Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – chapitres 7 et 8


La culpabilité allemande pour la guerre et l’avenir de l’Europe


Par le − Publié en 1953 Source Unz Review

Au fil du temps, on nous a répété et insinué que les aventures, les anxiétés et les austérités du demi-siècle écoulé avaient amené notre pays, en 1940, à son heure de gloire ; et peut-être que tel est bien le cas, mais alors il faut bien insister sur le fait qu’il ne s’agit pas de l’heure de gloire des hommes politiques qui, pour dire la vérité, ont fait preuve d’incompétence crasse, et ont de par leurs imbécillités amené la Grande Bretagne au bord de la catastrophe. Non, il faut bien préciser alors que l’on parle de l’heure de gloire des soldats.

Citation de Cecil Algernon dans La Reine Victoria et Ses Premiers Ministres – p. 338

Continuer la lecture de Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – chapitres 7 et 8

Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – Chapitres 5 et 6


La culpabilité allemande pour la guerre et l’avenir de l’Europe


Par le − Publié en 1953 Source Unz Review

Au fil du temps, on nous a répété et insinué que les aventures, les anxiétés et les austérités du demi-siècle écoulé avaient amené notre pays, en 1940, à son heure de gloire ; et peut-être que tel est bien le cas, mais alors il faut bien insister sur le fait qu’il ne s’agit pas de l’heure de gloire des hommes politiques qui, pour dire la vérité, ont fait preuve d’incompétence crasse, et ont de par leurs imbécillités amené la Grande Bretagne au bord de la catastrophe. Non, il faut bien préciser alors que l’on parle de l’heure de gloire des soldats.

Citation de Cecil Algernon dans La Reine Victoria et Ses Premiers Ministres – p. 338

Continuer la lecture de Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – Chapitres 5 et 6

Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – Chapitres 3 et 4


La culpabilité allemande pour la guerre et l’avenir de l’Europe


Par le − Publié en 1953 Source Unz Review

Au fil du temps, on nous a répété et insinué que les aventures, les anxiétés et les austérités du demi-siècle écoulé avaient amené notre pays, en 1940, à son heure de gloire ; et peut-être que tel est bien le cas, mais alors il faut bien insister sur le fait qu’il ne s’agit pas de l’heure de gloire des hommes politiques qui, pour dire la vérité, ont fait preuve d’incompétence crasse, et ont de par leurs imbécillités amené la Grande-Bretagne au bord de la catastrophe. Non, il faut bien préciser alors que l’on parle de l’heure de gloire des soldats.

Citation de Cecil Algernon dans La Reine Victoria et Ses Premiers Ministres – p. 338

Continuer la lecture de Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – Chapitres 3 et 4

Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – chapitres 1 et 2


La culpabilité allemande pour la guerre et l’avenir de l’Europe


Par le − Publié en 1953 Source Unz Review

Au fil du temps, on nous a répété et insinué que les aventures, les anxiétés et les austérités du demi-siècle écoulé avaient amené notre pays, en 1940, à son heure de gloire ; et peut-être que tel est bien le cas, mais alors il faut bien insister sur le fait qu’il ne s’agit pas de l’heure de gloire des hommes politiques qui, pour dire la vérité, ont fait preuve d’incompétence crasse, et ont de par leurs imbécillités amené la Grande Bretagne au bord de la catastrophe. Non, il faut bien préciser alors que l’on parle de l’heure de gloire des soldats.

Citation de Cecil Algernon dans La Reine Victoria et Ses Premiers Ministres – p. 338

Continuer la lecture de Russell Grenfell – Haine Inconditionnelle – chapitres 1 et 2

1919. Une Société des Nations au service des grands intérêts économiques et financiers ?


Par Christine Cuny − Le 30 Avril 2019

On en avait, enfin ! terminé avec cette maudite guerre … Parce qu’elle avait coûté des millions de morts, causé des destructions considérables et provoqué tant de malheurs à jamais irréparables, les peuples n’étaient-ils pas en droit d’espérer que des leçons en fussent tirées pour l’avenir ?

Continuer la lecture de 1919. Une Société des Nations au service des grands intérêts économiques et financiers ?

Ancêtre des Révolutions de couleur ? Comment l’Allemagne a installé le bolchevisme en Russie


« Ce n’était pas une révolution. C’était un coup préparé par le Kaiser, qu’il brûle à jamais en enfer »


Par Volker Wagener – Le 9 mars 2019 – Source Russia Insider 

Zurich, le 9 avril 1917 : 32 émigrants russes sont à la gare et attendent de partir. Mais ils ne sont pas les seuls là-bas. Des cris de « traîtres, coquins, cochons » résonnent aux oreilles des voyageurs. Les partisans du groupe sont également présents et chantent « L’Internationale ». Les voies sont bloquées pendant un court instant, puis le train part.

Continuer la lecture de Ancêtre des Révolutions de couleur ? Comment l’Allemagne a installé le bolchevisme en Russie

Le pétrole, un enjeu sanglant entre les peuples ?


Par Christine Cuny − Janvier 2019

Résultat de recherche d'images pour "pétrole 1ere guerre mondiale"

Il faut rappeler que le mouvement des Gilets Jaunes s’est mis en branle à la suite de, et en réaction contre, la flambée du prix du carburant. Or, n’oublions pas qu’au-delà de l’essence qui permet aux « citoyen(nes) » de se déplacer quotidiennement pour aller travailler, et des différents produits dérivés qui pourvoient à un grand nombre de leurs besoins matériels, il y a un élément primordial : c’est l’or noir.

Continuer la lecture de Le pétrole, un enjeu sanglant entre les peuples ?

Trois raisons de craindre une autre « grande guerre » aujourd’hui


Vous pensez toujours que la mondialisation apportera la paix ? Ils le pensaient aussi en 1914


Par Hal Brands – Le 11 novembre 2018 – Source Bloomberg 

L’explosion vient vite. Photographer : J. J. Marshall/Hulton Archive via Getty Images

 

Le mois dernier, je me suis rendu à Vienne, ancien siège de l’empire austro-hongrois et lieu idéal pour contempler le centième anniversaire de la fin de la première guerre mondiale.

Ce conflit a débuté avec la déclaration de guerre de l’empire austro-hongrois à la Serbie en juillet 1914, suite à l’assassinat de l’archiduc austro-hongrois Franz Ferdinand. Cela a finalement conduit à plus de quinze millions de morts, à l’effondrement de quatre empires, à la montée du communisme et du fascisme dans certains des principaux États européens, à l’émergence et au retrait ultérieur de l’Amérique en tant que puissance mondiale, et à d’autres développements qui ont profondément modifié le cours du XXe siècle.

Continuer la lecture de Trois raisons de craindre une autre « grande guerre » aujourd’hui

Il y a cent ans : la fin de la guerre qui aurait dû mettre fin à toutes les guerres


Par Ugo Bardi – Le 4 novembre 2018 – Source CassandraLegacy

La couverture du livre que j’ai publié cette année était dédiée à la mémoire d’un héros oublié de la Grande Guerre, Armando Vacca. Il s’est battu autant que possible pour la paix, au point qu’il a donné sa vie pour une cause contre laquelle il s’était battu. Il est mort en tant que martyr de la foi chrétienne dans les montagnes de Carso le 21 juillet 1915.

Il y a cent ans, le 4 novembre 1918, la Grande Guerre, connue également sous le nom de Première Guerre mondiale, se termina pour l’Italie avec la capitulation de l’Autriche-Hongrie. La guerre devait durer encore quelques jours sur le front occidental. Je pense qu’il est approprié de célébrer cette journée avec quelques mots d’une belle chanson d’Eric Bogle, « Les champs verts de France ».

Continuer la lecture de Il y a cent ans : la fin de la guerre qui aurait dû mettre fin à toutes les guerres

Bismarck, les États-Unis et le grenadier de Poméranie


s258Par Martin Sieff – Le 5 septembre 2018 – Source Strategic Culture

Le célèbre et légendaire Reichskanzler (chancelier impérial) Otto von Bismarck a déclaré que tous les Balkans ne valaient pas la peau d’un seul grenadier de Poméranie. Bismarck était un grand propriétaire terrien, un junker, en Prusse, où les grenadiers de Poméranie étaient méprisés et moqués dans l’armée allemande.

Bismarck, the United States and the Pomeranian Grenadier

Continuer la lecture de Bismarck, les États-Unis et le grenadier de Poméranie