La Syrie va-t-elle connaitre le destin de la Libye, pays qui n’existe plus ?

Préambule

Lorsque l’équipe de France de football gagne un match le pays entier se sent fier, mais lorsqu’une décision politique du gouvernement français a des effets catastrophiques personne ne se sent responsable. De plus les deux principaux instigateurs de la catastrophe libyenne, BHL et Sarkozy, continuent impunément à se promener sur les plateaux télévisés, où les journalistes ne les confrontent jamais à leurs erreurs criminelles ; l’un deux a même le toupet de briguer de nouveau l’investiture suprême sans rencontrer beaucoup de résistance. La France et les Français ne connaissent-ils donc pas la honte ? Le peuple français est-il donc si complice ? Ou alors est-il, tel un junkie, complètement déconnecté de la réalité et totalement apathique ?

Le Saker Francophone

Le 8 décembre 2015 – Source sputniknews

Students march in Green Square in Tripoli, Libya in 1986
© AP Photo/ John Redman

La Libye, largement décrite par des médias complices comme étant la dictature militaire de Kadhafi, a été détruite avec succès en 2011 pour préparer le chemin vers une vraie démocratie. Alors que maintenant les mêmes médias demandent à ce que le président Assad de Syrie soit renversé lui aussi, jetons un coup d’œil à ce que la Libye a perdu et qu’elle n’aura plus.

Islamic state. Libya
ISIS s’approche de l’Europe en s’installant en Libye

Contrairement à la croyance populaire, la Libye, que les médias décrivaient comme la dictature militaire de Kadhafi, était en réalité le pays le plus prospère d’Afrique.

Selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), avant la campagne de bombardement occidentale en 2011, elle avait l’index de développement humain le plus élevé, le PIB par habitant le plus élevé, le taux de mortalité infantile le plus bas et celui d’espérance de vie le plus haut de toute l’Afrique.

Selon un rapport du PNUD de 2010, l’espérance de vie à la naissance était de 74,5 ans, le taux d’alphabétisation adulte de 88,4%, le taux brut de scolarisation de 94,1%, faisant de la Libye un pays à haut niveau de développement humain dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique.

A woman mourns for the Egyptian Coptic Christians captured in Libya and killed by militants affiliated with the Islamic State group, outside of the Virgin Mary church in the village of el-Aour, near Minya, 220 kilometers (135 miles) south of Cairo, Egypt, Monday, Feb. 16, 2015
Une femme pleure la mort des chrétiens coptes tués par EI en Libye de el -Aour le 16 février 2015

«Pendant le bombardement de la Libye par l’OTAN, les journaux occidentaux ont oublié, de manière bien commode, de mentionner que les Nations Unies venaient  de terminer un long dossier louant les réalisations de M. Kadhafi dans le domaine des droits humains», écrit le professeur Garikai Chengu, un professeur spécialiste du Moyen-Orient a l’université de Harvard, dans un article de Foreign Policy Magazine datant de 2013.

«Le rapport des Nations Unies louait la Libye pour son amélioration de la protection juridique de ses citoyens, faisant des droits de l’homme une priorité, améliorant les droits des femmes, l’accès à l’éducation et à la propriété foncière. Durant l’ère Kadhafi l’accès à la propriété foncière était considéré comme un droit humain. En conséquence il n’y avait quasiment pas de personne sans toit ou dormant sous les ponts», ajoute-t-il.

Libyan military soldiers check on an area asLibyan military soldiers check on an area as they battle with Islamic extremist militias in Benghazi, Libya, Thursday, Oct. 30, 2014.  they battle with Islamic extremist militias in Benghazi, Libya, Thursday, Oct. 30, 2014.
Des militaires libyens en lutte contre les extrémistes islamistes à Benghazi © AP PHOTO/ MOHAMMED EL-SHEIKHY

Et le nombre de gens vivant dans la pauvreté y était plus faible qu’aux Pays-Bas.

«Combien de maisons et de ponts libyens ont été détruits par les bombardements de l’Otan ?», se demande alors l’auteur.

 

Libyan women raise red cards during a protest against the national unity government proposed by United Nations envoy Bernardino Leon on October 9, 2015 in Tripoli's central Martyrs Square.
Des femmes libyennes protestent à Tripoli en octobre 2015 contre le gouvernement proposé par les Nations Unies

Un domaine où le conseil des Nations Unies pour les droits humains a particulièrement loué Kadhafi a été celui des droits des  femmes, précise-t-il. «A la différence de nombreuses autres nations du monde arabe, les femmes en Libye avait le droit à l’éducation, le droit de travailler, de divorcer, d’être propriétaire et d’avoir un revenu.»

«Une des premières lois mises en place par Kadhafi dès 1970 a été celle qui garantissait un salaire égal pour un travail égal, seulement quelques années après qu’une même loi soit passée aux États-Unis.»

«De plus, les mères libyennes au travail bénéficiaient d’avantages spéciaux tels que des primes pour chaque enfant, des garderies gratuites, des centres de soins gratuits et la retraite à 55 ans.»

L’éducation dans la Libye de Kadhafi

«Dans la Libye de Kadhafi, l’éducation était un droit humain et était gratuite pour tout les Libyens. Si un Libyen ne trouvait pas de travail après avoir obtenu son diplôme, l’État lui versait l’équivalent d’un salaire moyen de sa profession», nous explique Chengu.

«N’est ce pas ironique que les États-Unis aient bombardé la Libye pour soi-disant répandre la démocratie alors que précisément l’éducation devient de plus en plus un privilège en Amérique, n’est plus un droit, et se termine le plus souvent par un fort endettement ?» se questionne-t-il.

Si un enfant talentueux du pays le plus riche du monde ne peut se permettre d’aller dans les meilleures écoles, nous explique-t-il, alors la société a manqué à son devoir vis-à-vis de cet enfant. En fait, pour la jeunesse du monde entier, l’éducation est un passeport pour la liberté. Donc un pays qui fait payer cher un tel passeport n’est libre que pour les riches, pas pour les pauvres.

Les Libyens ne profitaient pas seulement d‘une éducation et d’un système de santé gratuits, ajoute l’auteur, ils bénéficiaient aussi de l’électricité gratuite et de prêts à taux zéro. Le prix de l’essence tournait autour de 0,14$ le litre et 40 miches de pain coûtaient 0,15$ seulement.

Avec ces chiffres en tête, voici quelques extraits du rapport sur la Libye de Human Right Watch en 2015, qui montre clairement comment ce pays autrefois prospère a sombré dans le chaos.

«Les combats ont causé d’immenses destructions de propriétés, de civils blessés ou morts. Environ 400 000 personnes ont été déplacées dont 100 000 résidents de Tripoli. Plus de 150 000 personnes, dont les étrangers, ont fui le pays. La plupart des ambassades étrangères, les Nations Unies, la Croix-Rouge internationale et les autres agences internationales ont retiré leurs employés et fermé leurs missions en juillet», selon ce rapport.

«Les milices attaquent, menacent, assaillent ou détiennent arbitrairement les journalistes, les juges, les activistes, les politiciens et les citoyens ordinaires en toute impunité. Le manque de protection pour le système judiciaire a entrainé la disparition quasi-totale de la justice dans des villes comme Tripoli, Benghazi, Sebha et Derna.»

«Le manque de contrôle aux frontières et les combats entre tribus ont aggravé la situation sécuritaire, permettant trafic d’humains, de drogues et d’armes en continu à travers les frontières avec le Tchad, le Soudan, l’Égypte et l’Algérie.»

«Le système judiciaire libyen a subi de sérieux revers. Les milices attaquent les juges, les procureurs, les avocats et les témoins, entrainant la fermeture des tribunaux et des bureaux de procureurs à Benghazi, Derna, Sirte et Sebha et le quasi effondrement du système judiciaire. Le ministère de la justice à Tripoli a fermé en juillet à cause des combats.»

«A cause de l’effondrement de la loi et de l’ordre, et du climat d’impunité régnant, les femmes continuent à souffrir de discrimination. Des groupes armés imposent des restrictions aux femmes basées sur leurs croyances idéologiques. Des gardes harassent les étudiantes des universités de Tripoli qui refusent de porter le voile. D’autres sont harcelées alors qu’elles essayent de sortir de Libye sans un gardien masculin

Un nombre record de migrants et de demandeurs d’asile s’embarquent dans une périlleuse traversée de la Libye vers l’Europe, dont 60 000 ont atteint l’Italie rien qu’en 2014. Les opérations de sauvetage de la marine italienne, Mare Nostrum, ont sauvé environ 100 000 personnes embarquées sur des bateaux inadaptés, mais au moins 3 000 personnes ont péri en mer.

Le professeur Garikai Chengu fait remarquer que l’Occident a démontré que des marchés totalement dérégulés et des élections authentiquement libres ne peuvent cohabiter

«L’avidité organisée gagne toujours contre des démocraties désorganisées. Comment le capitalisme et la démocratie peuvent-ils cohabiter alors que le premier concentre richesse et pouvoir dans les mains de quelques uns pendant que la deuxième cherche à répartir richesse et pouvoir entre tous ?»

Donc, s’il n’est pas trop tard, les États-Unis devraient laisser la Syrie tranquille pour qu’elle puisse décider elle-même comment répartir le pouvoir économique parmi les démunis plutôt qu’entre quelques privilégiés.

Muammar Gaddafi
Syrte était la ville d’origine de Khadaffi. Il a été assassiné par l’Otan en 2011

Traduit par Wayan, édité par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Le passé rattrape-t-il
le présent ? Témoignage d’une algérienne

Note du Saker Francophone

Nous vous proposons un texte, en fait un témoignage, écrit par une algérienne, exilée, qui a vécu son enfance en Algérie avant de devoir en partir au cours de la guerre civile des années 90. Nous avons suggéré l'écriture de ce texte à l'auteur, après un échange autour des vidéos d'un autre Algérien, Aldo Sterone, qui commente l'actualité, l'histoire de son pays et sa vision des religions sur YouTube.

Le cadre implicite de cet échange est de comprendre comment la situation a pu basculer en Algérie, quel parallèle peut-on faire avec la France de 2015 ? Y-a-t-il lieu d'en faire un d'ailleurs ? Et que pensent les musulmans modérés, que tout le monde prétend faire parler sans que jamais on ne les entende ?

Afficher l'image d'origine

J’ai visionné quelques vidéos sur YouTube d’un homme [Aldo Sterone, NdT] qui parle de l’Islam, de ses différents courants qui s’affrontent et qui expliqueraient ses excès. Je n’adhère pas vraiment, je crois qu’il se trompe de débat. Il donne pas mal d’exemples vécus qui lui sont arrivés. Je lis aussi pas mal d’articles publiés sur votre blog [lesakerfrancophone.net, NdT], et j’ai envie d’écrire parce qu’il me faut dire les choses telles qu’elles se sont passées pour moi, alors voici quelques exemples au sujet de l’Algérie de la fin des années 70, puis ensuite après 1988.

Continuer la lecture de Le passé rattrape-t-il
le présent ? Témoignage d’une algérienne

Much loved – le film : qui sont les hypocrites ?


Par Rosa Llorens – Le 6 octobre 2015

La cause semble entendue : Nabil Ayouch est un cinéaste courageux, qui a fait un film magnifique, qui brise les tabous, ce qui lui attire la haine des fanatiques. Une avalanche de critiques dégoulinantes de beaux sentiments et nobles principes s’est ainsi déversée sur Much loved.

Une scène typique des films sur la prostitution: femmes entre elles, loin des violences masculines. Photo: Festival de Cannes

Continuer la lecture de Much loved – le film : qui sont les hypocrites ?

Un fils du colonel Kadhafi sera t-il le futur chef de l’État libyen?


Par Bernard Lugan – Le 24 septembre 2015 – Source bernardlugan

Le 14 septembre 2015, un coup de tonnerre a retenti dans le ciel serein des certitudes démocratiques européocentrées quand le Conseil suprême des tribus de Libye a désigné Seif al-Islam Kadhafi comme son représentant légal. Désormais, voilà donc un fils du défunt colonel seul habilité à parler au nom des vraies forces vives de Libye…

Continuer la lecture de Un fils du colonel Kadhafi sera t-il le futur chef de l’État libyen?

Nous venons en amis – Le film

Le cauchemar au Soudan du Sud


Par Rosa Llorens – Le 19 septembre 2015

Crédit Kevin Carter

Après Le Cauchemar de Darwin en 2006, Hubert Sauper continue son voyage autour du Nil blanc : de Tanzanie (où se trouve le fameux Lac Victoria sinistré par l’élevage des perches du Nil), il passe, un peu plus au nord, au Soudan du Sud, pour poursuivre sa dénonciation des effets meurtriers de la mondialisation.

Continuer la lecture de Nous venons en amis – Le film

Le cauchemar au Soudan du Sud

L’occasion manquée de l’Arche de Poutine


Poutine aurait dû accepter les navires Mistral désarmés pour ensuite les utiliser au transport des Libyens, des Syriens, des Yéménites et des Somalis, frappés par les guerres états-uniennes, jusqu’à Kaliningrad, l’enclave de la Russie au cœur de l’Europe.


 

Par Phil Butler – Le 3 août 2015 – Source Russia Insider

Soulager le chaos provoqué par les drones US, le Big Business du pétrole et les néocons de Washington

L’information selon laquelle la Russie obtiendra maintenant un dédommagement pour l’échec du contrat d’achat de deux navires de guerre Mistral révèle une immense occasion manquée. En effet, le président Vladimir Poutine a peut-être laissé passer une occasion de détente de proportions bibliques. Ce qui suit est un article rédigé à partir des encouragements de mon collègue néerlandais, l’alternative de l’Arche de Poutine. Transformer deux navires de guerre médiocres en instruments de miséricorde pourrait bientôt devenir le modèle d’une nouvelle stratégie politique connue comme machiavélisme humanitaire, et cela à grande échelle.

Continuer la lecture de L’occasion manquée de l’Arche de Poutine

L’Ukraine c’est l’Europe


Par le Saker original – Le 22 juin 2015 – Source : thesaker.is

Європа – це Україна !
Envisagent-ils de nous traiter quelque peu avec respect ?
Il peuvent astiquer leurs médailles, aiguiser leurs sourires,
nous amuser et nous distraire avec leurs jeux universels ;
Boom Boom, Bang , Bang, tu tombes et tu est mort.
Roger Waters

Les Maïdanites ont leur grand slogan “Україна – це Європа!”, «l’Ukraine c’est l’Europe». C’est un peu court, emphatique, et c’est largement inapproprié – même si cela a rassemblé avec succès. Comme prévu, il a fallu moins d’un an aux Ukronazis pour montrer au Monde ce que cela représentait en terme de violence, de corruption, de droits humains, d’organisation sociale et de culture, etc… L’Ukraine est beaucoup plus une sorte d’État africain failli que n’importe quel pays européen, et il serait bien plus approprié de dire : «L’Ukraine c’est l’Afrique». [Note du Saker: Après le passage de l’occident … ]

The Ukraine is Africa!

Aussi le slogan : “Україна – це Європа!” est-il l’antithèse de la vérité, particulièrement si on creuse un peu autour.

Європа – це Україна !

Réfléchissons à ce que la guerre civile ukrainienne démontre au sujet de l’Europe.

Elle a démontré que l’UE est une colonie US sans volonté et sans voix, dépourvue de toute politique étrangère originale. Que ses dirigeants ne sont pas moins corrompus que ne le sont les politiciens Ukrainiens, (Et je ne suis pas sûr que les uns soient plus chers que les autres à acheter.) La crise a aussi démontré qu’il n’y a qu’une faible marge de respectabilité dans leur usage systématique des doubles standards. Sur ma vie, je ne pense pas qu’il y ait plus de raisons de traiter Porochenko, Bokassa, ou Mobutu de plus corrompus ou sans valeur morale que Merkel, Hollande, ou Cameron.

Les politiques européens sont montés au front pour défendre les droits supposés des homosexuels, mais quand de vrais Nazis utilisent des armes de guerre contre des villes entières (y compris des armes chimiques et des missiles balistiques), les nobles européens regardent ailleurs ou fournissent aux Nazis plus d’argent, d’armes, et de mercenaires.

De nombreux hommes politiques russes ont rapporté que lors de leurs conversations privées avec des diplomates européens, ces derniers ont maintes fois admis qu’ils comprenaient complètement la position de la Russie, mais qu’ils ne pouvaient pas le dire ouvertement. Ainsi, ils savent, mais soutiennent le mauvais côté.

Ensuite, il est devenu progressivement clair que la bureaucratie européenne ne s’inquiète pas de ce que peut penser la majorité des Européens sur la Russie, et pas seulement au sujet de l’Ukraine. Aussi sur la Grèce ou l’expansion européenne en Europe centrale. En fait, les élites compradores de l’UE ne traitent pas leurs propres peuples avec plus de précautions qu’il ne le font avec leurs supposés principes. Depuis des années, l’Union européenne a adopté des lois et des règles qui s’opposent catégoriquement aux intérêts objectifs et à la volonté de la majorité des Européens; et elle continue à agir de même aujourd’hui.

Bien qu’ils n’aient certainement pas été des saints, les anciens dirigeants européens (de Gaulle, Mitterrand, Schmidt, ou même Thatcher), avaient au moins leur propre vision politique et n’étaient pas des marionnettes manipulées par la Maison Blanche. Je soutiens aujourd’hui que les leaders de l’UE ne sont pas moins les marionnettes des USA que Porochenko.

Il est réellement merveilleux pour moi de voir que les mêmes Européens qui ont l’arrogance et le culot de dire à la Russie que le futur de l’Ukraine n’est pas son affaire (c’est, textuellement, ce qu’ils déclarent), acceptent aussi que, dans le futur, l’Ukraine soit totalement contrôlée par les USA.

En plus, comme leurs homologues ukrainiens, les politiques européens ont apparemment perdu tout espoir de garder un quelconque respect de la part de leurs propres peuples : en Europe, de même qu’en Ukraine, l’autorité de l’État est basée sur leur pouvoir, alors qu’en Russie le pouvoir de Poutine est basé sur son autorité.

Finalement, de même qu’en Ukraine la partie sud du pays est entrée en résistance, et quand c’est possible en révolte, de même dans l’UE verrons-nous une zone de révolte de l’Espagne à la Grèce.

En effet, l’UE est immensément plus riche que l’actuelle Ukraine dévastée.

Mais c’est écrit sur les murs : l’Ukraine est devenue l’Afrique et l’Union européenne est en train de devenir l’Ukraine.

The Saker.

Traduit par Gabriel, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Les alliés de l’UE paient pour le conflit mondial de l’Amérique et ses réfugiés


Finian Cunningham
Finian
Cunningham

Par Finian Cunningham – le 24 avril 2015 – Source Strategic Culture

La crise des réfugiés en Europe n’est que la nouvelle facture américaine héritée du dernier conflit mondial – une facture déposée pour paiement à la porte des alliés européens. Il ne fait aucun doute que les années de guerres menées sous le commandement des États-Unis en Asie centrale, dans tout le Moyen-Orient et en Afrique du Nord sont la cause principale des masses de migrants qui s’efforcent de rejoindre l’Union européenne, tandis qu’ils cherchent à échapper aux conflits qui font rage et à la misère. Les nationalités des réfugiés suivent la piste des pays que l’Amérique a pulvérisés ces dix dernières années.

Il est grand temps que l’Europe développe une politique étrangère indépendante et structurée, et cesse de coller comme une ventouse au bellicisme de Washington. Refuser la belligérance de Washington sera un commencement pour répondre à toute une série de problèmes qui affectent l’Europe.

Continuer la lecture de Les alliés de l’UE paient pour le conflit mondial de l’Amérique et ses réfugiés

Al Shabaab a profité de la destruction de l’Etat libyen par l’Occident


Par Robert Barsocchini – Le 3 avril 2015 –  Source countercurrents.org

Al Shabaab, le groupe terroriste islamique qui vient d’assiéger une université kényane et de tuer près de 150 personnes, a bénéficié de l’agression pour détruire l’État libyen menée par des Occidentaux qui soutenaient al-Qaïda et des milices affiliées en 2011.

Continuer la lecture de Al Shabaab a profité de la destruction de l’Etat libyen par l’Occident

Boycott aux Nations-Unies

Le 20 mars 2015 – Source sg.news

Photo By © Maxim Shemetov / Reuters/Reuters

NATIONS UNIS – La Russie, la Chine, le Venezuela et l’Angola n’ont pas participé à une réunion informelle du Conseil de sécurité des Nations unies, jeudi dernier, sur les droits de l’homme en Crimée un an après que la Russie a annexé la péninsule ukrainienne en mer Noire de l’Ukraine, ont indiqué des diplomates.

Le parlement russe a approuvé l’annexion de la Crimée le 21 mars 2014, après que les forces russes en ont pris le contrôle, car celle-ci héberge une base de la flotte russe, et que les résidents ont voté pour le rattachement à la Fédération de Russie lors d’un référendum.

«Nous considérons cette réunion comme contre-productive et provocatrice. Son sujet ne relève pas de la compétence du Conseil de sécurité de l’ONU», a déclaré le porte-parole russe à l’ONU, Alexey Zaytsev.

Les quinze membres du Conseil de sécurité ont tenu plus de trente réunions sur l’Ukraine depuis le rattachement de la Crimée. Les combats entre les rebelles séparatistes soutenus par la Russie et les troupes du gouvernement ukrainien en Ukraine orientale ont tué plus de six mille personnes et déplacé plus d’un million de réfugiés, selon l’Organisation des Nations unies.

L’ambassadrice des Nations unies pour la Lituanie, Raimonda Murmokaite, qui a organisé cette réunion informelle, a déclaré qu’il était regrettable que la Russie, la Chine, le Venezuela et l’Angola n’y aient pas assisté.

«La Russie est habituellement très rapide à critiquer l’Ukraine sur les allégations de violations des droits de l’homme, mais ignore complètement ces mêmes violations quand elles se déroulent dans son propre pays ou dans les pays sous sa coupe», a-t-elle déclaré.

Note du traducteur
Ce texte d’information est essentiellement à noter parce qu’il montre une fois de plus le soutien indéfectible de la Chine envers la Russie. La coalition des deux pays pour contrer les initiatives occidentales est de plus en plus avérée.

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF