Trump cherche une « coalition de volontaires » contre l’Iran


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 24 juin 2019

Après un week-end plutôt calme, l’administration Trump s’est engagée aujourd’hui dans une nouvelle tentative contre l’Iran.

Continuer la lecture de Trump cherche une « coalition de volontaires » contre l’Iran

Tu veux…ou tu veux pas ?


La Maison Blanche met en avant l’histoire d’un  « recul de Trump ». Celui-ci n’a probablement jamais approuvé la frappe contre l’Iran


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 21 juin 2019

La nuit dernière, le président américain Trump se serait retenu d’une frappe militaire contre l’Iran après que celle-ci a déjà été ordonnée.

C’est l’histoire officielle, mais il y a des doutes sur sa véracité. La campagne iranienne de « pression maximale » contre les sanctions de Trump est toujours en cours. Et il y a des premiers signes qu’elle réussit.

Continuer la lecture de Tu veux…ou tu veux pas ?

L’imbroglio trumpesque…


…L’Iran va dépasser certaines limites de l’accord nucléaire. L’UE sous pression pour remplir ses engagements


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 17 juin 2019 

Le conflit que le président américain Donald Trump a déclenché en reniant l’accord nucléaire passé avec l’Iran s’intensifie sur plusieurs fronts. Les sanctions américaines à l’encontre des importations et des exportations iraniennes sont dévastatrices pour l’économie iranienne.

Continuer la lecture de L’imbroglio trumpesque…

Iran : retour de flamme pour Trump…


Ou comment la campagne « pression maximale » de Trump contre l’Iran se retourne maintenant contre lui


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 16 juin 2019

Il n’y a aucune preuve que l’Iran ait été à l’origine de l’attaque vendredi contre des pétroliers dans le golfe d’Oman.

burningtanker-sAgrandir

Continuer la lecture de Iran : retour de flamme pour Trump…

Qui en profite ? … Mise à jour


… Les attaques d’aujourd’hui contre des pétroliers dans le golfe d’Oman ne sont pas dans l’intérêt de l’Iran


2015-05-21_11h17_05

Par Moon of Alabama − Le 13 juin 2019

Quelques tweets publiés par le guide suprême iranien à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre Abe, donnent à penser que l’Iran pourrait être amené à commettre un acte similaire à l’attaque perpétrée aujourd’hui. Mise à jour de l’article : Qui en profite ?…

« Mais qui coule les pétroliers dans le Golfe et pourquoi ? » L’édito de Charles SANNAT

Continuer la lecture de Qui en profite ? … Mise à jour

Qui en profite ?…


…Les attaques d’aujourd’hui contre des pétroliers dans le golfe d’Oman ne sont pas dans l’intérêt de l’Iran


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 13 juin 2019

Tôt ce matin, vers 6 heures UTC, dans le golfe d’Oman, deux pétroliers ont été attaqués par des armes de surface. Les deux navires se trouvaient à environ 50 kilomètres au sud-est de Bandar-e Jask et à plus de 100 kilomètres à l’est de Fujairah.

frontaltair3-s
Agrandir

Continuer la lecture de Qui en profite ?…

À l’aube de la guerre, ou pourquoi l’Iran ne pliera pas


Par Yossef Bodansky − Le 19 mai 2019 − Source oilprice.com

Le 14 mai 2019, une semaine après que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo eut visité Bagdad et rencontré un haut fonctionnaire iranien, le chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Seyyed Ali Khamenei a défini la trajectoire de la crise actuelle que traverse actuellement son pays face aux  États-Unis en émettant des directives aux autorités compétentes. Khamenei a convoqué une réunion à huis clos avec les « chefs des branches du pouvoir », les principaux hauts fonctionnaires, les juristes et les membres du Madjles.

Continuer la lecture de À l’aube de la guerre, ou pourquoi l’Iran ne pliera pas

Les États-Unis augmentent le risque de guerre contre l’Iran sans voie de repli


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 14 mai 2019

L’armée américaine, qui a perdu ses puissantes positions à la Maison-Blanche, essaie-t-elle de faire renvoyer le conseiller en sécurité nationale John Bacchantes Bolton ?

Continuer la lecture de Les États-Unis augmentent le risque de guerre contre l’Iran sans voie de repli

La réponse de l’Iran : pas de guerre et pas de négociations


2015-09-15_13h17_31-150x112Par le Saker – Le 17 août 2018 – Source The Saker

Nous pouvons tous remercier Dieu que les Anglosionistes n’aient pas lancé une guerre contre la RPDC, qu’aucune attaque ukronazie contre le Donbass n’ait eu lieu pendant la Coupe du monde en Russie et que les dirigeants de l’Empire aient apparemment renoncé à leurs plans de lancer une reconquista de la Syrie.  Cependant, chacune de ces retraites par rapport à leur rhétorique hystérique n’a fait que rendre les néocons encore plus frustrés et déterminés à montrer à la planète qu’ils sont toujours l’Hégémon qui ne peut être désobéi impunément. Comme je l’ai écrit après l’attaque de missile ratée sur la Syrie ce printemps, « chaque clic nous rapproche de la détonation ».  Pour reprendre les mots immortels de Michael Ledeen, « Tous les dix ans environ, les États-Unis doivent attraper un petit pays merdique et le jeter contre le mur, juste pour montrer au monde que nous sommes sérieux. » Le problème évident est qu’il n’y a plus de « petits pays merdiques » et que ceux qui sont actuellement l’objet de la colère de l’Empire ne sont ni petits ni merdiques. Continuer la lecture de La réponse de l’Iran : pas de guerre et pas de négociations

L’Eurasie tiraillée entre guerre et paix


Alors que le premier partenaire commercial de l’Iran est la Chine, et que Téhéran et Moscou tissent des liens plus proches, tout indique un renforcement de la relation trilatérale.


Par Pepe Escobar − Le 1er mai 2018 – Source Asia Times

L’Ayatollah Ali Khamenei rencontre Vladimir Poutine à Téhéran le 1er novembre 2017. Photo : AFP/Site internet du dirigeant iranien

Deux sommets récents, la poignée de mains transfrontalière des présidents Kim et Moon, qui a surpris le monde entier, et la promenade de santé amicale sur les berges du lac à Wuhan entre les présidents Xi et Modi, ont pu donner l’impression que le processus d’intégration eurasiatique est entré dans une phase plus calme. Or, cela n’est pas vraiment le cas. Ce serait plutôt un retour à la confrontation : comme on pouvait s’y attendre, la mise en pratique de l’accord sur le nucléaire iranien, connu sous l’acronyme disgracieux de JCPOA (en français l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien), est au cœur du problème. Fidèles au processus lent de leur projet d’intégration eurasiatique, la Russie et la Chine sont les plus fidèles soutiens de l’Iran. Continuer la lecture de L’Eurasie tiraillée entre guerre et paix