Sans Commentaires


Attention aux effets secondaires.

Si vous lisez ceci, vous risquez de ne plus jamais boire du Coca


Le 20 juillet 2015 – Source truththeory

Niraj Naik, un pharmacien britannique, a diffusé une infographie sur les effets néfastes du Coca-Cola (une canette de 33 cl) en une heure dans votre organisme. Le résultat est surprenant !

2015-07-30_14h57_50
Photo news

1 – Premières 10 minutes

Vous avez ingurgité l’équivalent de dix cuillères à thé de sucre. Vous avez déjà atteint la quantité de sucre quotidienne conseillée par jour. Vous ne vomissez pas immédiatement grâce à l’acide phosphorique.

2 – 20 minutes

C’est le pic d’insuline. Votre foie transforme tous vos aliments en graisse.

3 – 40 minutes

L’absorption de la caféine est complète. Vos pupilles se dilatent. C’est normal : vous avez consommé trop de sucre et c’est la réponse donnée par votre corps. Les récepteurs de l’adénosine sont bloqués et ils peuvent provoquer la somnolence.

4 – 45 minutes

La production de dopamine, l’hormone du bonheur, grimpe dans votre cerveau. L’héroïne donne le même effet.

5 -60 minutes

C’est ce que l’on appelle le sugar crash. Vous devenez plus irritable et plus léthargique. Entretemps, l’eau contenu dans une canette de Coca-Cola (33 cl) a été digérée dans votre corps.

 

en.pdf24.org    Send article as PDF   

France / Iran : La visite de Fabius à Téhéran ranime l’affaire du sang contaminé


Le ministre des Affaires étrangères français se rend compte qu’un accord avec l’Iran n’est pas un sparadrap suffisant pour réparer les dégâts qu’un précédent scandale a causés à sa réputation dans le pays.


Par sayed7asan – Le 25 juillet 2015 – Source sayed7asan 

Préambule

Après Washington et Tel Aviv, Fabius va essayer de ramper à Téhéran ce 29 juillet... durant la Semaine de l'Hémophilie : mais contrairement à la France, l'Iran n'est pas sous Occupation (qu'il s'agisse du gouvernement, des médias ou du peuple), et la République islamique n'a pas oublié le sang contaminé du sieur Fabius (300 victimes iraniennes, pour 4 000 françaises), ni sa servilité pro-israélienne durant les négociations sur le dossier nucléaire, ni son soutien ouvert au terrorisme en Syrie contre le digne président Bachar al-Assad au sujet duquel il a osé déclarer qu'il «ne mérite pas d’être sur la terre»… Fabius est bon pour les annales mondiales de la vilenie, catégories diplomatie et boucherie.
 Continuer la lecture de France / Iran : La visite de Fabius à Téhéran ranime l’affaire du sang contaminé

Dmitry Orlov : c’est vraiment trivial


Dmitry OrlovPar Dmitry Orlov – Le 26 juillet 2015 – Source cluborlov 

[Note: Je publie cet article deux jours plus tôt parce Zerohedge a réussi à mettre la main dessus et l’a publié avant moi. Inutile de dire que je n’aime pas ça du tout.]

[Merci à Dmitry Leikin, dont le bref post à d3.ru m’a servi de source et d’inspiration ici.]

Il y a des moments où le grand cri de Le roi est nu ! ne peut être plus pertinent. Et donc, permettez-moi de souligner quelque chose de très simple, mais très important.

L’ordre du vieux monde, auquel nous nous sommes habitués au cours des années 1990-2000, ses crises et ses problèmes, décrits dans de nombreuses publications faisant autorité des deux côtés de l’Atlantique, n’est plus. Il n’est pas malade, il n’est pas en vacances, il est mort. Il a fait son temps, il est retourné à son créateur, a cassé sa pipe et rejoint la foule invisible des civilisations mortes.

Continuer la lecture de Dmitry Orlov : c’est vraiment trivial

Bulgarie: les implications de la politique anti-russe


Par Dmitry Minin – Le 23 juillet 2015 – Source: Strategic Culture

La crise de la dette grecque et l’Ukraine au bord de l’effondrement sont les questions à la une. On accorde moins d’attention à la Bulgarie, bien que ce pays puisse bientôt devenir un nouveau casse-tête pour l’Europe. Le gouvernement bulgare est loyal à l’égard des États-Unis, mais il pourrait se transformer en maillon faible parmi les alliés européens de l’Est qui dépendent beaucoup de Washington.

Continuer la lecture de Bulgarie: les implications de la politique anti-russe