Gérer le discours de déni sur l’Ukraine


Regardez autour de vous : les plaques tectoniques de la géopolitique et de la géofinance sont en train de se déplacer, s’éloignant radicalement d’un Occident de plus en plus chancelant.


Par Alastair Crooke – Le 19 décembre 2022 – Source Strategic Culture

L’inflexion a commencé. Elle a été annoncée par le Financial Times (FT) et The Economist – les deux médias qui transmettent si fidèlement tout « récit de remplacement » aux sherpas mondialistes (ceux qui portent les bagages en haut de la montagne, au nom des nababs en selle).

The Economist commence par des entretiens avec Zelensky, le général Zaluzhny et le commandant militaire ukrainien sur le terrain, le général Syrsky. Tous trois sont interviewés – interviewés dans The Economist, pas moins. Une telle chose ne se produit pas par hasard. Il s’agit d’un message destiné à transmettre le nouveau récit de la classe dirigeante au « golden billion » (qui le lira et l’absorbera). Continuer la lecture

Des échos de la première guerre lancée en Europe par les néoconservateurs


Par The Saker – Le 13 janvier 2023 – Source The Saker’s Blog

Tout d’abord, j’ai découvert que BitChute bloque également les vidéos, faites par des Russes, montrant des opérations de combat. Rumble ne le fait pas, du moins jusqu’à présent, donc à l’avenir, je m’en tiendrai à Rumble pour publier des vidéos « politiquement incorrectes » ou autrement « offensantes« . Pourtant, la seule solution viable ici est d’avoir un service d’hébergement vidéo dans un pays souverain.

Ensuite, je ne peux pas entrer dans les détails ici et maintenant, mais c’est quelque chose de très intéressant : les articles de GreyZone sur « Les fichiers de renseignement déclassifiés exposent des vérités gênantes sur la guerre de Bosnie ». Pour la source originale de cette information, veuillez voir ici.

Continuer la lecture

L’OTAN cherche un prétexte pour attaquer la Serbie (à nouveau)


Par The Saker – Le 13 décembre 2022 – Source The Saker’s Blog

Comme je l’ai mentionné récemment, la situation au Kosovo occupé par l’OTAN se détériore rapidement (voir ici et ici). L’humiliation de l’OTAN en Ukraine pousse ses dirigeants à essayer de prouver leur « valeur martiale » et leur « virilité » en, je cite, « de temps en temps, les États-Unis doivent ramasser un petit pays minable et le jeter contre un mur juste pour prouver qu’ils sont sérieux » (Michael Ledeen). Et, encore une fois, les anglo-sionistes veulent attaquer un pays orthodoxe pour « montrer à la Russie » ce qui pourrait lui arriver à elle (Strobe Talbott).

L’OTAN doit également avoir le sentiment que le temps (et même les stocks de munitions !) est compté : pour l’instant, la Russie ne peut pas aider la Serbie autrement qu’en lui exprimant son soutien politique. De plus, la géographie peut être un fléau et la Serbie se trouve au cœur du territoire de l’OTAN, entourée de tous côtés par des ennemis qui ont les moyens d’empêcher la Russie d’offrir d’autres formes de soutien que des paroles.

Continuer la lecture

Les États-Unis vont-ils tenter de dégoupiller une « Grenade » en Serbie ?


Par The Saker – Le 29 novembre 2022 – Source The Saker’s Blog

Vous vous souvenez de l’invasion américaine de la Grenade en 1983, appelée « Opération Urgent Fury » ?

Tout a commencé le 23 octobre 1983 lorsque deux camions piégés ont fait exploser les bâtiments abritant la « Force multinationale américaine et française au Liban« . Cette attaque a fait 307 morts dont 241 militaires américains et 58 français. Après les attentats, les diplomates américains se sont livrés à leur habituelle frénésie d’agitation de drapeaux et de promesses de ne jamais céder au terrorisme. Le plus gros problème pour les États-Unis est qu’ils n’avaient aucun moyen de riposter d’une manière qui puisse satisfaire le désir de sang des agitateurs de drapeaux. Faire exploser des bâtiments au hasard au Liban n’a eu que très peu d’impact, quant aux promesses de rester aussi longtemps que nécessaire, il s’agissait de relations publiques évidentes. Il était clair pour tout le monde que le moment de faire ses bagages et de partir était venu.

Continuer la lecture

Des oublis fort à propos : le spectacle de la candidature de l’Ukraine à l’adhésion à l’UE


Par Binoy Kampmark − Le 30 juin 2022 − Source Oriental Review

Faire preuve de sympathie ne justifie que rarement d’oublier toute règle. Dans le cas de l’Union européenne, faire fi des règles d’admission semble être une pratique chronique. Les dossiers présentés par les États candidats ont été, quand on l’a souhaité, montés en haut de la pile ou trafiqués pour l’occasion. Et d’autres candidatures, quel qu’en soit l’avancement, sont restées lettres mortes. Pour un collectif qui devrait vraiment nettoyer l’écurie d’Augias avant d’accepter davantage d’occupants, l’allégresse enthousiaste avec laquelle la candidature symbolique présentée par l’Ukraine a été accueillie ne fait pas exception à l’usage.

Continuer la lecture

Des résultats d’élections, parlementaires et présidentielles, montrent que les pertes de l’Empire s’accumulent


Par Moon of Alabama – Le 4 avril 2022

La journée d’hier a été marquée par trois événements politiques importants, dont l’issue n’est pas satisfaisante pour les États-Unis et leurs acolytes européens.

Au Pakistan, le parti Muttahida Qaumi Movement-Pakistan (MQM-P) a quitté la coalition gouvernementale. En outre, certains membres du parti PTI du premier ministre Imran Khan ont changé de camp. L’opposition au Parlement prépare un vote de défiance contre lui. Au même moment, un rapport de l’ambassadeur pakistanais aux États-Unis indiquait que des responsables américains avaient prévenu que le Pakistan resterait sur leur liste d’ennemis tant qu’Imran Khan resterait en poste.

Cet avertissement a été compris comme un appel à un changement de régime avec des rumeurs disant que des pots-de-vin permettraient un vote décisif contre Khan.

Continuer la lecture

La Serbie s’attaque au projet d’exploitation de lithium de Rio Tinto


Par Binoy Kampmark − Le 27 janvier 2022 − Source Oriental Review

Rio Tinto

Des manifestants protestent contre l’ouverture d’une mine de lithium du groupe Rio Tinto, à Belgrade, en Serbie, le 11 septembre 2021.

À première vue, il ne semble pas y avoir de lien entre le traitement réservé à Novak Djokovic par les autorités australiennes et le refroidissement du gouvernement serbe à l’égard de Rio Tinto. Le géant minier anglo-australien était persuadé qu’il obtiendrait, au moins à terme, l’autorisation de commencer les travaux de sa mine de lithium-borates, d’une valeur de 2,4 milliards de dollars, dans la vallée de Jadar.

Continuer la lecture

Le premier domino est-il déjà tombé et si oui, quand ?


Par The Saker – Le 10 octobre 2021 – Source The Saker’s Blog

Il y a quelques années, j’ai écrit une chronique intitulée « Le Kosovo sera libéré » dans laquelle j’écrivais ce qui suit : « Le Kosovo sera le tout premier endroit en Europe où le pendule de l’histoire inversera son cours actuel ». Il semble maintenant que j’aie pu me tromper. Mais de combien ? Regardez ce gros titre aujourd’hui :

« Les Serbes de Bosnie vont « retirer leur accord » à la mise en place d’une armée, de taxes et de tribunaux communs, invoquant la « violence » du superviseur international ». Veuillez lire l’article dans son intégralité, car je ne vais pas me contenter de le répéter ici.

La grande question est la suivante : l’emprise des États-Unis, de l’OTAN et de l’UE sur la Republika Srpska va-t-elle se relâcher avant celle exercée sur le Kosovo ?

Continuer la lecture

Les mythes et les vérités sur Srebrenica 2/2


Que s’est-il réellement passé et pourquoi à Srebrenica et dans ses environs ?


Par Vladislav B. SOTIROVIC − Le 07/05/2021 − Source Oriental Review

De mai à décembre 1992, à Srebrenica et Batunac, les forces musulmanes de Bosnie ont tué plus de 3 500 Serbes.

Dans cette petite ville de Bosnie orientale, avant le début des conflits armés au printemps 1992, ne vivaient pas plus de 10 000 habitants. La ville a attiré l’attention de la communauté internationale lorsque jusqu’à 70 000 réfugiés musulmans (selon les Nations unies) des environs de Srebrenica se sont réfugiés dans la ville en raison des opérations de guerre entre l’armée serbe de la Republika Srpska (Vojska Republike Srpske – VRS) et l’armée musulmane de Bosnie-Herzégovine. Il est indiscutable qu’une situation humanitaire difficile prévalait dans la ville de Srebrenica en raison du manque de denrées alimentaires de base, de logements, mais aussi de la terreur semée par les formations militaires et paramilitaires musulmanes sous le commandement de Naser Oric. Les forces armées musulmanes ont commis des crimes aussi bien contre les Serbes locaux que contre les musulmans locaux (depuis septembre 1993, les Bosniaques), qu’ils soient natifs ou réfugiés nouvellement arrivés.

Continuer la lecture

Les mythes et les vérités sur Srebrenica 1/2


Par Vladislav B. Sotirovic − Le 29 avril 2021 − Source Oriental Review

https://orientalreview.org/wp-content/uploads/2021/04/Srebrenica-380x280.jpgLa propagande serbophobe actuelle visant à abolir la Republika Srpska (RS) [République serbe de Bosnie, NdT] et à créer une Bosnie-Herzégovine unitaire (une province bosniaque musulmane néo-ottomane) provient des rangs du Parti musulman bosniaque pour une action démocratique (Stranka Demokratske Akcije – SDA) et de ses sponsors occidentaux. Cette propagande coïncide toutefois avec la phase finale du procès pour crimes de guerre de La Haye, après les prétendues « arrestations »1 et déportations express vers les Pays-Bas, par le gouvernement serbe pro-occidental de l’époque, de l’ancien commandant de l’armée de la Republika Srpska (Vojska Republike Srpske – VRS), le général Ratko Mladic, et du premier président de la Republika Srpska (RS), le Dr. Radovan Karadzic, au tribunal de La Haye pour les crimes de guerre (commis dans les années 1990) en ex-Yougoslavie2.

Continuer la lecture

  1. Sur l’« arrestation » du général Mladic dans le village de Lazarevo en Voïvodine, voir le reportage de la télévision russe Russia Today. En fait, il n’y a pas eu de véritable arrestation, car le général Mladic s’est rendu de lui-même afin de recevoir les soins médicaux nécessaires. La farce de l’arrestation a été mise en scène par la coalition fantoche pro-occidentale alors au pouvoir à Belgrade afin d’obtenir les votes dont elle avait tant besoin pour les prochaines élections présidentielles et parlementaires (2012).
  2. Le général Ratko Mladic (né le 12 mars 1942 en Bosnie orientale) a été « arrêté » le 26 mai 2011 et envoyé à La Haye le 31 mai 2011. Le procès du général a commencé le 16 mai 2012. Ici, nous sommes libres de poser deux questions cruciales :

    1. Pourquoi le Général s’est-il caché en Serbie, et non dans sa propre patrie, la Republika Srpska, dans laquelle il a combattu et pour laquelle il s’est battu ?

    2. Pourquoi le régime fantoche de Belgrade n’a-t-il pas livré le général Mladic à Banja Luka après son arrestation, c’est-à-dire en Republika Srpska, où il serait jugé pour les crimes présumés qui, s’ils ont été commis, ne l’ont pas été aux Pays-Bas mais en Republika Srpska ?

    Il est nécessaire de rappeler que les autorités américaines ne reconnaissent aucun tribunal international (ni militaire ni civil) où leurs présidents, soldats et/ou officiers accusés de crimes de guerre à travers le monde seraient instruits. De même, pendant la guerre civile américaine de 1861-1865, l’armée fédérale du gouvernement américain a commis des crimes contre l’humanité avérés sur le territoire du Sud confédéré pour lesquels personne n’a été tenu responsable jusqu’à présent, comme pour les crimes de génocide contre les civils japonais à Hiroshima et Nagasaki en 1945. Les historiens américains affirment qu’un total d’environ 5 millions d’Indiens ont été tués aux États-Unis. En outre, les survivants de ce génocide ont été placés dans des camps de concentration à ciel ouvert, appelés « réserves » par les responsables américains