Le second avènement de l’OTAN


L’alliance a été relancée, mais elle ne peut pas sauver l’Occident.


Par Adam Tooze – Le 18 mai 2022 – Source New Statesman

En novembre 2019, depuis le salon doré du palais de l’Élysée, où Charles de Gaulle tenait jadis sa cour, Emmanuel Macron avertissait ses concitoyens européens que l’Otan, l’alliance transatlantique qui sécurise l’Europe depuis 1949, était sur le point d’être en « mort cérébrale ». L’administration du président Donald Trump, à l’horreur des propres soldats américains, venait de retirer unilatéralement son soutien aux forces kurdes du nord de la Syrie, les sacrifiant à Bachar el-Assad et Recep Tayyip Erdoğan. En l’espace d’un an, les États-Unis allaient imposer des sanctions à la Turquie, membre de l’Otan depuis 1952, pour son achat de missiles anti-aériens russes. La désunion régnait.

Continuer la lecture

Le roi est de retour


Comment expliquer l’attitude de l’Allemagne dans la crise actuelle


Par Wolfgang Streeck – Le 4 mai 2022 – Source New Left Review

Pour ceux qui se demandent qui est le patron en Europe, l’OTAN ou l’Union européenne, la guerre en Ukraine a réglé cette question, du moins pour l’avenir prévisible. Il fut un temps où Henry Kissinger se plaignait qu’il n’y avait pas de numéro de téléphone unique pour appeler l’Europe, qu’il y avait beaucoup trop d’appels à passer pour obtenir quelque chose, que la chaîne de commandement avait besoin d’être simplifiée. Puis, après la fin de Franco et de Salazar, l’extension méridionale de l’UE est arrivée, avec l’adhésion de l’Espagne à l’OTAN en 1982 (le Portugal était membre depuis 1949), rassurant Kissinger et les États-Unis à la fois contre l’eurocommunisme et contre une prise de contrôle militaire autre que par l’OTAN. Plus tard, dans le cadre du nouvel ordre mondial émergeant dans les années 90, l’UE a absorbé la plupart des États membres du défunt Pacte de Varsovie, qui bénéficiaient d’une procédure accélérée d’adhésion à l’OTAN. En stabilisant économiquement et politiquement les nouveaux venus dans le bloc capitaliste et en guidant leur construction nationale et la formation de leur État, la tâche de l’UE, acceptée avec plus ou moins d’empressement, était de leur permettre de faire partie de « l’Occident », dirigé par les États-Unis, et d’un monde désormais unipolaire.

Continuer la lecture

Biden : Le conflit en Ukraine est un « point d’inflexion » rare dans l’histoire


Par Russia Today – Le 3 mai 2022

Le président Joe Biden a décrit mardi, au cours d’une visite des installations de Lockheed Martin, le conflit en Ukraine comme un « point d’inflexion historique [qui] survient toutes les six ou huit générations », et a estimé que le rôle des États-Unis dans ce conflit consistait à mener la première « vraie bataille » dans une lutte civilisationnelle contre la Russie et la Chine, ajoutant que « les choses changent si rapidement que nous devons les maîtriser ». Biden a également promis d’envoyer des milliards de dollars supplémentaires d’aide à Kiev.

Continuer la lecture

Points importants de l’interview accordée par Lavrov au média India Today


Par Andrew Korybko − Le 21 avril 2022 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

L’interview de Lavrov par India Today est particulièrement intéressante, car elle permet aux observateurs de distinguer précisément ce qu’il a tenu à souligner à destination de l’énorme public non-occidental. Cette interaction permet de jeter un œil sur la politique de communications stratégiques en évolution de la Russie à destination du Grand Sud, dont on s’attend à ce qu’elle soit encore perfectionnée, car cette partie du monde est le véritable champ de bataille cognitif de la Nouvelle Guerre Froide.
Continuer la lecture

Les lignes de fractures en Asie dues à la guerre de Biden contre la Russie

Par M.k. Bhadrakumar – Le 13 avril 2022 – Source The Indian Punchline

Alors que ses relations avec Tokyo s’enveniment, Moscou renforce les systèmes de défense côtière sur les îles Kouriles, que le Japon revendique comme siennes.

Les secousses dues aux tensions entre les États-Unis et la Russie, qui se manifestent en Europe, sont aussi ressenties de différentes manières en Asie. L’hypothèse selon laquelle l’Ukraine se trouve en Europe et que le conflit ne concerne que la sécurité européenne est illusoire.

Du Kazakhstan au Myanmar, des îles Salomon aux îles Kouriles, de la Corée du Nord au Cambodge, de la Chine à l’Inde, au Pakistan et à l’Afghanistan, les lignes de fracture apparaissent.

Continuer la lecture

Les raisons de la guerre en Ukraine et ses dangers


Par Moon of Alabama – Le 11 avril 2022

La guerre en Ukraine se poursuit, mais la propagande l’hystérique à ce sujet semble s’être un peu calmée et la réalité apparait.

Cela permet à des voix plus saines d’être entendues par le public. Je commencerai par celles des Russes.

L’ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoly Antonov, a été interviewé par Newsweek. Il a expliqué le raisonnement politique et judiciaire de la Russie derrière cette guerre :

Continuer la lecture

La véritable importance du faux-drapeau de Bucha : un changement dans la narrative


Par The Saker – Le 6 avril 2022 – Source The Saker’s Blog

Donc, comme prédit par à peu près tout le monde, le faux-drapeau annoncé depuis longtemps a eu lieu.  Oui, il a été très mal exécuté, bâclé en fait, mais d’une certaine manière, cela le rend encore plus efficace ?  Pourquoi ?  Parce qu’il conditionne le public de la zone A à accepter sans critique n’importe quel conte de fées, même s’il est stupide, illogique et va à l’encontre du bon sens et de la logique de base. D’une certaine manière, Bucha est vraiment le MH-17, mais ré-assaisonné. Oui, ils semblent différents, mais en réalité ils sont construits exactement selon le même modèle. Cela donne quelque chose comme ça :

Continuer la lecture

Brûler les structures mondialistes pour sauver l’« ordre libéral » mondialiste


Biden, enfin, a son « succès » en politique étrangère : l’Europe s’isole de la Russie, de la Chine et du marché asiatique intégré émergent.


Par Alastair Crooke – Le 6 mars 2022 – Source Strategic Culture

Dans sa triple frappe de sanctions contre la Russie, l’UE ne cherchait pas initialement à faire s’effondrer le système financier russe. Loin de là : son premier réflexe était de trouver les moyens de continuer à répondre à ses besoins énergétiques (d’autant plus vitaux que les réserves européennes de gaz sont proches de zéro). Les achats d’énergie, de métaux spéciaux, de terres rares (tous nécessaires à la fabrication de produits de haute technologie) et de produits agricoles devaient être exemptés. En bref, à première vue, les nerfs du système financier mondial devaient rester intacts. Continuer la lecture

Comment la Russie a dégommé le dollar américain


Adieu à un démesuré privilège


Par Godfree Roberts – Le 24 mars 2022 – Source The Saker’s Blog

En début de semaine, la Russie a annoncé que les pays figurant sur sa liste des nations amies devaient payer en roubles pour son gaz. En quelques heures, le rouble a retrouvé sa valeur d’avant l’embargo sur les marchés internationaux.

De facto, le rouble s’est donc également imposé comme monnaie de réserve dans l’UE, tout comme l’est le pétrodollar au Moyen-Orient. Ayant renoncé au charbon et à l’énergie nucléaire, l’Europe s’est retrouvée sans alternative au gaz russe.

Mais attendez, il y a plus sur le front des devises : la semaine prochaine, la Russie et la Chine offriront un accès facile au plus grand marché du monde, via des transactions bon marché, sécurisées, traçables, instantanées et exemptes de manipulations gouvernementales, de fluctuations monétaires, d’embargos et de sanctions.

Continuer la lecture

Les États du Golfe contemplent avec angoisse un Moyen-Orient découpé et divisé par la « nouvelle guerre froide »


Si les dirigeants de Téhéran décident qu’un accord est dans leur intérêt alors, et alors seulement, les États-Unis pourront remonter à bord.


Par Alastair Crooke – Le 27 février 2022 – Source Al Mayadeen

À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas encore si les négociations nucléaires de Vienne aboutiront à un accord permettant aux États-Unis et à l’Iran de se conformer à nouveau au JCPOA, ou non. L’administration Biden est arrivée à la Maison Blanche avec l’intention expresse de réintégrer le JCPOA. Mais cela s’est avéré beaucoup moins facile à réaliser que ce que l’équipe Biden avait initialement prévu, le principal obstacle étant la position ferme de l’Iran (plutôt que – cette fois – l’ingérence israélienne) : si les dirigeants de Téhéran décident qu’un accord est dans leur intérêt alors, et alors seulement, les États-Unis seront en mesure de remonter à bord. Continuer la lecture