Miracles en Corée du Nord…


…ou comment la presse système enterre et ressuscite les morts


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 31 mai 2019

Huffington Post, le 30 août 2013, Hyon Song Wol, ex-petite amie de Kim Jong Un, aurait été exécutée pour avoir fabriqué une video porno

Des informations non confirmées affirment que l'ex-petite amie du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un aurait été exécutée avec onze autres personnes, après que le groupe aurait fabriqué et vendu une video à caractère sexuel.

Hyon Song Wol, chanteur du célèbre orchestre Unhasu en Corée du Nord, a été tué à la mitraillette avec onze autres membres de l'orchestre et du Wangjaesan Light Music Band, un autre groupe de musique populaire en Corée du Nord, dirigé par l'État, selon un rapport paru dans The Chosun Ilbo, le plus grand quotidien de la Corée du Sud.

Le rapport, qui cite une source anonyme en Chine, indique que le groupe a été arrêté le 17 août pour avoir filmé et vendu une vidéo pornographique dans laquelle ils jouaient.

Continuer la lecture de Miracles en Corée du Nord…

La CIA à l’oeuvre en Espagne…


…Les citoyens américains qui ont perquisitionné l’ambassade de Corée du Nord en Espagne sont-ils des « dissidents » ?


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 26 avril 2019

Les autorités espagnoles ont suspecté la CIA d’être impliquée dans le raid contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid le 22 février :

Au moins deux des dix assaillants qui ont pénétré dans l'ambassade et interrogé le personnel diplomatique ont été identifiés et ont des liens avec les services de renseignement américains. La CIA a nié toute implication, mais des sources gouvernementales [espagnoles] ont déclaré que leur réponse était « peu convaincante ».

La CIA a contredit les rapports espagnols sur son implication en mettant en avant le groupe mandataire, chargé du changement de régime, qui avait exécuté le raid :

« Le groupe responsable de l'opération de fin février est connu sous le nom de Cheollima Civil Defence, une organisation dissidente secrète engagée à renverser la dynastie Kim », ont déclaré au Washington Post des personnes en relation avec la planification et l'exécution de la mission.
 ...
 
« Ce groupe est le premier mouvement de résistance connu contre la Corée du Nord, ce qui rend ses activités très dignes d'intérêt », a déclaré Sung-Yoon Lee, expert de la Corée du Nord à l'université Tufts.

Sung-Yoon Lee est « professeur d’études coréennes à la Fondation Kim Koo-Korea et professeur adjoint à la faculté de droit et de diplomatie Fletcher de l’université Tufts ». Il semble croire que la résistance consiste en un raid violent, mené par une association d’Américains d’origine coréenne, pour le compte de la CIA, dans l’ambassade de Corée du Nord d’un pays tiers.

Le raid a eu lieu quelques jours avant le sommet Trump-Kim à Hanoï. Il était programmé pour faire dérailler les négociations.

Fin mars, un juge espagnol a désigné Adrian Hong Chang comme responsable du raid de l’ambassade. Adrian Hong Chen est à la tête du groupe Cheollima Civil Defence/Free Joseon. Le juge a exigé l’extradition de Hong et de ses complices des États-Unis. Une de ces personnes a depuis été capturée :

« Un ancien combattant de la marine américaine, originaire du sud de la Californie, faisait partie du groupe de dissidents armés de machettes et de faux pistolets qui ont pris d'assaut l'ambassade de Corée du Nord à Madrid, ligoté et battu des fonctionnaires à l'intérieur », ont annoncé des procureurs fédéraux dans le cadre d'une plainte pénale rendue publique mardi.
 
L’Espagne cherche à extrader Christopher Philip Ahn, notamment pour vol qualifié, séquestration illégale et organisation criminelle. Le juge Jean Rosenbluth a refusé la liberté sous caution pour Ahn lors d'une audience devant le tribunal de Los Angeles à laquelle assistaient son épouse, sa mère et environ deux douzaines d'autres partisans.
 ...
 
Les procureurs ont déclaré qu'Ahn avait été arrêté lors d'un raid effectué la semaine dernière dans l'appartement de son co-accusé, Adrian Hong Chang, à Los Angeles, et dirigeant du groupe Free Joseon. Hong Chang n'était pas chez lui et n'a pas été arrêté.

Une des raisons pour lesquelles la mise en liberté sous caution a été refusée est la violence extraordinaire utilisée par le groupe :

« Le groupe, armé de machettes, de barres de fer, de couteaux et de faux pistolets, a battu certains des employés, les a ensuite ligotés avec des chaînes et des câbles », ont affirmé les procureurs. Ils ont mis des sacs sur la tête des employés, les ont battus et menacés avec des barres de métal et des fusils, selon les documents du tribunal.

Fait intéressant, c’est Adrian Hong Chang, le chef du groupe, qui a dénoncé  Christopher Philip Ahn :

Après l'attaque, Hong Chang a également rencontré des agents du FBI au bureau de Los Angeles et leur a dit que Christopher Ahn, un ancien membre de la marine, avait participé à l'attaque.
 
Un des employés de l'ambassade a par la suite identifié Ahn comme un des attaquants d'après sa photo sur le profil de LinkedIn.
AhnHong
Christopher Philip Ahn, Adrian Hong Chang

Il semble que les autorités espagnoles aient fait suffisamment de boucan pour pousser les États-Unis à agir sérieusement contre le groupe. Mais les attaquants de l’ambassade ont toujours leurs défenseurs.

Sur NKNews.org, le professeur Sung Yong Lee a déclaré que la note de service du procureur dans l’affaire Christopher Philip Ahn était une ânerie :

Un expert a déclaré à NK News qu’il pensait que l’affaire du gouvernement américain, comme le montrent les documents dévoilés mardi, comportait « plus de trous qu’une tranche de gruyère ».
 
« Cela montre que l'affaire a été emballée de manière précipitée lorsque, après des semaines de couverture, le Ministère de la justice, vraisemblablement sur ordre de la Maison-Blanche et de l'État, a décidé d'éliminer Free Joseon », a déclaré Sung-Yoon Lee, professeur adjoint à Tufts. Université Fletcher School.

« La négligence est évidente dans la plainte », a-t-il poursuivi, soulignant ce qu'il a présenté comme un certain nombre d'incohérences dans le récit de l'effraction.

« La plainte pénale est entièrement basée sur des récits invraisemblables de la part du personnel de la RPDC, qui risquaient leurs vies en ne prétendant pas avoir été maîtrisés par des voyous », a-t-il poursuivi.

Une déclaration publiée sur le site Web de Free Joseon la semaine dernière a également exprimé sa « consternation » face à la décision d'arrêter Ahn, affirmant que cette décision découlait de « plaintes pénales déposées par le régime nord-coréen ».

Des reportages antérieurs d’Espagne contredisent les affirmations du professeur. L’affaire n’est pas « entièrement fondée sur des récits non plausibles de la part du personnel de la RPDC ». Ce sont les policiers espagnols qui ont confirmé la violence des auteurs :

La police a retrouvé les huit victimes à l'intérieur. Elles avaient été retenues en otage pendant deux heures, la tête dans un sac, frappées et effrayées. Deux d'entre elles ont eu besoin de soins médicaux.

Les réclamations de Free Joseon à propos de « plaintes déposées par le régime nord-coréen » sont également fausses. Les poursuites pénales pour des crimes  violents sont obligatoires en droit espagnol. La Corée du Nord n’a même pas besoin de porter plainte :

L’ambassade de Corée du Nord n’a pas porté plainte en Espagne et les responsables à Pyongyang n’ont pas officiellement commenté l’attaque.

Le professeur Sung-Yoon Lee n’a pourtant pas encore fini. Dans un éditorial du Los Angeles Times, il plaide contre l’extradition d’Ahn vers l’Espagne. Le titre suit son argumentation précédente, Free Joseon est un mouvement de résistance nord-coréen et non une entreprise criminelle :

Les autorités américaines ont déposé une plainte au pénal alléguant que les dissidents avaient eu recours à la force contre le personnel de l’ambassade et qu'ils l'avaient maltraité lors de l’action à Madrid. Free Joseon nie les accusations. Accepter ce qui est essentiellement une version nord-coréenne des événements, c'est accepter de défendre effectivement le régime de Kim. Cela envoie le message à Pyongyang que ses crimes flagrants sont hors des préoccupations du supposé champion mondial de la liberté et de la démocratie.

Les États-Unis ne doivent pas obéir à l'ordre de Kim. Notre traité d'extradition avec l'Espagne prévoit le refus de l'extradition si nous considérons l'infraction en question comme politique. La violation par l’ambassade de Corée du Nord était bien cela, et les États-Unis devraient chercher à protéger les dissidents plutôt que de les livrer à l’Espagne.
 ...
 
Lutter contre la tyrannie au nom de la liberté, non seulement n’est pas un crime, mais un droit et un devoir. Les États-Unis ne devraient pas oublier ce principe sacré.

Christopher Ahn a la citoyenneté américaine. Adrian Hong a un passeport mexicain. Aucun d’eux ne vient de Corée du Nord. Comment peuvent-ils être des « dissidents » ? Si les citoyens nord-coréens qui souhaitent un changement de régime aux États-Unis attaquaient violemment une ambassade américaine dans un pays tiers, s’agirait-il également d’un acte « politique » commis par des « dissidents » ? L’argument est évidemment un non-sens.

Mais décrire les criminels comme « politiques, résistants » et « dissidents » est utile. Cette semaine, Kim Jong-un s’est rendu en Russie et a rencontré le président Vladimir Poutine. Ils ont parlé des négociations nucléaires. Le Washington Post titrait Poutine : Kim Jong Un a besoin de garanties de sécurité internationales pour abandonner son arsenal nucléaire :

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi à l'issue de son premier sommet avec Kim Jong Un que la Corée du Nord avait besoin de garanties de sécurité internationales, et pas seulement de promesses américaines, pour envisager de renoncer à son arsenal nucléaire.
 ...
 
« Ils [les Nord-Coréens] ont seulement besoin de garanties quant à leur sécurité. C'est tout. Nous devons tous réfléchir ensemble à cette question », a déclaré Poutine aux journalistes après ses pourparlers avec Kim.

Les garanties de sécurité sont bien sûr sensées. Sans elles, la Corée du Nord ne désarmerait pas du tout. Mais les États-Unis sont incapables de respecter un accord, disent les auteurs du Washington Post :

La Corée du Nord a fait pression pour une déclaration mettant officiellement fin à la guerre de Corée, qui s'est soldée par un armistice en 1953, sans traité de paix. Kim a également qualifié de provocation les exercices militaires des États-Unis avec la Corée du Sud.

Trump a annulé certains exercices militaires et laissé planer la possibilité d’une déclaration de fin de guerre à l’avenir, mais les engagements directs des États-Unis de soutenir le maintien au pouvoir du régime de Kim sont extrêmement improbables, estiment les experts.

« Personne n'est en mesure de leur donner les garanties de sécurité qu'ils aimeraient avoir », a déclaré Andrei Lankov, expert de la Corée du Nord à l'Université Kookmin de Séoul. « Ils veulent une garantie non seulement contre une attaque extérieure mais également contre un éventuel mécontentement interne... Dans l’ensemble, c’est un coup d'épée dans l'eau. »

Kim Jong-un ne demanderait pas de garanties contre un véritable mécontentement interne. Les forces de sécurité nord-coréennes savent sûrement comment s’y prendre. Ce qu’il souhaite probablement, c’est que les États-Unis s’engagent de nouveau pour le droit international et s’abstiennent de toute ingérence dans les affaires intérieures de son pays.

La création et la manipulation de mouvements de « résistance », comme le groupe Free Joseon, est un instrument américain typique de « changement de régime ». Une telle « résistance » est alors utilisée comme prétexte pour un changement de régime violent par la force militaire. Ce fut le « Congrès national irakien », de l’expatrié Ahmed Chalabi, qui joua un rôle important dans la préparation de la guerre en Irak. Un soutien similaire de « résistance » a été utilisé, et continue toujours de l’être, pour plaider en faveur d’une guerre contre la Libye, contre la Syrie et, bientôt, contre le Venezuela.

Le professeur Sung-Yoon Lee demande à reconnaître les attaquants de l’ambassade comme des « résistants politiques ». Free Joseon s’est déjà déclaré le « gouvernement en exil » de la Corée du Nord. Que se passera-t-il lorsque les États-Unis le reconnaîtront comme tel ?

Il semble que l’objectif véritable du professeur soit le « changement de régime » en Corée du Nord, si nécessaire par la force américaine.

Le professorat de Sung-Yoon Lee doit son nom à Kim Koo, « un dirigeant du mouvement indépendantiste coréen contre l’empire japonais et un activiste pour la réunification après 1945 ». Kim Koo était farouchement opposé au projet américain de créer un gouvernement séparé en Corée du Sud. Il a été assassiné en 1949 par le lieutenant Ahn Doo-hee, agent du Corps de contre-espionnage américain en Corée et membre d’un groupe extrémiste de droite.

On doute sérieusement que Kim Koo aurait prêté son soutien au schéma que le professeur Sung-Yoon Lee colporte en son nom.

Quelques articles précédents de Moon of Alabama sur le sujet :

13 mars – Qui a ordonné à la CIA d’assaillir l’ambassade de Corée du Nord en Espagne ?
15 mars – La CIA reproche à son mandataire de s’être infiltré dans l’ambassade de Corée du Nord en Espagne
27 mars – Un juge identifie un homme lié à la CIA qui a dirigé le raid sur l’ambassade de Corée du Nord en Espagne

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Sanctions US contre la Corée du Nord


Trump tente d’annuler les sanctions imposées à la Corée du Nord, son propre personnel sabote l’initiative


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 26 mars 2019

L’administration Trump a semé la confusion la semaine dernière au sujet des sanctions contre la Corée du Nord. Un tweet de Trump semblait contredire la politique de sa propre administration. La Maison Blanche a alors imaginé une explication invraisemblable à ce que Trump avait fait. La mesure pour essayer de sauver la face a fonctionné, mais des fuites l’assombrissent à nouveau.

Continuer la lecture de Sanctions US contre la Corée du Nord

C’est pas moi…


… La CIA blâme un porte-flingue pour son raid sur l’ambassade de Corée du Nord en Espagne


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 15 mars 2019

La CIA est le principal suspect du raid militaire contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid. Elle fait maintenant un effort quelque peu malheureux pour s’en détourner. Le rapport dans lequel des sources du gouvernement espagnol accusent la CIA déclare :

Continuer la lecture de C’est pas moi…

Le plan de jeu de la Corée du Nord et le lancement de son prochain satellite


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama  – Le 7 mars 2019

John Bolton a gagné. Après une courte période de calme et de pourparlers entre les États-Unis et la Corée du Nord, les deux parties se dirigent de nouveau vers un conflit. Mais une chose importante a changé.

Continuer la lecture de Le plan de jeu de la Corée du Nord et le lancement de son prochain satellite

Trump s’accroche aux sanctions


Échec du sommet entre les États-Unis et la Corée du Nord


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 28 février 2019

Le deuxième sommet entre le président Donald Trump et le président Kim Jong-un de Corée du Nord s’est tenu hier et aujourd’hui à Hanoï, au Vietnam. Il a échoué. Les réunions du dernier jour ont été abrégées. Rien n’a été convenu et signé. Aucune déclaration commune n’a été publiée.

Trump a tenu une conférence de presse et a donné sa version des discussions (transcription). Le problème semble avoir été l’échelonnement de l’abolition des sanctions par la partie américaine et la destruction du réacteur nucléaire de Yongbyon du côté nord-coréen.

Continuer la lecture de Trump s’accroche aux sanctions

La pression mise par les Etats Unis sur les deux Corées menace leur alliance


…et la paix


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 13 octobre 2018

L’administration Trump reproche à la Corée du Sud d’avoir pris des mesures que les États-Unis avaient pourtant acceptées. Le New York Times estime que l’insistance de la Corée du Nord à respecter les accords signés est un moyen détourné de faire la guerre. Cela ne fait qu’unir les deux Corées et n’augure rien de bon pour l’alliance.

La Corée du Nord utilise son accord avec Trump comme une arme pour compliquer les pourparlers

Continuer la lecture de La pression mise par les Etats Unis sur les deux Corées menace leur alliance

Le 5e sommet entre les deux Corées est un grand pas de plus vers un accord de paix


Par Konstantin Asmolov – Le 1er octobre 2018 – Source New Eastern Outlook

Nous allons discuter des principaux résultats et des documents qui ont été signés à l’issue de ce 5ème sommet, pour voir si les attentes initiales ont été satisfaites. Les lecteurs se souviendront qu’avant le sommet, certaines sources médiatiques sud-coréennes avaient écrit : « La dénucléarisation sera la question clé du sommet. Parmi les autres sujets qui seront abordés figurent l’amélioration et le développement des relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud (y compris une déclaration selon laquelle la guerre de Corée est officiellement terminée) et une diminution des tensions militaires. »

Continuer la lecture de Le 5e sommet entre les deux Corées est un grand pas de plus vers un accord de paix

La Corée du Nord pourrait devenir un leader mondial …


… dans l’automation, la robotique et l’intelligence artificielle


Par Adam Garrie – Le 12 août 2018 – Source Eurasia Future

Il y a beaucoup d’avantages contre-intuitifs pour un pays avec une main-d’œuvre instruite et dynamique qui modernise son industrie plus tard que beaucoup d’autres pays de taille similaire. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’industrie allemande était à maints égards beaucoup plus avancée que ses homologues britannique, française ou belge, bien que l’Allemagne n’ait connu sa réunification que longtemps après les révolutions industrielles dans les pays cités ici. Continuer la lecture de La Corée du Nord pourrait devenir un leader mondial …

Diplomatie mondiale du wrassling


Par James Howard Kunstler – Le 11 juin 2018 – Source kunstler.com

wrassling / child wrestling / catch pour les enfants

Pourquoi ne pas faire la guerre avec le Canada ? Cette insignifiante « nation » encombre la moitié septentrionale de NOTRE continent, pour lequel nous avons lutté puissamment afin de nous libérer de la méchante vieille Europe. Qu’est-ce que Justin Trudeau ne comprend pas à ce propos ? Et quand nous en aurons fini avec lui, que diriez-vous de faire quelques « reprises » avec Frau Merkel et cette petite grenouille de Monsieur Macron ? J’aimerais voir le Golem d’Or de la Grandeur dans un justaucorps et un de ces masques de lutte mexicains, jetant ces méchants nains internationaux hors du ring comme autant de sacs de patates.

Continuer la lecture de Diplomatie mondiale du wrassling