La barbarie gagne du terrain


Par Luciana Bohne – Le 16 décembre 2015 – Source CounterPunch

En octobre  1930, Thomas Mann a lancé un «Appel à la raison» dans le Berliner Tageblatt :

«Cet état d’esprit fantastique, d’une humanité qui n’a plus d’idées, est compensé par une mise en scène politique grotesque, qui utilise les techniques de l’Armée du Salut : alléluias, tintements de cloche et répétition de slogans monotones à la manière des derviches, jusqu’à ce que tout le monde ait l’écume à la bouche. Le fanatisme se transforme en une source de salut, l’enthousiasme en extase épileptique… et le visage de la raison disparaît sous un voile.»

Continuer la lecture de La barbarie gagne du terrain

L’art comme arme de résistance à la brutalité coloniale illégale d’Israël


Par Wayan – Le 3 novembre 2015.

htmlimage

Alors qu’une nouvelle génération de jeunes palestiniens prend de plus en plus conscience que le futur état palestinien n’est qu’un leurre avancé pas Israël pour gagner du temps et continuer à grignoter, barricader et ghettoïser le peu qui en reste, la frustration et la colère s’emparent d’eux.

htmlimage

Voici une carte qui montre ce qui reste de la Palestine après 68 ans de grignotage bien planifié par Israël. Cette carte démontre l’impossibilité d’aboutir maintenant à un état palestinien viable. Il n’en reste plus qu’un archipel de bantoustans arabes dans une mer inamicale de murs de séparation, de check points, de villages de colons israéliens, de routes et de zones interdites.

htmlimage
Une palestinienne tentant de démolir le mur de séparation israélien

Les habitants y subissent quotidiennement l’humiliation coloniale, un traitement discriminatoire et arbitraire et l’impossibilité d’envisager toute amélioration de leur condition politico-sociale.
Gaza est une prison à ciel ouvert enfermant 1,5 millions de personnes n’ayant le droit d’en sortir que sous des conditions draconiennes. Ce n’est pas leur propre gouvernement qui les y enferme mais une puissance étrangère occupante.

Carte des implantations de colonies israéliennes en Cisjordanie

aa

Les jeunes palestiniens en colère, des terroristes ou des résistants ? L’Onu a répondu régulièrement  à cette question depuis bientôt 50 ans

La presse israélienne, docilement suivie par la presse occidentale, s’évertue à poser l’étiquette terroriste sur ces jeunes palestiniens. Il serait donc bon de rappeler, afin de rééquilibrer le débat que :

La Résolution 2621 XXV, du 12 octobre 1970 des Nations Unies affirme « le droit inhérent des peuples colonisés à lutter par tous les moyens nécessaires contre les puissances coloniales qui répriment leur aspiration à la liberté et à l’indépendance.»

Cette légitimation du droit à la résistance est confortée par l’article 1er §4 du premier protocole additionnel de Genève du 08.06.1977 aux termes duquel, parmi les conflits armés internationaux, figurent ceux « dans lesquels les peuples luttent contre la domination coloniale et l’occupation étrangère et contre les régimes racistes dans l’exercice du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes…»

Résolution 37-43 des Nations Unies : « Tout peuple a le droit de résister à l’oppression, l’occupation, l’annexion ou colonisation par une force étrangère. Cette opposition légitime la résistance armée « .

La résistance palestinienne est donc légale face au droit international en cours aujourd’hui.

Car il faut aussi rappeler que la résolution 3236 de l’Assemblée générale de l’ONU du 22 novembre 1974, entre autres points :

Réaffirme les droits inaliénables du peuple palestinien en Palestine, y compris :
(a) Le droit à l’autodétermination sans ingérence extérieure ;
(b) Le droit à l’indépendance et à la souveraineté nationales ;

Réaffirme également le droit inaliénable des Palestiniens de retourner dans leurs foyers et vers leurs biens d’où ils ont été déplacés et déracinés, et demande leur retour ;

Reconnaît que le peuple palestinien est une partie principale pour l’établissement d’une paix juste et durable au Moyen-Orient ;

Fait appel à tous les États et organisations internationales pour qu’ils aident le peuple palestinien dans sa lutte pour recouvrer ses droits, conformément à la Charte.

L’année suivante, l’AG adopte la résolution 3376 créant le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien pour soutenir la résolution 3236, et la résolution 3379 qui « décrète que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ».

Elle a été révoquée le 16 décembre 1991 car c’était la condition que posait Israël pour sa participation aux accords d’Oslo.

Sans oublier que déjà en 1968, le conseil de sécurité de l’ONU protestait :
Résolution 252 (21 mai 1968). Le Conseil de sécurité déclare « non valides » les mesures prises par Israël, y compris l’« expropriation de terres et de biens immobiliers », qui visent à « modifier le statut de Jérusalem », et demande à celui-ci de s’abstenir de prendre de telles mesures.

Rebelote dix ans plus tard :

Résolution 446 (22 mars 1979). Le Conseil de sécurité exige l’arrêt des « pratiques israéliennes visant à établir des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés depuis 1967 », déclare que ces pratiques « n’ont aucune validité en droit » et demande à Israël de respecter la convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre.

Il parait donc évident, en faisant preuve d’un minimum d’impartialité, de voir qui est hors la loi et qui ne l’est pas dans ce conflit. C’est pourtant un exercice difficile, mais surtout socialement risqué, pour la majorité de nos journalistes, analystes et hommes politiques.

Nous devons donc constater qu’en 2015 la fameuse loi internationale reste toujours celle du plus fort, malgré ce qu’on voudrait nous faire croire.
Mais le plus fort s’avère souvent être le plus bête, complètement aveuglé par sa propre puissance.

Car si la solution à deux états n’est plus viable que reste-t-il ? L’éradication totale ou la déportation forcée des 6 millions de palestiniens vivant en Palestine étant physiquement et moralement impossible, il ne reste que la solution d’un seul état. C’est-à-dire qu’en rendant impossible la solution à deux états le gouvernement israélien se place lui-même dans la position de devoir accepter un seul état englobant tous les habitants de la région, qu’ils soient juifs, musulmans, chrétiens ou autres, tous devenus citoyens israéliens.

C’est pourtant la pire des solutions pour ce gouvernement car elle marquera la fin du concept d’état juif, concept qui est pourtant la pierre angulaire de sa doctrine et qu’il s’évertue à vouloir faire reconnaître au reste du monde. C’est une éventualité qui terrorise tellement le gouvernement israélien actuel qu’il ne la voit même pas arriver, qu’il ne réalise même pas que c’est celle qu’il est, inconsciemment, en train de provoquer. Un cas flagrant d’aveuglement idéologique.

Alors dans quel camp sont les terroristes ?

Wayan est membre actif du Saker Francophone, il vit en Indonésie.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

US : le statut de la liberté


Le Département de la Sécurité intérieure arrête le maire de Stockton, Californie, et le contraint à lui donner les mots de passe de ses appareils électroniques.



Par Mike Maskik – Le 2 octobre 2015 – Source tinyurl.com/omnb44h

Anthony Silva, le maire de Stockton, Californie, revenait récemment de Chine ou il se trouvait pour une conférence des maires du monde. A son retour, à l’aéroport de San Francisco, il a été arrêté par le DHS, (Department of Homeland Security), et immédiatement ses deux ordinateurs et son smartphone lui ont été confisqués. Les agents de DHS ont refusé de lui montrer une quelconque commission rogatoire, et on a refusé de le libérer tant qu’il n’avait pas communiqué ses mots de passe.

Continuer la lecture de US : le statut de la liberté

Sondage US : 29% des Américains favorables à un coup d’État militaire


Par Joshua Krause – Le 12 septembre 2015 – Source The Daily Sheeple

En l’état actuel, notre gouvernement [des USA] n’est une république constitutionnelle que de nom. Notre nation est gouvernée par de riches oligarques et des intérêts particuliers, et il y a beaucoup de reproches à faire à cette situation. Aucune société ne tombe si bas sans au moins le consentement implicite de sa population, et même le plus impitoyable des gouvernements ne peut pas survivre si ses citoyens refusent d’accepter son programme.

Continuer la lecture de Sondage US : 29% des Américains favorables à un coup d’État militaire

L’armée mexicaine : répression, exécutions, disparitions, détentions arbitraires, torture…


Voilà ce que vous avez-vu défiler, à votre insu, sur les Champs-Élysées et voici les cinq raisons pour lesquelles la France n’aurait jamais dû inviter le président du Mexique au défilé du 14 juillet


 Par Luis Alberto Reygada – Le 14 septembre 2015 – Source michelcollon.info

Le Mexique était l’invité d’honneur de l’édition 2015 du défilé du 14 juillet. Cette participation du président Enrique Peña Nieto – sur fond de signature de contrats d’armement – a causé beaucoup d’amertume chez les Mexicains résidant en France, et ils n’ont d’ailleurs pas hésité à le faire savoir à M. Hollande. Plus d’un mois après la présence de l’armée mexicaine sur les Champs-Élysées, nous revenons sur ce déplorable chapitre dans lequel les Droits de l’Homme ont été balayés d‘un revers de dossier estampillé diplomatie économique, en rappelant en cinq points pourquoi la France s’est salie en honorant un Président corrompu qui entraîne petit à petit son pays vers le chaos.

Continuer la lecture de L’armée mexicaine : répression, exécutions, disparitions, détentions arbitraires, torture…

Les US du côté des forces obscures de la Seconde Guerre mondiale


Les États-Unis ont rétrospectivement rejoint le côté fasciste de la Seconde Guerre mondiale 


Par Eric Zuesse – Le 4 septembre 2015 – Source strategic-culture

Lors de la célébration commémorative à Beijing, jeudi 3 septembre, marquant le 70e anniversaire de la libération de la Chine du joug de l’agresseur japonais, terminant ainsi la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique, les États-Unis ont ostensiblement évité de se retrouver côte à côte avec la Chine, leur ancien allié pro-démocratique de l’époque.  Et à la place, ils ont a posteriori changé de camp, pour se ranger aux côtés des anciens fascistes, les puissances de l’Axe, le Japon lui-même, mais aussi l’Allemagne.

Continuer la lecture de Les US du côté des forces obscures de la Seconde Guerre mondiale

Le retour, et la victoire, des non-humains

«...Essayez d'imaginer ce qui est arrivé à l'Amérique pour que des professeurs de droit de Harvard et Berkeley créent des justifications légales à la torture et à l'assassinat extra-judiciaire, et que les présidents américains se livrent à ces crimes odieux. Il est clair que l'Amérique est exceptionnelle dans son immoralité, son manque de compassion humaine, son mépris de la loi et de son document fondateur...

Barron, Bybee, Yoo, et Bradford sont membres d'une nouvelle espèce : les non-humains fécondés par le ventre immonde de l'environnement toxique américain fait d'arrogance, d'orgueil, et de paranoïa.» Paul Craig Roberts

 

Paul Craig Roberts
Paul Craig Roberts

Par Paul Craig Roberts – Le 3 septembre 2015 – Source counterpunch

La descente de l’Amérique dans la violence totalitaire s’accélère. Comme le régime de Bush, le régime Obama a un penchant pour récompenser les fonctionnaires du Département de la Justice(sic)  qui piétinent partout autour d’eux la Constitution américaine. L’année dernière, le premier président noir des États-Unis a nommé David Barron au poste de juge à la Première cour d’appel du circuit de Boston US.

Continuer la lecture de Le retour, et la victoire, des non-humains

Est-ce que Amnesty International a perdu la tête ? [6/6]


Une analyse médico-légale des rapports d’Amnesty International sur l’opération israélienne Protective Edge à Gaza en 2014



Par Norman G.Finkelstein – Le 28 juillet 2015 – Source byline.com

Première Partie
Deuxième Partie
Troisième Partie
Quatrième Partie
Cinquième Partie

Le seul but de l’Opération Protective Edge était de laisser les familles sous les décombres.

Continuer la lecture de Est-ce que Amnesty International a perdu la tête ? [6/6]

Interview Daniele Ganser [2/7]

-La lenteur des historiens
-L’Otan, la CIA et le MI6
-La stratégie du choc
-De Gaulle et l’Algérie


Interview en français de Daniele Ganser, à Bâle, en avril 2015.

Petite encyclopédie des faits et gestes de la CIA et de l’Otan depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours


Note du Saker Francophone

Nous profitons de cet article pour vous présenter 2 nouveaux éléments dans l'espace informationnel capté par le Saker Francophone:
 - Daniele Ganser, un historien suisse polyglotte qui travaille sur l'énergie, la guerre et la paix d'un point de vue géostratégique
 - Usfprod, une petite boite de production qui a produits cette interview, et d'autres, que l'on peut retrouver sur sa chaine Youtube, dont une excellente sur l’État et les banques entre Etienne Chouard et Myret Zaki.

Les séquences vidéo ne sont pas éditées mais elles sont disponibles (en licence CC) pour ceux qui souhaiteraient travailler avec.

Séquence – 03 (8′59″)- lenteur/précision des historiens
– Otan et autres services secrets
– collaboration des services secrets avec la CIA et le MI6
– manipulation de la politique d’un pays (en temps de paix)
– Otan refuse d’admettre implication dans actions terroristes
– Vincenzo Vinciguera (stratégie du choc)
Séquence – 04 (5′20″)- amiral Pierre Lacoste
– De Gaulle et la guerre d’Algérie
– armée secrète contre le président
– impossibilité de contrôler ces armées
Chapitre Suivant Chapitre Précédent

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Un million de signatures contre le TAFTA à la poubelle

aaLe 21 août 2015 – Source wikistrike.com

La Commission Européenne a invalidé l’initiative citoyenne de Stop TTIP contre TAFTA qui vient de dépasser le million de signatures. Plus de 320 organisations de la société civile européenne se sont regroupées afin de s’opposer avec fermeté aux traités entre l’UE et les États-Unis (TAFTA / TTIP) mais aussi entre l’UE et le Canada (CETA). Ces millions de voix ne seront malheureusement pas entendues…