les grandes puissances européennes, l’Allemagne, la France et la Russie, essaient de calmer le conflit. Les États-Unis et leurs caniches de Kiev continueront à jeter de l’huile sur le feu. Si les Européens ne parviennent pas à contrecarrer Washington, l’Ukraine s’enflammera et l’Europe avec elle.

Dans la prochaine escalade, les livraisons états-uniennes d’armes à Kiev seront blanchies par l’intermédiaire d’Abu Dhabi.

Traduit par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

À l’insu de son plein gré
Le vice-président US fait don d’un radar ultra-moderne au musée de l’armée russe

Le 20 février 2015 – Source Moon of Alabama

Via TASS – Le musée technique de l’armée de la Fédération de Russie tient à exprimer sa gratitude au vice-président américain Joe Biden pour le don du radar léger anti-mortiers AN / TPQ-48A , NSN 5840-01-541-8783, N° de série 369 à notre musée. Nous avons l’intention d’ajouter le système, après une courte période d’évaluation technique, à notre exposition publique permanente.

Le communiqué de presse ci-dessus n’a pas encore été écrit.
Mais il pourrait bientôt être publié.

Continuer la lecture de À l’insu de son plein gré
Le vice-président US fait don d’un radar ultra-moderne au musée de l’armée russe

Les combattants du Donbass remercient les USA pour leurs cadeaux

Le 23 février 2015 – Source Russia Insider

Un outil de haute technologie est maintenant entre les mains des combattants novorusses, ceci grâce à la courtoisie des USA qui ont offert des fournitures militaires à l’Ukraine qui les a laissées sur place lors de son retrait de Debaltsevo.

 

Pas d’inquiétude c’est une arme non-létale

À en juger par le rapport de LifeNews du 19 février 2015, les combattants de Novorussie peuvent désormais collecter leurs trophées après le départ des troupes ukrainiennes de Debaltsevo. Entre autres trouvailles, un ensemble complexe LCMR (Radar léger anti-mortiers), fourni par les États-unis dans le cadre de l’assistance militaire à l’Ukraine. En effet, les Etats-Unis avaient décidé d’envoyer aux forces armées d’Ukraine 20 LCMR, dont les trois premiers ont été livrés en novembre 2014.

Selon les informations reçues par notre blog de sources plus que sérieuses (en russe), peu de temps après leur transfert, l’une des stations a été endommagée pendant le transport, puis une autre station a été endommagée par des tirs d’artillerie de l’ennemi à la première tentative d’utilisation au combat par les forces armées ukrainiennes.

On peut supposer que ce LCMR abandonné par les troupes ukrainiennes dans Debaltsevo est donc le troisième de cette malheureuse première livraison de stations.

Traduit par Toma, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La Paix?
L’Ukraine prépare une guerre totale contre la Russie

Par Tyler Durden – Le 21 février 2015 – Source Zérohedge

Et demande des armes létales à l’Ouest

«Nous ne voulons effrayer personne, mais nous nous préparons pour la guerre totale, avertit Vadym Prystaiko – le ministre des Affaires étrangères adjoint de l’Ukraine – sur CBC pendant une interview stupéfiante en disant que nous nous attendons à ce que le monde nous soutienne un peu».

Exigeant que l’Ouest «fournisse des armes létales, enrage Prystaiko, tout le monde a peur de se battre contre un état nucléaire. Nous n’avons plus peur désormais».

Venant juste une semaine après le Sommet de Minsk et l’accord de paix, puis l’Allemagne ayant averti qu’il était peu probable qu’elle puisse empêcher les transferts d’armes vers l’Ukraine, Prystaiko conclut: «Nous voudrions qu’ils (l’Occident) envoient des armes létales vers l’Ukraine… des armes pour nous permettre de nous défendre

Le ministre adjoint des Affaires étrangères  d’Ukraine dit qu’il se prépare pour la guerre totale contre la Russie et veut que le Canada l’aide en fournissant des armes mortelles et dispense la formation pour les utiliser.

Continuer la lecture de La Paix?
L’Ukraine prépare une guerre totale contre la Russie