Captivité, inégalité, familiarité


Par Oriental Review − Le 10 décembre 2022 − Source Oriental Review

Macron, le président français, a mené une visite aux États-Unis, où Joe Biden l’a reçu pour la première fois en tant que dirigeant de la Maison-Blanche. La visite du président français était supposée résoudre une montagne de problèmes accumulés dans les relations bilatérales et ailleurs.

Washington avait commencé par offenser Paris il y a un an, suite à la création du bloc militaire et politique étasunien AUKUS (qui présente une orientation explicitement anti-chinoise) ; l’Australie, membre de ce bloc, avait rompu un contrat avec la France portant sur la livraison de sous-marins valant 63 milliards de dollars. Paris ayant refusé d’entrer dans l’alliance anti-chinoise, la perte de ce contrat peut avoir pour signification une punition pour avoir désobéi à Washington.

Continuer la lecture

Axios met au jour la guerre de l’information menée par la France contre la Russie en Afrique


Par Andrew Korybko − Le 20 octobre 2022 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

La tendance que chacun peut constater est que l’influence de la France au sein de ses anciennes colonies africaines disparaît comme neige au soleil, et ce de manière d’autant plus accélérée par les conséquences de ses tentatives désespérées de mettre fin à ce processus. Plus Paris s’escrime à lutter contre la multipolarité, plus les choses s’accélèrent et mettent à mal son influence hégémonique néocoloniale en déclin.


Continuer la lecture

Macron insulte l’intelligence des Africains en affirmant que les puissances multipolaires les manipulent


Par Andrew Korybko − Le 30 août 2022 − Source Oriental Review

andrew-korybko

La suprématie ethno-nationaliste éhontée associée à sa remarque pleine de haine va amener les Africains à redoubler d’efforts dans leur activisme anti-impérialiste et pan-africain, car aucune personne se respectant ne capitulerait jamais face à des pressions aussi évidemment raciales : cela reviendrait à se soumettre à la domination de leur agresseur.
Continuer la lecture

Les impasses de la politique européenne


Les crises se succèdent, de plus en plus vite, bien au-delà des capacités de réaction des structures et des mentalités rigides de l’UE.


Par Alastair Crooke – Le 2 mai 2022 – Source Strategic Culture

Le résultat des élections françaises a une fois de plus démontré la rigidité de la société européenne, qui rend presque impossible l’émergence d’un gouvernement fort et volontaire (c’est-à-dire transformateur), comme celui d’un de Gaulle, au niveau national. Cependant, lorsque ces rigidités nationales sont combinées à l’incapacité des institutions européennes supranationales à taille unique de répondre aux spécificités de situations complexes, nous obtenons un immobilisme total – l’impossibilité de changer de politique de manière significative, dans la majorité des États de l’UE. Continuer la lecture

Nord Stream : La géopolitique consistant à maintenir les Allemands « sous tutelle », la Russie « à l’extérieur » et l’instabilité en Ukraine


Il semble raisonnable de penser que cette crise nous accompagnera – sous de multiples formes – pendant au moins les deux prochaines années.


Par Alastair Crooke – Le 14 février 2022 – Source Strategic Culture

Dans un entretien remarquablement franc avec un journal français, Macron a mis le doigt sur les principaux problèmes structurels auxquels l’UE est confrontée : il a déploré le fait que le Conseil de l’UE (et d’autres États membres) ait opposé son veto à la proposition franco-allemande d’un sommet Russie-UE. Les conséquences de cette décision, a-t-il déclaré sans ambages, sont les suivantes : d’ « autres » parlent aux Russes au nom de l’UE. Il n’est pas difficile de supposer qu’il sous-entend que ce sont les « intérêts » des États-Unis (directement ou via les ventriloques de l’OTAN) qui parlent. Et que l’« Europe » est devenue muette. Continuer la lecture

Jean-Loup Izambert et Claude Janvier – Le virus et le Président


Par Hervé – Source le Saker Francophone

"Le virus et le Président" de Jean-Loup IZAMBERT et Claude JANVIER

 

Après Trump face à l’Europe et 56, Jean-Loup Izambert revient avec un complice cette fois-ci pour un livre sur l’actualité brûlante, le coronavirus qui aura réussit l’exploit de faire se terrer le monde entier enfin surtout sa composante otanesque, étrangement ultra-sensible à cet ennemi invisible.

Continuer la lecture

La guerre du Karabakh est terminée. La crise ne l’est pas. Que se passera-t-il après ?


Par The Saker − Le 13 novembre 2020 − Source The Saker Blog

Tout d’abord, je veux commencer cette analyse en publiant la traduction complète d’un article publié hier par le webzine russe Vzgliad. Je n’ai matériellement pas le temps de faire ma propre traduction, donc ce que je publierai n’est qu’une traduction automatique peu retouchée, veuillez m’en excuser.

Continuer la lecture

Sommes-nous à l’aube d’un « Grand reset social/civilisationnel »?


Par Andrew Korybko − Le 30 octobre 2020 − Source Oriental Review

andrew-korybkoLes tensions qui couvent entre le système français ultra-laïc et la condamnation véhémente de la société islamique quant au soutien que ce gouvernement occidental accorde à ce qu’elle considère comme des représentations blasphématoires du Prophète Mahomet font monter la probabilité qu’un « grand reset social/civilisationnel » — qu’il ne faut pas confondre avec le scénario dit du « choc des civilisations » — soit en cours pour les prochaines années, dans le monde entier.
Continuer la lecture

La défense de Charlie Hebdo par Macron cautionne la croisade occidentale moderne menée contre l’Islam


Par Sabtain Ahmed Dar − Le 11 septembre 2020 − Source Oriental Review

Le 4 septembre 2020, Macron a prononcé une déclaration publique, au cours de laquelle il a affirmé ne pas être en position de porter un jugement quant à la décision prise par Charlie Hebdo de publier une caricature du prophète Mahomet — que la paix soit avec lui. Cependant, il n’a pas manqué d’affirmer que : « Au début du procès jugeant des attaques de janvier 2015, j’affirme qu’être français, c’est défendre le droit de rire, de railler, de se moquer et de caricaturer, dont Voltaire tenait qu’il s’agissait du premier de tous les droits ».

Macron a vanté la moralité de la démocratie et de la liberté d’expression en affirmant : « Ce n’est jamais le rôle d’un président de la République d’émettre un jugement sur les choix éditoriaux d’un journaliste ou d’une salle de rédaction, jamais. Nous avons la liberté de la presse ». [Sans doute Macron est-il le seul à ne voir aucune contradiction entre ce propos et la mise sur liste noire par les propres services de l’Élysée du média Russia Today, NdT]. « Il existe en France une liberté de blasphémer qui est attachée à la liberté de conscience. Je suis là pour protéger toutes ces libertés. En France, on peut critiquer un président, des dirigeants, on peut blasphémer », a-t-il affirmé.

Continuer la lecture