La réalité compte : Au-delà du brouillard mental de l’idéologie


Une fois le brouillard mental de l’idéologie levé, le retour de la particularité – enracinement, localité, communauté et civilisation – sera permis.


Par Alastair Crooke – Le 24 juillet 2022 – Source Al Mayadeen

C’est la fin d’une époque. C’est un monde nouveau dont la tête émerge timidement d’une coquille d’œuf brisée. La visite de Biden en « Israël » a donc représenté le long adieu d’une génération américaine spécifique à « Israël » et au Golfe, alors qu’une époque s’éteint. Le doyen de la presse israélienne, Ben Caspit, écrit en hébreu l’éloge funèbre de cette époque : « Rien ne symbolise mieux cet événement historique [la visite de Biden] que l’image sentimentale et (réellement) poignante du président de 79 ans se mettant à genoux devant deux femmes qui ont survécu à l’Holocauste, âgées de 86 et 95 ans, et refusant tout simplement de leur dire au revoir. Il a posé des questions, a montré de l’intérêt, a fait des câlins, a embrassé et a même essuyé une larme discrète. Biden n’a pas besoin de faire semblant quand il dit « qu’il n’est pas nécessaire d’être juif pour être sioniste… Il n’y a pas de sénateurs américains pro-« Israël » de cette génération qui n’admirent pas et même n’aiment pas les dirigeants israéliens en tant que tels » . Continuer la lecture

Deux architectures rivales s’affrontent


Le monde de l’après-24 février est vraiment différent. L’inexorable logique géopolitique actuelle veut que l’attention de l’Amérique se tourne ailleurs, et le monde voit des États-Unis plus faibles.


Par Alastair Crooke – Le 17 juillet 2022 – Source Al Mayadeen

Personne ne semble savoir exactement pourquoi Biden fait ce voyage au Moyen-Orient. C’est un mystère. Il est certain que ce n’est pas pour recevoir des éloges dans son pays : les linceuls de Jamal Khashoggi et de Shireen Abu Akleh tourbillonnent confusément autour de la délégation américaine, lui donnant le trac. Même dans les journaux américains les plus favorables, Biden est grillé en raison du risque pour la sécurité des journalistes qu’implique toute réconciliation avec MbS. Continuer la lecture

La déclaration de guerre économique et financière de l’UE contre la Russie pourrait générer des retours de flamme


Par Andrew Korybko − Le 1er mars 2022 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

Cela devrait terrifier les pays qui résistent au resserrement pratiqué par les États-Unis de leur hégémonie unipolaire en déclin, mais cela pourrait également générer des retours de flamme si ces pays coopèrent davantage pour accélérer la transition systémique globale en cours vers la multipolarité, pourvu que leurs dirigeants continuent de résister aux pressions étasuniennes.
Continuer la lecture

La vente à l’Inde par la Russie de missiles S-400 peut-elle provoquer l’émiètement de l’alliance Quad?


Par Andrew Korybko − Le 27 mars 2021 − Source Oriental Review

andrew-korybkoL’alliance Quad, comportant l’Australie, l’Inde, le Japon et les États-Unis, et bâtie à l’initiative de ce dernier pays, pourrait être au bord de l’effondrement si l’on en croit Subramanian Swamy, l’influent idéologue du BJP, qui a prévenu : Washington pourrait expulser New Delhi du bloc si cette dernière décidait de concrétiser son projet d’achat de missiles de défense S-400.

La rencontre entre Vladimir Poutine, Narendra Modi et Xi Jinping en marge du G20, à Osaka, le 18 juin 2019

Continuer la lecture

En 70 ans seulement, la Chine a transformé le monde pour le mieux


Par Andrew Korybko − Le 28 décembre 2019 − Source news.cgtn.com

andrew-korybko

La fondation de la République populaire de Chine (RPC) il y a 70 ans a transformé le monde pour le mieux, malgré le fait que bien peu de gens en dehors du pays aurait pu prédire ce résultat à l’époque. La victoire communiste au sortir de la guerre civile chinoise se produisit au début de la guerre froide, ce qui explique pourquoi tant de gens en Occident en eurent surtout peur. Mais ces craintes se sont révélées infondées : la Chine s’est révélée constituer un dirigeant mondial très responsable, un pays avec lequel les mêmes nations occidentales ont fini par conclure des partenariats, une fois leur erreur comprise.

Une soirée de gala marque le 70ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, le jour de la fête nationale à Pékin, le 1er octobre 2019.

Continuer la lecture

Sergueï Lavrov : «Le monde à la croisée des chemins et un système de relations internationales pour l’avenir»


Le 20 septembre 2019 − Source cluborlov

Sergueï Lavrov est un poids lourd diplomatique de classe mondiale. Il est ministre des Affaires étrangères de la Russie. Comme dit le proverbe, si vous ne traitez pas avec Lavrov, vous finirez par traiter avec Sergei Shoigu, le ministre de la Défense. Ce discours est important dans le contexte des relations à la limite de l’inexistence entre la Russie et les États-Unis. 

лавров

Serguei Lavrov

Il explique pourquoi on en est là et comment en sortir en ordre. La question est de savoir si les représentants du gouvernement américain sont capables d’accepter la réalité et le fait que le monde a changé et qu’ils ne sont plus ceux qui donnent des ordres.

Continuer la lecture

La dé-dollarisation à marche forcée


Par Arkady Savitsky – Le 15 septembre 2018 – Source Strategic Culture

Arkady SAVITSKYLe Forum économique de l’Est (EEF) s’est tenu à Vladivostok du 11 au 13 septembre 2018. Fondé en 2015, l’événement est devenu une plateforme de planification et de lancement de projets visant à renforcer les liens commerciaux dans la région Asie-Pacifique.

Cette année, l’EFF a réuni des délégations de plus de 60 pays pour discuter sur le thème : « L’Extrême-Orient : Élargir la gamme des possibilités »

Russia’s Eastern Economic Forum Wrap Up: De-Dollarization Tops Agenda

Continuer la lecture

Comment Singapour, Astana et Saint-Pétersbourg donnent un avant goût du nouvel ordre mondial


Ces forums économiques tenus dans toute l’Eurasie montrent comment les nouvelles puissances se structurent pour défier la domination occidentale.


Par Pepe Escobar – Le 6 juin 2018 – Source Asia Times

En prévision du sommet crucial de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui se tiendra à Qingdao le week-end prochain, trois autres événements récents ont fourni des indices sur la façon dont le nouvel ordre mondial est en train de se mettre en place.

Le Forum économique d’Astana au Kazakhstan s’est concentré sur la façon dont des méga-partenariats sont en train de modifier le commerce mondial. Parmi les participants figuraient le président de l’Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB), Jin Liqun ; Andrew Belyaninov de la Banque eurasienne de développement ; l’ancien Premier ministre italien et président de la Commission européenne Romano Prodi ; le directeur général adjoint de l’OMC Alan Wolff ; et Glenn Diesen de l’Université de Western Sydney.

Continuer la lecture

Derrière les tensions en Corée, en Iran et en Russie : la guerre financière qui se cache

Behind Korea, Iran & Russia Tensions: The Lurking Financial War


Alastair CROOKEPar Alastair Crooke – Le 31 janvier 2017 – Source Strategic Culture

Qu’y a-t-il de commun entre les tensions des États-Unis avec la Corée du Nord, l’Iran et la Russie ? Réponse : ce sont tous des participants à une guerre financière plus large. La Russie et l’Iran, avec la Chine – sont les trois principaux acteurs qui façonnent une vaste zone monétaire alternative – presque la moitié de la population mondiale. La question nord-coréenne est importante car elle pourrait éventuellement précipiter les États-Unis – selon les événements – vers une politique plus agressive envers la Chine, que ce soit par colère contre les hésitations chinoises sur la Corée ou comme désir de couper les ailes du commerce chinois.

Continuer la lecture

La Russie et les sanctions : chat échaudé…


La Russie va construire, pour les BRICS, une alternative au système de serveurs de noms de domaine d’Internet, à l’abri des sanctions


Russia Today

Par RT Staff – Le 1er décembre 2017 – Source Russia Insider

Le Conseil de sécurité russe a demandé au gouvernement du pays de développer une infrastructure Internet indépendante pour les pays du BRICS, qui continuerait à fonctionner en cas de dysfonctionnements Internet mondiaux.

L’initiative a été discutée lors de la réunion d’octobre du Conseil de sécurité russe, qui est le principal organe consultatif de la Russie en matière de sécurité nationale. Le président Vladimir Poutine a fixé personnellement la date limite du 1er août 2018 pour l’achèvement de la tâche, a rapporté l’agence de presse RBC.

En discutant de la question, les membres du Conseil ont noté que « l’augmentation des capacités des pays occidentaux à mener des opérations offensives dans le domaine de l’information ainsi que la volonté accrue d’exercer ces capacités constituent une menace sérieuse pour la sécurité de la Russie ».

Ils ont décidé que le problème devait être résolu en créant un système distinct des serveurs de noms de domaine (DNS), qui ne serait pas soumis au contrôle des organisations internationales. Ce système serait utilisé par les pays du BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud.

La question de la dépendance excessive vis-à-vis du DNS mondial a déjà été abordée par la Russie. En 2014, le ministère russe des Communications a mené un exercice majeur dans le cadre duquel il simulait la « désactivation » des services Internet mondiaux et utilisait, avec succès, un système de sauvegarde russe pour maintenir les opérations Web dans le pays.

Cependant, lorsque les journalistes ont demandé au secrétaire de presse de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, si les autorités du pays avaient envisagé de se déconnecter de l’internet mondial en 2014, Peskov avait rejeté ces allégations.

Il avait déclaré à l’agence de presse Interfax : « La déconnexion de la Russie de l’Internet mondial est bien sûr hors de question. » Cependant, le fonctionnaire a également souligné que « récemment, une bonne part d’imprévisibilité est présente dans les actions de nos partenaires tant aux États-Unis que dans l’UE, et nous [la Russie] devons être prêts pour tout changement d’orientation ».

« Nous savons tous qui est l’administrateur en chef de l’Internet mondial. Et en raison de sa versatilité, nous devons réfléchir à la façon d’assurer notre sécurité nationale », a déclaré Peskov. Il ne s’agit pas de déconnecter la Russie du World Wide Web, a-t-il ajouté, mais de « la protéger contre une éventuelle influence extérieure ».

Russia Today Staff

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF