La guerre froide avec la Chine va désagréger le ciment de l’Amérique


L’Amérique, qui a délocalisé une grande partie de ses capacités de production en Chine pour en tirer un profit à court terme, peut-elle se permettre le découplage ?


Par Alastair Crooke – Le 27 septembre 2021 – Source Strategic Culture

Washington ne sait pas trop quoi faire après la fin chaotique de la guerre « éternelle » de l’Amérique. Certains à Washington regrettent amèrement d’être sortis d’Afghanistan et plaident pour un retour immédiat ; d’autres veulent simplement passer à autre chose – à la « guerre froide » avec la Chine, bien sûr. Les cris suscités par la débandade initiale de l’Establishment et l’expression de sa douleur face à la débâcle du retrait de Kaboul indiquent toutefois à quel point l’accent presque obsessionnel mis sur l’obstruction de la Chine apparaît néanmoins comme une retraite humiliante pour les faucons américains, habitués à des interventions plus globales et illimitées. Continuer la lecture

Les États-Unis veulent remettre les pieds en Afghanistan


Par Moon of Alabama – Le 9 octobre 2021

Six semaines seulement après avoir quitté l’Afghanistan, les États-Unis veulent y retourner :

Une délégation américaine rencontrera des hauts représentants des talibans à Doha samedi et dimanche, pour une première rencontre en face à face à un niveau élevé depuis que Washington a retiré ses troupes d'Afghanistan et que le groupe extrémiste a pris le contrôle du pays, ont déclaré à Reuters deux hauts responsables de l'administration.

Cette délégation américaine de haut niveau, qui comprendra des responsables du département d'État, de l'USAID et des services de renseignement américains, fera pression sur les talibans pour qu'ils garantissent que les citoyens américains et d'autres personnes puissent quitter l'Afghanistan en toute sécurité et pour qu'ils libèrent le citoyen américain Mark Frerichs, qui a été kidnappé, ont déclaré les responsables.

Continuer la lecture

Le lancement du Grand Reset du « Grand Jeu »


Ce que nous voyons en Afghanistan, c’est un leadership taliban très différent de celui que j’ai connu dans le passé. Ils ont tiré les leçons des erreurs du passé.


Par Alastair Crooke – Le 20 septembre 2021 – Source Al Mayadeen

C’est plus qu’une simple allusion. Lorsque le président Biden a été interrogé cette semaine par des journalistes sur les futures relations entre les talibans et la Chine, il a fait preuve d’une pure schadenfreude 1 : « La Chine a un réel problème avec les talibans », a déclaré Biden. Et pas seulement la Chine, a-t-il ajouté, mais aussi la Russie, l’Iran et le Pakistan. « Ils essaient tous de savoir ce qu’ils vont faire maintenant. Il sera donc intéressant de voir ce qui va se passer ».Driving a ‘Great Game’ Re-set Continuer la lecture

  1. joie malveillante

Cet « autre » Reset se déploie dans toute l’Asie centrale et occidentale


Toute l’Asie centrale se réoriente vers l’OCS, l’UEEA, la Russie et la Chine. La psotition est désormais « perdue » pour les États-Unis.


Par Alastair Crooke  – Le 20 septembre 2021 – Source Strategic Culture

Le choc de l’implosion de l’Afghanistan – comme soufflé par un coup de vent – et la course effrénée des États-Unis pour s’enfuir, alors même que des agents locaux fidèles et des milliards de dollars de bagages étaient abandonnés sur le tarmac, ont déclenché un tremblement de terre politique qui se diffuse dans toute l’Asie. Le « centre névralgique » (c’est-à-dire les États-Unis) d’une structure de réseau complexe a été arraché à des structures et des relations anciennes et établies. Continuer la lecture

La débâcle afghane : La voie ouverte aux révolutions économiques


Le coup paradigmatique donné par l’Afghanistan à la vision occidentale, arrive à un moment d’inflexion historique : les États se détournent délibérément de ce modèle raté qui avait soutenu Ghani.


Par Alastair Crooke – Le 13 septembre 2021 – Source Al Mayadeen

« Avant de voler 169 millions de dollars et de s’enfuir après sa disgrâce, le président fantoche de l’Afghanistan, Ashraf Ghani, a été formé dans des universités américaines d’élite, a reçu la citoyenneté américaine, a été formé à l’économie néolibérale par la Banque mondiale, a été glorifié dans les médias en tant que technocrate « incorruptible », a été coaché par de puissants groupes de réflexion de DC comme l’Atlantic Council, et a reçu des prix pour son livre, Fixing Failed States ». C’est le paragraphe introductif de l’analyse de Grayzone sur ce que Ghani représentait pour les États-Unis.

Continuer la lecture

Pour dénigrer les talibans, NYT et CNN citent un compte Twitter fictif et pondent un article mensonger.


Par Moon of Alabama – Le 28 septembre 2021

Gareth Porter a décrit comment les médias grand public attisent l’hystérie terroriste mondiale pour créer une hostilité post-guerre envers le nouveau gouvernement afghan :

Après la victoire des talibans contre l'armée américaine, les médias grand public américains ont lancé un nouveau récit sur la menace imminente de terrorisme en Afghanistan pour préparer le terrain à de futures interventions militaires. Diffusé de manière étonnamment disciplinée, les médias ont démontré plus clairement que jamais leur coordination avec l'État de sécurité nationale et la promotion de ses intérêts.

Le dénigrement du gouvernement taliban se poursuit.

Aujourd’hui, le New York Times et CNN ont publié une fausse histoire destinée à présenter les talibans sous un mauvais jour :

Continuer la lecture

L’effondrement des visions impériales des États-Unis et de l’Union européenne


L’Amérique souffre profondément de son humiliation à Kaboul.


Par Alastair Crooke – Le 30 août 2021 – Source Al Mayadeen

Il est clair que la principale tragédie de la prise de contrôle éclair de l’Afghanistan par les talibans, ainsi que la débâcle associée au retrait dysfonctionnel de l’Occident, a été l’effondrement de la vision grandiose des États-Unis gagnant la « bataille pour l’avenir » et menant un monde dans lequel ils écrivent les règles et les font appliquer.

Cascading US and EU Imperial Visions Continuer la lecture

Le « Grand Reset » en miniature : la « défaite par les données » en Afghanistan


Il y a peu de mystère sur la raison pour laquelle les talibans ont pris Kaboul si rapidement.


Par Alastair Crooke – Le 30 août 2021 – Source Strategic Culture

La construction de la nation afghane a commencé en 2001. Les interventions occidentales dans l’ancien bloc de l’Est dans les années 1980 et au début des années 1990 avaient été spectaculairement efficaces pour détruire l’ancien ordre social et institutionnel, mais tout aussi remarquables dans leur incapacité à remplacer les sociétés implosées par de nouvelles institutions. La menace des « États défaillants » est devenue le nouveau mantra, et l’Afghanistan – dans le sillage de la destruction causée par le 11 septembre 2001 – a donc nécessité une intervention extérieure. Les États faibles et défaillants étaient le terreau du terrorisme et de sa menace pour l’« ordre mondial », disait-on. C’est en Afghanistan qu’une nouvelle vision libérale du monde devait être mise en place. Continuer la lecture

Une « apocalypse stratégique » en Afghanistan : Un bouleversement sismique en préparation depuis des années


La Chine est plus déterminée à façonner la région que ne le pensent de nombreux analystes.


Par Alastair Crooke – Le 23 août 2021 – Source Strategic Culture

Un énorme événement géopolitique vient de se produire en Afghanistan : l’implosion d’une stratégie occidentale clé pour gérer ce que Mackinder, au 19ème siècle, appelait le Heartland asiatique. Le fait que cela ait été accompli, sans combat et en quelques jours, est quasiment sans précédent. Continuer la lecture

Des jours étranges en perspective


Par James Howard Kunstler – Le 16 Août 2021 – Source kunstler.com

A gauche : La chute de Kaboul, 2021 – A droite : La chute de Saïgon, 1975

Si American Airlines était aux commandes, ils auraient mis toutes les annulations sur le compte de la météo et auraient ensuite donné les bagages enregistrés de tout le monde aux talibans.

Sean Davis, rédacteur en chef, The Federalist, à propos de ce qui se passe dans l’aéroport de Kaboul.

Je suppose que nous avons dû apprendre à nos dépens que l’Afghanistan n’est pas comme le Nebraska. Laissons les autres être cruels à ce sujet (et il y en a beaucoup en ce moment, ailleurs). Le dernier prétendu hégémon qui a essayé d’occuper l’endroit avant nous était l’Union soviétique, qui a découvert douloureusement que l’Afghanistan ne ressemblait pas beaucoup à son Oblast de Kemerovo non plus, et peu après avoir retiré ses troupes en 1989, l’Union soviétique a commencé à s’effondrer – ce qui pousse à se demander : Dans quelle mesure les États-Unis de 2021 ressemblent-ils à l’Union soviétique de ces années-là ?

Continuer la lecture