Élections au Venezuela : le courage face à la guerre économique et psychologique

Note du Saker francophone

Depuis la parution de cet article, l’opposition de droite a remporté les élections au Venezuela, le président Maduro a accepté sa défaite. Nous publions cependant cet article d’Eric Draitser, parce qu’il explique très simplement les enjeux de ce vote et surtout la guerre financière, économique et psychologique, longue et sans merci, qui a préparé la victoire des néolibéraux (et des États-Unis).

Par Eric Draitser – Le 4 décembre 2015 – Source CounterPunch

Il est important de ne pas sous-estimer la très réelle guerre économique menée par les États-Unis et leurs alliés au Venezuela et dans toute l’Amérique latine.

Continuer la lecture de Élections au Venezuela : le courage face à la guerre économique et psychologique

Il se passe des choses bizarres dans la basse-cour de la Maison Blanche

NulandQuelqu’un veut une guerre contre la Russie, Victoria Nuland n’est pas seule

 

Note du Saker Francophone 

J’ai sélectionné ce texte parce qu’il nous montre bien le niveau d’intelligence, sans précédent, atteint par les élites politiques aux États-Unis dont le système démocratique est corrompu par l’argent jusqu'à la moelle. Et quand un système en arrive à mettre de tels idiots aux commandes c’est qu’il est proche de sa fin. 
Pour respecter les nouvelles règles sur les émissions nocives, le débat ne durera que 8 minutes.

Par Philip Giraldi – le 17 novembre 2015 – UNZ

Une atmosphère étrange plombe Washington ces jours ci. J’ai récemment participé à une conférence à Washington dont le sujet portait sur le réalisme et la restreinte  comme base de réforme de la politique étrangère américaine. La plupart des prises de parole reflétait plus ou moins ce programme mais, étrangement, un des orateurs a dit qu’il était nécessaire que les États Unis conservent leur place dans le monde à l’aide d’un gros bâton après qu’un autre a prétendu qu’aider les autres peuples à lutter pour leur liberté est une des missions que le peuple américain prend à cœur. Les deux faisaient allusion à la manière dont les États Unis devraient se comporter vis-à-vis de la Russie. On peut se demander si ces deux là n’étaient pas entrés par erreur dans cette salle de conférence, se croyant plutôt dans les tout proches bureaux de l’American Enterprise Institute [Think tank néoconservateur notoire NdT].

Que de telles opinions soient mises en avant lors d’une conférence portant sur la restreinte n’est en fait pas très surprenant si l’on se donne la peine d’écouter les soi-disant débats républicains ou démocrates. Le nationalisme et l’exceptionnalisme américaniste sont des produits faciles à vendre, de tous temps, mais il y a depuis peu un sursaut d’agressivité qui est assez difficile à comprendre alors même qu’un seul candidat a servi dans l’armée mais en tant qu’avocat. On pourrait appeler cela la parade des planqués.

Il sera donc utile de prêter attention aux mots que les candidats républicains ont prononcés mardi dernier 1. Carly Fiorina a sonné la charge de la meute avec son “ Une des raisons pour lesquelles j’ai dit que je ne parlerai pas à Poutine maintenant est parce que nous nous trouvons en position de faiblesse à cause des actes de son administration, donc je ne lui parlerai pas pendant un moment mais ferai plutôt ceci. Je commencerai par reconstruire la VIème flotte 2, reconstruire l’armée, le programme de défense contre les missiles balistique en Pologne, juste sous son nez. Je mènerai des exercices militaires très agressifs dans les États baltes pour qu’il comprenne que nous sommes prêts à protéger nos alliés de l’Otan… Je placerai aussi quelques milliers de troupes supplémentaires en Allemagne, par pour entamer une guerre, mais juste pour être sûre que Poutine comprenne que les États-Unis d’Amérique se tiennent aux cotés de leurs alliés. Nous devons avoir une zone d’interdiction de vol en Syrie parce que la Russie ne doit surtout pas nous dire, à nous les États-Unis, où et quand nous avons le droit d’utiliser nos avions. Nous avons aussi quelques alliés arabes au Moyen-Orient qui savent qu’État Islamique est leur combat… mais ils doivent voir la détermination des États-Unis à diriger… Nous avons la plus forte armée de la planète et tout le monde doit bien le reconnaître. »

Puis Ben Carson rajouta sa couche : « Ce que nous devons vraiment reconnaître est que Poutine essaye d’exercer son influence à travers le Moyen-Orient. Cela va devenir sa base. Et nous devons nous y opposer de manière efficace… Ce que nous avons fait jusqu’à maintenant est inefficace mais nous ne pouvons pas abandonner le terrain. Nous devons observer cela à une échelle plus globale. Nous parlons de djihadistes globaux. Et leur souhait est de nous détruire, nous et notre mode de vie. On doit donc se demander comment les faire passer pour des perdants. Car c’est de cette manière qu’ils acquièrent une forte influence… Et je pense que pour qu’ils passent pour des perdants, nous devons détruire leur califat. Et si vous cherchez le meilleur endroit pour cela, et bien cela sera en Irak. Et si, aux alentours d’Anbar en Irak, il y a un grand champ de pétrole et bien retirons leur toute cette terre. Nous pouvons le faire, je pense, très facilement, je le sais de quelques généraux avec qui j’ai parlé. Puis, de là, nous continuerons à avancer. »

Le sénateur Marco Rubio y est allé de ses propres envolées en disant : « Je crois que le monde est plus fort et plus sûr lorsque les États-Unis sont la plus forte puissance militaire du monde… Je n’ai jamais rencontré Vladimir Poutine mais j’en sais assez à son sujet pour savoir que c’est un brigand. C’est simplement un parrain du crime organisé dirigeant un pays et contrôlant une économie valant 2 000 milliards de $. Il reconstruit son armée de manière très rapide bien que l’économie de son pays soit une catastrophe. Il ne comprend que la puissance géopolitique. Chaque fois qu’il a agi, quelque part dans le monde, que ce soit en Ukraine, ou avant en Géorgie, ou maintenant au Moyen-Orient, c’est parce qu’il croit en notre faiblesse… Nos alliés dans la région n’ont plus confiance en nous. Il n’y a qu’une démocratie libérale et pro-américaine au Moyen Orient, c’est l’état d’Israël. Et nous avons un président qui traite le premier ministre d’Israël avec moins de respect qu’il n’en montre à l’ayatollah d’Iran… Et nous y avons un intérêt particulier et voici pourquoi. Parce que tous ces groupes terroristes radicaux… Ils viennent vers nous. Ils recrutent des américains grâce aux réseaux sociaux. Et ils nous haïssent non seulement parce que nous soutenons Israël, ils nous haïssent à cause de nos valeurs. Ils nous haïssent parce que nos filles vont à l’école. Ils nous haïssent parce que les femmes conduisent aux États-Unis. »

Le Gouverneur John Kasich démontra pourquoi il aurait mieux valu qu’il reste dans l’Ohio en déclarant : « En Ukraine, armons les gens afin qu’ils puissent se battre par eux-mêmes. En Europe orientale, assurons-nous que la Finlande et les pays baltes sachent que si la Russie bouge, nous bougerons. En Syrie, oui, une zone d’interdiction de survol au nord, sur la frontière turque et au sud, à la frontière jordanienne. Quiconque y volant une première fois aura peut être une chance d’en sortir mais à la seconde fois, aucune… Dans les pays des états du Golfe de Bahreïn [sic ce n’est pas une erreur de traduction, NdT], la Clinique de Cleveland ouvre un centre d’opération. On voit vraiment les choses comme eux. Et en Israël, nous n’avons pas de meilleur allié dans le monde, ne les critiquons plus en public, nous devons les aider. »

Le gouverneur Jeb Bush, faisant son possible pour redonner un peu de lustre à sa campagne, rajouta : « Je dirais que la menace numéro un contre les États-Unis est le terrorisme islamique, et, pour revenir à la question au sujet de ce que nous faisons en Irak, eh bien si nous nous retirons, les vides se remplissent. C’est la leçon de l’histoire et, tristement, ce président ne croit pas en la capacité américaine à diriger le monde. Il n’y croit pas, et le résultat est que nous avons un califat de la taille de l’Indiana qui gagne chaque jour assez d’énergie pour aller recruter des américains jusque dans notre pays et cette menace pour la patrie vient du fait que nous n’avons pas su régler la question terroriste au Moyen-Orient lui-même. Nous devons donc avoir une zone d’interdiction de survol en Syrie. Nous devons aider ce qui reste de l’Armée Syrienne Libre et créer des zones sécurisées… Sans la main de fer américaine, chaque pays de la région n’en fait plus qu’à sa tète. Il est tragique de voir l’Irak, ainsi que d’autres pays maintenant, dialoguer avec la Russie. Il n’y pas si longtemps de cela, la Russie n’avait aucune influence dans cette région. Et, donc, les États-Unis doivent reprendre les choses en main. »

J’arrive presque à imaginer les gars et filles des différentes entités néoconservatrices comme la John Hay Initiative, la Fondation for Defense of Democracies et l’American Enterprise Institute ricanant pendant qu’ils interrogent les candidats républicains sur la politique étrangère. Quel régal d’avoir affaire à une bande de lobotomisés avec une curiosité intellectuelle digne d’un dinosaure faisant sagement la queue pour se faire bourrer le crâne de stupidités. Carly a gagné le prix de la langue la plus venimeuse dans son désir de faire la guerre. Elle est prête à tirer sur les russes, sur terre ou dans les airs. Pourquoi ? Pour que l’on puisse voler ou l’on veut.

Par contre, je pense que Ben Carson a gagné le prix de la stupidité avec son brillant plan pour détruire le Califat en leur retirant leur grand champ de pétrole. Rubio arrive juste derrière avec son assertion que Poutine n’est qu’un brigand et sa croyance à-la-Bush que les terroristes nous détestent à cause de nos valeurs qui permettent aux femmes d’aller à l’école et de conduire des voitures. Pendant ce temps Kasich considère la Clinique Cleveland comme un thermomètre de la civilisation. Quant à ce qu’a dit Jeb Bush, je défie quiconque d’y trouver un sens. Il a apparemment hérité du même don pour l’expression orale que son frère.

Et, bien sûr, cela ne fait pas de mal d’approuver Israël sans réserves puisqu’elle est la seule démocratie libérale pro américaine du Moyen Orient ainsi que notre meilleur alliée au monde. Amen.

C’est finalement Donald Trump qui donna un peu de sens à tout cela en disant que “…Si Poutine veut aller au moyen Orient pour casser la gueule à EI, je suis pour, à 100%, et je ne comprends pas comment certains peuvent être contre… Assad est un mauvais gars mais nous n’avons aucune idée de qui sont les soi-disant rebelles. Je lis sur ce sujet et personne ne sait vraiment qui ils sont. Donc je n’aime pas Assad. Qui aimerait Assad ? Mais nous n’avons pas la moindre idée de qui sont ces gens, de ce qu’ils vont devenir, de ce qu’ils vont représenter. Ils peuvent devenir pires qu’Assad. Regardez la Lybie. Regardez l’Irak. Regardez la pagaille dont nous héritons après avoir dépensé 2 000 milliards de $, perdu des milliers de vies, des blessés partout… »

Il y eut aussi quelques contestations de la part du sénateur Rand Paul qui prône une politique étrangère liée aux intérêts de la nation autant qu’aux moyens disponibles, mais la plupart des candidats ne cherchent qu’à se surpasser les uns les autres dans la diabolisation de la Russie et de Poutine, cherchant les mots les plus forts pour expliquer comment ils s’occuperaient de lui.

En fait, la volonté de combattre à la fois les russes et les perses est apparue plus d’une fois au cours de cette série de débat. Mais réfléchissez un moment au fait qu’une guerre contre un pays de puissance moyenne comme l’Iran sera tout sauf une promenade de santé, même si les choses se passent comme prévu et l’on sait déjà que dans la guerre rien ne se passe comme prévu. L’Iran possède une défense aérienne sophistiquée et des ressources navales suffisantes pour mettre la pagaille dans le détroit d’Hormuz. Un porte avion américain peut facilement y être détruit. Cela risque d’être une réédition des pires expériences irakiennes doublées des pires d’Afghanistan, vu la taille de l’Iran, son terrain, ses ressources et sa volonté de se défendre.

Mais l’Iran mise de côté, on retourne inévitablement à Moscou. Coincer la Russie de Poutine dans un coin ou elle sentira qu’elle doit frapper la première avec toutes ses ressources militaires disponibles, sans oublier ses armes nucléaires stratégiques, nous emmène à un niveau totalement différent où le terme catastrophique vient tout de suite à l’esprit. Même si la Russie se limitait à des cibles purement militaires, elle pourrait rapidement couler la tant vantée mais si vulnérable flotte de porte-avions et détruire les systèmes de communication dont dépend totalement l’armée moderne américaine. Un analyste militaire réputé pense même que l’armée russe est mieux préparée à combattre sur le terrain que ne l’est l’armée américaine qui coûte pourtant beaucoup plus. Cela ne devrait surprendre personne. Le colonel Douglas Mc Gregor prétend que l’armée américaine serait probablement détruite.

De nombreuses personnes à Washington poussant à la confrontation argumentent que Washington et Moscou se sont, en théorie, longtemps restreints à cause de ce qui est connu sous le nom de destruction mutuelle assurée, ce qui veut dire qu’une guerre nucléaire est impensable parce qu’elle détruirait les deux pays et même le monde. Mais il pourrait y avoir quelques excités dans les deux gouvernements qui pensent qu’un engagement limité puisse en fait rester sous contrôle tout en comprenant qu’en cas d’escalade nucléaire les villes peuvent facilement devenir des cibles prioritaires. Les candidats républicains s’amusent avec cette hypothèse, même s’ils n’ont pas totalement conscience de ce qu’elle implique.

En vérité, ce dangereux consensus à Washington qui dit que la Russie doit être confrontée et même déstabilisée est assez ahurissant, surtout parce qu’il est devenu un dogme pour les deux partis politiques et même pour de nombreux critiques de la guerre contre le terrorisme et de tous ses fruits empoisonnés. Et ce jeu dangereux avec un adversaire possédant l’arme nucléaire, comme l’observe le diplomate à la retraite William Polk, « nous rapproche toujours plus du moment où nous allons l’utiliser ». Il est difficile de comprendre comment nous en sommes arrivés là. La Russie ne fait rien d’autre que nous aider en Syrie et pourrait même négocier un règlement ; la situation en Ukraine et en Crimée est beaucoup moins manichéenne que celle que nous dépeignent les médias. La Russie ne menace pas les États-Unis ni l’Europe occidentale mais, en poussant assez fort et assez longtemps, un scénario cauchemardesque peut facilement apparaître, alimenté par la peur emmagasinée et le rude langage utilisé par une brochette de candidats aux présidentielles et leurs arrogants conseillers.

Philip Giraldi

Traduit par Wayan, édité par jj, relu par Literato pour le Saker Francophone

  1.  Lors du 4ème débat des primaires républicaines pour la présidentielle US en 2016
  2. en Méditerranée.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Donald Trump, l’histrion du Parti Républicain aux US, est un homme de bon sens

...Trump a commenté les attaques lancées par ses adversaires contre la Russie avec une simplicité et une clarté désarmante. «Si Poutine veut y aller et envoyer ISIS en enfer, je suis tout à fait pour, à cent pour cent, et je ne comprends pas que quelqu'un soit contre», a-t-il dit, ajoutant que l'attentat contre l'avion russe par des militants signifie «qu'il [Poutine] ne peut pas être amoureux de ces gens là. Il y va et nous pouvons y aller...»

«En ce qui concerne l'Ukraine, nous avons un groupe de pays, dont l'Allemagne, un mastodonte économique, pourquoi faisons-nous toujours le travail ?...»

Dmitry Minin

Par Dmitry MININ – Le 16 novembre 2015 – Source stratégic-culture

Le quatrième tour du débat des primaires pour le choix du candidat Républicain (GOP) à l’élection présidentielle de 2016 aux US a eu lieu le 10 novembre à Milwaukee. Toujours sur le même modèle – tous contre un.

Continuer la lecture de Donald Trump, l’histrion du Parti Républicain aux US, est un homme de bon sens

Résurrection de la gauche mondiale?


Immanuel Wallerstein
Immanuel Wallerstein

Par Immanuel Wallerstein – Le 1er octobre 2015 – Source iwallerstein.com

L’immense triomphe de Jeremy Corbyn, le 24 septembre, appelé à diriger le Parti travailliste de Grande-Bretagne était étonnant et totalement inattendu. Il est entré dans la course avec à peine assez de soutien pour figurer sur les bulletins de vote. Il a posé sa candidature sur la base d’une plateforme de gauche sans compromis. Et puis, confronté à trois candidats plus conventionnels, il a remporté 59.5% des suffrages dans une élection qui a eu un taux de participation inhabituellement élevé de 76%.

Continuer la lecture de Résurrection de la gauche mondiale?

Le départ d’Abbas changera-t-il quelque chose ?


Par Nadia Hijab et Alaa Tartir – Le 5 septembre 2015 – Source Ma’an News

AFP

Le Conseil national palestinien (CNP) doit se réunir ce mois-ci pour la première fois depuis 2009 pour accepter la démission de Mahmoud Abbas du poste de président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), avec plus de la moitié des 18 membres du Comité. Le PNC a bien sûr la possibilité de rejeter tout ou partie de la démission et, en tout cas, Abbas gardera plusieurs autres casquettes : il restera le chef de l’État, le président de l’Autorité palestinienne, le commandant en chef et le chef du parti Fatah. De plus, tous ceux qui ont démissionné sont libres de se représenter.

Les Palestiniens, qu’ils résident dans leur pays ou qu’ils soient en exil, ne savent pas s’ils doivent rire ou pleurer devant ce spectacle qui pourrait annoncer un processus de succession. Abbas, qui a 80 ans, semble avoir choisi Saeb Erekat, qui a lui-même un lourd record de démissions, pour s’occuper de la communauté internationale, et le chef du renseignement Majid Faraj pour contrôler les affaires intérieures.

Les documents palestiniens ont révélé qu’Erekat s’était plié en quatre pour satisfaire Israël, au point de largement abandonner le droit au retour des réfugiés dans leurs foyers et leurs terres. Quant à Faraj, il a stabilisé la Cisjordanie d’une main de fer et il supervise la haïssable collaboration sécuritaire avec Israël qui maintient les Palestiniens sous le joug de l’occupation. Quel que soit le Comité exécutif qui est élu (ou réélu) par la PNC, il est peu probable qu’il aura beaucoup d’influence dans ces domaines.

Où tout cela laisse-t-il le peuple palestinien dans sa quête de justice et de droits humains? Le paysage est sombre, même s’il y a quelques lueurs d’espoir.

Sur le front politique, le fossé entre les deux principales factions palestiniennes, le Fatah et le Hamas, se creuse de jour en jour. Le bruit court que le Hamas, qui n’est pas représenté au PNC, négocie un cessez-le feu à long terme avec Israël en dépit des démentis.

Au sein du Fatah lui-même, il y une lutte acharnée pour les plus hauts postes à l’approche de la septième assemblée générale prévue en novembre. On peut même craindre que les rivalités ne gagnent les rues et que les Palestiniens de Cisjordanie ne se retrouvent à se satisfaire d’un homme fort comme Faraj pour de simples raisons de sécurité.

Ces conflits internes handicapent la direction palestinienne et la rendent encore plus incapable de régler les nombreux problèmes rencontrés par les réfugiés palestiniens dans les pays arabes. Les réfugiés palestiniens de Syrie ne sont pas protégés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ne peuvent compter que sur ce que l’impécunieux Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA) peut leur fournir. Les réfugiés palestiniens dans le camp de Ain Al-Hilweh, le plus grand du Liban, fuient les combats acharnés entre le Fatah et un groupe islamiste.

Le désarroi politique des Palestiniens dont Abbas a la charge laisse la voie libre à Israël pour poursuivre sa colonisation incessante de la terre palestinienne. Le vol de terre par les colons juifs et la destruction de secteurs palestiniens sont coutumiers. Israël n’a aucun mal à balayer les protestations de l’Union européenne et des États-Unis.

La nomination de Danny Danon pour représenter Israël à l’Organisation des Nations Unies montre bien que l’extrême-droite gouvernementale israélienne se moque bien de ce que peut dire la communauté internationale. Danon prône l’annexion de «la plus grande partie» de la Cisjordanie «avec le minimum de Palestiniens».

Il est difficile de voir quelle différence le plan de succession d’Abbas fera pour la protection des Palestiniens ou l’exercice de leurs droits. Les Palestiniens ont fait beaucoup de sacrifices pour que l’OLP soit reconnue comme leur seul représentant légitime. La légitimité de l’OLP, cependant, a été sérieusement ébranlée depuis que Yasser Arafat a signé les accords d’Oslo avec Israël. Sous le mandat de M. Abbas, la représentativité de l’OLP s’est réduite à des enclaves disloqués en Cisjordanie, où les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont servi de sous-traitant à Israël et favorisé son projet de colonisation illégale.

Il y a néanmoins quelques lueurs d’espoir. Les citoyens palestiniens d’Israël en offrent une. La façon dont ils ont surmonté leurs différences pour devenir le troisième plus grand parti aux élections israéliennes de mars dernier sous un leadership intelligent, sage et unifié devrait être un modèle pour le reste du peuple palestinien.

La société civile palestinienne en offre une autre : elle s’est relevée encore et encore de ses cendres avec détermination et créativité. Le Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS) palestinien, qui a été institué il y a 10 ans, a contribué à consolider et à développer les actions dispersées de boycott et de désinvestissement aux États-Unis et en Europe. Il a mis les partisans d’Israël aux États-Unis sur la défensive et les a forcés à dépenser des millions pour contrer la lutte non violente des Palestiniens pour leurs droits.

Pourtant, il y a des limites à ce que la société civile peut faire. À l’heure actuelle, elle est assez forte pour contribuer à empêcher que les droits des Palestiniens ne soient laminés dans un accord avec Israël. Plus important encore, elle peut garder la flamme allumée jusqu’à ce qu’il y ait un renouveau significatif du corps politique. Les Palestiniens savent que, plus que toute autre chose, ils doivent recréer des institutions représentatives qui englobent Gaza assiégée et martyrisée et la Cisjordanie, les réfugiés dispersés à travers le monde arabe et les exilés désireux de rentrer à la maison.

Nadia Hijab et Alaa Tartir sont, respectivement, directeur exécutif et directeur de programme d’Al-Shabaka : Le Réseau politique palestinien.

Traduction : Dominique Muselet

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Mieux connaître SYRIZA, origine, ascension, stratégie


Par Alex Moumbaris – Le 2 septembre 2015

En parlant de SYRIZA et de sa stratégie

Historique des composantes de SYRIZA par date d’intégration

En 2004 : Ανανεωτική Κομμουνιστική Οικολογική Αριστερά (AKOA) [Gauche novatrice communiste écologique] eurocommunistes, écologistes; Διεθνιστική Εργατική Αριστερά (ΔΕΑ) [Gauche internationaliste ouvrière] trotskistes; Ενεργοί Πολίτες [Citoyens actifs] gauchistes (démocratiques, patriotiques); Κίνηση για την Ενότητα Δράσης της Αριστεράς (ΚΕΔΑ) [Mouvement pour l’union de l’action de la gauche] communistes (unionistes), gauchistes; Κόκκινο [Rouge] trotskistes; Συνασπισμός της Αριστεράς των Κινημάτων και της Οικολογίας (ΣΥΝ) [Rassemblement de la gauche des mouvements et de l’écologie] eurocommunistes (marxistes).

Continuer la lecture de Mieux connaître SYRIZA, origine, ascension, stratégie

La corruption de la nation américaine, propos d’un orfèvre en la matière


Newt Gingrich, est un membre éminent de l’establishment étasunien, il appartient au Parti Républicain, il a été président de la Chambre des Représentants de 1995 à 1999 et candidat à la présidentielle aux États-Unis en 2012.

«...Notre forme de gouvernement permet aujourd'hui la révolution par les urnes plutôt que sur le champ de bataille. Mais néanmoins, le message pour nos élites politiques est aujourd'hui le même qu'il était en 1776 : ils ignorent le mépris du peuple à leurs risques et périls.» Newt Gingrich

Par Newt Gingrich – Le 25 août 2015 – Source washingtontimes.com

Ceci est le troisième article dans ma série sur la corruption.

Dans le premier, j’ai suggéré que 75% pourrait être le chiffre le plus important dans la politique américaine. Il s’agit du pourcentage d’Américains qui déclarent dans un sondage Gallup mondial que la corruption est très répandue dans leur gouvernement. Compte tenu de ce niveau extraordinaire de mépris pour les élites politiques et administratives américaines, il n’est pas étonnant que des outsiders qui ne font pas partie de l’establishment comme Donald Trump, Ben Carson, et Bernie Sanders attirent autant de monde dans la course aux nominations pour la présidentielle.

Continuer la lecture de La corruption de la nation américaine, propos d’un orfèvre en la matière

Comprendre la Corbynmania en Grande-Bretagne


La possibilité de l’accès de l’ancien militant socialiste Jeremy Corbyn au poste de leader du Parti travailliste en Grande-Bretagne rend hystérique l’establishment britannique


Alexander Mercouris
Alexander Mercouris

Par Alexander Mercouris – Le 20 août 2015 -–Source sputniknews

 On a remarqué un déluge d’incrédulité, de récriminations, et d’éditoriaux féroces dans les principaux journaux britanniques ainsi que des dénonciations de Corbyn par un grand nombre de commentateurs. Les hiérarques du Parti travailliste ont émis des avertissements terribles annonçant que le Parti travailliste risquait de disparaître si Corbyn était élu.

Continuer la lecture de Comprendre la Corbynmania en Grande-Bretagne

Élection US 2017 – Donald Trump domine Républicains et Démocrates, l’Establishment panique


Par Robert Bridge – Le 23 juillet 2015 – Source Russia Today

Donald Trump, le magnat milliardaire de l’immobilier qui jeta son nom de marque célèbre dans la course à la présidentielle 2016, s’est lui-même catapulté au sommet du tas de fumier des politiciens états-uniens en frappant un nerf sensible chez les électeurs désenchantés.

Continuer la lecture de Élection US 2017 – Donald Trump domine Républicains et Démocrates, l’Establishment panique

Grèce : tous aux abris. Victoria Nuland rôde


Les États-Unis et l’Allemagne sont prêts à concevoir un coup d’État en Grèce pour garder cet atout stratégique sur le flanc sud-est vulnérable de l’Otan. L’experte en coups d’État Victoria Nuland est en mission.


 

Par Kurt Nimmo – Le 6 juillet 2015 – Source infowars.com

Crédit photo : Voice of America

«Un putsch à Athènes pour sauver l’allié grec de l’ennemi russe est en préparation par les États-Unis et l’Allemagne, avec le soutien des exemptés fiscaux de la Grèce – les oligarques, les armateurs anglo-grecs, et l’Église orthodoxe grecque», écrit John Helmer, le seul correspondant étranger en Russie, indépendant des médias système, en poste depuis si longtemps.

Continuer la lecture de Grèce : tous aux abris. Victoria Nuland rôde