Ils ont eu le scalp du général Flynn


Les procureurs s’occupant du Russia-gate ont eu le scalp de l’ancien conseiller à la Sécurité nationale (et lieutenant-général à la retraite), Michael Flynn, pour avoir menti au FBI. Mais cette affaire montre surtout combien ce « scandale » va dangereusement trop loin, écrit Robert Parry.


Par Robert Parry – Le 1er décembre 2017 – Source Consortium News

Michael Flynn

Les partisans du Russia-gate sont enchantés de la déclaration de culpabilité de l’ancien conseiller à la sécurité nationale du président Trump, Michael Flynn, pour avoir menti au FBI à propos de conversations préalables qu’il avait eu avec l’ambassadeur russe, avant la passation de pouvoir, mais l’affaire devrait surtout alarmer les véritables défenseurs des libertés civiles.

Continuer la lecture de Ils ont eu le scalp du général Flynn

Le Russia-gate contamine l’Europe.


Par Robert Parry – Le 16 novembre 2017 – Source Consortium News

Depuis que le gouvernement américain a débloqué 160 millions de dollars en décembre dernier pour lutter contre la propagande et la désinformation russes, des universitaires peu connus et des groupes de réflexion avides font la queue pour pouvoir lancer leur anathème, et participer à cette course au profit en propageant l’hystérique Russia-gate jusqu’en Europe.

De nos jours, il semble que chaque évènement qui n’est pas bienvenu pour l’establishment – du Brexit au référendum pour l’indépendance de la Catalogne – soit imputé à la Russie ! La Russie ! La Russie !

Continuer la lecture de Le Russia-gate contamine l’Europe.

L’aube d’un futur orwellien

Note du Saker Francophone

Le texte de Robert Parry que nous vous proposons ici, traduit en français, a fait l'objet d'une analyse par le site dedefensa.org

ParryPar Robert Parry – Le 28 juillet 2017 – Source consortiumnews

Exclusif : les médias traditionnels des États-Unis continuent de diffuser leurs propres « fausses nouvelles », comme le mensonge à propos d’un « consensus » de la communauté du renseignement sur le « piratage » par la Russie, alors que les algorithmes [de Google] commencent à marginaliser la dissidence.

Continuer la lecture de L’aube d’un futur orwellien

Le « RussiaGate », un coup d’État en douce


Par Robert Parry – Le 13 mai 2017 – Source Consortium News

L’hystérie qui entoure le RussiaGate a pris de l’ampleur après que le président Trump a renvoyé le directeur du FBI, Comey, mais la grande question est de savoir si un « coup d’État en douce » est en train de se dérouler ou pas aux États-Unis, rapporte Robert Parry.

Où est Stanley Kubrick, quand on a besoin de lui ? S’il n’était pas mort en 1999, il serait un parfait réalisateur pour transformer l’hystérie contemporaine à propos de la Russie, en un théâtre de l’absurde reprenant son classique de la guerre froide, Dr Strangelove – Dr Folamour –, une satire très moqueuse sur la folie du nucléaire et la non moins folle idéologie qui la sous tend.

Pour alimenter mon point de vue, le Washington Post a publié jeudi une longue histoire intitulée « Attention, un russe dans la Maison Blanche », article portant sur un photographe russe autorisé à entrer dans le bureau ovale pour photographier la réunion entre le président Trump et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Continuer la lecture de Le « RussiaGate », un coup d’État en douce

Comment les États-Unis ont submergé le monde de Psy-Ops


Les médias américains dominants sont obsédés par la « propagande » russe et pourtant le gouvernement étasunien a créé il y a trente ans une bureaucratie « psyops » pour inonder le monde d’information douteuse.


Parry
Robert Parry

Par Robert Parry – Le 25 mars 2017 – Source Consortiumnews.com

Des documents récemment déclassifiés provenant de la bibliothèque présidentielle de Reagan expliquent comment le gouvernement américain a développé des opérations psychologiques sophistiquées qui ont créé, au cours de ces trente dernières années, une réalité alternative à la fois pour les peuples dans les pays visés et pour les citoyens américains, une structure qui a étendu l’influence des États-Unis à l’étranger et atténué la dissidence à l’intérieur du pays. Continuer la lecture de Comment les États-Unis ont submergé le monde de Psy-Ops

Les Kagan sont de retour, des guerres vont suivre


Par Robert Parry – Le 19 mars 2017 – Source Strategic Culture

Victoria Nuland, l’ancienne secrétaire d’Etat adjointe pour les affaires européennes qui a poussé au coup d’Etat en Ukraine et aidé à choisir les dirigeants post-coup d’Etat. (Elle est la femme du théoricien néocon Robert Kagan.)

La famille Kagan, l’aristocratie néoconservatrice de l’Amérique, a resurgi après avoir surmonté la déception de n’avoir pas regagné l’influence qu’elle attendait de l’élection de Hillary Clinton et la perte de son pouvoir officiel au début de la présidence de Trump.

Pontifiant sur d’éminentes pages d’opinion, la famille Kagan pousse maintenant à une invasion américaine intensifiée de la Syrie et attaque les Républicains pour ne pas se joindre avec plus d’enthousiasme à la chasse aux sorcières anti-russe à propos de la prétendue aide de Moscou à l’élection de Donald Trump. Continuer la lecture de Les Kagan sont de retour, des guerres vont suivre

La propagande de guerre continue de tuer


Par Robert Parry – Le 7 décembre 2016 – Source Consortium News

Reste a ta place et ferme ta gueule

Une des principales raisons pour lesquelles les débâcles américaines à l’étranger ont été particulièrement destructrices − surtout pour les pays attaqués, mais aussi pour les États-Unis − est que ces interventions sont toujours accompagnées d’importants investissements en propagande de la part du gouvernement américain. Ainsi, même lorsque les fonctionnaires reconnaissent qu’un jugement erroné a été fait, la machine de propagande continue à tourner à plein et empêche de faire marche arrière pendant qu’il est encore temps.

Continuer la lecture de La propagande de guerre continue de tuer

Pourquoi Trump a gagné ; pourquoi Clinton a perdu


La cuisante défaite de Hillary Clinton reflète une grossière erreur de jugement du Parti démocrate sur la profondeur de la colère populiste contre des élites égoïstes qui ont traité avec dédain la plus grande partie du pays. – Robert Parry


Parry
Robert Parry

Par Robert Parry – Le 9 novembre 2016 – Source Consortium News

À la fin, Hillary Clinton est devenue le visage d’un establishment corrompu, arrogant et déconnecté des réalités, tandis que Donald Trump émergeait comme un réceptacle juste ce qu’il y a d’imparfait pour recueillir une fureur populaire qui avait bouillonné sous la surface de l’Amérique. Continuer la lecture de Pourquoi Trump a gagné ; pourquoi Clinton a perdu

Trump ou Clinton: qui est le plus susceptible de faire sauter la planète?


En tant que présidents, les deux sont capables de mettre fin à toute vie sur Terre, mais pour des raisons très différentes


Parry

Par Robert Parry − Le 3 juin 2016 − Source Russia Insider

Hillary Clinton a monté un dossier solide pour expliquer pourquoi remettre les codes nucléaires à un Donald Trump président serait une idée effrayante, mais, à l’inverse, il pourrait y avoir des raisons égales ou même supérieures de pas les lui donner, à elle.

Continuer la lecture de Trump ou Clinton: qui est le plus susceptible de faire sauter la planète?

Néo-conservateurs et néo-libéraux : comment les idées mortes tuent encore


Hillary Clinton veut que les électeurs américains aient peur de Donald Trump, mais il y a également des raisons de redouter une présidence néoconservatrice/néolibérale de Clinton, et ce qu’elle signifiera pour le monde, écrit Robert Parry.

Par Robert Parry – Le 11 mai 2016 – Source Consortiumnews

Pendant des siècles, la monarchie héréditaire était le moyen le plus répandu pour la désignation des chefs d’État. Elle a évolué en un système complexe se maintenant par le pouvoir et la propagande, alors même que ses racines idéologiques s’asséchaient pendant le Siècle de la raison. La monarchie étant devenue une idée morte, elle a néanmoins continué de tuer par millions dans son agonie.  Continuer la lecture de Néo-conservateurs et néo-libéraux : comment les idées mortes tuent encore