L’armée mexicaine : répression, exécutions, disparitions, détentions arbitraires, torture…


Voilà ce que vous avez-vu défiler, à votre insu, sur les Champs-Élysées et voici les cinq raisons pour lesquelles la France n’aurait jamais dû inviter le président du Mexique au défilé du 14 juillet


 Par Luis Alberto Reygada – Le 14 septembre 2015 – Source michelcollon.info

Le Mexique était l’invité d’honneur de l’édition 2015 du défilé du 14 juillet. Cette participation du président Enrique Peña Nieto – sur fond de signature de contrats d’armement – a causé beaucoup d’amertume chez les Mexicains résidant en France, et ils n’ont d’ailleurs pas hésité à le faire savoir à M. Hollande. Plus d’un mois après la présence de l’armée mexicaine sur les Champs-Élysées, nous revenons sur ce déplorable chapitre dans lequel les Droits de l’Homme ont été balayés d‘un revers de dossier estampillé diplomatie économique, en rappelant en cinq points pourquoi la France s’est salie en honorant un Président corrompu qui entraîne petit à petit son pays vers le chaos.

Continuer la lecture de L’armée mexicaine : répression, exécutions, disparitions, détentions arbitraires, torture…

Les émeutes de Kiev annoncent encore plus de chaos


Alexander Mercouris
Alexander Mercouris

Par Alexander Mercouris – Le 3 septembre 2015 – Source Russia Insider

Il est frappant que la priorité du président Porochenko dans son allocution télévisée, à la suite des émeutes à Kiev, n’était pas d’abord de condamner la violence, mais d’apaiser les émeutiers et leurs partisans en leur assurant que ses propositions de décentralisation ne sont pas pour de vrai.

Continuer la lecture de Les émeutes de Kiev annoncent encore plus de chaos

Julian Assange : l’histoire détaillée et méconnue d’une bataille épique pour la justice

John Pilger
John Pilger

Par John Pilger – Le 31 juillet 2015 – Source : CounterPunch

Le siège de Knightsbridge est à la fois l’emblème d’une grande injustice et une mascarade épuisante.  Pendant trois ans, le cordon de police entourant l’ambassade d’Équateur à Londres n’a pas eu d’autre but que d’afficher le pouvoir de l’État. Cela a coûté 12 millions de livres sterling. Le gibier est un Australien qui n’est accusé d’aucun crime, un réfugié dont l’unique sécurité est la pièce qu’un courageux pays d’Amérique du Sud lui a accordée. Son crime est d’avoir lâché une cargaison de vérités sur un océan de mensonges, de cynisme et de guerre.

Continuer la lecture de Julian Assange : l’histoire détaillée et méconnue d’une bataille épique pour la justice

Les Five Eyes et les révolutions de couleur

Les Mégères. tailledansleblog.blogspirit.com
Préambule

Un article de plus dans la longue litanie des dénonciations du contrôle des populations par l'entremise des outils technologiques modernes.

Ces faits ne sont même plus cachés!

Les élites sont aussi bien informées que nous (We the People) et ne réagissent pas. Pourquoi?
J'enfoncerai une porte ouverte en répondant qu'elles ne sont plus, dans le bloc occidental, et depuis longtemps, au service des peuples qui les choisissent, mais plutôt au service des  intérêts mondialisés des monopoles.

Pourquoi choisissent-ils le camp des dominants plutôt que de servir leurs propres populations ?

Je passerai sur les explications triviales de bassesse congénitale due à la matrice de l'ENA ou de soumission au parti de l'étranger, qui a malheureusement, et trop souvent, habité l'histoire de France, puisque aussi bien cela concerne toutes les élites européennes, à une ou deux exceptions près (Orban, Tsipras). 

Tout simplement parce que les sanctions de leurs maîtres leur causeront plus de dommages que les sanctions du peuple (à supposer qu'il y en ait un jour).

Forfaiture, définition du Larousse : Autrefois, tout crime commis par un fonctionnaire public dans l'exercice de ses fonctions. (Le nouveau Code pénal a supprimé cette incrimination, la qualité de fonctionnaire, d'agent public ou de personne investie d'une mission de service public entrant dans la définition de certaines infractions ou en constituant une circonstance aggravante.) Violation du serment de foi prêté par le vassal à son seigneur.

Manifestement la seconde définition est plus appropriée au cas qui nous occupe.

Les élites ont fait allégeance (G7, Bilderberg, Trilatérale,etc.) à la gouvernance mondiale des grands monopoles. L'éviction de la souveraineté a rogné les dents du peuple, d'où la pertinence du terme sans-dents, par lequel notre Président qualifie élégamment ses électeurs, et a surtout sorti les responsabilités du Président du champ du Code pénal français.

Il est loin le temps où la République était une monarchie tempérée par la guillotine!

Conclusion pratique, n'espérez rien des gens pour qui vous votez, quels qu'ils soient. Votez avec vos têtes et vos jambes. Quittez la prison dans laquelle vous êtes volontairement entrés, notamment les réseaux dits sociaux, factotum sinon maîtres d’œuvre de toutes les manipulations, comme expliqué en détail dans cet article.

Le Saker Francophone

Continuer la lecture de Les Five Eyes et les révolutions de couleur

Gay Pride en Ukraine : chassez le naturel il revient au galop…


Par Kristina Rus – le 6 juin 2015  – Source: Fort Russ

L’attaque de la parade gay par les nationalistes radicaux à Kiev montre que l’Ukraine n’est pas l’Europe

La parade LGBT organisée à Kiev cette semaine était censée montrer au monde que l’Ukraine, c’est l’Europe, une vitrine de la démocratie, de l’égalité et de la liberté, au contraire de son voisin de l’Est arriéré et totalitaire. Les journalistes des grands médias occidentaux étaient tous prêts à témoigner du triomphe des valeurs de l’Union européenne à Kiev.

Continuer la lecture de Gay Pride en Ukraine : chassez le naturel il revient au galop…

La techno-tyrannie de la NSA : la nation sous surveillance

«...Aussi, la leçon à tirer concernant la NSA et son vaste réseau intérieur d’agents-espions est celle-ci : une fois qu’on autorise le gouvernement à enfreindre la loi, quelle qu’en soit la justification, louable ou non, on renonce au contrat social qui veut que le gouvernement travaille pour le peuple et n’obéit qu’à lui, l’ultime bénéficiaire.»

Par John W. Whitehead – Le 26 mai 2015 – LewRockwell

«L’objectif ultime de la NSA, c’est le contrôle total de la population.» William Binney, lanceur d’alerte sur la NSA

Le gouvernement repose désormais sur un quatrième pilier.

Comme je l’ai documenté dans mon nouveau livre Battlefield America: The War on the American People, ce quatrième pilier est apparu sans qu’aucun mandat électoral ou référendum constitutionnel ne soit tenu, et pourtant il possède des pouvoirs phénoménaux, au-delà de ceux de n’importe quelle agence gouvernementale, à l’exception de l’armée.

Continuer la lecture de La techno-tyrannie de la NSA : la nation sous surveillance

La loi martiale est-elle justifiée si ISIS attaque ?


Par Brandon Smith – Le 20 mai 2015 – Source alt-market

Un groupe de militants étrangers infiltre les États-Unis en utilisant des visas d’étudiant, des frontières faibles, la corruption et la coopération avec les cartels de la drogue. Des cellules secrètes intègrent les régions métropolitaines et se fondent avec la population. A un moment précis, ils s’activent, déclenchant de petites attaques à travers le pays dans des campagnes de terreur de style Blitzkrieg coordonnées contre toute sorte de cibles, des quartiers de banlieue aux écoles publiques, aux centres commerciaux, frappant de peur l’ensemble des citoyens, qui croient maintenant que personne n’est en sécurité, même sur le sol américain. Devant l’inefficacité des lois normales, l’économie au bord du gouffre et la population prête à l’émeute, l’armée est déployée dans le pays ; le couvre-feu, le contrôle des prix et le rationnement sont mis en place ; et les agents des forces spéciales agissent comme agents infiltrés pour soumettre les factions terroristes. La perte des libertés est accueillie par la plupart comme une sécurité et la sécurité devient la motivation primordiale.

Continuer la lecture de La loi martiale est-elle justifiée si ISIS attaque ?

Les exercices militaires de l’armée US préparent-ils la loi martiale au Texas ?


Le 13 mai 2015 – Source Sputnik News

©Flickr/DVIDSHUB


Les spéculations sur Jade Helm 15 ont envahi l’Internet. L’inquiétude grandit quant à savoir si, oui ou non, le gouvernement fédéral des États-Unis prépare l’instauration de la loi martiale. Cet exercice militaire de deux mois, organisé cet été par le Pentagone dans sept États du sud-ouest, pourrait avoir des visées plus générales et moins marginales qu’il n’y paraît au premier abord.

Continuer la lecture de Les exercices militaires de l’armée US préparent-ils la loi martiale au Texas ?

Prisons US : Abus systématiques sur les malades mentaux


Le 13 mai 2015 – Source Russia Today

«...L’attitude générale envers les détenus malades mentaux aux États-Unis est de les considérer comme un problème de gestion, et non pas comme des êtres humains souffrant de troubles mentaux.»

Human Right Watch dénonce : les prisonniers mentalement malades sont maltraités dans plus de 5000 des centres de détention aux États-Unis.

Continuer la lecture de Prisons US : Abus systématiques sur les malades mentaux

Freddie Gray serait-il mort s’il avait été Blanc ?


Par Mike Whitney – Le 4 mai 2015 – Source counterpunch

Si vous êtes noir au États-unis, les règles sont différentes.

«Dans sa réponse à la vague de violence policière qui a donné lieu au meurtre de Freddie Gray, le pouvoir politique établi, représenté par le premier président américain noir, s'est montré exactement pour ce qu'il est : corrompu, intéressé, parfaitement hostile aux intérêts et aux souhaits des pauvres et des travailleurs.»

Andre Damon et Joseph Kishore, L'éruption sociale à Baltimore, Maryland

Freddie Gray, âgé de 25 ans, n’est pas mort en essayant de se débattre à l’arrière d’un fourgon de police. C’est un pur mensonge. Il a été tué par des policiers assassins qui étaient déterminés à le faire taire et à lui donner une leçon. C’est ce que je pense. Et c’est pourquoi le rapport officiel de la police n’a pas encore été révélé au public. C’est pourquoi la police nie que le fourgon de police a fait un quatrième arrêt à un «carrefour désert … entouré de maisons vides». C’est aussi pour cela que les enregistrements entre le conducteur et le poste de police n’ont pas été révélés (à chaque fois qu’un officier de police effectue un arrêt, il doit le signaler via la radio). C’est pour cela que le fonctionnaire de police a refusé de répondre aux questions concernant les vidéos prises par le propriétaire de l’épicerie Jung Hyun Hwang, qui avait ses caméras de vidéo surveillance en fonction quand le fourgon de police à fait un dernier arrêt imprévu pendant que Gray était encore dans le fourgon.

Voyez par vous même :

«Le propriétaire du magasin… a répondu à la presse officielle que l’officier de police était venu dans son magasin dans la semaine du 20 avril et ensuite a fait une copie de la vidéo de surveillance.» Depuis, l’enregistrement vidéo original a mystérieusement disparu.

Bien sûr qu’il a disparu, comme toutes les preuves qui ,elles aussi, vont disparaître. Vous vous attendiez à quoi : la justice?

Bien sûr que non. Comme le scénario ridicule «Gray s’est suicidé» qui a déjà été largement discrédité par les experts. Lisez ce qu’en dit le journal Daily Beast :

«Je n’ai jamais vu quelqu’un s’infliger des lésions à la moelle épinière de cette façon, dit Anand Veeravagu, un spécialiste des traumatismes du cerveau et des lésions de la colonne vertébrale au centre médical de l’université de Standford… Il est difficile pour moi d’imaginer comment une personne puisse essayer de se faire ça. Il faudrait concrètement qu’elle se pende elle même dans un véhicule où il n’y a rien pour se pendre», explique t-il.

Veeravagu raconte qu’il n’y a que peu de façon de se blesser ainsi et de causer le type de blessures qui a provoqué la mort de Gray. Il n’y a qu’une seule façon, dit-il, une blessure infligée par un objet tranchant, qui pénètre directement. Soit quelqu’un avec un couteau qui sait exactement ce qu’il fait ou quelque chose d’autre capable de passer au travers, comme une balle de revolver … Quelquefois des personnes essaient de se suicider par pendaison. C’est une des seules façons où j’ai pu constater une fracturation de la colonne vertébrale. Ils poussent la chaise avec les pieds, ils tombent, et ils se brisent le cou. Le résultat est une lésion de la moelle épinière. Mais c’est très difficile de comprendre comment quelqu’un peut se suicider par lésion de la moelle épinière sans utiliser autre chose.

Mais même dans ces cas, dit-il, les patients ne meurent pas souvent de lésions de la moelle épinière.

Et la plupart de ceux qui souffrent de lésion de la moelle épinière – auto-infligée ou non – survivent à leur blessures s’ils sont amenés à temps à l’hôpital .

 Les experts : Il est impossible de se briser la colonne vertébrale comme Freddie Gray, Daily Beast)

La raison pour laquelle il est difficile d’imaginer quelqu’un s’infligeant des blessures à la colonne vertébrale à l’arrière d’un véhicule roulant, c’est parce que ça n’est jamais arrivé. C’est parce que toute cette histoire est une arnaque, un canular, un mensonge, voilà pourquoi.

Et voici autre chose : la vraie raison pour laquelle Gray n’a pas été transporté à l’hôpital, c’est parce que la vie de Gray n’a pas d’importance.C’est aussi simple que ça. S’il avait été blanc, il aurait obtenu le traitement dont il avait besoin parce que les flics auraient été préoccupés par les conséquences. Mais parce qu’il était noir, ils n’ont pas à se préoccuper. Rien n’allait arriver. La hiérarchie les couvrira, les séquences vidéo disparaîtront, les grands manitous des grandes villes concocteront une histoire bidonnée crédible, notre président afro-américain offrira son soutien à nos excellents hommes en bleu, et tout sera oublié. N’est-ce pas toujours ainsi ?

Cela ne veut pas dire que si Gray avait été blanc, il aurait obtenu justice. Bien sûr que non. Il aurait probablement été contraint de négocier une remise de peine à partir d’accusations forgées de toutes pièces qui l’auraient envoyé en taule pour un an ou deux. En d’autres termes, il aurait été maltraité, mais il serait encore en vie, voilà la différence. Ils ne l’auraient pas laissé mourir après lui avoir brisé le cou. Ce genre de traitement est réservé aux Noirs, pas aux Blancs.

Si vous êtes noir en Amérique, les règles sont simplement différentes. Tout le monde le sait. Comme tout le monde sait également que si vous êtes un homme noir, non armé, qui se fait tirer sept fois dans le dos en fuyant un flic avec lequel  il avait établi un contact visuel, eh bien, devinez quoi: vous venez de mourir de causes naturelles, mec!, parce que c’est ça que vous lirez dans les journaux le lendemain. Donc, débrouillez-vous avec ça!

Seulement, cette fois, les gens ne veulent pas juste se débrouiller avec ça. Ils en ont marre et ils veulent que les choses changent. Donc, ils ont envahi les rues à travers le pays pour exprimer leur frustration, leur colère et leur insistance pour que leurs voix soient entendues. Bien sûr, il y a eu un peu de violence, mais alors quoi? Ce n’est rien par rapport à la violence que Gray a subie  quand il a été collé au sol, la tête pliée jusqu’aux genoux, après quoi sa «colonne vertébrale était à 80% coupée au niveau du cou et le larynx écrasé».

Rien à voir non plus avec la violence à laquelle les Noirs urbains sont confrontés quotidiennement dans leurs rencontres avec les flics. Voici un extrait du site internet World Socialist Web :

«Un rapport du journal Baltimore Sun, l’an dernier, a révélé que la ville [de Baltimore] a déboursé $5,7 millions depuis 2011, à cause de poursuites liées à la violence policière.

Les agents ont battu des dizaines de résidents qui ont eu des os cassés : mâchoire, nez, bras, jambes, chevilles, traumatisme crânien, défaillance d’un organe, et même la mort, intervenus lors d’arrestations douteuses.»

Voilà ce que j’appelle la violence, pas quelques fenêtres cassées ou quelques voitures écrasées. Maintenant lisez-ça, publié par Interfluidity :

«En théorie, un processus politique pacifique est la seule bonne façon de résoudre les problèmes de la brutalité et de l’exclusion. Dans la pratique, il n’a pas eu lieu, il ne se produit pas, il n’y a aucun signe que cela va se produire… Les émeutes provoquent un mal sévère, immédiat, c’est une escalade, elles sont violentes, elles sont fondamentalement mauvaises. Pourtant, le fait que les émeutes arrivent parfois, la perspective inconfortable de leur possibilité, a déjà, historiquement créé l’urgence et motivé un changement politique qui est finalement bénéfique, cela peut encore se produire. (Steve Randy Waldman, Interfluidity)

Bien dit, mais ce qui est important à retenir est que la violence à Baltimore n’a pas émergé à partir de rien. Elle a ses racines dans l’injustice. Traitez les gens équitablement et le problème disparaîtra. Utiliser les émeutes comme une excuse pour mettre en œuvre des stratégies loufoques, telles la loi martiale, et récolter la tempête. Voilà le choix, n’est-ce pas?

Et nous savons de quelle manière le gouvernement a choisi de traiter avec elle, par la provocation, l’escalade et l’agression : de la même façon que les États-Unis traitent tous les problèmes. Le gouverneur a déployé deux mille hommes de troupes de la Garde nationale dans les rues pour accompagner les centaines de robocops qui ont transformé le centre-ville de Baltimore en zone de guerre afin qu’ils puissent voir l’efficacité de leurs nouveaux outils pour terrifier le public dans la soumission. Et qui aide le gouverneur et les barons de la ville dans leur répression contre les manifestants?

Les élites de l’établissement noir, ce sont elles. Un article sur le site de World Socialist Web le résume parfaitement :

«Dans sa conférence de presse de mardi, la maire de Baltimore Stephanie Rawlings-Blake a qualifié, à plusieurs reprises, les jeunes exprimant leur colère contre la violence de la police, de voyous en annonçant l’imposition d’un couvre-feu et l’appel à la garde nationale. Elle était flanquée du Chef de patrouille Darryl De Sousa, du président du Conseil municipal Bernard C. « Jack » Young, et du membre du Conseil municipal de Brandon, M. Scott, qui sont tous des noirs, les deux derniers traitant également les manifestants de voyous….

»Dans sa réponse à l’éruption de la violence policière au cours de l’assassinat de Freddie Gray, l’establishment politique noir, dirigé par le premier président afro-américain, s’est montré lui-même exactement pour ce qu’il est : corrompu, égoïste et totalement hostile aux intérêts et aux aspirations des pauvres et des travailleurs, noirs ou blancs. (L’éruption sociale à Baltimore, Maryland , André Damon et Joseph Kishore, World Socialist Web Site).

Sera-t-il un jour rendu justice à Freddie Gray?

Pas question! Les gens qui possèdent ce pays ne le permettront jamais.

Mike Withney vit dans l’État de Washington. Il est contributeur à Hopeless: Barack Obama et la politique de Illusion (AK Press). Hopeless est également disponible dans une édition Kindle. Il peut être atteint à fergiewhitney@msn.com.

Traduit par Pacôme et jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF