Le génocide rwandais de 1994, et les États-Unis (II)


Par Vladislav B. SOTIROVIC − Le 19 février 2022 − Source Oriental Review

Première partie

Identités et origines

L’histoire rwandaise est non seulement liée au manque de territoire, à la pression démographique et à un héritage d’inégalité institutionnalisée, mais également à des disputes génocidaires entre la majorité Hutu et la minorité Tutsi. Le concept-même de nation du Rwanda est en réalité très contesté. Deux visions opposées ont émergé à l’issue du génocide de 1994 :

Continuer la lecture

Le génocide rwandais de 1994, et les États-Unis (I)


Par Vladislav B. SOTIROVIC − Le 29 janvier 2022 − Source Oriental Review

La génocide rwandais de 1994 a constitué l’une des anciennes manipulations étasuniennes en matière d’accusation de génocide et de nettoyage ethnique des autres, fomentée dans le but de justifier ses propres objectifs géopolitiques sur certaines régions. L’administration étasunienne de Bill Clinton n’a rien fait pour empêcher le génocide du Rwanda, au cours duquel presque un million de civils Tutsi ont été brutalement exterminés en l’espace de 12 semaines, par des tueurs de masse Hutu, mais le carnage rwandais aurait facilement pu être évité si Washington l’avait décidé. Une chose semblable s’est produite par la suite en Bosnie au mois de juin 1995 avec le massacre de Srebrenica, ou en juin 1999 au Kosovo (c’est-à-dire, dans la province autonome serbe du Sud, de Kosovo-Metochia), où des Albanais ethniques, soutenus par les États-Unis, ont pratiqué un nettoyage ethnique sur les Serbes et autres non-Albanais vivant sur place.

Continuer la lecture

La déclaration de guerre économique et financière de l’UE contre la Russie pourrait générer des retours de flamme


Par Andrew Korybko − Le 1er mars 2022 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

Cela devrait terrifier les pays qui résistent au resserrement pratiqué par les États-Unis de leur hégémonie unipolaire en déclin, mais cela pourrait également générer des retours de flamme si ces pays coopèrent davantage pour accélérer la transition systémique globale en cours vers la multipolarité, pourvu que leurs dirigeants continuent de résister aux pressions étasuniennes.
Continuer la lecture

L’embargo du Mali par la CEDEAO, instigué par la France, est une forme ultra-cruelle de néo-impérialisme


Par Andrew Korybko − Le 17 janvier 2022 − Source OneWorld

andrew-korybko

Cette dernière campagne de pression maximale, exercée contre le Mali, a amené des milliers de citoyens de ce pays à sortir dans les rues ce week-end, dans une effusion sans précédent d’activisme anti-impérialiste, visant à montrer au monde qu’ils ne comptent pas rester les bras croisés pendant que l’Occident leur inflige une punition collective.

Continuer la lecture

Plongée dans le triangle stratégique France-Mali-Russie


Par Andrew Korybko − Le 29 novembre 2021 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

Cet article est le texte intégral de l’interview accordée par Andrew Korybko à Giorgio Cafiero à ce sujet ; des extraits de celle-ci ont été intégrés dans son récent article paru dans TRT World sous le titre « le Mali pourrait réécrire les relations russo-françaises dans le Sahel ».

Continuer la lecture

Le sommet Afrique-France de Macron : la stratégie ratée de “blackwashing” de la Françafrique


Par François d’Avenel − Le 27 octobre 2021 − Source strategika.fr

Emmanuel Macron a tenté de sauver l’influence française en Afrique actuellement en difficulté1, par la mise en scène artificielle d’un « dialogue avec la société civile ». En réalité, comme nous l’exposions dans notre précédent article2, le problème ne peut être résolu sans un abandon déterminé du néocolonialisme destructeur tant pour les Africains que pour les Français.

Continuer la lecture

Les critiques de la politique néocoloniale française en Afrique se multiplient


Par Vladimir Danilov − Le 13 octobre 2021 − Source New Eastern Outlook

Un sommet Afrique-France s’est tenu à Montpellier, en France, le 8 octobre. Pour la première fois depuis 1973, aucun chef d’État africain n’a été invité à ce sommet. Au lieu de cela, les relations actuelles de Paris avec les États africains ont été discutées avec des hommes d’affaires, des artistes et des militants sociaux.

Par conséquent, les organisateurs du sommet n’ont pas réussi à contourner la tendance politique des relations entre la France et les États africains. Compte tenu de la politique étrangère de l’Élysée ces dernières années, qui a entraîné des manifestations de masse dans de nombreux États africains, les habitants exigeant que les Français quittent le continent, le thème principal du sommet fut le sentiment anti-français qui balaie l’Afrique. il a été noté, en particulier, que le Tchad, le Mali et la République centrafricaine sont les plus actifs dans la critique de la politique de Paris.

Continuer la lecture

La grande stratégie de la France en Afro-Eurasie émerge peu à peu


Par Andrew Korybko − Le 12 octobre 2021 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

La France devrait rejoindre la tendance vers la multipolarité, et intégrer le concept de coopération mutuellement bénéfique, si elle veut conserver son actuelle influence sur diverses régions d’Afro-Eurasie et l’étendre vers de nouvelles zones.

Continuer la lecture

C’est l’ingérence de l’ONU, et non son rejet par l’Éthiopie, qui souille notre conscience


Par Andrew Korybko – Le 01/10/2021 – Source One World

andrew-korybko

La seule tache sur notre conscience est que l’ONU, organisation supposément neutre, et les États-Unis, supposément alliés de ce pays, unissent leurs forces pour soutenir un groupe armé anti-gouvernemental dans le deuxième pays d’Afrique par la taille de sa population, visant à un changement de régime selon des méthodes considérées comme terroristes par Addis Abeba.
Continuer la lecture

Le Mali a des preuves que les forces françaises entraînent des groupes militants sur son territoire, déclare le Premier ministre du pays.


Par RT – Le 8 Octobre 2021

Des groupes militants de la région de Kidal, dans le nord du Mali, ont été formés par des officiers français, a affirmé le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga dans une interview accordée à RIA Novosti, affirmant que les deux tiers de son pays sont « occupés par des terroristes ».

Le Mali dispose de preuves que les forces françaises présentes sur son territoire, avec pour mission de contrer les groupes terroristes, ont plutôt « entraîné » des militants, a déclaré vendredi le Premier ministre du gouvernement de transition à l’agence de presse russe RIA. Selon le responsable malien, la France contrôle désormais une enclave à Kidal, le Mali n’y ayant aucun accès.

Continuer la lecture