Le paysage stratégique le plus déroutant qui soit


C’est la première fois que d’autres dictent à l’Occident des instructions plutôt que d’en recevoir sur la manière de se conformer aux lignes rouges américaines.


Par Alastair Crooke – Le 13 décembre 2021 – Source Strategic Culture

Un soupir de soulagement presque audible a résonné dans les couloirs occidentaux. Bien qu’il n’y ait pas eu de percée lors de la réunion virtuelle de l’équipe Biden-Poutine, les discussions ont, sans surprise, été fortement axées sur le sujet de préoccupation immédiat : l’Ukraine, dans un contexte de crainte généralisée que le volcan ukrainien n’entre en éruption à tout moment.

Lors de la réunion, il a été convenu de lancer une discussion de « basse intensité », de gouvernement à gouvernement, sur les lignes rouges de la Russie et sur l’arrêt de l’expansion de l’OTAN vers l’est. Jake Sullivan a toutefois jeté un froid suite à cette proposition en soulignant fermement que les États-Unis n’avaient pris aucun engagement sur ces deux questions. Biden (comme annoncé à l’avance) a mis en garde contre de fortes mesures notamment économiques si la Russie intervenait en Ukraine. Continuer la lecture

Le compte à rebours géostratégique va commencer


Le bloc occidental est confronté à de graves remises en cause de l’équilibre géostratégique qui favorisait ses intérêts. Les autres parties, comme la Chine, l’Iran et la Russie, sont encouragées à tracer chaque jour davantage de lignes rouges à mesure que la situation évolue en leur faveur.


Par Alastair Crooke– Le 10 décembre 2021 – Source Al Mayadeen

Le premier cycle de négociations à Vienne sous l’égide du JCPOA, soutenu par une importante équipe de négociateurs iraniens, a peu surpris ceux qui ont écouté ce que l’administration de Raïssi a dit très clairement au cours des derniers mois. Le négociateur en chef iranien, Ali Bagheri-Kani, a présenté deux projets pour examen ultérieur lors de cette session et des sessions suivantes, et a promis un nouveau projet à son retour de Téhéran en milieu de semaine. Continuer la lecture

Négociations sur le nucléaire iranien. Les négociateurs occidentaux ne veulent pas comprendre la position de l’Iran.


Par Moon of Alabama – Le 3 décembre 2021

Cette semaine, de nouvelles négociations sur un retour des États-Unis à l’accord nucléaire avec l’Iran ont eu lieu. Pour les replacer dans leur contexte et comprendre les différentes positions, il est utile de revenir sur la façon dont cela s’est passé.

Continuer la lecture

Perdre militairement et stratégiquement, pour « gagner » politiquement (mais de façon éphémère)


Au lendemain de la débâcle du retrait de Kaboul, l’administration américaine est pressée de donner à Biden un semblant de succès en politique étrangère.


Par Alastair Crooke – Le 8 novembre 2021 – Source Strategic Culture

Les contradictions se multiplient : d’une part, les « faucons sur la Chine » de l’administration américaine accélèrent le grignotage, morceau par morceau, de l’engagement en faveur de la « Chine unique » et incitent Taipei à penser que les États-Unis « couvrent ses arrières », au cas où la Chine tenterait une réunification avec l’île par la force militaire. Pourtant, Taïwan finira par être intégrée à la Chine, car cette dernière ne manquera pas de l’emporter militairement, si les choses venaient à se gâter. Cependant, Washington considère peut-être ce harcèlement tactique de Pékin comme un succès politique d’une « action par capillarité », même si la destination finale de Taïwan est gravée dans la pierre. Continuer la lecture

Aperçu stratégique du triangle russo-israélo-syrien


Par Andrew Korybko − Le 21 novembre 2021 − Source oneworld.press

andrew-korybko

OneWorld publie l’intégralité de l’interview accordée par Andrew Korybko à Giorgio Cafiero à ce sujet, dont des extraits ont été intégrés par ce dernier à son article récent pour Inside Arabia, sous le titre « La relation de travail d’Israël avec la Russie en Syrie. »

Continuer la lecture

Et si les pourparlers du 29 novembre sur le JCPOA échouaient ?


Que pourrait-il donc se passer, si les pourparlers échouaient ? Le JCPOA serait-il enterré ?


Par Alastair Crooke – Le 19 novembre 2021 – Source Al Mayadeen

Les augures ne sont pas encourageants. Après un certain retard, dans le sillage de la formation d’une nouvelle administration en Iran, les pourparlers sont prévus pour la fin de ce mois. Washington semble toutefois incapable de fixer un cap pour ces discussions. Elle a augmenté la pression sur l’Iran, bien que légèrement, mais il n’y a aucun signe d’un plan américain alternatif – un plan B – si les pourparlers ne sont pas renouvelés ou si aucun accord n’est conclu avec les États-Unis. En effet, l’équipe Biden semble hésiter à négocier un retour de l’Iran (et des États-Unis) à l’accord de 2015 « tel quel » , ou à faire tout son possible pour obtenir un accord « plus long et plus fort ». Continuer la lecture

Croire qu’ « Israël » demandera la permission avant d’agir


En cas d’échec des négociations de Vienne, soit « Israël » devra s’accommoder du fait que l’Iran est une puissance nucléaire « seuil » , soit il devra se préparer à une guerre régionale sur plusieurs fronts.


Par Alastair Crooke – Le 7 novembre 2021 – Source Al Mayadeen

Au début du mois, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré que son pays était en guerre froide avec l’Iran et qu’il prévoyait de vaincre la République islamique de la même manière que Ronald Reagan avait soi-disant vaincu l’Union soviétique : « Nous sommes en guerre froide avec l’Iran. Au cours des 30 dernières années, l’Iran s’est positionné autour de nous pour nous détourner de nos objectifs ». M. Bennett a prévenu que l’Iran serait confronté à « des implications très graves s’il continuait à enrichir de l’uranium », et a souligné que Tel Aviv ferait « tout ce qui est nécessaire pour neutraliser cette menace », notamment en dépensant plus que l’Iran en matière de défense pour garder « un certain nombre de coups d’avance ». Continuer la lecture

Un JCPOA à la demande ?


Biden voulait avoir la possibilité d’entrer – et de sortir – de l’Accord à volonté.


Par Alastair Crooke – Le 31 octobre 2021 – Source Al Mayadeen

Trita Parsi, commentatrice de premier plan sur l’Iran, jette un nouvel éclairage sur les raisons pour lesquelles les pourparlers de Vienne sur un retour à l’accord nucléaire (le JCPOA) traînent en longueur : les grands médias occidentaux se sont empressés de suggérer que la lenteur de la reprise des pourparlers s’explique par le scepticisme de la nouvelle administration iranienne à l’égard de la sincérité de Washington quant à l’obtention d’un résultat permettant une levée significative des sanctions. Deuxièmement, il a été largement allégué que l’équipe de Raïssi a traîné les pieds, afin d’accumuler plus de leviers de négociation avant le prochain cycle de tractations à Vienne. Il semble que tout cela soit faux. Continuer la lecture

Comment se fait-il ? La si intelligente stratégie de Biden contre l’Iran échoue


Par Moon of Alabama – Le 22 octobre 2021

La semaine dernière, j’ai fait une remarque sur les négociations avec l’Iran :

Les discussions diplomatiques avec l’Iran n’échoueront que si l’administration Biden remet en question l’accord nucléaire et ne lève pas les sanctions imposées à l’Iran par l’administration Trump. Le seul problème est que Biden veut plus de concessions de la part de l’Iran que ce dernier avait accepté dans le cadre de l’accord JCPOA.

Nous apprenons maintenant que Biden ne veut pas seulement plus de concessions de la part de l’Iran mais qu’il veut aussi pouvoir réimposer des sanctions même si des concessions ont été accordées par l’Iran.

Biden veut le beurre et l’argent du beurre.

Continuer la lecture

La dispute Iran-Azerbaïdjan est une compétition pour les corridors de transport de la région


Par Pepe Escobar – Le 5 octobre 2021 – Source The Saker’s Blog

Des camps se forment pendant la querelle entre l’Iran et l’Azerbaïdjan. Mais cette dispute n’a rien à voir avec l’ethnie, la religion ou la tribu. Il s’agit surtout de savoir qui pourra forger les nouvelles voies de transport régional.

La dernière chose dont le processus complexe et en cours d’intégration eurasienne a besoin à ce stade, c’est de cette brouille entre l’Iran et l’Azerbaïdjan dans le Sud Caucase.

Continuer la lecture