L’ère du « bois mort »


Le fossé ne peut plus être caché.


Par Alastair Crooke – Le 1e mai 2022 – Source Al Mayadeen

Qu’est-ce que l’ère du Bois Mort ? C’est le hiatus entre la lente décomposition du corps de l’immédiat après-guerre – son zeitgeist, ses structures politiques et économiques – et les pousses de la nouvelle ère, qui viennent de sortir de terre, mais dont la tige et les feuilles ne sont pas encore visibles. Continuer la lecture

C’est la guerre, et l’escalade est à venir


« La guerre, c’est la guerre » , et cette guerre va s’intensifier.


Par Alastair Crooke – Le 24 avril 2022 – Source Al Mayadeen

Il s’agit bien d’une guerre. L’OTAN est en guerre contre la Russie. Les juristes allemands diront peut-être que non, mais quand l’Occident arme l’Ukraine, quand les forces spéciales de l’OTAN sont à Kiev (c’est-à-dire les SAS britanniques) et forment les milices sous leur protection à l’utilisation de leurs armes pour tuer des Russes, est-il vraiment pertinent de savoir de quelle épaule est tiré le missile Starstreak (de fabrication britannique) qui abat un hélicoptère russe ? Le sait-on vraiment ?
Continuer la lecture

Ennemis intérieurs et inconfort de la vérité


Le « totalitarisme » européen d’aujourd’hui est-il d’un type plus raffiné, moins violent, et donc digne d’un « passe » ?


Par Alastair Crooke – Le 9 mai 2022 – Source Strategic Culture

Vous vous souvenez de Jamal Khashoggi ? Je le connaissais un peu, je l’ai rencontré à plusieurs reprises au fil des ans. Il est clair qu’il n’était pas un « hacker » du régime. Il avait des divergences avec les dirigeants saoudiens, mais il était essentiellement un patriote saoudien d’une intégrité certaine.

Dans l’un de ses articles publiés en juillet 2014, Khashoggi a vécu une expérience qui l’a choqué au plus haut point : « Au début du Ramadan, j’ai emmené ma famille dans un café turc à Djeddah après la prière du soir. C’était une soirée de Ramadan habituelle. Nous avons discuté, absorbé beaucoup de calories et consommé du thé turc ». Continuer la lecture

Les impasses de la politique européenne


Les crises se succèdent, de plus en plus vite, bien au-delà des capacités de réaction des structures et des mentalités rigides de l’UE.


Par Alastair Crooke – Le 2 mai 2022 – Source Strategic Culture

Le résultat des élections françaises a une fois de plus démontré la rigidité de la société européenne, qui rend presque impossible l’émergence d’un gouvernement fort et volontaire (c’est-à-dire transformateur), comme celui d’un de Gaulle, au niveau national. Cependant, lorsque ces rigidités nationales sont combinées à l’incapacité des institutions européennes supranationales à taille unique de répondre aux spécificités de situations complexes, nous obtenons un immobilisme total – l’impossibilité de changer de politique de manière significative, dans la majorité des États de l’UE. Continuer la lecture

La dynamique de l’escalade : « Avec l’Ukraine »


L’axe Russie-Chine possède de la nourriture, de l’énergie, des technologies et la plupart des ressources clés du monde. L’histoire enseigne que ce sont ces éléments qui font les gagnants dans les guerres.


Par Alastair Crooke – Le 25 avril 2022 – Source Strategic Culture

L’Occident se rend compte qu’alors que les sanctions sont sensées pouvoir mettre les pays à genoux, la réalité est qu’une telle capitulation n’a jamais eu lieu (exemple : Cuba, la Corée du Nord, l’Iran). Et, dans le cas de la Russie, il est possible de dire que cela ne se produira tout simplement pas.

L’équipe Biden n’a pas encore totalement compris les raisons de cette situation. L’une d’elles est qu’ils ont précisément choisi la mauvaise économie : tenter de provoquer un effondrement par le biais de sanctions (la Russie a des lignes d’approvisionnement étrangères minimales et des quantités importantes de matières premières précieuses) s’avérera très difficile. Les collaborateurs de Biden n’ont pas compris toutes les ramifications du jujitsu monétaire de Poutine qui lie le rouble à l’or et le rouble à l’énergie. Continuer la lecture

Chuchotez-le doucement : La situation financière de la Russie semble meilleure que celle de l’Occident


Malgré le barrage de sanctions qui a frappé l’économie russe au début de l’opération militaire russe en Ukraine, c’est l’économie occidentale qui semble faire les frais de ces sanctions au lieu de la cible visée.


Par Alastair Crooke – Le 17 avril 2022 – Source Al Mayadeen

Vendredi, la Banque centrale de Russie a réduit ses taux d’intérêt de 3 % (de 20 à 17 %). Et, bien que l’activité économique globale en Russie ait diminué, la production industrielle a augmenté de 4,5 % en mars. Le Premier ministre russe a déclaré qu’il s’attendait à ce que les problèmes de lignes d’approvisionnement causés par les sanctions soient résolus dans les 6 à 12 prochains mois. L’inflation est de 14,7 %, mais la Banque centrale a laissé entendre que le pire de cette poussée inflationniste était passé ; les dépôts bancaires augmentent et la stabilité financière revient. Continuer la lecture

Des erreurs aux conséquences à la fois tactiques et stratégiques


Le résultat le plus probable est que l’économie de la Russie ne s’effondrera pas (même si l’UE s’acharne sur l’énergie et « tout » le reste).


Par Alastair Crooke – Le 18 avril 2022 – Source Strategic Culture

Les faucons de l’OTAN et les interventionnistes libéraux américains et européens veulent par-dessus tout voir Poutine humilié et répudié. Nombreux sont les Occidentaux qui veulent voir la tête ensanglantée de Poutine au sommet d’une pique surplombant la « porte de la ville » , visible par tous, comme un avertissement retentissant à ceux qui défient leur « ordre international fondé sur des règles » . Leur cible n’est pas seulement le Pakistan ou l’Inde, mais la Chine, en premier lieu. Continuer la lecture

Grâce à l’Ukraine, l’Occident peut-il utiliser la guerre pour enrayer son déclin et le passage à un nouvel ordre monétaire mondial ?


Un échec en Ukraine pourrait bien signifier la désintégration de l’UE et de l’OTAN.


Par Alastair Crooke – Le 11 avril 2022 – Source Strategic Culture

Parfois, les changements révolutionnaires s’insinuent furtivement en nous ; nous ne prenons conscience de la bifurcation majeure que lorsque nous la remarquons, dans le rétroviseur. C’est particulièrement vrai lorsque ceux qui ont été les premiers à appuyer sur la gâchette n’appréhendent pas pleinement – eux-mêmes – ce qu’ils ont fait.

Qu’est-ce qui a été fait ? Dans un moment de précipitation instinctif, quelques membres de l’équipe Biden ont décidé de tirer parti de leur plan pour faire chuter la valeur du rouble. Ils ont donc eu recours à la ruse consistant à saisir les réserves en dollars, en euros et en bons du Trésor de la Banque centrale de Russie. Continuer la lecture

La guerre « tout ou rien »


La position radicale adoptée par l’Occident à l’encontre de la Russie risque de faire s’effondrer l’ensemble du système économique avec lequel il a imposé sa domination sur la planète.


Par Alastair Crooke – Le 11 avril 2022 – Source Al Mayadeen

Ces « guerres » sont de plus en plus considérées en Occident comme des événements existentiels – c’est-à-dire des événements « tout ou rien » – et leur portée s’élargit. Pourquoi des guerres au pluriel ? Eh bien, l’affrontement militaire en Ukraine est sur le point d’atteindre son paroxysme ; la guerre concernant les changements radicaux apportés par la Russie à l’ordre monétaire mondial plonge les États occidentaux dans un tourbillon sans fin ; l’Europe est au bord du gouffre économique ; et la « guerre » lancée par l’alliance Russie-Chine visant à réorganiser les « règles » mondiales arrive également à son terme (bien qu’elle voyage à un train légèrement plus lent). Continuer la lecture

La Grande gaffe ?


Contrairement aux réalistes de Washington cependant, l’Europe est toute émue par le « Zelensky déchaîné » . Alors que les Européens tentent de trouver une solution qui corresponde à la grande ambition des #dirigeants de l’Ukraine, ils se dissocient totalement de la réalité.


Par Alastair Crooke – Le 3 avril 2022 – Source Al Mayadeen

« Pour l’amour de Dieu, cet homme [Poutine] ne peut pas rester au pouvoir » . On ne pouvait pas être plus clair : l’appel de Biden à un changement de régime en Russie n’était pas une « gaffe » improvisée. C’était délibéré. C’était le point culminant d’un discours soigneusement chorégraphié, de définition des valeurs, dans un lieu délibérément choisi (la Pologne) et où l’appel serait bien reçu. En outre, nous avons été informés deux jours à l’avance que Biden devait faire une déclaration majeure lors de son séjour à Varsovie. Continuer la lecture