Trouver refuge dans la folie


Orlov

Par Dmitry Orlov − Le 10 Juillet 2018 − Source Club Orlov

La réalité peut être dure. « Les plans les mieux conçus des souris et des hommes souvent ne se réalisent pas », dit Robert Burns. Plus les plans sont ambitieux, plus les dieux se moquent de nous quand ils sont vains. Au fur et à mesure que notre lutte pour atteindre nos objectifs se durcit, notre conviction est que notre cause est juste, se pétrifiant dans une foi aveugle qui est imperméable aux faits contradictoires. Au lieu de réévaluer nos objectifs et de réexaminer notre stratégie, nous poussons simplement de plus en plus fort dans la même direction, en partant du principe que si la force brute ne fonctionne pas, c’est qu’elle n’est pas assez puissante.


Continuer la lecture de Trouver refuge dans la folie

La politique africaine de la France sous la présidence d’Emmanuel Macron


Par Pavel Nastine – Le 7 juillet 2018 – Source New Eastern Outlook

C’est bien connu, avant le début des années 1960, la France était la plus grande puissance coloniale. Tout le Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie) ainsi que les actuels Burkina Faso, Djibouti, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Union des Comores, République centrafricaine et Tchad étaient sous son contrôle en Afrique. En fait, le pillage de ces pays est devenu une base de la prospérité française au XXe siècle. De nombreuses nations, comme les Algériens, qui ont sacrifié plus d’un million de vies sur l’autel de la liberté et de l’indépendance, se souviennent trop bien des crimes des colonialistes et certains, par exemple au Rwanda, posent la question du rôle de la France dans le génocide rampant dans ces pays au cours de la période post-coloniale. Continuer la lecture de La politique africaine de la France sous la présidence d’Emmanuel Macron

La discrimination sexuelle institutionnalisée


Par Stratediplo – Le 3 juillet 2018 – Source stratediplo

On apprend que ce sont maintenant des dizaines d’écoles qui, au Royaume-Uni, interdisent aux filles le port de la jupe, au nom de l’idéologie du choix du genre par l’homme (enfin, l’individu humain) et du refus de la détermination du sexe par la nature.

Comme d’habitude en démocratie dirigée, le discours officiel est celui de l’instauration d’un nouveau droit et de plus d’égalité. Même si c’est concrètement ce qu’on fait, il ne s’agit absolument pas de retirer aux filles le droit de porter le vêtement traditionnellement distinctif de leur sexe, ou de les discriminer par rapport aux garçons qui (pour l’instant) peuvent continuer de porter le leur, il s’agit simplement d’instaurer l’égalité des 0,0001% maximum (1 par million) de vrais ou prétendus asexués avec les dizaines de millions de gens normaux. Et encore faut-il s’entendre sur ce dernier terme, car dès lors que le pouvoir social normatif (parlement en théorie et presse en pratique) édictera la nouvelle norme d’asexualité, ce qui est en cours dans un premier temps à titre facultatif, ce sera les êtres sexués donc autrefois considérés comme dans la norme (normaux) qui seront désormais déclarés hors-la-norme (anormaux). Mais en langue et bien-pensance modernes, il ne faut surtout pas interpréter la « discrimination positive » envers certaines catégories comme une discrimination négative envers les autres, ou comme une discrimination tout court.

Dans la même ligne idéologique, des écoles interdisent aux garçons le port de la culotte courte, mais certaines leur autorisent le port de la jupe qu’elles (ou leurs consœurs) interdisent aux filles. Inévitablement, à terme l’un des nouveaux idéologues normateurs tombera sur une photographie de cour d’école ou de réunion familiale du XIXe siècle et saisira que le pantalon est, en Grande-Bretagne, le vêtement traditionnel du sexe masculin, que très peu de femmes ont porté depuis que les braies se sont généralisées chez les hommes, d’abord sous la robe puis à la place, il y a au moins quinze siècles en Chrétienté.

Certes le sociologue moyen se demandera pourquoi on ne considère plus possible de reconnaître voire promouvoir les catégories nouvellement à la mode sans brimer les anciennes, en l’occurrence naturelles, c’est-à-dire de reconnaître les genres institués sans opprimer les sexes naturels, d’ailleurs le lancement d’un concours national pour la conception (le design) d’un nouveau vêtement distinctif des asexués déclarés stimulerait certainement les créativités et fournirait une excellente occasion de promotion des nouvelles normes. Le démographe lui répondra que les idéologues n’ont pas encore identifié assez d’asexués assertifs dans la société pour participer significativement à leur auto-promotion, et que les politiciens ont donc trouvé plus facile d’asexuer visuellement les dizaines de millions de gens du peuple que de convaincre la reine d’Angleterre de s’habiller comme une chancelière prussienne ex-sportive est-allemande.

Gageons que les utopistes « transhumanistes » de la transformation de l’humanité en ruches et fourmilières d’individus asexués trouveront aussi plus facile d’imposer la gandoura unisexe aux Saxons des Angles que de faire raser leurs barbes et ôter leurs voiles aux Hindoustanis des Angles, qui eux continuent de considérer le sexe comme l’instrument naturel de la reproduction des individus et de la perpétuation de l’espèce.

Stratediplo

PDF24    Send article as PDF   

L’armée syrienne libère la ville de Deraa


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Par Moon of Alabama – Le 12 juillet 2018

Aujourd’hui, la campagne militaire du gouvernement syrien dans le gouvernorat de Deraa a connu un autre temps fort. Les « rebelles » de la partie sud de la ville de Deraa ont déposé les armes et ont fait la paix avec le gouvernement. L’armée syrienne est en train de prendre le contrôle de la région. Le drapeau syrien a été hissé au-dessus de ses bâtiments. Continuer la lecture de L’armée syrienne libère la ville de Deraa

America first, la rencontre d’Helsinki et la menace existentielle de Trump contre l’Empire


Par David Stockman – Le 3 juillet 2018 –Source  Ron Paul Institute

La principale, peut-être la seule, vertu rédemptrice du programme de campagne du Donald était son intention proclamée de chercher à se rapprocher de la Russie, de revoir les engagements de l’Amérique envers l’OTAN et autres reliques de la guerre froide et d’arrêter d’utiliser le « changement de régime » comme outil principal de politique étrangère. En gros, « America First » devait devenir la nouvelle manière d’assurer la sécurité et le bien être du pays.

Ce programme éminemment sensé touchait de plein fouet la raison d’être de l’État profond ; et les actions rapides de Donald en faveur de ces objectifs, depuis avril, provoquent un choc palpable dans la Cité Impériale.

Continuer la lecture de America first, la rencontre d’Helsinki et la menace existentielle de Trump contre l’Empire

Les États-Unis envisagent de retirer leurs forces d’Allemagne. Une partie d’un plus large processus


Par Alex Gorka – Le 8 juillet 2018 – Source Strategic culture

Le ministère américain de la Défense étudie la possibilité de retirer ou de transférer les forces américaines de l’Allemagne vers la Pologne. Le Washington Post (WP) a indiqué que les coûts et les implications de ce projet sont en cours d’analyse. Le 5 juillet, la Maison-Blanche a déclaré qu’elle n’avait pas de tels plans, mais qu’il n’y a pas de fumée sans feu, sinon pourquoi la Pologne offrirait elle de payer 2 milliards de dollars pour une base américaine sur son sol et de le faire maintenant ? L’US Air Force a commencé à piloter des drones Reaper MQ-9 non armés à partir de la base aérienne polonaise de Miroslawiec, en mai dernier.

Continuer la lecture de Les États-Unis envisagent de retirer leurs forces d’Allemagne. Une partie d’un plus large processus