La guerre froide avec la Chine va désagréger le ciment de l’Amérique


L’Amérique, qui a délocalisé une grande partie de ses capacités de production en Chine pour en tirer un profit à court terme, peut-elle se permettre le découplage ?


Par Alastair Crooke – Le 27 septembre 2021 – Source Strategic Culture

Washington ne sait pas trop quoi faire après la fin chaotique de la guerre « éternelle » de l’Amérique. Certains à Washington regrettent amèrement d’être sortis d’Afghanistan et plaident pour un retour immédiat ; d’autres veulent simplement passer à autre chose – à la « guerre froide » avec la Chine, bien sûr. Les cris suscités par la débandade initiale de l’Establishment et l’expression de sa douleur face à la débâcle du retrait de Kaboul indiquent toutefois à quel point l’accent presque obsessionnel mis sur l’obstruction de la Chine apparaît néanmoins comme une retraite humiliante pour les faucons américains, habitués à des interventions plus globales et illimitées. Continuer la lecture

Quelles retombées pour l’accord entre les partenaires de l’AUKUS ?


Par Moon of Alabama – Le 20 septembre 2021

L’accord passé entre les membres de l’AUKUS a fait que l’Australie à annuler une commande de sous-marins à propulsion diesel passée à la France, acceptant à la place une offre américaine et britannique d’acquérir à terme des sous-marins à propulsion nucléaire.

Il n’est pas du tout certain que l’Australie puisse trouver l’argent pour réellement se payer des sous-marins nucléaires. Ceux-ci sont 50 à 100 % plus chers que les sous-marins conventionnels. L’Australie veut également s’assurer qu’au moins 60 % du coût soit de fabrication australienne. Mais il n’y a pas d’entreprises en Australie qui aient de l’expérience en technologie nucléaire. Il est également peu probable que les États-Unis ou le Royaume-Uni laissent l’Australie acquérir une telle capacité.

Il y a également peu de chances que l’un des nouveaux sous-marins envisagés soit prêt avant 2040. D’ici là, Taïwan sera probablement déjà sous le contrôle de Pékin et la primauté navale de la Chine en mer de Chine méridionale n’aura fait que croître. Le calendrier et l’objectif déclarés jusqu’à présent sont donc discutables.

Continuer la lecture

JO de Tokyo : victimisation étasunienne vs victoire chinoise


Par Andrew Korybko — Le 3 août 2021 — Source Oriental Review

andrew-korybkoNombreux sont les pays du monde qui n’adhèrent pas à la culture de victimisation étasunienne, consistant à glorifier quiconque se présente comme victime dès lors qu’il n’aura pas réussi à atteindre ses objectifs.


Continuer la lecture

Entretien avec l’ambassadeur russe Anatoly Antonov : « Nous devons quotidiennement combattre les mensonges et les fake news. »


Par Jacob Heilbrunn – Le 3 août 2021 – Source National Interest

Heilbrunn : Le président Vladimir Poutine a récemment publié un nouvel essai sur l’Ukraine dans lequel il affirme que les Ukrainiens et les Russes sont le même peuple. Il a également indiqué qu’il y avait des lignes rouges que ni l’Ukraine ni l’OTAN ne seraient autorisés à franchir. Certains disent que Poutine prépare le terrain pour une action plus dure envers l’Ukraine. Avez-vous communiqué quelque chose de ce genre à l’administration Biden ?

Continuer la lecture

Crier (une fois de plus) au loup au sujet de l’Ukraine


Par The Saker – Le 5 juillet 2021 –  Source The Saker’s Blog

Je dois admettre qu’avant de m’asseoir pour écrire cette chronique, j’avais quelques doutes : Je me suis dit « pas encore un autre article mettant en garde contre une explosion potentielle en Ukraine ! Ça suffit ! ». Et pourtant, les événements sur le terrain sont ce qu’ils sont et les ignorer sous prétexte que j’en ai assez de « crier au loup » encore et encore n’est pas non plus un choix judicieux. Je vais donc essayer de faire court. Tout d’abord, permettez-moi de vous présenter un résumé rapide de ce qui s’est passé en Ukraine depuis ma dernière chronique sur le sujet, le 28 juin.

Comme la plupart d’entre vous le savent, l’OTAN et l’Ukraine ont mené des manœuvres aériennes et terrestres en mer Noire, manœuvres appelées  » Sea Breeze « . Ce n’est pas nouveau, mais cette année, ces manœuvres ont attiré plus de pays que d’habitude, voyez par vous-même :

Continuer la lecture

Les Russes couleront-ils un navire britannique à la prochaine provocation ?


Par The Saker – Le 28 juin 2021 – Source The Saker’s Blog

Pour commencer, récapitulons ce qui vient de se passer dans les eaux de Crimée. Tout d’abord, le HMS Defender est entré délibérément dans les eaux russes sous prétexte que les Britanniques ne reconnaissent pas ce qu’ils appellent  » l’annexion «  de la Crimée. Les Britanniques le nient, mais après avoir vu 4 bombes exploser devant le HMS Defender, ils ont changé de cap comme l’exigeaient les Russes.

Ensuite, avant d’approfondir la question, gardons également à l’esprit le fait suivant : l’ensemble de la mer Noire est de facto un « lac russe », ce qui signifie que la Russie a le contrôle militaire total de la mer Noire.

Continuer la lecture

La provocation britannique dans les eaux de la Crimée était manifestement illégale


Par Moon of Alabama – Le 25 juin 2021

Mercredi, le destroyer HMS Defender de la Royal Navy britannique a provoqué la Russie en naviguant dans les eaux territoriales de la Crimée. Le gouvernement britannique, qui avait explicitement donné l’ordre au destroyer d’agir ainsi, insiste sur le fait que cette manœuvre était légale :

Le gouvernement britannique a approuvé le projet de faire naviguer un cuirassé dans les eaux contestées au large de la Crimée, malgré les objections de son ministre des Affaires étrangères, selon de nouvelles révélations retentissantes publiées par le journal Telegraph de Londres.

Dans un rapport publié jeudi soir, le journal - connu pour être proche du Premier ministre Boris Johnson - affirme que le ministre des affaires étrangères Dominic Raab avait "exposé ses inquiétudes" au sujet d’une telle mission proposée par les dirigeants de la défense. Il s'inquiétait du fait que cette action pouvait offrir une victoire potentielle à Moscou.

Selon le récit des événements, Johnson a finalement été appelé à régler le différend. Un destroyer de type 45 HMS Defender a finalement reçu l’ordre, lundi, de naviguer vers un affrontement avec la marine et l'aviation russes. Ce qui arriva deux jours plus tard.

Continuer la lecture

Ces arrogants Britanniques auraient bien besoin d’une bonne gifle.


Par Moon of Alabama – Le 23 juin 2021

Les Britanniques se sont montrés un peu arrogants aujourd’hui, alors les Russes ont répondu en ouvrant le feu :

Un patrouilleur et un avion de chasse russes ont tiré des coups de semonce après que le destroyer britannique HMS Defender a violé la frontière du pays en mer Noire. L'attaché à la défense de l'ambassade du Royaume-Uni a été convoqué par des responsables à Moscou.

Selon le ministère russe de la défense, le navire britannique a pénétré dans les eaux territoriales du pays à 11 h 52, heure locale, et a parcouru 3 km à l'intérieur de la frontière, près du cap Fiolent, en Crimée. La péninsule n'est pas reconnue par le Royaume-Uni comme une terre russe et Londres estime qu'il s'agit d'un territoire ukrainien illégalement occupé.

"À 12h06 et 12h08, un navire de la patrouille frontalière a tiré des coups de semonce", a déclaré le ministère de la Défense. "(Et) à 12:19, un avion Su-24m a effectué un bombardement d'avertissement (4 OFAB-250) devant la trajectoire de l'USS Defender."

Quatre minutes plus tard, à 12:23, le destroyer quittait le territoire russe.

Continuer la lecture

L’abandon par Biden du traité « Open Sky » est une folie dans ce contexte de tensions avec la Russie.


Alors qu’il avait, pendant sa campagne, qualifié le retrait de Trump de cet accord datant de la guerre froide de « plan à courte vue ».


Par Daniel Larison – Le 3 juin 2021 – Source Responsible Statecaft

Le Boeing RC135, un avion de reconnaissance états-unien

L’administration Biden avait l’occasion de sauver le traité Ciel ouvert (Open Sky Treaty), mais elle a choisi de le laisser mourir.

Les États-Unis s’en sont retirés sous l’administration précédente, en novembre 2020, et il y avait une chance que Biden puisse y revenir. Le mois dernier, le département d’État a annoncé que les États-Unis ne rejoindraient pas le traité, et le gouvernement russe a donc pris des mesures pour l’abandonner également.

Continuer la lecture

Les articles récents sur les OVNIs ne sont écrits que pour faire augmenter le budget du Pentagone


Par Moon of Alabama – Le 5 juin 2021

Depuis décembre 2019, les États-Unis disposent d’une force spatiale qui constitue l’une des huit branches des forces armées américaines. Chacune de ces branches a beaucoup de postes d’officiers de haut rang. Toutes les personnes qui y sont placées veulent un siège lucratif au conseil d’administration d’un fabricant d’armes lorsqu’elles prennent leur retraite. Ils ne l’obtiendront que s’ils parviennent à créer suffisamment de revenus pour ces fabricants pendant qu’ils portent encore l’uniforme.

Ce nouveau commandement a donc besoin de nouvelles armes. Sinon, il n’y aura pas de revenus pour les fabricants d’armes et pas de sièges lucratifs au conseil d’administration pour les officiers retraités. Mais dépenser l’argent des contribuables pour des armes nécessite au moins une justification de base. Il faut donc une menace qui nécessite de nouvelles armes pour la contrer.

Continuer la lecture