Cabinets de conseil : leur pire danger n’est peut-être pas celui que l’on voit…


Par Gilles Casanova − Le 27 novembre 2022 − Source RT France

Ils vendent à prix d’or à l’État des prestations dont on imagine que des fonctionnaires sont tout à fait capables de les réaliser, puisqu’ils ont été formés, engagés, et qu’ils sont payés – beaucoup moins cher – pour cela.

Ensuite gavés d’honoraires au titre d’études parfois inconsistantes, ils ne paient pas leurs impôts, font de la fraude fiscale et cachent leurs profits dans des paradis fiscaux.

Enfin, on les soupçonne d’avoir organisé ou participé à des circuits de financement occultes des campagnes présidentielles d’un politicien qui les a installés en majesté au cœur de l’appareil administratif.

Cela fait beaucoup pour des sociétés très riches, la plupart du temps à base américaine, et qui se présentent toujours aux côtés du Gotha de la finance mondiale et des organismes de pouvoir, du FMI à Davos. Mais peut-être le pire de leur action ne se situe-t-il pas là où le système médiatique veut bien nous le laisser entrevoir, mais dans un élément plus profond de leur présence au sommet de nos sociétés.

Continuer la lecture

Oui, c’est bien un IVème Reich que l’Allemagne s’emploie à construire


Par Andrew Korybko − Le 4 janvier 2022 − Source One World

andrew-korybko

Il est crucial, lorsque l’on discute du 4ème Reich allemand, de préciser clairement que Kaczynski a bien précisé que ce modèle néo-impéraliste n’est pas similaire à celui qui fut en vigueur lors du second conflit mondial. Cette précision est essentielle, sous peine de voir les critiques légitimes des politiques menées par l’Allemagne se faire taxer de « théories du complot ».

Continuer la lecture

Vaccins et LGBTQ – Le nouveau schisme idéologique de l’Occident


Il y a des limites à la liberté d’expression qu’ils conféreront au choix politique ou au droit de réunion qui seront autorisés.


Par Alastair Crooke – Le 1e août 2021 – Source Al Mayadeen

David Frum a écrit un article intitulé « L’Amérique vaccinée en a assez » dans The Atlantic. Dans cet article, Frum se demande : « L’Amérique de Biden a-t-elle un point de rupture ? L’Amérique de Biden produit 70% de la richesse du pays – et voit ensuite cette richesse transférée pour soutenir l’Amérique de Trump. Ce qui est bien ; c’est ce que les citoyens d’une ‘nation’ (sic) font les uns pour les autres … [Pourtant] la contrepartie de l’accord n’est pas respectée … L’Amérique bleue décidera-t-elle un jour qu’elle en a assez d’être mise en danger sur le plan médical – par des gens dont elle paie les factures ? ».Vaccine and LBGTQ - The West’s New Ideological Schism Continuer la lecture

Le dharma de la dynamique américaine et la confusion des symptômes avec la cause


Le phénomène de regroupement des Déplorables – associée au Trumpisme – n’est pas la cause de la crise actuelle, mais son symptôme, nous explique Alastair Crooke.


Par Alastair Crooke – Le 1er février 2021 – Source Strategic Culture

Harold Macmillan, en réponse à un journaliste qui lui demandait ce qui risquait le plus de faire déraper les gouvernements, aurait répondu simplement : « Les événements, mon cher, les événements ». C’est exact, mais ce n’est pas une explication suffisante. La dynamique systémique inhérente est tout aussi importante en politique – et en économie – pour nous faire avancer dans une direction particulière, que l’on en soit conscient ou pas, et souvent avec des conséquences imprévues. Ces conséquences peuvent être tellement éreintantes et désastreuses qu’elles renversent souvent la dynamique en son opposée – dans laquelle la nuit aspire au jour, et le jour, à la nuit.

Continuer la lecture

La bataille de l’Amérique pour la nature et la direction de son évolution


Par Alastair Crooke – Le 11 janvier 2021 – Source Strategic Culture

Federated Republican Women of North Dade - Online store product

Les prévisions pour l’année à venir vont être si éphémères qu’elles en deviennent inutiles. Les « inconnus inconnus«  sont trop nombreux ; la situation trop dynamique. Il est pourtant possible de considérer certaines variables clés, qui sont en général trop facilement tenues pour acquises, et de les regarder plus directement « au fond des yeux ». Mais pourquoi le faire si « regarder au fond des yeux » est inconfortable ? Les anciens nous disaient que sans ce « regard » perçant de la conscience, nos angoisses inexprimées se transforment, au fond de notre inconscient, en une psychose, ou une maladie physique. Les limites de nos bulles exigent d’abord qu’elles éclatent.

Continuer la lecture

Le 11 septembre n’était qu’un prélude. Le 6 janvier est le Saint Graal


Par Pepe Escobar – Le 13 janvier 2021 – Source The Saker Blog

Le 11 septembre n’était qu’un prélude au 6 janvier qui, lui, est le Saint Graal. Le 11 septembre a marqué la cérémonie d’ouverture de la guerre mondiale contre le terrorisme (GWOT), adoucie plus tard par l’équipe Obama en prenant le nom d’opérations de contingence à l’étranger (OCO), même si elle a été tranquillement élargie pour bombarder, ouvertement ou non, sept nations.

Le 11 septembre a ouvert les portes au Patriot Act, dont la partie centrale avait déjà été écrit en 1994, par un certain Joe Biden. Le 6 janvier ouvre la porte à la guerre au terrorisme domestique et à un Patriot Act de l’enfer, 2.0, sous stéroïdes (voici le projet de 2019), 20 000 pleines pages jaillissant, telle une Vénus, de la mer, du jour au lendemain, prêtes à servir.

Continuer la lecture

L’épiphanie de la déchirure occidentale


Par Alastair Crooke – Le 4 janvier 2021 – Source Strategic Culture

La couverture du TINA (il n’y a pas d’alternative) qui recouvrait le monde est en train de se déchirer. Elle se déchire pour l’instant au niveau des coutures. Maintenant que les tribunaux américains ont abdiqué leur rôle d’arbitre pour les élections du 3 novembre, il semble que le président Trump fera un dernier effort pour changer le cours des événements entre le 6 et le 20 janvier (jour de l’inauguration). Au moment où nous écrivons ces lignes, quelque 140 représentants républicains affirment qu’ils contesteront le résultat de certaines élections le 6 janvier. La question de savoir si ce défi réussira (dans toutes ses dimensions) reste posée.

Que se passera-t-il alors ? Eh bien, l’Amérique rouge – à tort ou à raison – pensera que le 20 janvier est « une impasse » pour eux. Huit républicains sur dix pensent que l’élection a été volée ; que la course cruciale au Sénat de Géorgie sera probablement « volée » elle aussi ; que la destruction des petites et moyennes entreprises par le confinement est une stratégie préméditée pour consolider les oligarques du Big Business ; et qu’en fin de compte, les Américains rouges [ceux qui soutiennent Trump, NdT] seront confrontés au « totalitarisme mou » de la « Cancel Culture », orchestré par Big Tech. Telle est leur perspective – leur épiphanie. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est plutôt sombre.

Continuer la lecture

Le « rideau de fer » numérique est en train de s’abaisser


Par Alastair Crooke – Le 30 novembre 2020 – Source  Strategic Culture

Qu’est-ce qu’un « rideau de fer numérique » ? C’est lorsque le Big Digital [comme on dit Big Pharma, NdT], comme le professeur Michael Rectenwald appelle ces Goliaths de la technologie occidentale, devient une « gouvernementalité », en utilisant un mot inventé à l’origine par Michel Foucault pour désigner les moyens par lesquels les « gouvernés » (c’est-à-dire « nous, le peuple ») assimilent et reflètent extérieurement une attitude mentale souhaitée par les élites : « On pourrait citer le masquage et la distanciation sociale comme exemples de ce que Foucault entendait par sa notion de gouvernementalité », suggère Rectenwald.

Et quelle est cette « mentalité » souhaitée ? C’est d’adhérer au changement d’identité et de mode de vie américain et européen. Le président élu présumé des États-Unis, les élites européennes et les élites « éveillées » de haut niveau sont d’ailleurs publiquement engagées dans cette « transformation » : « Maintenant que nous avons pris la Géorgie, nous allons changer le monde » ( déclarait Chuck Schumer, leader de la minorité au Sénat, en célébrant la « victoire » de Joe Biden) ; « La défaite de Trump annonce peut être le début de la fin du triomphe des populismes d’extrême droite en Europe également », déclarait Donald Tusk, l’ancien président du Conseil européen.

En bref, le « rideau de fer » s’abaisse lorsque des entreprises soi-disant privées (Big Digital) s’interpénètrent mutuellement avec l’État ; et le revendiquent ensuite : Il n’y a plus besoins de persuader le non-croyant faisant face à cette métamorphose ; il peut y être contraint. Les valeurs régressives liées à l’identité, à la race et au sexe ont rapidement été étiquetées « d’hérétiques ». Et comme le répètent sans cesse les militants de Black Lives Matter : « Le silence n’est pas une option : Le silence est une complicité« .

Continuer la lecture

Les barbares nous menacent !


Par Alastair Crooke − Le 12 octobre 2020 − Source Strategic Culture

Alors que nous entrons dans le mois précédent les élections américaines, le prévisible point culminant des animosités, si longtemps refoulées, est proche. Il est peu probable qu’il soit bref ou décisif. Les convulsions internes des États-Unis sont une chose. Mais le fait que l’implosion de la confiance sociale aux États-Unis se propage et que ses effets se font sentir dans le monde entier, en est une autre. Si l’instabilité de notre époque, aggravée par le virus, nous rend nerveux et tendus, c’est peut-être parce que nous avons l’intuition qu’un mode de vie, un mode d’économie aussi, touche à sa fin.

Continuer la lecture

L’irrésistible ascension de « l’État-civilisation »


Par Aris Roussinos – Le 6 août 2020 – Source Unherd


Un spectre hante l’Occident libéral : la montée de « l’État- civilisation ». Alors que le pouvoir politique de l’Amérique s’effrite et que son autorité morale s’effondre, les nouveaux adversaires eurasiens ont adopté le modèle de l’État-citoyen pour se distinguer d’un ordre libéral paralysé, qui va de crise en crise sans vraiment mourir, ni donner naissance à un successeur viable. Résumant le modèle de l’État-civilisation, le théoricien politique Adrian Pabst observe qu’« en Chine et en Russie, les classes dominantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Elles définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, avec leurs propres valeurs culturelles et institutions politiques uniques ». De la Chine à l’Inde, de la Russie à la Turquie, les grandes et moyennes puissances d’Eurasie tirent un soutien idéologique des empires pré-libéraux dont elles se réclament, remodèlent leurs systèmes politiques non démocratiques et étatiques pour en faire une source de force plutôt que de faiblesse, et défient le triomphalisme libéral-démocrate de la fin du XXe siècle.

Continuer la lecture