Sanctions US contre la Corée du Nord


Trump tente d’annuler les sanctions imposées à la Corée du Nord, son propre personnel sabote l’initiative


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 26 mars 2019

L’administration Trump a semé la confusion la semaine dernière au sujet des sanctions contre la Corée du Nord. Un tweet de Trump semblait contredire la politique de sa propre administration. La Maison Blanche a alors imaginé une explication invraisemblable à ce que Trump avait fait. La mesure pour essayer de sauver la face a fonctionné, mais des fuites l’assombrissent à nouveau.

Les médias américains ont rapporté l’épisode mais ont raté un point important. La chronologie ci-dessous montre que le conflit interne à la Maison Blanche a été provoqué par la réaction de la Corée du Nord.

À cause du mauvais temps et des sanctions sévères qui ont été prises à son encontre, la Corée du Nord manque de nourriture. Le mois dernier, son ambassadeur auprès de l’ONU a demandé une aide alimentaire :

Kim, ambassadeur aux États-Unis, a déclaré que les températures record, la sécheresse et les inondations de l'année dernière avaient réduit de plus de 500 000 tonnes les récoltes de 2018 sur près de 5 millions de tonnes produites en 2017. ...
 
L'aide humanitaire des agences américaines est « terriblement politisée », a-t-il déclaré, et les sanctions contre la Corée du Nord sont « barbares et inhumaines ».

Jeudi 21, le département du Trésor, passant outre à la situation désastreuse, a publié de nouvelles sanctions à l’encontre de deux sociétés de transport chinoises qui commercent avec la Corée du Nord. Il a également nommé un plus grand nombre de navires nord-coréens soupçonnés d’être impliqués dans des efforts visant à contourner les sanctions.

Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a tweeté :

John Bolton @AmbJohnBolton - 18:31 utc - 21 mars 2019
John Bolton a retweeté Département du Trésor
 

Actions importantes aujourd'hui de @USTreasury ; le secteur maritime doit faire davantage pour mettre fin aux pratiques de transport illicite de la Corée du Nord. Tout le monde devrait en prendre note et examiner ses propres activités pour s’assurer qu’il ne participe pas au contournement des sanctions par la Corée du Nord.

Le lendemain, la Corée du Nord a réagi en retirant ses officiers du bureau de liaison avec la Corée du Sud :

Matt Lee @APDiploWriter - 9h25 utc - 22 mars 2019
 
SEOUL, Corée du Sud (AP) - #SouthKorea a déclaré que #NorthKorea avait retiré son personnel d'un bureau de liaison intercoréen en Corée du Nord.

L’action était inattendue :

Le ministère de l'Unification de Séoul a annoncé vendredi que la Corée du Nord avait informé la Corée du Sud de sa décision lors d'un contact au bureau de liaison de Kaesong, une ville frontalière de la Corée du Nord.
 
Le ministère qualifie la décision du Nord de « regrettable ». Il dit que le Nord n'a pas donné de raison spécifique pour son action.

Le bureau de liaison a ouvert ses portes en septembre dernier dans le cadre d’une série de mesures de réconciliation.

Le bureau de liaison est l’un des rares points de contact diplomatique où les discussions se poursuivent. Les États-Unis l’utilisent pour communiquer indirectement avec la Corée du Nord. Après le retrait de celle-ci, le président sud-coréen Moon Jae-in a probablement téléphoné au président américain Donald Trump.

Dix heures après le retrait de la Corée du Nord, Trump a contredit la position de son administration :

Donald J. Trump @realDonaldTrump - 17:22 heures - 22 mars 2019
 
Le Trésor américain a annoncé aujourd’hui que de nouvelles sanctions à grande échelle viendraient s’ajouter à celles déjà existantes en Corée du Nord. J'ai ordonné aujourd'hui le retrait de ces sanctions supplémentaires !

Le New York Times a relayé la confusion :

Le président Trump a sapé vendredi son propre département du Trésor en annonçant soudain qu'il annulait les nouvelles sanctions imposées à la Corée du Nord, semblant contredire la décision des experts en sécurité nationale, pour faire une faveur au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.
 
L'annonce sur Twitter, a été une manifestation remarquable de la dissension au sein de l’administration Trump. Cela a semé la confusion au plus haut niveau du gouvernement fédéral, au moment même où les assistants du président cherchaient à faire pression sur la Corée du Nord pour qu’elle reprenne les négociations sur le démantèlement de son programme d’armes nucléaires.

Les faucons US étaient consternés. Ils voulaient garder les sanctions mais ne pouvaient pas contredire Trump. La Maison Blanche devait trouver une explication :

On pense que M. Trump s'est trompé sur le jour de l'annonce des sanctions contre la Corée du Nord, et des responsables ont déclaré qu'ils avaient été pris au dépourvu par le tweet du président. Sarah Huckabee Sanders, attachée de presse de la Maison Blanche, a refusé de donner des précisions.

« Le président Trump aime bien le président Kim et il ne pense pas que ces sanctions seront nécessaires », a-t-elle déclaré.

Puis, quelques heures plus tard, un responsable connaissant bien la pensée de M. Trump a déclaré que le président faisait en réalité référence à des sanctions supplémentaires en Corée du Nord qui sont à l’étude mais qui n’ont pas encore été officiellement prononcées.

Cette déclaration visait à atténuer le choc que le tweet de M. Trump avait provoqué sur ses plus fidèles collaborateurs. Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor, a personnellement signé les sanctions qui ont été émises jeudi et a salué la décision dans une déclaration les accompagnant.

Le Washington Post a noté :

La décision d'anticiper les sanctions représente une tentative du président de sauver ses négociations nucléaires avec la Corée du Nord face aux efforts déployés par le conseiller à la sécurité nationale John Bolton et d’autres pour renforcer les mesures économiques punitives prises à l’encontre du régime de Kim Jong Un.

L'explication selon laquelle Trump a fait référence à de futures sanctions semblait invraisemblable. Pourquoi Trump aurait-il besoin d'empêcher publiquement de futures sanctions ? Cela n'a aucun sens.

Il m’a semblé que Trump avait tenté de jouer le bon flic en révoquant les sanctions qui avaient été adoptées la veille, mais que son personnel était passé outre. La question a ensuite été présentée de manière à rendre Trump toujours aussi séduisant aux yeux de la Corée du Nord. C’était une mesure salvatrice. Après l’échec du sommet de Hanoï entre le président Kim Jong-un et le président Trump, les deux parties ont souligné leurs bonnes relations personnelles. Trump voulait maintenir la relation, mais les sanctions ont été maintenues.

Heureusement, la Corée du Nord a avalé les sanctions supplémentaires à venir et accepté l’explication qui sauve la face. Lundi, elle a réagi à l’heureuse volte face :

Certains responsables nord-coréens sont retournés dans le bureau de liaison avec la Corée du Sud quelques jours à peine après le retrait de Pyongyang du bâtiment qui permettait aux rivaux de communiquer 24 heures sur 24.

La coupure de la dernière ligne de communication en face à face a été évitée.

Mais cette situation ne  convient pas à certaines personnes de la Maison Blanche. Elles veulent saper encore les efforts de Trump pour poursuivre les négociations avec la Corée du Nord. Elles disent maintenant que l’explication de la « sanction future », acceptée par la Corée du Nord, était en fait un non-sens.

Bloomberg rapporte aujourd’hui :

La semaine dernière, le président Donald Trump avait l’intention de revenir sue les sanctions imposées à deux compagnies de navigation chinoises accusées de violation des interdictions commerciales nord-coréennes - jusqu’à ce que des responsables de son administration le persuadent de faire marche arrière et de concevoir ensuite une explication trompeuse de son vague tweet annonçant sa décision. ...
 
Le président avait en effet l'intention de supprimer les sanctions que le Trésor avait annoncées la veille contre deux expéditeurs chinois qui avaient aidé Pyongyang à se soustraire aux sanctions américaines, selon quatre personnes proches du dossier. Il était difficile de savoir si Trump était au courant ou avait approuvé les mesures avant leur publication, ou ce qui avait déclenché son tweet le lendemain. ...
 
À l’époque, aucune autre sanction coréenne n’était prévue, selon deux personnes au courant.

Ce qui a « déclenché »  le tweet de Trump est tout à fait évident. C’est le retrait nord-coréen du bureau de liaison. Mais Bloomberg, comme d’autres médias américains, ignore cette explication assez évidente. Cette ignorance constante de l’action de l’autre partie est l’un des problèmes systémiques des médias américains.

De nouvelles sanctions ont été annoncées et la Corée du Nord a réagi négativement. Trump, qui veut garder la porte ouverte pour les négociations futures, a pris note et a retiré les sanctions. Mais John Bolton est intervenu. Les sanctions ont été maintenues. Une explication bienvenue, mais invraisemblable, a été trouvée. La Corée du Nord a accepté cela et est revenue à la table.

La nouvelle fuite aggrave encore la situation. Cela montre que Trump n’a guère son mot à dire sur la politique de son administration. Cela montre qu’il était impuissant lorsqu’il a tenté d’annuler les sanctions qui avaient aggravé cette situation. La fuite mine le peu qui reste de la confiance que Kim Jong-Un a toujours dans les paroles de Trump.

Comment la Corée du Nord va-t-elle réagir à cela ? Va-t-elle à nouveau se retirer du bureau de liaison, un pas que tous les John Bolton de ce monde verraient comme une victoire ?

Kim Jong-Un ignorera-t-il la nouvelle fuite ?

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF