Dîner avec César


Par Fr. Lawrence Farley − Le 18 avril 2021 − Source Oriental Review via Ancien Faith

Le chef gaulois Vercingétorix s’est rendu à César en 52 av.

Un vieux proverbe dit que celui qui dîne avec le diable doit utiliser une longue cuillère – c’est-à-dire qu’il faut être très prudent et garder la plus grande distance possible. Je pense que le même conseil convient pour dîner avec César. Lorsque César est hostile à l’Église (comme il l’a souvent été dans l’histoire), nous, chrétiens, avons des raisons d’être un peu nerveux. Lorsqu’il est amical envers l’Église, nous avons des raisons d’être encore plus nerveux. Car s’il y a une chose que la longue histoire de Byzance nous a enseignée, c’est qu’il y a un inconvénient certain à être une Église d’État, et que César a une tendance inquiétante à se surpasser. Chacun sait que c’est celui qui paie le joueur de cornemuse qui décide de la musique. Et lorsque César commence à payer nos factures – ou nous donne un coup de pouce économique – il se sent souvent un peu plus qu’autorisé à diriger notre spectacle. C’est la raison pour laquelle le mot « Césaropapisme«  sonne si mal.

Continuer la lecture de Dîner avec César

La déification de l’empereur Trump : Suivre le chemin de Caligula


Par Ugo Bardi – Le 8 janvier 2021 – Source CassandraLegacy

Jake Angeli, grand prêtre du culte grandissant de l’empereur Donald Trump, habillé comme le dieu à cornes Cernunnos. La déification de l’empereur Trump à Washington, hier, ne s’est pas très bien passée, mais nous avançons sur un chemin que les Romains ont déjà suivi lors du déclin de leur empire, y compris la déification des empereurs, à commencer par Caligula. Ainsi, la comparaison de l’histoire romaine avec nos conditions actuelles peut nous éclairer sur l’avenir.

Continuer la lecture de La déification de l’empereur Trump : Suivre le chemin de Caligula

L’effondrement de l’Empire d’Occident moderne. Quel avenir pour l’humanité ?


Par Ugo Bardi – Le 30 décembre 2019 – Source CassandraLegacy

Ces notes ne sont pas censées dénigrer ni exalter une entité dont l’histoire remonte à au moins deux millénaires. Comme tous les Empires, passés et présents, l’Empire Mondial Moderne a traversé la parabole de sa croissance et de sa gloire et il commence maintenant son déclin. Il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire à ce sujet, nous devons accepter que c’est ainsi que l’univers fonctionne. Sur ce sujet, voir aussi un de mes précédents billets « Pourquoi l’Europe a conquis le monde ?« .

Continuer la lecture de L’effondrement de l’Empire d’Occident moderne. Quel avenir pour l’humanité ?

Bimillénaire de la mort de Germanicus : La défaite de l’État profond romain


Par Ugo Bardi – Le 11 octobre 2019 – Source CassandraLegacy


Il y a 2 000 ans, le 10 octobre 19 de notre ère, Germanicus Jules César mourut à Antioche, en Asie Mineure, peut-être empoisonné par son oncle Tibère, alors empereur au pouvoir. Si nous voyons Hillary Clinton dans le rôle de Germanicus et Donald Trump dans le rôle de Tibère, vous avez un conflit équivalent en cours.

Très probablement, le concept d’« État profond » existait à l’époque romaine, tout comme dans la nôtre.

Foi orthodoxe : Yvonne Lorenzo interviewe The Saker


Par Yvonne Lorenzo − Le 4 octobre 2019 − Source thesaker.is

2015-09-15_13h17_31-150x112 Yvonne Lorenzo réside en Nouvelle-Angleterre dans une maison pleine à craquer de livres, y compris des ouvrages sur la Grèce classique et des œuvres théologiques. Elle s’intéresse au jardinage, à la mythologie, à l’histoire ancienne, à l’Univers électrique et à la musique classique, notamment aux compositions de Haendel, Mozart, Bach, Haydn, Tchaïkovski, Wagner, Mahler et au répertoire Bel Canto. Elle est l’auteur de Son of et Cloak of Freya. Continuer la lecture de Foi orthodoxe : Yvonne Lorenzo interviewe The Saker

La Route de la Soie et les poux


Par Dmitry Orlov – Le 4 juillet 2019 – Source Club Orlov


L’ancienne Route de la Soie était une ancienne route commerciale qui reliait l’Empire romain à la Chine, d’où venait la soie. On l’appelait ainsi parce que la soie était au cœur du commerce. La soie arrivait en Europe, l’or et les produits de luxe en partait. La soie était importante parce que les vêtements de soie portés contre la peau empêchaient les poux sur le corps, et les riches citoyens romains étaient prêts à payer avec de l’or pour cette soie, parce que l’alternative était de regarder leurs femmes et concubines se gratter. En plus de porter de la soie, les Romains construisaient des bains, ainsi que des aqueducs pour les approvisionner. La procédure romaine d’épouillage consistait à se faire épiler tous les poils de son corps (ouch !), à s’huiler, à transpirer en faisant semblant de se reposer, puis à se gratter la peau avec un outil en forme de faucille appelé strigile. Ensuite, ils trempaient dans un bain chaud, enfilaient des sous-vêtements de soie et restaient exempts de démangeaisons jusqu’au lendemain du bain.

Continuer la lecture de La Route de la Soie et les poux

Leçons à tirer de Rome : notre oligarchie néo-féodale


Nos sociétés ont une structure juridique basée sur l’auto-détermination et la propriété du capital, mais dans les faits, nous vivons sous la coupe d’une oligarchie néo-féodale.

Par Charles Hugh Smith − Le 22 juin 2019 − Source Of Two Minds

L’héritage romain : l’illumination des âges sombres de l’an 400 à l’an 1000 n’est pas une lecture facile. La longueur de l’ouvrage et le foisonnement de détails qu’on y trouve sont une véritable épreuve.

Le jeu en vaut la chandelle, car cet ouvrage nous aide à comprendre comment la structure du pouvoir dans les sociétés évolue avec le temps, d’une manière qui rend ces évolutions invisibles à ceux qui les vivent.

Le livre « Inheritance of Rome » concentre son analyse sur la longue influence qu’ont eues les structures centralisées politiques et sociales de Rome alors même que son pouvoir économique central et ses routes commerciales perdaient de leur importance

Continuer la lecture de Leçons à tirer de Rome : notre oligarchie néo-féodale

Comment la centralisation politique a détruit la République romaine


Par Dave Benner − Le 25 avril 2019 − Source Mises.org

Ceux qui plaident passionnément pour la décentralisation politique sont souvent caricaturés comme des marginaux dont les idées sont tout à fait indignes de considération. En effet, les médias dominants et la classe dirigeante ont affirmé à maintes reprises que des événements comme le Brexit et le Calexit provoqueraient des changements politiques chaotiques et traitent couramment les partisans de telles causes d’extrémistes radicaux ou de « néo-confédérés ». Car beaucoup d’entre eux affectent des attributs religieux aux unions politiques contemporaines et dénigrent quiconque ose prétendre que la fonction d’un arrangement politique est de nature utilitaire plutôt que sacramentelle.

Continuer la lecture de Comment la centralisation politique a détruit la République romaine

La chimie d’un empire : la dernière impératrice romaine


Par Ugo Bardi – Le 22 décembre 2011 – Source CassandraLegacy

Ce Médaillon du Ve siècle montrant ce qui est peut-être le seul portrait que nous ayons de Galla Placidia (388-450 c.e.), la dernière (et la seule) impératrice romaine occidentale. L’inscription dit « Domina Nostra, Galla Placidia, Pia, Felix, Augusta », c’est-à-dire « Notre-Dame, Galla Placidia, Pieuse, Bénie et Vénérable ». Contemporain de personnages tels que Saint Augustin, Saint Patrick, Attila le Hun et – peut-être – le roi Arthur, Placidia a eu la rare chance de pouvoir faire quelque chose que les empereurs romains n’ont jamais pu faire : amener l’Empire à sa prochaine étape qui devait être, inévitablement, sa fin.

Continuer la lecture de La chimie d’un empire : la dernière impératrice romaine

Les martyrs sont-ils de retour ?


Julian Assange et la chute de l’empire mondial


Par Ugo Bardi – Le 6 mai 2019 – Source CassandraLegacy

Plus le drame mondial actuel se déroule, plus je suis étonné de voir à quel point nous suivons de près le chemin que l’ancien Empire romain a suivi vers son effondrement définitif. Dmitry Orlov, un autre observateur attentif de l’effondrement de la civilisation, semble penser de la même façon. Dans un post sur son blog, il note comment Julian Assange pourrait être le premier martyr de la vérité des temps modernes, il l’appelle « Saint Julien ». Je cite Orlov :

Si tout se passe bien, il sera libéré et redeviendra une personnalité médiatique de grande envergure. Et si tout va mal et que les Américains mettent la main sur lui et le torturent à mort, il mourra en martyr et vivra à jamais dans la mémoire publique.

Continuer la lecture de Les martyrs sont-ils de retour ?