Fin d’empire :
les généraux d’Alexandre déjà ?

Imperium Americana’s Regional Warlords March to Their Own Drum Beats


Les seigneurs de la guerre de l’empire bureaucratique washingtonien marchent au rythme de leurs propres tambours


Wayne Madsen

Par Wayne Madsen – le 19 septembre 2016 – Source Strategic-Culture

Jamais depuis l’époque de l’Empire romain les seigneurs de guerre régionaux n’ont déployé autant d’autorité pour élaborer leur propre politique militaire et diplomatique en dehors du gouvernement central. Les États-Unis appellent leurs chefs de guerre des «commandants combattants» et le titre n’est pas trompeur.

Continuer la lecture de Fin d’empire :
les généraux d’Alexandre déjà ?

Les alliés des Etats-Unis sont prêts à partager avec eux la responsabilité de l’attaque de Deir Ezzor

Moon of Alabama
Moon of Alabama

Le 19 septembre 2016 – Source Moon of Alabama

Les États-Unis tentent de se décharger d’une partie de la responsabilité de leur soutien aérien à ISIS contre l’armée arabe syrienne à Deir Ezzor. Continuer la lecture de Les alliés des Etats-Unis sont prêts à partager avec eux la responsabilité de l’attaque de Deir Ezzor

Que se passe-t-il réellement en mer de Chine du Sud ?


Par James O’Neill – Le 26 avril 2016 – Source New Eastern Outlook

La Mer de Chine du Sud serait, de l’avis de nombreuses publications occidentales, le prochain point de contentieux potentiel sur la scène géopolitique mondiale. La rhétorique officielle est aussi agressive qu’elle est mal informée, se fixant sur une prétendue agression de la République populaire de Chine qui déclare sa souveraineté sur une large étendue maritime de la mer de Chine du Sud, bien au-delà de ses eaux territoriales (limite des 12 milles marins) et de sa zone économique exclusive (limite des 200 milles marins) que la loi internationale reconnaît.

Continuer la lecture de Que se passe-t-il réellement en mer de Chine du Sud ?

Dommage collatéral des Panama Papers


Le droit à l’auto-détermination des micro-États du Pacifique…


Par Wayne Madsen – Le 18 avril 2016 – Source Strategic Culture Foundation


S’il était encore besoin de démontrer que la publication des soi-disant Panama Papers est un instrument de politique étrangère de trois des membres de la coalition de renseignement appelée Five Eyes, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, preuve en est l’immédiate condamnation du rôle joué par certains paradis fiscaux offshore du Pacifique, dans les montages financiers d’évasion fiscale fabriqués par la société Mossack Fonseca, un cabinet d’avocats panaméen accusé de soustraire des milliards de dollars à la vue des autorités fiscales du monde entier.

Continuer la lecture de Dommage collatéral des Panama Papers

Le viol du Timor oriental :
« Cela semble amusant »


Par John Pilger – Le 27 février 2016 – Source Le Saker océanien

Des documents secrets trouvés dans les Archives nationales australiennes donnent un aperçu de la façon dont l’un des plus grands crimes du XXe siècle a été perpétré et dissimulé. Ils nous aident aussi à comprendre comment et par qui le monde est gouverné.

Les documents se réfèrent au Timor oriental, aujourd’hui connu sous le nom de Timor-Leste, et ont été rédigés par des diplomates dans l’ambassade d’Australie à Jakarta. Ils sont datés de novembre 1976, moins d’un an après que le dictateur indonésien, le général Suharto, se soit emparé de ce qui était alors une colonie portugaise, sur l’île de Timor. Continuer la lecture de Le viol du Timor oriental :
« Cela semble amusant »

Bonne nouvelle pour le monde entier, plus de soucis à se faire pour la mer de Chine


Par Peter Lee – Le 23 janvier 2016 – Source UNZ

On assiste à une campagne médiatique concertée pour présenter la mer de Chine (MdC) comme une voie indispensable pour le transport commercial, fournissant une bonne raison aux États-Unis pour surveiller et intervenir dans cette zone.

Continuer la lecture de Bonne nouvelle pour le monde entier, plus de soucis à se faire pour la mer de Chine

Résurrection de la gauche mondiale?


Immanuel Wallerstein
Immanuel Wallerstein

Par Immanuel Wallerstein – Le 1er octobre 2015 – Source iwallerstein.com

L’immense triomphe de Jeremy Corbyn, le 24 septembre, appelé à diriger le Parti travailliste de Grande-Bretagne était étonnant et totalement inattendu. Il est entré dans la course avec à peine assez de soutien pour figurer sur les bulletins de vote. Il a posé sa candidature sur la base d’une plateforme de gauche sans compromis. Et puis, confronté à trois candidats plus conventionnels, il a remporté 59.5% des suffrages dans une élection qui a eu un taux de participation inhabituellement élevé de 76%.

Continuer la lecture de Résurrection de la gauche mondiale?

La Chine et l’Australie signent un accord historique


Pendant que les blocs régionaux européen, nord-américain et moyen oriental se délitent, le bloc Asie-Pacifique continue à se structurer.

Par Charles Happel – Le 17 juin 2015 – Source: Xinhuanet

 

Les gouvernements australien et chinois viennent de signer cet accord de libre échange attendu depuis si longtemps au cours d’une cérémonie à Canberra, mercredi (17 juin 2015), libérant ainsi le commerce entre les deux pays.

Le ministre chinois du Commerce, Gao Hucheng (à g.) et le ministre australien du Commerce Andrew Robb (à d.) prennent la pose après la signature avec le Premier ministre australien Tony Abott

 

Cet accord historique, signé par les ministres du commerce australien Andrew Robb et chinois Gao Hucheng, a entériné des négociations qui ont duré 10 ans et une Déclaration d’intention signée en novembre dernier par les dirigeants des deux pays, le premier ministre australien Tony Abbott et le président chinois Xi Jinping.

Continuer la lecture de La Chine et l’Australie signent un accord historique

Un ancien Premier ministre australien:
Les États-Unis, un allié dangereux

Staff Reporter – Le 24 janvier 2015 – Source wantasiatimes

 

NE PAS SE LAISSER ENTRAîner dans la guerre des autres
Malcom Fraser, ancien Premier ministre australien

Dans son nouveau livre intitulé Dangerous Allies (NdT : Alliés dangereux), Malcolm Fraser, un ancien Premier ministre australien s’inquiète de ce que la dépendance de Camberra vis-à-vis des États-Unis va finalement conduire la nation dans un conflit ouvert avec la Chine. Ses propos font écho à ceux du professeur de la Georgetown University, Amitai Etzioni dans un article qu’il a écrit pour le Diplomat le 20 janvier.

L’Australie a toujours été stratégiquement dépendante d’autres grandes puissances depuis son indépendance en 1901. Elle a été dépendante du Royaume-Uni jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et elle a ensuite transféré cette dépendance vers les États-Unis. La relation est devenu plus forte après la signature du Traité de sécurité entre l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis, en 1951. Fraser dit que le traité ne stipule pas que les États-Unis défendent l’Australie mais qu’ils soient consultés en cas d’attaque.

Dans son livre, Fraser décrit comment la foi aveugle de l’Australie envers le Royaume-Uni a laissé le pays sans préparation pour la guerre. Il continue en disant qu’actuellement, de nombreuses personnes se sentent plus vulnérables à cause de la dépendance du pays vis-à-vis des États-Unis. Ce dont Fraser et d’autres dirigeants australiens ont le plus peur, c’est que les États-Unis impliquent l’Australie dans un conflit qu’elle n’aura pas créé. «L’ Australie a effectivement cédé aux États-Unis sa capacité à décider quand elle doit entrer en guerre», dit Fraser.

Fraser à qualifié les États-Unis d’allié dangereux alors que l’Australie a été progressivement de plus en plus liée aux affaires stratégiques et militaires états-uniennes depuis la fin de la guerre froide.

Tout comme avec les conflits armés au Moyen-Orient, Fraser a soutenu que le conflit en Ukraine a éclaté en partie à cause de la tentative de Washington d’inclure l’Ukraine dans l’OTAN. Il a poursuivi en accusant les États-Unis d’un manque de compréhension historique envers la Russie à ce sujet.

La politique de Washington pour contenir la Chine peut finalement conduire l’Australie à des difficultés. Croyant que les États-Unis vont finalement utiliser l’Australie comme une base pour attaquer la Chine, Fraser suggère lde fermer le plus vite possible  toutes les bases militaires états-uniennes, à Darwin au nord et à Pine Gap au centre du pays. L’ancien dirigeant australien a ajouté que le pays devrait être plus indépendant vis-à-vis des États-Unis, tant dans le domaine de la défense qu’en matière de politique étrangère. Tout en recommandant que l’Australie consolide ses activités diplomatiques dans toute l’Asie et à l’ONU, il a aussi suggéré un accroissement des dépenses militaires jusqu’à 3% du PIB.

Jared McKinney, un expert de la défense états-unienne a dit du livre de Fraser qu’il était souvent redondant et qu’il paraissait parfois simpliste et partisan dans ses interprétations historiques. Malgré cela, il a loué le grand service rendu par Fraser à l’Australie et il a déclaré que se serait une honte si ses arguments étaient incapables de provoquer une sorte de débat sur la stratégie d’ensemble à long terme.

Traduit par Lionel, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF