Réinvitons les morts à table – Éloge du culte des ancêtres


Par Laurent Guyénot − Février 2022

L’exemple de l’Asie

Les Asiatiques ne montrent aucun signe d’un désir de mort collectif. Ils sont généralement fiers de leur origine ethnique et de leur nationalité. Je pense que cela a beaucoup à voir avec leur rapport aux ancêtres. Le culte des ancêtres est une partie essentielle des traditions asiatiques, et bien qu’il ait reculé dans les grandes villes, il est encore largement pratiqué. Les anthropologues préfèrent parler de « vénération des ancêtres » ; les morts ne sont pas divinisés, mais on leur exprime respect, gratitude et fidélité, et l’on attend d’eux qu’ils guident et protègent les vivants — ou les réprimandent quand ils agissent mal. Les ancêtres ne sont pas tous bons, mais il vaut mieux vivre en paix avec tous. Honorer les ancêtres n’est pas seulement une coutume religieuse ; c’est une obligation morale, car c’est un prolongement de la piété filiale, qui est considérée unanimement en Orient comme le fondement de la morale : de par votre piété filiale, vous participez à la piété filiale de vos parents, etc.

Continuer la lecture

La COP26 et l’écologisation du christianisme par le pape François


Par Matthew J.L. Ehret − Le 16 novembre 2021 − Source Lew Rockwell

Dès les premiers jours du Sommet COP26 à Glasgow, le Pape François a adressé plusieurs accolades aux dirigeants mondiaux et à l’ensemble de la communauté catholique mondiale pour qu’ils prennent des mesures audacieuses face au changement climatique anthropique et modifient radicalement tout notre système de valeurs vers un nouvel ordre. Faisant référence aux Accords de Paris de la COP21, le Pape a déclaré :

Il n’y a pas d’alternative. Nous pouvons atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris uniquement si nous agissons de manière coordonnée et responsable. Ces objectifs sont ambitieux, et ils ne peuvent plus être reportés. Aujourd’hui, c’est à vous de prendre les décisions nécessaires.

Continuer la lecture

Noosphère, Partie VI : Mythologies trinitaires


Par Dmitry Orlov – Le 4 novembre 2021 – Source Club Orlov

Il n’y a qu’une seule mythologie trinitaire qui mérite d’être discutée, et c’est le christianisme. Le Dieu chrétien est la Sainte Trinité, composée du Père (le vieux Dieu hébreu), du Fils (Jésus-Christ) et du Saint-Esprit. Dieu le Père est arrivé par l’intermédiaire des textes sacrés juifs, qui se sont trouvés être à vendre juste au moment où le christianisme a commencé à se développer, les Juifs venant de perdre une sale guerre contre les Romains, qui les ont ensuite délogés (encore une fois) de Palestine. Avant d’acheter en gros les textes sacrés juifs, les chrétiens étaient considérés par d’autres sectes, plus instruites, comme « un peuple sans livre ».

Continuer la lecture

Immigration, ethnicité et religion


 (Le sujet n’est pas aussi simple qu’il en a l’air !)


Par The Saker − Le 8 Novembre 2021 − Source The Saker’s Blog

Avant-propos : Aujourd’hui, je commence ce qui pourrait bien se transformer en une série d’articles sur l’interaction entre immigration, ethnicité et religion. Je pense assez bien connaitre le sujet pour les raisons suivantes :

Je suis moi-même né dans une famille d’immigrants qui est passée de Russie en Serbie, puis en Allemagne, en Argentine, en Hollande et enfin en Suisse, où je suis né. J’ai ensuite immigré deux fois aux États-Unis, d’abord pour obtenir deux diplômes universitaires de 1986 à 1991, puis une seconde fois en 2002. Je connais l’immigration de l’intérieur.

En outre, j’ai également travaillé comme interprète pour les autorités fédérales suisses en interrogeant des réfugiés.

Continuer la lecture

L’effondrement dans le chaos


Là où seul Dieu a un sens


Par Stephen Freeman − Le 17 Octobre 2021 − Source Ancient Faith

Triomphe de la Mort, peint à Clusone (Italie du Nord) en 1485

Rien n’est plus traumatisant que le début du chaos. La prévisibilité s’effondre, la bonté semble disparaître, et la folie de la survie pure prend le dessus. Dans le chaos, tout semble plausible puisque la raison elle-même est devenue inaccessible.

Continuer la lecture

Le nouveau monde orwellien, basé sur le contrôle et la surveillance


Par Sonja van den Ende − Le 14 octobre 2021 − Source OneWorld Press

J’ai déjà beaucoup écrit à ce sujet, nous le voyons progresser, mais uniquement dans le monde dit développé. Une société dystopique, vouée en fin de compte à l’échec. Un monde de surveillance, de dictature sanitaire, de QR-codes, de paiements électroniques, invivable pour la plupart des gens, qui ressemble aux anciens systèmes comme le fascisme ou le communisme totalitaire, simplement paré de nouveaux atours. On peut désigner ce monde comme technocratique, et fondé sur un système totalitaire à base d’Intelligence Artificielle. Reste que l’histoire nous a enseigné que tous les systèmes et idéologies qui sont devenus totalitaires ont échoué.

Continuer la lecture

Noosphère, Partie V : Mythologies dualistes


Par Dmitry Orlov – Le 5 octobre 2021 – Source Club Orlov

« Dans la cosmologie chinoise, l’univers se crée à partir d’un chaos primaire d’énergie matérielle, organisé selon les cycles du Yin et du Yang et formé en objets et en vies. Le Yin est le principe réceptif et le Yang le principe actif, vu dans toutes les formes de changement et de différence, comme le cycle annuel (hiver et été), le paysage (ombre orientée vers le nord et luminosité orientée vers le sud), l’accouplement sexuel (féminin et masculin), la formation des personnages, hommes et femmes, et l’histoire sociopolitique (désordre et ordre). » [Feuchtwang, Stephan (2016). Les religions dans le monde moderne : Traditions et transformations].

Continuer la lecture

Ordre mondial et ordre du monde : une vue rétroprospective


« L’Islam a commencé comme un étranger et il redeviendra étranger comme il l’a été au début. Bienheureux seront alors les étrangers » (Hadith)


Par Amir Nour − Octobre 2021

Au commencement était Westphalie

Afin de planter comme il se doit le décor du sujet qui est le nôtre ici, celui de l’ordre du monde tel qu’il était perçu par le regretté Malek Bennabi1, il convient de procéder à une nécessaire clarification des concepts clés en la matière.

De fait, dans la foisonnante littérature sur les relations internationales, notamment en langue française, le qualificatif « international », « mondial » ou « planétaire » est rarement expliqué de manière satisfaisante.

Continuer la lecture

  1. Malek Bennabi (1905 – 1973) est un penseur et écrivain qui avait consacré la majeure partie de sa vie à observer et à analyser l’Histoire pour comprendre les lois générales qui sous-tendent la naissance, l’essor et la chute des civilisations. Il est surtout connu pour avoir inventé le concept de « colonisabilité » (l’aptitude intérieure à être colonisé) et même la notion de « mondialisme ».

Noosphère, Partie IV : Mythologies monistes


Par Dmitry Orlov – Le 25 septembre 2021 – Source Club Orlov

Après quelques dizaines, voire centaines de millénaires au cours desquels l’Homo sapiens a vécu en compagnie d’une multitude de dieux, de déesses et de choses semblables à des dieux (ainsi qu’une bonne poignée de démons, de lutins et de trolls), l’idée est venue de mettre fin à cette folie et, par mesure disciplinaire, de déclarer qu’il n’y a qu’un seul Dieu que tout le monde doit obligatoirement adorer et vénérer. Cela a fait couler beaucoup de sang, jusqu’à ce qu’on parvienne à une sorte d’impasse tendue, dans laquelle divers théologiens ont confirmé, tout en se tortillant sur leurs sièges, qu’il n’y a qu’un seul Dieu, qu’il s’agisse du Dieu des juifs ou des musulmans, malgré des différences doctrinales mineures telles que le droit d’avoir plus d’une épouse ou la question de savoir si les adultères en série doivent être lapidés à mort par une foule enragée ou invités à des talk-shows avec leurs multiples amants éconduits.

Continuer la lecture

La distanciation sociale est une exhortation luciférienne


Par Patrice-Hans Perrier − Le 12 septembre 2021 − Source Carnets d’un Pèlerin

Cathédrale d’Évreux – Wikipédia

Aujourd’hui, dimanche 12 septembre 2021, j’ai assisté à une messe tridentine au sein d’une église « traditionnelle », une communauté très à cheval sur les principes moraux … et, curieusement, le curé de service a entamé son sermon en insistant sur « l’obligation morale de respecter la distanciation sociale » lors de la communion. Après le sermon, regardant par terre, les paroissien-moutons se sont lentement dirigés vers l’autel de communion comme un troupeau qu’on mènerait à l’abattoir, tout en respectant cette fameuse « distanciation sociale » obligatoire. Mais, d’où vient cette exhortation sans queue ni tête, dans un contexte où, si les simples fidèles sont appelés à faire « amende honorable » avant de communier, on ne les oblige jamais à se désolidariser les uns des autres.

Continuer la lecture