L’assassinat de la Grèce

 

James Petras

Par James Petra – Le 23 février 2015 – Source voltaire.net

James Petras a été directeur du Centre d’études européennes à Athènes (1981-1984) et conseiller du Premier ministre Andreas Papandreou (1981-1984). Il analyse la crise grecque et ses enjeux par rapport à l’Union européenne.

Yánis Varoufákis and Aléxis Tsípras

Le gouvernement grec est actuellement pris dans un combat pour la vie ou la mort avec l’élite de l’Union européenne qui domine les banques et les centres de décision. L’enjeu, ce sont les moyens de subsistance de onze millions de Grecs, ouvriers, employés et petits entrepreneurs, et la viabilité de l’Union européenne. Si le gouvernement de Syriza capitule devant les demandes des banquiers européens et accepte de poursuivre les programmes d’austérité, la Grèce sera condamnée à des décennies de régression, à la misère et à la domination coloniale. Si la Grèce décide de résister et se trouve contrainte de sortir de l’Union européenne, il lui faudra répudier 270 milliards d’euros de dettes étrangères, envoyant les marchés financiers internationaux au crash et provoquant l’effondrement de l’UE.

Continuer la lecture de L’assassinat de la Grèce

Zakharchenko:
L’Ukraine se prépare pour réattaquer fin mars

Le 23 février 2015 – Source Fort Russ

Zakharschenko, chef de la République Populaire de Donetsk

Selon le chef de la République Populaire de Donetsk, l’Ukraine pourrait reprendre les combats à la fin du mois de mars.

Le chef de la République Populaire autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, a annoncé que l’Ukraine amenait de l’équipement lourd dans la zone de conflit et, à son avis, le pays pourrait bien reprendre les opérations de combat fin mars ou début avril.

« Nous, nous commençons à retirer l’équipement lourd, tandis que l’Ukraine en amène de Kharkov et de Dnepropetrovsk. On dirait bien qu’il va y avoir une provocation. L’Ukraine va recommencer la guerre fin mars ou début avril. L’Ukraine a besoin de la guerre« , a déclaré Zakharchenko lundi lors d’un briefing.

Commentaire de J. Hawk (traducteur du russe à l’anglais)

Oui, c’est vrai, mais beaucoup de choses ne dépendent pas seulement du désir de l’Ukraine de se battre; il faut aussi que les puissances occidentales (en particulier les Européens) acceptent qu’un nouveau round de combats soit déclenché en Ukraine.

Cependant, compte tenu de l’état de l’économie ukrainienne et de la nécessité de garder le soutien des nationalistes qui constituent le principal pilier de la junte, ils ont tout intérêt à risquer une autre escalade. Qui sait, peut-être que l’Ouest se décidera enfin à arroser l’Ukraine d’argent et de toutes sortes d’aides sans tenir compte des impératifs du FMI? Parce que, à mon avis, on voit se répéter le même schéma dans la manière dont est mené le conflit ukrainien: Kiev a tendance à intensifier le confit quand il vient de recevoir de l’aide financière étrangère, et à rechercher la paix quand il a besoin d’une nouvelle tranche d’aide. Nous allons voir si le jeu continue quand le FMI aura versé sa prochaine tranche.

Traduction de l’anglais par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Méchant Assad, méchant Kadhafi et maintenant méchant Poutine: Comment l’Ouest vend ses guerres (et commet ses massacres)

Par Ghada Chehade – Le 21 février 2015 – Source Russia Insider

Politiques de distraction et variables économiques en Ukraine
Parallèle avec la Syrie, la Libye et l’Irak.

L’ennemi N°1

Alors que le conflit en Ukraine persiste et que les pourparlers de paix entre Poutine et les dirigeants d’Europe occidentale (Merkel et Hollande) continuent, il est important de s’intéresser aux acteurs et aux intérêts économiques qui bénéficient du conflit et du changement de régime en Ukraine, et de faire la comparaison avec la situation de pays comme la Syrie, la Libye et l’Irak.

Il y a des aspects de ces conflits, et des intérêts qui les sous-tendent, qui échappent au public parce que les médias subventionnés occidentaux les passent sous silence et que les gens, submergés par les difficultés humaines et politiques, ne pensent pas à les rechercher. Par exemple, les médias subventionnés passent tout leur temps à diaboliser un ennemi après l’autre, que ce soit Poutine du fait de la situation en Ukraine, Assad en Syrie, Kadhafi en Libye ou Saddam Hussein en Irak, etc., au lieu d’enquêter sur la manière dont des acteurs externes exploitent ou renforcent ces conflits et ces situations pour en tirer des profits politico-économiques, comme l’accès au pétrole, l’obtention de prêts du FMI aux conditions d‘octroi destructrices ou l’interruption de politiques nationales qui nuisent aux intérêts économiques et à l’influence de puissances étrangères.

Continuer la lecture de Méchant Assad, méchant Kadhafi et maintenant méchant Poutine: Comment l’Ouest vend ses guerres (et commet ses massacres)

L’Ukraine va fermer un tiers des mines de charbon et mettre à pied la moitié des mineurs

Le 20 février 2015 – Source Fort Russ

Le ministère de l’Energie va fermer douze mines et licencier un grand nombre de mineurs.

Le ministre de l’énergie Demchishin prévoit de licencier 20% des mineurs au cours de l’année.

Dans une interview à la revue Focus, il a déclaré que le ministère de l’Énergie et de l’industrie du charbon avait l’intention de fermer cinq mines d’État et d’en mettre sept en sommeil.

«Sur les 35 mines que nous contrôlons, nous allons en fermer 5, et 7 seront seulement mises en sommeil.»

Il a souligné que la main-d’œuvre des mines de charbon sera réduite de 20%. «Ce qui représente 10 000 mineurs sur 52 000», a précisé Demchishin. Les mineurs qui seront mis à pied seront principalement des retraités. «Il devrait rester environ 25 000 mineurs dans deux à trois ans», a ajouté le ministre.

Le ministère avait d’abord prévu de privatiser 35 mines et d’en fermer 32, dans les cinq années à venir.

Commentaire de J. Hawk ,traducteur du russe à l’anglais

Cela ne va pas se faire sans mal. Il s’agit là d’emplois pénibles mais bien rémunérés, et les mineurs sont une force de travail bien organisée qui, de plus, est concentrée dans quelques régions du pays. La fermeture des mines de charbon obligera l’Ukraine à se procurer du charbon à l’étranger. Chaque fois qu’elle a essayé de le faire, elle a dû payer très cher du charbon de mauvaise qualité. Ce qui laisse penser que la fermeture des mines de charbon a probablement moins à voir avec la politique énergétique de l’Ukraine qu’avec la nécessité de se plier aux directives strictes du FMI de réduire les dépenses publiques et la masse salariale.

Traduit par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Des économistes ukrainiens:
« Quittez le pays si vous le pouvez… »

Par Lidiya Baglayenko – Le 18 février 2015 – Source Fort Russ

du rêve au cauchemar EUROPÉEN

Le nouveau gouvernement ukrainien est installé depuis un an et non seulement le niveau de vie n’a pas augmenté, mais il a chuté de façon catastrophique.

Selon les experts, une des raisons de l’état critique de l’économie de l’Ukraine a été l’exagération du rôle de l’UE et son Accord d’association.

Continuer la lecture de Des économistes ukrainiens:
« Quittez le pays si vous le pouvez… »

De Minsk à Bruxelles, c’est l’Allemagne qui compte

Par Pepe Escobar – Le 13 février 2015 – Source : Russia Today

Pepe Escobar
Pepe Escobar

L’Allemagne est dépositaire de la clé de l’avenir en Europe. On est peut-être parvenu à un accord fragile en Ukraine, mais rien n’est joué en Grèce. Dans les deux cas, il ne faut toutefois pas se fier aux apparences.

 

 

Continuer la lecture de De Minsk à Bruxelles, c’est l’Allemagne qui compte

Le cheval de Troie de la Troïka : Syriza va-t-il capituler en Grèce?

Pepe Escobar
Pepe Escobar

Par Pepe Escobar – Le 6 février 2015 -Source RT

La tragédie grecque de 2015 est une mauvaise version (financière) remixée de la Guerre de Troie. Sauf qu’aujourd’hui, la nouvelle troïka, formée de la Banque centrale européenne (BCE), de la Commission européenne (CE) et du Fonds monétaire international (FMI), tient le rôle de la Grèce, tandis que celle-ci est la nouvelle Troie.

Reuters/John Kolesidis

Continuer la lecture de Le cheval de Troie de la Troïka : Syriza va-t-il capituler en Grèce?

Le FMI à l’Ukraine:
La guerre ou les aides, il faut choisir

Alexander Mercouris – Le 29 janvier 2015 – Source Russia Insider

La Directrice générale du FMI durcit sa position. Elle ne peut pas continuer à soutenir un pays qui dilapide des milliards de dollars dans une guerre sans fin.

Porocchenko et Lagarde. Le paquet initial de $17 milliards supposait un accord sur la fin de la guerre en Ukraine

Christine Lagarde, la tête du FMI, a donné une interview au journal français le Monde, le 24 Janvier 2015, qui n’a pas attiré l’attention mais qui menace pourtant de donner le coup de grâce financier à l’Ukraine.

Pour la première fois depuis le début du conflit, Mme Lagarde a explicitement lié la poursuite de l’aide financière accordée à l’Ukraine à la fin de la guerre.

Continuer la lecture de Le FMI à l’Ukraine:
La guerre ou les aides, il faut choisir