« Les guerres de Syrie » de Michel Raimbaud : résistance, mode d’emploi

"La Syrie n’a jamais eu bonne presse auprès des élites politiques dirigeantes de l’Hexagone. Et pour cause : ce pays récalcitrant, farouchement attaché à sa souveraineté, porte-étendard du nationalisme arabe, résolument anti-impérialiste, dernier rempart contre l’entreprise sioniste en Palestine, membre central de ce qu’il est désormais appelé Axe de la Résistance qui l’unit au Hezbollah libanais, à la résistance palestinienne, à l’Iran et à l’Irak, un axe adossé à une Russie ressuscitée sur les décombres de l’Union soviétique. Un pays séculier, attaché aux principes du non-alignement définis par la Conférence de Bandung de 1955, qui s’est tenu du côté de tous les mouvements de libération à travers le monde et qui n’a pas hésité à s’engager au côté du peuple algérien dans sa guerre de libération nationale. Last but not least : il a toujours porté la cause palestinienne dans son cœur envers et contre tous, y compris dans la tourmente qui a failli l’emporter depuis 2011. Autant de raisons pour le vouer aux gémonies" Michel Raimbaud

Par Majed Nehmé − Le 30 septembre 2019 − Source Afrique-Asie

Les-guerres-de-Syrie1

Ce n’est pas par hasard si le premier chapitre du livre de Michel Raimbaud, ancien ambassadeur, ancien président de l’OFPRA, professeur de sciences politique et auteur de Les Guerres de Syrie, reprend la célèbre locution de Caton l’Ancien Delenda est Carthago  – il faut détruire Carthage -, « Delenda est Syria », une vielle obsession. Un vieil acharnement sans doute puisque Caton, qui avait coutume de prononcer cette formule à chaque fois qu’il commençait ou terminait un discours devant le Sénat romain, quel qu’en fût le sujet, avait également participé à la guerre contre la Syrie alors dirigée par le roi Antiochos III le Grand ! Ce dernier avait eu l’audace de recevoir Hannibal le fugitif dans sa cour et de contribuer à l’armer contre Rome, alors seule puissance hégémonique montante.

Continuer la lecture de « Les guerres de Syrie » de Michel Raimbaud : résistance, mode d’emploi

Comment la CIA, le Mossad et « le réseau Epstein » exploitent les fusillades de masse pour créer un cauchemar orwellien


Par Whitney Webb – Le 6 septembre 2019 – Source MintPress News

Graphique par Claudio Cabrera

À la suite d’une autre fusillade de masse ou d’une autre crise catastrophique, des « solutions » orwelliennes vont être imposées à un public américain effrayé par un réseau d’influence très organisé, pas seulement autour de Jeffrey Epstein, mais d’une litanie de crimes et d’une histoire effrayante de plans pour écraser la dissidence interne aux États-Unis.
Continuer la lecture de Comment la CIA, le Mossad et « le réseau Epstein » exploitent les fusillades de masse pour créer un cauchemar orwellien

Un point de vue du bord du gouffre


Par James Howard Kunstler – Le 16 septembre 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "Abqaiq rt.com"
Bienvenue dans un monde où les choses n’ont pas de sens. Par exemple, certaines personnes ont fait certaines choses à la raffinerie de pétrole saoudienne d’Abqaiq au cours du week-end. Une salve de missiles de croisière et de drones armés pour la faire exploser. Ils ont fait du bon travail en bloquant l’activité. Il s’agit de la plus grande installation de traitement du pétrole d’Arabie saoudite et, pour l’instant, peut-être pendant des mois, une bonne partie de l’approvisionnement mondial en pétrole sera coupé. Le Président Trump a dit :  » Nous attendons que le Royaume nous dise qui, selon lui, est à l’origine de cette attaque et les termes selon lesquels nous allons agir ! » Le point d’exclamation est de lui.

Continuer la lecture de Un point de vue du bord du gouffre

Le départ de Bolton aura un impact sur la politique étrangère américaine, et voici comment


Par M. K. Bhadrakumar – Le 11 septembre 2019 – Source Indianpunchline.com

Lors d’un point de presse mardi après-midi à Washington, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a mis en garde contre toute estimation précipitée que la sortie du Conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, indiquerait un changement sismique dans la politique étrangère de l’administration Trump.

Pompeo a déclaré : « A mon avis, aucun dirigeant dans le monde ne devrait présumer que, parce que certains d’entre nous s’en vont, la politique étrangère du Président Trump changera de façon concrète. »

Continuer la lecture de Le départ de Bolton aura un impact sur la politique étrangère américaine, et voici comment

La fin d’Israël


Gilad Atzmon − Le 12 september 2019 − Source Unz Review

Israel

La leçon à tirer de l’impasse politique israélienne actuelle est qu’Israël est en train d’imploser, de se disperser en ses différents éléments qu’il n’a jamais réussi à intégrer en une unité. Le schisme ne vient plus de la dichotomie quotidienne entre juifs ashkénazes et juifs arabes (alias séfarades) ; cette division est à la fois idéologique, religieuse, spirituelle, politique, ethnique et culturelle. Cela ne vient pas non plus d’une décomposition entre la gauche et la droite, les juifs israéliens étant politiquement de droite même lorsqu’ils prétendent être « de gauche ». Bien que certaines des voix critiques les plus acerbes de la politique israélienne et du fondamentalisme juif soient des Israéliens (comme Gideon Levi, Shlomo Sand, Israel Shamir et d’autres), il n’existe plus aucune gauche politique israélienne. La politique israélienne se divise maintenant en de nombreux électeurs d’extrême droite et de nombreux faucons ordinaires. Le parti Arab Joint List est pratiquement le seul parti de gauche à la Knesset israélienne. Cela ne devrait plus surprendre quiconque. La gauche juive, comme je l’affirme depuis de nombreuses années, est un oxymore ; la judaïcité est une forme d’identification tribale alors que la gauche est universaliste. Les « tribaux » et les « universalistes » sont comme l’huile et l’eau, ils ne se mélangent pas très bien.

Continuer la lecture de La fin d’Israël

Un petit rappel de la faible valeur des analyses partisanes.


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 9 septembre 2019

Avi Issacharoff est un « expert sur le Moyen-Orient » israélien qui écrit pour le Times of Israel et d’autres publications du même genre.

Le 27 août, il affirmait que les drones qui ont attaqué le Hezbollah à Beyrouth ne venaient pas d’Israël et que le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, mentait à ce sujet : 

Continuer la lecture de Un petit rappel de la faible valeur des analyses partisanes.

Bibi Netanyahou en Ukraine nazie ou l’importance des mots


Par The Saker − Le 28 août 2019 − Source thesaker.is via Unz Review

2015-09-15_13h17_31-150x112Le Premier ministre israélien s’est rendu à Kiev aujourd’hui, où il a été accueilli par le – pseudo – slogan «traditionnel» ukronazi « Gloire à l’Ukraine ! Gloire aux héros ! ». Pour quelqu’un comme moi qui n’aime ni le sionisme, ni le nazisme, il était ironique de voir un premier ministre israélien se rendre officiellement en Ukraine, occupée par les nazis, pour commémorer le massacre des Juifs à Babii Iar, salué par le même slogan que celui entendu par les Juifs assassinés à Babii Iar de la bouche des bourreaux banderites, alors qu’ils se faisaient tirer dessus.

Continuer la lecture de Bibi Netanyahou en Ukraine nazie ou l’importance des mots

Le sens profond d’une guerre perdue


Par Alastair Crooke – Le 19 aout 2019 – Source Strategic Culture

crooke alastairCela devient visible. L’Arabie saoudite a perdu et, comme le remarque Bruce Riedel, « les houtis et l’Iran sont les grands gagnants stratégiques ». Les représentants saoudiens à Aden – le siège du pseudo gouvernement yéménite mis en place par Riyad – ont été chassés par des sécessionnistes du sud, laïques et ex-marxistes. Que peut faire l’Arabie saoudite ? Elle ne peut plus avancer. Encore plus dur serait de battre en retraite. L’Arabie saoudite devra faire face à une guerre houthie qui s’étend jusqu’à l’intérieur du sud du royaume, et à une deuxième guerre – bien différente – dans le sud du Yémen. MbS est coincé. Les dirigeants militaires houthis sont sur la bonne voie et peu intéressés, pour l’instant, par un règlement politique. Ils souhaitent accumuler plus de « cartes en main ». Les Émirats arabes unis, qui avaient armé et entraîné les sécessionnistes du sud, se sont retirés. MbS reste seul à porter le fardeau. Cela va être une belle pagaille.

Continuer la lecture de Le sens profond d’une guerre perdue

Bombardement de l’Irak : mise à jour …


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 23 août 2019

MISE À JOUR,  le 23 août 15:20 UTC, de l’article du même jour : Les États-Unis disent qu’Israël a bombardé l’Irak…

Deux « responsables de l’administration Trump » parlent à Bloomberg et contredisent les deux « hauts responsables américains » qui ont parlé au New York Times. Le Times a affirmé que les attaques israéliennes ont entraîné des explosions dans des dépôts de munitions en Irak. Bloomberg dit maintenant que la chaleur de l’été en était probablement la cause. Notre suspicion quant à cela semble totalement justifiée.

L’administration Trump a laissé entendre que la canicule estivale en Irak, et non de prétendues frappes aériennes israéliennes, pourrait être responsable d’au moins certaines des récentes explosions qui ont détruit des dépôts d’armes irakiens liés à l’Iran.
 
S'adressant aux journalistes vendredi, deux responsables de l'administration ont déclaré que les États-Unis ne pouvaient corroborer le fait qu'Israël était à l'origine de toutes les explosions. Les responsables, qui ont demandé à ne pas être identifiés concernant des discussions internes, ont fait référence à un rapport publié vendredi par le New York Times, selon lequel Israël aurait mené une frappe sur un dépôt d'armes en Irak le 22 août. ...
 
L’un des responsables a déclaré que les États-Unis avaient contesté l’idée qu’Israël était à l’origine de toutes les attaques, ajoutant que la cause de ces explosions pourrait être la «chaleur accablante qui faisait rage à Bagdad cet été».

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les tentacules d’Israël vont loin


Par Brian Cougley − Le 6 août 2019 − Source Strategic Culture

Brian CoughleyLe 23 juillet, à la Chambre des représentants des États-Unis, un vote écrasant a condamné le mouvement BDS [Boycott, Désinvestissement et Sanctions] qui a pour objectif d’encourager le gouvernement israélien à «respecter son obligation de reconnaître le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et de se conformer pleinement aux préceptes du droit international :

1. Mettre fin à son occupation et à la colonisation de toutes les terres arabes et démanteler le mur

2. Reconnaître les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël à la pleine égalité

3. Respecter, protéger et promouvoir le droit des réfugiés palestiniens de retourner dans leurs maisons et leurs biens, comme stipulé dans la résolution 194 des Nations Unies. »

Continuer la lecture de Les tentacules d’Israël vont loin