Noosphère, Partie V : Mythologies dualistes


Par Dmitry Orlov – Le 5 octobre 2021 – Source Club Orlov

« Dans la cosmologie chinoise, l’univers se crée à partir d’un chaos primaire d’énergie matérielle, organisé selon les cycles du Yin et du Yang et formé en objets et en vies. Le Yin est le principe réceptif et le Yang le principe actif, vu dans toutes les formes de changement et de différence, comme le cycle annuel (hiver et été), le paysage (ombre orientée vers le nord et luminosité orientée vers le sud), l’accouplement sexuel (féminin et masculin), la formation des personnages, hommes et femmes, et l’histoire sociopolitique (désordre et ordre). » [Feuchtwang, Stephan (2016). Les religions dans le monde moderne : Traditions et transformations].

Continuer la lecture

Ordre mondial et ordre du monde : une vue rétroprospective


« L’Islam a commencé comme un étranger et il redeviendra étranger comme il l’a été au début. Bienheureux seront alors les étrangers » (Hadith)


Par Amir Nour − Octobre 2021

Au commencement était Westphalie

Afin de planter comme il se doit le décor du sujet qui est le nôtre ici, celui de l’ordre du monde tel qu’il était perçu par le regretté Malek Bennabi1, il convient de procéder à une nécessaire clarification des concepts clés en la matière.

De fait, dans la foisonnante littérature sur les relations internationales, notamment en langue française, le qualificatif « international », « mondial » ou « planétaire » est rarement expliqué de manière satisfaisante.

Continuer la lecture

  1. Malek Bennabi (1905 – 1973) est un penseur et écrivain qui avait consacré la majeure partie de sa vie à observer et à analyser l’Histoire pour comprendre les lois générales qui sous-tendent la naissance, l’essor et la chute des civilisations. Il est surtout connu pour avoir inventé le concept de « colonisabilité » (l’aptitude intérieure à être colonisé) et même la notion de « mondialisme ».

Noosphère, Partie IV : Mythologies monistes


Par Dmitry Orlov – Le 25 septembre 2021 – Source Club Orlov

Après quelques dizaines, voire centaines de millénaires au cours desquels l’Homo sapiens a vécu en compagnie d’une multitude de dieux, de déesses et de choses semblables à des dieux (ainsi qu’une bonne poignée de démons, de lutins et de trolls), l’idée est venue de mettre fin à cette folie et, par mesure disciplinaire, de déclarer qu’il n’y a qu’un seul Dieu que tout le monde doit obligatoirement adorer et vénérer. Cela a fait couler beaucoup de sang, jusqu’à ce qu’on parvienne à une sorte d’impasse tendue, dans laquelle divers théologiens ont confirmé, tout en se tortillant sur leurs sièges, qu’il n’y a qu’un seul Dieu, qu’il s’agisse du Dieu des juifs ou des musulmans, malgré des différences doctrinales mineures telles que le droit d’avoir plus d’une épouse ou la question de savoir si les adultères en série doivent être lapidés à mort par une foule enragée ou invités à des talk-shows avec leurs multiples amants éconduits.

Continuer la lecture

La distanciation sociale est une exhortation luciférienne


Par Patrice-Hans Perrier − Le 12 septembre 2021 − Source Carnets d’un Pèlerin

Cathédrale d’Évreux – Wikipédia

Aujourd’hui, dimanche 12 septembre 2021, j’ai assisté à une messe tridentine au sein d’une église « traditionnelle », une communauté très à cheval sur les principes moraux … et, curieusement, le curé de service a entamé son sermon en insistant sur « l’obligation morale de respecter la distanciation sociale » lors de la communion. Après le sermon, regardant par terre, les paroissien-moutons se sont lentement dirigés vers l’autel de communion comme un troupeau qu’on mènerait à l’abattoir, tout en respectant cette fameuse « distanciation sociale » obligatoire. Mais, d’où vient cette exhortation sans queue ni tête, dans un contexte où, si les simples fidèles sont appelés à faire « amende honorable » avant de communier, on ne les oblige jamais à se désolidariser les uns des autres.

Continuer la lecture

La noosphère, Partie III : Mythologies polythéistes


Par Dmitry Orlov – Le 6 septembre 2021 – Source Club Orlov

Cet ensemble de mythes englobe le polythéisme sous toutes ses formes et est symbolisé par l’expression mathématiquement invalide 0 = ∞ Le nombre est zéro parce que dans ce schéma, il y a exactement zéro dieu réel. Ici, 0 est très différent de l’état NULL dont nous avons parlé précédemment, qui est le déni acharné des athées et/ou l’absence expérimentée de tout ce qui est divin. Zéro est également l’infini puisque le nombre de dieux, de déesses et de dieux en minuscules n’est limité par aucun principe. Si vous avez une déesse de la forêt, alors pourquoi pas une déesse de l’arbre, une déesse du buisson, une déesse de l’arbuste et une déesse du jeune arbre ? Ajoutez une bonne poignée de nymphes, de trolls et de gobelins pour compléter le tableau.

Continuer la lecture

Le caractère mythique de la réalité


Par Fr Stephen Freeman − Le 25 avril 2021 − Source Oriental Review via Ancien Faith

Tolkien et CS Lewis (à droite)

L’amitié entre CS Lewis et JRR Tolkien est bien connue, tout comme le rôle joué par Tolkien pour amener Lewis au Christ. Ce que l’on sait moins (à moins de creuser un peu plus loin), c’est le rôle de Tolkien dans la conversion de Lewis d’une compréhension rigide et plate du monde aux riches possibilités offertes par le « mythe ». Sans cette conversion, Lewis ne serait probablement pas devenu chrétien, et n’aurait certainement pas écrit les romans que tant de gens aiment. Elle est profondément sous-estimée, bien qu’elle soit au cœur de la foi de Lewis et de Tolkien. Ils n’étaient pas seulement des chrétiens, mais des chrétiens dont le cœur était profondément touché et sensible à la puissance du mythe. Grâce à lui, ils nous ont donné des mondes qui continuent de nous divertir. Cependant, la plupart des gens sont divertis par leurs histoires de la même manière qu’ils sont divertis par n’importe quel drame d’action. Le caractère mythique de leur œuvre est passé sous silence et réduit à un peu plus que de la « fantaisie pour enfants ». Le professeur Digory le dit bien : « Tout est dans Platon, tout est dans Platon ; bonté divine, qu’est-ce qu’on leur apprend dans ces écoles ! ».

Continuer la lecture

Dîner avec César


Par Fr. Lawrence Farley − Le 18 avril 2021 − Source Oriental Review via Ancien Faith

Le chef gaulois Vercingétorix s’est rendu à César en 52 av.

Un vieux proverbe dit que celui qui dîne avec le diable doit utiliser une longue cuillère – c’est-à-dire qu’il faut être très prudent et garder la plus grande distance possible. Je pense que le même conseil convient pour dîner avec César. Lorsque César est hostile à l’Église (comme il l’a souvent été dans l’histoire), nous, chrétiens, avons des raisons d’être un peu nerveux. Lorsqu’il est amical envers l’Église, nous avons des raisons d’être encore plus nerveux. Car s’il y a une chose que la longue histoire de Byzance nous a enseignée, c’est qu’il y a un inconvénient certain à être une Église d’État, et que César a une tendance inquiétante à se surpasser. Chacun sait que c’est celui qui paie le joueur de cornemuse qui décide de la musique. Et lorsque César commence à payer nos factures – ou nous donne un coup de pouce économique – il se sent souvent un peu plus qu’autorisé à diriger notre spectacle. C’est la raison pour laquelle le mot « Césaropapisme«  sonne si mal.

Continuer la lecture

Covid-19 : un appel du Patriarcat Catholique Byzantin à distinguer vrais et faux vaccins


Les experts mettent en garde, mais le pape Bergoglio dit à propos de la vaccination : « Cela doit être fait ! »


Par Le Patriarcat Catholique Byzantin − Le 2 février 2021 − Source vkpatriarhat.org

La discussion publique des scientifiques révèle l’essence du soi-disant nouveau vaccin à ARN messager, qui n’est pas vraiment un vaccin traditionnel, mais est un outil de mutilation massive et de génocide de l’humanité. David Martin, MD : « Assurons-nous d’être clairs. Ils utilisent le terme ‘vaccin’ pour dissimuler cette chose sous des exemptions de santé publique. Ce n’est pas un vaccin. »

Continuer la lecture

Prêts des Rothschild au Saint-Siège


Par Claíomh Solais − Février 2018 − Source Wikipédia

Le pape Grégoire XVI a supervisé l’accord de prêt entre la famille Rothschild et le Saint-Siège en 1832.

Les prêts des Rothschild au Saint-Siège font référence à une série de prêts financiers importants conclus entre la famille Rothschild et le Saint-Siège de l’Église catholique. Le premier prêt, qui a eu lieu en 1832, s’est déroulé au lendemain des guerres napoléoniennes sous le pontificat du pape Grégoire XVI (impliquant James Mayer de Rothschild et Carl Mayer von Rothschild). Le prêt convenu était d’un montant de 400 000 livres sterling (équivalent à 37,4 millions de livres sterling en 2019). Un deuxième prêt a été accordé sous le pontificat du pape Pie IX (« Pio Nono ») au début des années 1850 par les mêmes membres de la famille Rothschild après l’effondrement de la République romaine révolutionnaire de Giuseppe Mazzini, qui n’a pas duré longtemps, et la restauration des États pontificaux.

Continuer la lecture

Et si l’enfant Jésus était né dans l’État policier américain ?


Par John Whitehead − Le 21 décembre 2020 − Source The Rutherford Institute

John Whitehead« Quand le chant des anges s’est calmé, quand l’étoile dans le ciel a disparu, quand les rois et les princes sont rentrés, quand les bergers sont de retour avec leurs troupeaux, le travail de Noël commence : retrouver les perdus, guérir les brisés, nourrir les affamés, libérer le prisonnier, reconstruire les nations, apporter la paix entre les peuples, faire de la musique dans le cœur ». – Howard Thurman

Continuer la lecture