Donald Trump, l’histrion du Parti Républicain aux US, est un homme de bon sens

...Trump a commenté les attaques lancées par ses adversaires contre la Russie avec une simplicité et une clarté désarmante. «Si Poutine veut y aller et envoyer ISIS en enfer, je suis tout à fait pour, à cent pour cent, et je ne comprends pas que quelqu'un soit contre», a-t-il dit, ajoutant que l'attentat contre l'avion russe par des militants signifie «qu'il [Poutine] ne peut pas être amoureux de ces gens là. Il y va et nous pouvons y aller...»

«En ce qui concerne l'Ukraine, nous avons un groupe de pays, dont l'Allemagne, un mastodonte économique, pourquoi faisons-nous toujours le travail ?...»

Dmitry Minin

Par Dmitry MININ – Le 16 novembre 2015 – Source stratégic-culture

Le quatrième tour du débat des primaires pour le choix du candidat Républicain (GOP) à l’élection présidentielle de 2016 aux US a eu lieu le 10 novembre à Milwaukee. Toujours sur le même modèle – tous contre un.

Donald Trump, qui avait été favori jusqu’à récemment, a dû repousser une attaque groupée des autres candidats, à l’exception peut-être du sénateur Rand Paul, qui est sur le point de quitter la course avec un soutien de 1 – 2%.

Le neurochirurgien retraité Ben Carson est en train de rattraper Trump. Les deux sont en tête parmi les électeurs de la primaire du GOP avec environ 29%. Cela ne rend pas la vie meilleure pour la direction du parti. Carson n’est pas un homme de l’establishment. Il a une chance minime de gagner l’investiture et devenir le deuxième président afro-américain de suite. Jeb Bush, le principal candidat de l’establishment, reste coincé à 3 – 5%. Marco Rubio soutenu par l’aile droite des Républicains collée à la ligne dure ne peut pas se rapprocher des leaders avec un soutien de 10 – 12%.

Cette fois ci, l’attitude envers la Russie était l’un des principaux sujets dans le contexte des événements en Syrie. L’ancien gouverneur de Floride Jeb Bush a donné le ton préconisant une zone d’exclusion aérienne en Syrie et une augmentation du soutien aux rebelles pro-occidentaux. Peut-être, voulait-il parler de l’Armée syrienne libre, qui fuit actuellement la ligne de front. Le Pentagone refuse obstinément de partager ses informations sur la localisation de ces formations avec l’état-major général des Forces armées russes. Jeb Bush a appelé à la création de zones de sécurité pour elles sur le terrain sans préciser où doivent être situées exactement ces zones. Sur la Russie, Jeb Bush a déclaré qu’il était tragique que le gouvernement irakien ait eu des entretiens avec la Russie et qu ‘«Après tout, il n’y a pas si longtemps, la Russie n’avait aucune influence dans la région». Il a appelé à restaurer le leadership américain partout. Jeb Bush voulait évidemment dire que pendant les mandats des deux présidents de la famille Bush, personne au Moyen-Orient ne pipait mot sans le consentement de Washington. Jeb Bush voulait envoyer le message qu’il resterait fidèle aux traditions de la famille. Pendant de nombreuses années, les administrations des deux parties ont mis en œuvre des politiques qui ont conduit à une impasse au Moyen-Orient. État islamique, le mal principal qui menace la région, a été élevé et nourri par les États-Unis. D’une certaine manière, ce fait a échappé à l’attention de Jeb Bush. Quels sont les objectifs des activités de la Russie en Syrie, qui est responsable pour les fautes et les échecs qu’elle tente de corriger ? Bush ne s’en soucie pas. Selon lui, la chose principale est d’empêcher la Russie de gagner du terrain au Moyen-Orient.

Carly Fiorina, l’ancienne directrice générale de Hewlett Packard, a déclaré la même chose. Elle a appuyé l’idée de mettre en place une zone d’exclusion aérienne en Syrie.

Carly Fiorina

«Nous devons avoir une zone d’exclusion aérienne en Syrie parce que la Russie ne peut pas dire aux États-Unis d’Amérique où et quand peuvent voler nos avions», a noté Fiorina. Les Forces aérospatiales russes, contrairement à l’US Air Force, sont venues en Syrie à l’invitation du gouvernement légal syrien. La déclaration de Fiorina avait-elle pour objet de rendre ce fait non pertinent ? Fiorina a également appelé à une présence militaire accrue en Europe pour dissuader la Russie. Elle veut que les États-Unis suspendent les contacts avec le président Poutine. «Je ne voudrais pas lui parler pendant un certain temps», a déclaré Fiorina au cours du débat. «Mais je voudrais commencer à reconstruire la sixième flotte et le programme de défense antimissile en Pologne juste sous son nez, je voudrais mener des exercices militaires très agressifs dans les États baltes, afin qu’il comprenne que nous allons protéger nos alliés de l’Otan et les autres qui le voudraient et je mettrais également quelques milliers de troupes en Allemagne, non pas pour commencer une guerre, mais pour m’assurer que Poutine comprenne la volonté des États-Unis de se tenir aux côtés de ses alliés ».

 

Le sénateur Rand Paul a trouvé l’idée naïve et potentiellement dangereuse avant que Fiorina ne le coupe. Il a dit que cette approche ne donnera certainement pas à la Russie l’envie d’engager le dialogue avec l’Amérique, alors que les États-Unis auront toujours besoin de parler avec Moscou. «Si vous pensez que c’est une bonne idée d’avoir une zone d’exclusion aérienne sur l’Irak, comprenez que cela signifie que nous allons abattre des avions russes. Si vous êtes prête pour cela, soyez également prête à envoyer vos fils et filles dans une autre guerre en Irak», a averti Paul.

Ben Carson a parlé clairement, sans émotions. Il s’est rangé à la majorité en disant en termes généraux qu’il était d’accord avec l’idée que les États-Unis devraient prendre une position plus ferme envers la Russie.

Marco Rubio, le premier faucon Républicain, n’a pas mâché ses mots. Il a affirmé que le régime de la Russie est criminel. Selon lui, il est dirigé par des gangsters. Peut-être, ces comparaisons proviennent-elles de souvenirs de sa jeunesse – les années qu’il a passées [avec des cubains, NdT] dans les rues de Miami, sa ville natale. Il a plaidé ardemment pour une politique étrangère plus agressive, accusant la Russie d’exploiter la faiblesse américaine au Moyen-Orient. Rubio a déclaré que la Russie voulait prendre la place des États-Unis comme la force la plus influente au Moyen-Orient.

Pour résumer, tous les candidats ont appelé au maintien du leadership américain. Ils ne disent rien de substantiel. En quoi les États-Unis et le reste du monde ont-ils besoin de ce leadership s’il ne fait que mener à des dépenses excessives d’énergie et au chaos national dans le monde entier ? Cela ressemble à un aveuglement collectif.

Donald Trump est loin d’être un spécialiste averti dans les affaires internationales. Il lui est souvent reproché de ne pas connaître certains faits et de refuser les conseils de personnes ayant un niveau élevé de connaissances dans le domaine. Son équipe ne contient pas de gourous de la politique étrangère – les gens connus pour passer d’une équipe de campagne à l’autre. Pour cette raison, il n’est pas apprécié par la communauté des experts. Ils l’asticotent facilement à cause de ses erreurs et de ses lapsus. Ils ne manquent jamais une occasion de lui poser des questions tordues.

On dirait que Trump ignore les experts sur les affaires internationales à dessein. Peut-être se rend-il compte qu’ils sont inutiles. La seule chose qu’ils font est de toujours pincer les mêmes cordes de la harpe, répétant obstinément le slogan de la nécessité de maintenir le soi-disant leadership partout dans le monde et dans tous les domaines. Mais Trump dévoile autre chose – un sens commun et une ouverture exceptionnels au dialogue.

Trump a commenté les attaques lancées par ses adversaires contre la Russie avec une simplicité et une clarté désarmante . «Si Poutine veut y aller et envoyer ISIS en enfer, je suis tout à fait pour, à cent pour cent, et je ne comprends pas que quelqu’un soit contre», a-t-il dit, ajoutant que l’attentat contre l’avion russe par des militants islamistes signifie «qu’il [Poutine] ne peut pas être amoureux de ces gens là. Il y va et nous pouvons y aller».

Trump a annoncé qu’il voulait voir l’Union européenne jouer un plus grand rôle dans la gestion du conflit en Ukraine. «En ce qui concerne l’Ukraine, nous avons un groupe de pays, dont l’Allemagne, un mastodonte économique, pourquoi faisons-nous toujours le travail ?»

En d’autres termes, il ne voit pas la situation en Ukraine comme une raison justifiant les relations tendues avec la Russie. C’est un homme d’affaires pragmatique. Selon sa vision, les États-Unis cèdent progressivement leurs positions dans leur compétition avec la Chine et que cela constitue le problème majeur de la politique internationale.

Certes, Trump est pour de leadership américain dans le monde, mais il croit que ce leadership doit être maintenu comme une conséquence de la compétitivité économique, non pas d’un combat ultime ou de l’adhésion aux dogmes  de «La glorieuse Cité sur la Colline» ou «Le phare de l’Humanité», etc…

Trump se trouve être la seule personne sensée parmi tous les candidats à la présidence du GOP.

Juste après le débat, la machine de propagande républicaine a commencé à répandre une vision selon laquelle, finalement, le vent avait tourné en faveur de Jeb Bush car il avait gagné le débat, mettant en scène un retour extraordinaire pour faire entrer la course à la nomination du GOP dans sa phase décisive. Il est difficile de comprendre à qui ce message est destiné. Il n’y a rien pour corroborer cette affirmation. En fait, il n’y a rien d’autre que l’auto-intoxication trompeuse. Il n’est pas étonnant que les dirigeants républicains aient occultée la révolution anti-establishment dans leurs rangs.

Le Wall Street Journal était un sponsor de l’événement. Il a indiqué que parmi les électeurs du GOP, Trump a été déclaré vainqueur par 28% des sondés, avec 23% pour Rubio, Cruz suivant avec 16%, tandis que Carson avait 14%. Rand Paul n’a été nommé vainqueur que par 7% des téléspectateurs, ce qui n’est pas un mauvais résultat pour lui. Jeb Bush a seulement récolté 3%. Un retour très douteux !

Le bon sens prévaut encore sur le dogme de la Grande Puissance parmi les électeurs républicains. Pour combien de temps ?

Dmitry Minin

Traduit et édité par jj, relu par Literato pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF