Un scoop ! Trump n’est pas un « attardé mental »


Les agences de presse occidentales déforment la traduction des propos du président iranien. Ce n’est pas la première fois qu’une telle « erreur » se produit


Par Moon of Alabama − Le 26 juin 2019

2015-05-21_11h17_05Hier, les agences de presse Associated Press et Reuters ont mal traduit un discours du président iranien Hassan Rouhani. Ils ont donné l’impression que Rouhani avait insulté le président américain Donald Trump en le qualifiant de «retardé mental». Rouhani n’a jamais dit ça.

Les agences avaient auparavant commis une « erreur » similaire.

Le discours de 2005 de Mahmoud Ahmedinejad, alors président de l’Iran, avait été déformé à tort. « Israël devrait être rayé de la carte », aurait déclaré le président iranien sous la bannière du Guardian à ce moment-là. D’autres ont utilisé des titres similaires. Le New York Times écrivait :

Le nouveau président conservateur iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré mercredi qu'Israël devait être "rayé de la carte" et que les attaques de Palestiniens le détruiraient, a rapporté l'agence de presse ISNA. ...
 
Se référant aux commentaires de l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, dirigeant de la révolution islamique, Ahmadinejad a déclaré : "Comme l’imam a dit, Israël doit être rayé de la carte".

La déclaration a été utilisée par l’administration de G.W. Bush et d’autres pour attiser l’hostilité contre l’Iran :

Depuis qu'il a pris la parole lors d'une conférence antisioniste à Téhéran en octobre dernier, le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad est connu, avant tout, pour une déclaration. Comme traduit par les agences de presse à l'époque, il avait dit qu'Israël "devait être rayé de la carte". Le programme nucléaire iranien et le parrainage de groupes musulmans militants sont rarement mentionnés sans faire référence à cette fameuse remarque sur la carte.
 
Voici par exemple R. Nicholas Burns, sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, récemment: "Étant donné la nature radicale de l’Iran sous Ahmadinejad et son souhait déclaré d’effacer Israël de la carte du monde, il est tout à fait convaincant que nous ne pourrions ou devrions pas vivre avec un Iran nucléaire."

Cependant, Ahmedinejad n’a jamais utilisé ces mots :

"Ahmadinejad n'a pas dit qu'il allait effacer Israël de la carte, car un tel idiome n'existe pas en persan", a déclaré Juan Cole, spécialiste du Moyen-Orient à l'Université du Michigan et critique de la politique américaine qui a soutenu que le président iranien avait été mal cité. "Il a dit qu'il espérait que ce régime, c'est-à-dire un État juif-sioniste occupant Jérusalem, s'effondrerait." Sachant que l’Iran n’a pas "attaqué agressivement un autre pays pendant plus d’un siècle", a déclaré Juan Cole dans un échange de courrier électronique, "je sens l’odeur de la propagande de guerre".
 
Jonathan Steele, éditorialiste au quotidien londonien Guardian, de gauche, a récemment présenté l'affaire comme suit : "Le président iranien citait une ancienne déclaration du premier dirigeant islamiste iranien, le regretté Ayatollah Khomeini, selon laquelle "le régime occupant Jérusalem doit disparaître de la page du temps", tout comme le régime du Shah en Iran avait disparu. Ce n'était pas une menace militaire. Il appelait à la fin de l'occupation de Jérusalem [par Israël] dans le futur. L'expression page du temps suggère qu'il ne s'attendait pas à ce que cela se produise bientôt."

En dépit de ce qui précède et d’autres explications, la traduction «effacer Israël de la carte» continue toujours. Des années plus tard, elle réapparaissait dans les articles du Guardian, ce qui a imposé au journal de nombreuses corrections et clarifications.

Maintenant, alors que le gouvernement Trump pousse à la guerre contre l’Iran, une erreur de traduction similaire s’est produite miraculeusement. Ce sont encore des agences de presse «occidentales» qui ont allumé le feu :

L'Associated Press @AP - 7:52 utc - 25 juin 2019
 
Le président iranien Rouhani se moque du président Trump, affirmant que la Maison Blanche est "affligée par un retard mental".

Les locuteurs du farsi [la langue iranienne] ont fait remarquer que Rouhani n’avaient jamais utilisé le mot farsi pour «retardé» :

Sina Toossi @SinaToossi - 13h49 utc - 25 juin 2019
 
Un grand nombre de médias occidentaux rapportent que le président iranien Rouhani a qualifié Trump de "mentalement retardé". C'est inexact.
 
En ce qui concerne Trump, Rouhani vient de dire "aucune personne sage ne prendrait une telle décision [les nouvelles sanctions imposées]".
Reza H. Akbari @rezahakbari - 15:58 utc - 25 juin 2019
 
Absolument incorrect. Il y a un mot pour "attardé" en persan et Rouhani ne l'a pas utilisé. Avant de dire «handicap mental», il avait même précédé son commentaire en disant «faiblesse mentale». Ceux qui parlent persan peuvent écouter et juger par eux-mêmes. Voici un extrait vidéo du commentaire de Rouhani : lien.

Mais le dommage est déjà fait :

Donald J. Trump @realDonaldTrump - 14:42 utc - 25 juin 2019

Les dirigeants iraniens ne comprennent pas les mots «gentil» ou «compassion», ils ne les ont jamais compris. Malheureusement, ce qu’ils comprennent, c’est la force et la puissance, et les États-Unis sont de loin la force militaire la plus puissante du monde, avec 1 500 milliards de dollars investis au cours des deux dernières années seulement.

... Le merveilleux peuple iranien souffre sans aucune raison. Leurs dirigeants dépensent tout leur argent dans la terreur et peu dans autre chose. Les États-Unis n’ont pas oublié l’utilisation par l’Iran des engins piégés IED et EFP, qui ont tué 2 000 Américains et en ont blessé beaucoup plus ...

La déclaration très ignorante et insultante de l’Iran, publiée aujourd’hui, ne fait que montrer qu’ils ne comprennent pas la réalité. Toute attaque de l’Iran contre quoi que ce soit d'américain sera contrée par une grande force écrasante. Dans certaines régions, écrasant sera synonyme d'anéantissement. John Kerry & Obama, c'est terminé !

Reuters, qui a également colporté la mauvaise traduction, a relié les points :

WASHINGTON / DUBAI (Reuters) - Le président américain Donald Trump a menacé mardi d'oblitérer une partie de l'Iran s'il attaquait "quoi que ce soit d'américain" dans le cadre d'une nouvelle guerre des mots avec l'Iran qui condamne les nouvelles sanctions américaines contre Téhéran, qualifiées de "mentalement attardées".

Aujourd’hui, BBC Monitoring a publié une notice linguistique pour mettre les choses au clair :

Le président iranien n'a pas qualifié Trump de "retardé"
 
Dans un discours télévisé prononcé le 25 juin, le président iranien Hassan Rouhani a parlé d'"incapacité mentale" et de "handicap mental" à la Maison Blanche.

Reuters et de nombreux autres médias occidentaux ont mal traduit, en anglais, les termes employés par Rouhani, qui sont devenus "mentalement retardé".
 
La phrase de Rouhani serait traduite mot à mot comme suit : "Ils sont frappés d'incapacité mentale [persan: natavani-ye zehni]. La Maison Blanche est frappée d'un handicap mental [persan: ma'luliyat-e zehni]. Ils ne savent pas quoi faire."

L'équivalent persan le plus précis pour «retardé» serait probablement «aqab mande», qui reprend la même notion de ralentissement ou de retard dans le développement ou le progrès.

Cependant, le mal est fait.

Même si Rouhani n’a jamais traité Trump ou la Maison-Blanche de « retardé mental », l’affirmation selon laquelle il l’a fait perdurera. Elle sera utilisée pour le condamner ainsi que l’Iran.

Trente heures après son apparition, l’intitulé « Breaking News » du tweet de Associated Press,  cité ci-dessus, est toujours en place. Il a été retweeté plus de 25 000 fois. Le rapport de Reuters est toujours sur son site Web. Des centaines de médias ont reproduit la fausse affirmation distribuée par ces agences.

Il est difficile de croire que des erreurs de traduction aussi importantes concernant des  »ennemis officiels », laissées sans correction en temps voulu, se produisent par accident.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF