Présidentielle US : un casting au potentiel dévastateur


Le 1er février 2016 – Source entrefilets

Après les huit ans bling bling du libidineux Clinton, les huit ans de sang du corporate-pantin Doobleyou, nous achevons donc les huit ans de vide absolu de Barak Hussein Obama, premier Président noir des États-Unis, mais uniquement cela.

Continuer la lecture de Présidentielle US : un casting au potentiel dévastateur

L’Homme d’État et l’Homme de Paille


Tandis qu’Obama a vomi une réthorique vide à l’ONU, Poutine a exposé un programme stratégique radical pour mettre un terme au chaos alimenté par les USA au Moyen-Orient


Par Christian B. Malaparte – Le 7 octobre 2015 – source The Voice of Idaho

Poutine a ravi le rôle de leader mondial à son malheureux vis-à-vis américain.
Préambule du traducteur

Stooge est systématiquement traduit par homme de paille, qui correspond bien à l'idée du stooge, quelqu'un placé là pour servir des intérêts particuliers. Faire-valoir, comparse, fantoche sont dans l'idée, mais ne permettaient pas la comparaison à la base de l'article, l'homme de paille et l'homme d’État. Sinon, habituellement, homme de paille est simplement traduit par strawman.

Corporatism en anglais (américain) désigne le système des grandes entreprises privées américaines, leur mode de fonctionnement, leurs intérêts, leurs stratégies, leur culture et d'une manière générale, leur influence et leur intrication dans la vie publique, citoyenne, ainsi que dans la mentalité de la nation. Le plus proche en Français serait peut-être le monde des affaires s'il ne lui manquait l'idée d'une organisation élaborée, d'une caste solidaire autour d'intérêts communs, privés, capable de suborner les pouvoirs politiques et civils. J'ai donc choisi de traduire corporatism par corporatisme, en référence à cette réalité américaine, un système.

En revanche, l'épithète attaché, corporate, se traduit moins facilement en corporatiste, qui prête à confusion. J'ai préféré adjoindre le syntagme d'entreprise chaque fois que c'était nécessaire, comme dans l'expression Corporate State qui devient État d'Entreprise, c'est-à-dire conforme au fonctionnement et aux intérêts des (grandes) entreprises (privées). De temps à autre, une note explicative est ajoutée entre crochets [...,NdT].

Si votre bulle a déjà éclaté [si vous n’êtes plus dupes], il vous sera pénible d’écouter jusqu’au bout [le discours d’Obama à l’ONU]. Et si d’une manière ou d’une autre vous y parvenez, vous développerez une conscience encore plus aiguë de sa rouerie. Et de votre propre dégoût.

Continuer la lecture de L’Homme d’État et l’Homme de Paille

Devant le refus des États-Unis de lutter contre État islamique, la Russie déploie des troupes en Syrie


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Le 19 septembre 2015 – Source Moon of Alabama

1er mai 2006Biden: Diviser l’Irak en 3 régions différentes

Le démocrate le plus influent du Comité des relations étrangères du Sénat a proposé, lundi, que l’Irak soit divisé en trois régions distinctes – kurde, chiite et sunnite – avec un gouvernement central à Bagdad.

Dans un article d’opinion paru, lundi, dans le New York Times, Joseph Biden, sénateur du Delaware, a écrit que l’idée «est de maintenir un Irak uni, mais en le décentralisant, en donnant à chaque groupe ethno-religieux […] de la place pour gérer ses propres affaires, tout en laissant le gouvernement central en charge des intérêts communs». Continuer la lecture de Devant le refus des États-Unis de lutter contre État islamique, la Russie déploie des troupes en Syrie

Le Pentagone choisit l’option nucléaire contre la Russie

Par Pepe Escobar – Le 28 juin 2015 – Source Russia Insider 

En seulement quinze ans, la Russie a pris deux générations d’avance sur les États-Unis dans le domaine des missiles et pourrait être en mesure de lancer la première une frappe nucléaire. Les États-Unis flippent.

Continuer la lecture de Le Pentagone choisit l’option nucléaire contre la Russie

Le chat, la souris et les systèmes anti-missiles


Le 19 avril 2015 – Source DEBKAfile

DEBKAfile est un site très proche des renseignements militaires israéliens, basé à Jérusalem. Il est spécialisé dans les commentaires et les analyses sur le terrorisme, l’espionnage, la sécurité nationale, militaire et les relations internationales, avec un accent particulier sur le Moyen-Orient [wikipédia]

Poutine avertit Israël : la vente d’armes à l’Ukraine pourrait déclencher la vente de S-300 russes à la Syrie

Radar du S-300

L’avertissement du président russe Vladimir Poutine adressé à Israël contre la vente d’armes à Kiev – en réponse aux missiles de défense aérienne S-300 fournis à l’Iran par la Russie – ajoute une dimension européenne en plaçant Israël directement au cœur du litige qui oppose Moscou aux États-Unis au sujet de l’Ukraine. La menace implicite du dirigeant russe de répliquer en fournissant le même système de lancement de missiles à la Syrie qu’à l’Iran renvoie à un autre litige entre, d’un côté, la Russie et, de l’autre, les États-Unis et Israël, à savoir, le conflit syrien.

Continuer la lecture de Le chat, la souris et les systèmes anti-missiles

Norman Finkelstein sur l’élection de Netanyahou, le racialisme en Israël et les «jihadistes juifs»

Par Sayed7asan – Le 25 mars 2015

Interview-débat entre Norman Finkelstein et Gil Hoffmann (Jerusalem Post), présenté par Peter Lavelle CrossTalk, Russia Today, 20 mars 2015.

Vidéo sous-titrée en français : Norman Finkelstein sur l’élection de Netanyahou, le racialisme et les «jihadistes juifs»

Vidéo originale intégrale : https://www.youtube.com/watch?v=elO0_NtL2iE

Traduction & sous-titres : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Continuer la lecture de Norman Finkelstein sur l’élection de Netanyahou, le racialisme en Israël et les «jihadistes juifs»

Comment Poutine a bloqué le pivot des États-Unis vers l’Asie

Par Mike WHITNEY – Le 6-8 mars 2015 – Source CounterPunch

«L'effondrement de l'Union soviétique a supprimé la seule limite au pouvoir de Washington qui l’empêchait d'agir unilatéralement à l'étranger... Soudain, les Etats-Unis se sont retrouvés le seul pouvoir, la seule superpuissance mondiale. Les néoconservateurs ont proclamé la fin de l'histoire.»

Paul Craig Roberts, ancien secrétaire adjoint du Trésor Américain

Proverbe russe
«
Ce n’est pas la faute du miroir si votre visage est tordu.»

Le 10 Février 2007, Vladimir Poutine a prononcé un discours à la 43e Conférence sur la sécurité de Munich qui a ouvert un fossé entre Washington et Moscou, fossé qui n’a fait que s’approfondir au fil du temps. Une heure durant, le président russe a critiqué de manière cinglante la politique étrangère américaine, se livrant à un acte d’accusation en bonne et due forme des interventions américaines dans le monde entier et de leur effet dévastateur sur la sécurité du monde. Poutine n’a probablement pas réalisé l’impact qu’aurait son réquisitoire sur l’assemblée réunie à Munich, ni la réaction des éminences grises états-uniennes, pour qui ces déclarations ont représenté un tournant dans les relations américano-russes. Mais, le fait est que l’hostilité de Washington envers la Russie remonte à cet incident particulier, à ce discours dans lequel Poutine s’est engagé publiquement en faveur d’un système mondial multipolaire, rejetant par là-même les prétentions à un Nouvel ordre mondial des élites américaines. Voici ce qu’il a dit:

«Je suis convaincu que le moment est venu de réfléchir sérieusement à l’architecture de la sécurité internationale. Et nous devons rechercher un équilibre raisonnable entre les intérêts de tous les participants au dialogue international

Continuer la lecture de Comment Poutine a bloqué le pivot des États-Unis vers l’Asie

Polar en Russie : qui a assassiné Boris Nemtsov

Le 1er mars 2015 – Source Moon of Alabama

Ainsi, quelqu’un a tué Boris Nemtsov tandis que cet homme de 56 ans marchait aux côtés de sa top model ukrainienne de 22 ans [Anna Duritskaya] sur un pont de Moscou. On peut voir des images de vidéosurveillance de la scène du crime.

En tant que vice-premier ministre de Boris Eltsine, Nemtsov fut au moins partiellement responsable de la dégénérescence de l’économie russe en système mafieux. Tout le monde – à l’exception de certains oligarques et des néolibéraux occidentaux – était heureux lorsque lui et le gang d’Eltsine durent quitter le pouvoir.

Après son éviction du pouvoir et jusqu’à hier, Nemtsov était un opposant politique très marginal représentant environ 1% des suffrages. Les communistes, le véritable parti d’opposition en Russie, représentent environ 20% des voix. Personne au sein du gouvernement n’avait la moindre raison de se soucier de Nemtsov ou de le craindre.

L’ancien président soviétique Gorbatchev pointe du doigt ceux qui vont tirer avantage de la mort de Nemtsov : 

Sollicité sur le fait que les forces anti-russes à l’étranger pourraient exploiter ce crime pour servir leur propre agenda, il a fait valoir que cela allait se produire sans le moindre doute.

«Bien sûr, certaines forces vont essayer de tirer profit de ce crime pour réaliser leur propre agenda – ils se demandent tous comment se débarrasser de Poutine, n’est-ce pas ? Mais après tout, je ne pense pas que l’Occident ira aussi loin que cela, qu’il va utiliser ce crime pour atteindre ses propres fins. Cependant, c’était là sans aucun doute l’objectif des criminels qui ont assassiné Boris. a-t-il déclaré. Les crimes de cette nature sont perpétrés par des exécuteurs qui sont difficiles à trouver. Tous les efforts doivent être faits pour trouver les criminels, a déclaré l’ex-président.»

Gorbatchev regarde toujours l’Occident  à travers des lunettes roses. L’Occident ne recourrait jamais au crime pour atteindre ses objectifs ? C’est d’une naïveté risible.

Et que dire de tous ces hommes politiques d’opposition légitimes et populaires qui se font actuellement suicider en Ukraine ?

Alors, qui l’a donc tué ?

Quelqu’un qui est lié au top model? Quelqu’un qui fut touché durant les privatisations mafieuses qui furent réalisées sous le régime de Nemtsov ? Quelque oligarque ukrainien désireux de creuser plus avant le schisme entre l’Occident et la Russie ? Un gouvernement occidental quelconque complotant en vue de la déstabilisation de la Russie ?

Je n’en sais pas plus que vous.

Traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

 Voir également

Vladimir Poutine en 2012 : nos ennemis cherchent à fabriquer des martyrs pour déstabiliser la Russie (VOSTFR)

Rappel à l’Occident : La Russie est pacifiste mais elle a toujours vaincu ses agresseurs (VOSTFR)

Vladimir Poutine triomphe : Kiev vaincu par le Donbass malgré l’implication de l’OTAN (VOSTFR)

Les provocations contre la Russie, par Israel Shamir

Vladimir Poutine : l’ours de la Taïga russe se dresse face aux Etats-Unis – VOSTFR

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Obama reporte la livraison d’armes à l’Ukraine

M.K Bhadrakumar

Par M K Bhadrakumar  – Le 10 février 2015 – Source  Indian Punchline

Ce qui est remarquable dans la transcription de la conférence de presse conjointe du président américain Barack Obama et de la chancelière allemande qui a suivi leur entretien sur l’Ukraine lundi à la Maison Blanche c’est le langage du corps qui apparaît. Au contraire du vice-président Joe Biden qui avait lancé des piques très peu diplomatiques contre Moscou lors de la conférence de sécurité de Munich deux jours plus tôt, Obama a fait usage d’une rhétorique conciliante et a même été jusqu’à reconnaître que le président russe Vladimir Poutine était un esprit rationnel qui prenait en compte tous les aspects des tensions avec l’Occident.

Continuer la lecture de Obama reporte la livraison d’armes à l’Ukraine

Khadhafi voulait partir paisiblement, pas sous la contrainte

Jérôme R. Corsi

Par Jérôme R. Corsi – Le 3 février 2015 – Source WND

L’auteur, Jerome Corsi, est diplômé de Harvard et journaliste au WND. Il a écrit plusieurs livres dont les Best Sellers du New Yrok Times, The Obama Nation et Unfit for Command. Son dernier livre est Qui a véritablement tué Kennedy?

Le dirigeant Libyen voulait partir dignement
Mouammar Kadhafi avec le Président Obama

NEW YORK – Un ancien membre du Congrès a donné des détails sur sa tentative de négocier une offre d’abdication avec Mouammar Kadhafi, pour essayer d’empêcher la guerre en Libye en 2011.

Continuer la lecture de Khadhafi voulait partir paisiblement, pas sous la contrainte