Foi orthodoxe : Yvonne Lorenzo interviewe The Saker


Par Yvonne Lorenzo − Le 4 octobre 2019 − Source thesaker.is

2015-09-15_13h17_31-150x112 Yvonne Lorenzo réside en Nouvelle-Angleterre dans une maison pleine à craquer de livres, y compris des ouvrages sur la Grèce classique et des œuvres théologiques. Elle s’intéresse au jardinage, à la mythologie, à l’histoire ancienne, à l’Univers électrique et à la musique classique, notamment aux compositions de Haendel, Mozart, Bach, Haydn, Tchaïkovski, Wagner, Mahler et au répertoire Bel Canto. Elle est l’auteur de Son of et Cloak of Freya.

C.S. Lewis [1898-1963], dans sa préface De l’Incarnation de St Athanase, nous exhorte à étudier les classiques. Il déplorait le fait qu'aujourd'hui - son «aujourd'hui» [début XXème siècle], mais aussi, sinon plus important encore, le nôtre - les gens sont plus intéressés par la lecture des grandes figures du passé que par les œuvres elles-mêmes. Il a souligné la nécessité de revenir aux textes classiques du passé, à la fois pour exposer nos propres présupposés trop souvent cachés et pour nous ouvrir à des modes de pensée différents des nôtres. Cela ne peut pas se produire, souligne-t-il, en lisant les œuvres de nos contemporains, car eux aussi partagent nos hypothèses. «Le seul palliatif, écrit Lewis, est de laisser souffler dans nos esprits la brise de mer pure des siècles, et cela ne peut se faire qu’en lisant de vieux livres» ... De ce point de vue, conclut-il,  nous verrons que De l’incarnation, est un chef-d’œuvre et nous serons étonnés qu'un «esprit magistral puisse, au IVe siècle, avoir écrit en profondeur sur un tel sujet avec autant de simplicité classique».
 
Extrait de la préface écrite par l'archiprêtre John Behr, D. Phil., au livre The Orthodox Way du métropolite Kallistos Ware.

The-Ark-of-the-Church-864x400_c

L’Arche de l’Eglise

Je me souviens d’un on-dit du XXe siècle selon lequel il ne faut pas discuter de religion ou de politique entre gens bien élevés. Catholique lui-même, Lew Rockwell a publié sur son blog Political Theatre, un lien vers un article sur la proposition du pape de réviser la prière du «Notre Père» afin de modifier l’expression «Et ne nous induis pas en tentation», ce qui m’a incité à entamer, par courrier électronique, une correspondance avec The Saker, c’est elle qui est à l’origine de cet article.

Comme les adeptes de mes écrits le savent, bien que je ne sois moi-même pas une autorité, j’ai écrit sur la Russie et ses relations avec Washington et l’Occident. Mon intérêt pour la foi orthodoxe a été aiguillonné en écoutant un enregistrement des chansons sacrées de Dimitri Hvorostovsky : The Bells of Dawn [Les cloches de l’aube] présenté dans mon article pour Lew Rockwell «Zhuravli», et j’ai appris, à partir des notes de l’album, que dans la musique sacrée russe, les instruments ne sont pas autorisés, seulement la voix humaine. En outre, un site Web, Russian Faith, publie plusieurs articles sur la résurgence progressive du christianisme dans la Russie autrefois communiste. Veuillez noter que, comme The Saker me l’a expliqué, il n’y a pas de «Foi russe», mais seulement  la Foi orthodoxe. L’un des plus grands chefs d’orchestre du XXe siècle, Yevgeny Mravinsky, était un «chrétien secret» à l’époque des bolcheviks en Union soviétique.

Peut-être mieux connu pour ses écrits en tant que – ancien – analyste et historien militaire, désormais publié sur son site Web à l’adresse theSaker.is et contributeur fréquent à Unz Review, The Saker a aussi souvent écrit sur la religion chrétienne orthodoxe, avec une érudition approfondie. En outre, il a fondé ce site Web, Projet HOP, Histoire des peuples orthodoxes, qui propose des textes et des informations en ligne, en particulier pour les personnes à budget limité qui ne peuvent pas s’offrir les livres cités.

Dans une Amérique, qui a souvent été décrite, et à juste titre selon moi, comme «post-chrétienne», les chrétiens sont attaqués. Dans cet environnement extrêmement hostile, on pourrait penser que malgré les différences d’interprétation des Écritures et des rituels, les chrétiens essaient d’approfondir leurs connaissances réciproques et s’appuient mutuellement, quel que soit leur contexte, bien que je n’aie jamais communiqué avec un «sioniste chrétien» – concept qui pourrait être présenté ici, dans Orthodox Wiki,  comme une hérésie Dispensationaliste – dans le style de Mike Pompeo ou du vice-président Pence. Je soupçonne que de telles interactions seraient vaines. Cependant, si des personnes qui lisent mes écrits ont de telles croyances, je veux qu’elles sachent que je respecte leur libre arbitre, mais je crains que leur interprétation erronée de l’Écriture et leur tentative de faire advenir la «fin des temps» ne conduisent à un désastre, récemment détaillé par le journaliste d’investigation Whitney Webb, au point que Mike Pompeo a effrayé la CIA !

Encore une fois, dans un esprit de compréhension et juste pour le plaisir d’apprendre – combien de chrétiens ont-il étudié ou appris le bouddhisme, par exemple ? – je présente mon entretien avec The Saker. Il m’a aussi aimablement informé sur les textes religieux orthodoxes, qui seront cités ci-dessous. Veuillez noter que les liens hypertexte vers Amazon.com pour ces livres, ainsi que les «widgets» illustrés vers Amazon.com, risquent de ne pas s’afficher si le lecteur utilise un logiciel de blocage des publicités. Je désactive UBlock d’origine à l’aide du navigateur Brave. J’inclurai également ci-dessous les titres de ce que je crois être les meilleurs livres, pour ceux qui choisissent de ne pas fréquenter Amazon, et souhaitent soutenir un libraire local ou vérifier la disponibilité dans leur bibliothèque de proximité.

À mon avis, le livre le plus important que The Saker m’ait présenté sur la théologie orthodoxe est la Théologie orthodoxe dogmatique de Frère Michael Pomazansky, l’auteur, Frère Seraphim Rose, le traducteur, publié par St. Herman Press. Le second que je recommande contient une nouvelle traduction de la Septante et commentaire, The Orthodox Study Bible, L’Ancien christianisme parle au monde d’aujourd’hui par l’Académie Saint-Athanase de théologie orthodoxe, publié par Thomas Nelson. Les ressources Internet sont Orthodox Wiki et des traductions moins précises de la Septante, y compris la traduction de Brenton et celle de E.C. Marsh.

Interview

Yvonne Lorenzo : Saker, permettez-moi de vous poser des questions sur vos antécédents, si cela ne vous dérange pas. Comment en êtes-vous venu à votre connaissance approfondie du christianisme orthodoxe ?

Saker : J’ai écrit sur moi-même ici. Ma connaissance du christianisme originel vient du fait que mon père spirituel était un archevêque orthodoxe russe que j’ai considéré comme mon vrai père de sept à vingt-sept ans, jusqu’à sa mort. En outre, comme Genève avait une superbe cathédrale orthodoxe avec beaucoup de bons experts, j’ai appris à lire le slavon d’église, je chantais et lisais souvent le psautier à l’église pendant les offices. En 2016, j’ai enfin terminé ma licence en études théologiques orthodoxes – un diplôme de deuxième cycle en patristique, en réalité – du Centre d’études orthodoxes traditionalistes du monastère Saint Gregory Palamas à Etna, en Californie. La vérité est que, officiellement ou officieusement, j’ai étudié le christianisme orthodoxe pendant la plus grande partie de ma vie.

Ceci étant dit, je ne suis qu’un profane, un pécheur de base, dont la sincérité ne doit pas être confondue avec une quelconque autorité pour parler de ces questions. Je ne partagerai que mes opinions personnelles et ma compréhension de ces questions.

Yvonne Lorenzo : Permettez-moi de parler un peu de ma propre expérience, non par besoin narcissique de dopamine en utilisant des médias sociaux comme Twitter ou Facebook, mais pour expliquer mon exposition aux enseignements chrétiens. Je préférerais ne pas entrer dans les détails de mon expérience dans l’Église comme enfant ; il suffit de dire que le prêtre particulier – maintenant décédé depuis longtemps – dans les classes religieuses avait le goût de décrire en détail les horreurs des tortures endurées par les apôtres et les saints – être écorché vivant était certainement mémorable, même si non factuel. Cet instructeur était un homme très désagréable et cruel dans ses relations avec moi ; il ne croyait certainement pas «Celui qui est sans péché parmi vous, laissez-le d’abord lui jeter une pierre» et cela ne m’aurait pas dérangé si j’étais sa cible, mais c’était ma mère malade, alors que la famille de mon père avait de l’argent et de l’influence dans l’église, ce qui, je pense, était la raison de sa conduite.

Des décennies plus tard, dans la même église, à la suite de l’invitation par une tante  mariée à un oncle paternel tardif, mon prêtre étant décédé depuis longtemps, un archevêque a été présenté en termes élogieux en raison de sa proximité amicale avec d’éminents hommes politiques et je me souviens que, dans son discours à la fin du dîner, il décrivait comment il avait plaidé auprès des Rockefeller pour obtenir des fonds pour les Syriens victimes de la guerre, alors qu’il était apparemment inconscient, ou volontairement ignorant, du fait que les élites de Washington avec lesquelles il cultivait des relations amicales étaient celles qui ont inventé ISIS et initié la guerre en Syrie.

En outre, j’ai noté que la plupart des chrétiens que j’ai rencontrés dans la vie ne sont pas différents des autres gens. Néanmoins, je ne veux pas devenir misanthrope. Bien sûr, il existe des exceptions, mais je veux qualifier ces personnes comme des « ecclésiastiques », ou des « pharisiens chrétiens », dans la mesure où elles observent divers rituels, mais elles sont trop souvent aussi vicieuses et perfides que les athées darwiniens, dans l’avarice , la cruauté, l’avidité, la méchanceté et l’impolitesse.

D’autre part, j’ai trouvé des chrétiens pieux, quelle que soit leur religion – orthodoxe, catholique, pentecôtiste, par exemple – qui pouvaient être particulièrement gentils et généreux, compatissants, etc. Je vous rappelle que vous avez écrit vous-même que les Juifs laïques étaient plus gentils avec vous que les chrétiens. D’un point de vue historique, les chrétiens occidentaux qui – à mon avis – ont réellement suivi la voie de Jésus-Christ ont été les quelques martyrs de la Première Guerre mondiale qui, lors de la Trêve de Noël, ont cessé de s’entre-tuer.

Et dans l’histoire relativement récente, si la majorité des Allemands étaient de vrais chrétiens, je pense qu’ils n’auraient jamais suivi volontairement les atrocités d’Hitler, non seulement contre les Juifs, mais aussi contre leurs frères chrétiens en Grèce, en Russie et dans d’autres nations qu’ils envahirent et occupèrent. La chercheuse grecque classique Edith Hamilton a écrit que, dans leur conduite, les chrétiens «ont échoué dans le monde». J’apprécierais votre point de vue sur mes observations et vos pensées. En tant que chrétien orthodoxe, que signifie être véritablement chrétien ? Un disciple de «La voie» de Jésus-Christ ? Bien sûr, je comprends que vous devez simplifier pour des raisons de temps et d’espace ; je suis sûr que des livres entiers sont disponibles sur le sujet, mais je propose d’aller au fond des choses, ce qui, je suppose, est centré sur la simplicité.

Saker : Oui, [en ce qui concerne la gentillesse des juifs laïcs], cela est tout à fait vrai. Je ne pense pas de cette façon et je n’utilise pas moi-même les catégories raciales / ethniques, mais si je devais dire quelle ethnie / quelle tribu a été la plus gentille avec moi dans ma vie, je répondrais certainement les «Juifs laïcs» qui, du moins dans mon expérience strictement personnelle, ont été non seulement gentils, mais également très généreux !

Étant un enfant sans père, j’étais plutôt pauvre et ma mère avait beaucoup de mal à m’acheter des trucs. J’avais un ami intime, qui n’avait pas seulement un ou deux ans de plus que moi, mais aussi quelques centimètres de plus. Donc, il me donnait toujours ses affaires, y compris des vélos, des combinaisons de plongée, des disques, des CD, des guitares, etc. Sa famille – maman, grand-mère et lui – était petite pour une raison bien précise : tout le reste de sa famille, des Juifs de Hollande, avait été assassiné par les nazis. Quinze personnes si je me souviens bien.

Après cela, cette famille ultra-religieuse devint athée pure et dure, car elle ne pouvait pas imaginer que Dieu autoriserait l’assassinat en masse de personnes, simples, innocentes et profondément pieuses. Honnêtement, je n’ai aucune idée d’où vient l’opinion que les Juifs sont avides. Peut-être l’envie. D’après mon expérience, les Juifs sont très «conscients de l’argent» et habiles à en gagner – j’aimerais avoir ce talent ! Mais ils sont aussi généralement très généreux. Au moins, je n’ai jamais rencontré un Juif avide en 55 ans de vie sur cette planète, et j’ai rencontré beaucoup de Juifs dans ma vie. De plus, mon modèle d’enfance se répétait sans cesse : les Juifs étaient très souvent gentils et généreux envers moi et les membres de ma famille. À certaines des heures les plus sombres de ma vie, les Juifs laïcs montraient beaucoup plus de bonté que mes prétendus frères chrétiens. À propos, la même chose vaut pour les musulmans. Je suis triste de le dire, mais la vérité est la vérité, même si cela me fait honte.

Maintenant, je pense à ces Juifs laïcs comme à mes «bons Samaritains».

Quant aux chrétiens, les vrais, ils sont généralement plutôt pauvres. Je ne peux pas expliquer pourquoi c’est le cas ici, mais je recommanderai ces deux livres à quiconque voudrait comprendre le point de vue réel, original, avant l’usure, de l’époque chrétienne sur la richesse, celui de Saint Jean Chrysostome sur la richesse et la pauvreté, et celui de Saint Basile le Grand sur la justice sociale.

Ce sont de petits livres, rédigés en anglais moderne, faciles à lire, et si vous les lisez, vous vous rendrez immédiatement compte que ce que les soi-disant « chrétiens » disent, font et même enseignent aujourd’hui n’a rien en commun avec le christianisme d’origine.

Quant aux – très rares – chrétiens orthodoxes riches et pieux, ils sont tout aussi généreux que les orthodoxes pauvres. La richesse n’est pas toujours mauvaise, elle peut plaire à Dieu, mais comme nous le savons d’après les évangiles, il est presque impossible pour une personne riche d’être sauvée, pourtant tout est possible pour Dieu.

Voyez ce que Saint Basile le Grand a écrit aux riches : « Oh, mortel, reconnais ton Bienfaiteur ! Regardez-vous, ce que vous êtes, quelles ressources vous ont été confiées, de qui vous les avez reçues et pourquoi vous en avez reçu plus que d’autres. Vous avez été fait ministre de la bonté de Dieu, un serviteur pour vos compagnons qui vous servent. Ne supposez pas que tout cela a été donné pour votre propre usage ! Décidez de traiter les choses en votre possession comme appartenant à d’autres ».

Ce qui est certain, en revanche, c’est que le Royaume du Christ n’est pas de ce monde et que nous, chrétiens, sommes appelés à vivre dans le monde mais non à appartenir au monde :

« Car la sagesse de ce monde est folie pour Dieu. » Le Christ nous a même dit : « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant qu’il ne vous haïsse. »

Les «post-chrétiens/pseudo-chrétiens» modernes ne comprennent pas cela. Ils parviennent en quelque sorte à se leurrer avec l’idée que le capitalisme peut être compatible avec le christianisme. En vérité, c’est « l’un ou l’autre ». Comme le Christ lui-même l’a dit : «Nul ne peut servir deux maîtres : il détestera l’un et aimera l’autre ; ou bien il tiendra à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir Dieu et Mammon» (Matt 6:24). Demandez-vous quelle est la base du capitalisme, en tant que vision du monde ? En termes simples, il s’agit d’une vision [matérialiste, NdT] du monde et d’une idéologie affirmant que la somme de nos convoitises donnera lieu à une société organisée de manière optimale. Quelle folie ! Imaginez ce que le Christ ou les Pères de l’Église auraient à dire à propos de telles absurdités inspirées par des diaboliques !

Certains chrétiens modernes, qui se décrivent eux-mêmes, pensent que la véritable Église du Christ doit être celle qui a le plus de membres ou le plus d’argent. D’autres «post-chrétiens /pseudo-chrétiens» modernes croient que l’Église du Christ est celle qui possède les lieux saints – cathédrales, belles églises, monastères – ou celle que le régime au pouvoir trouve politiquement plus utile. C’est ce que pensent beaucoup de nos contemporains désemparés. Les apôtres et les Pères de l’Église en savaient plus et mieux. Et il y a encore quelques communautés orthodoxes traditionalistes relativement petites qui vivent selon ces règles anciennes mais véritablement chrétiennes. Mais il est peu probable que vous les trouviez là où se trouvent les Pouvoirs en place.

Vous avez écrit : «J’ai remarqué que la plupart des chrétiens que j’ai rencontrés dans la vie ne sont pas différents des autres gens» et vous avez absolument raison. L’Église n’est pas et n’a jamais été un «club exclusif pour les saints». Bien au contraire : l’Église est un hôpital pour les pécheurs ! L’importance de ce fait n’est jamais assez soulignée. Je le répète, l’Église est un hôpital pour les pécheurs, vous pourriez même dire que si vous êtes un pécheur, vous vous qualifiez ! Oui, bien sûr, il y a aussi des «saints» dans cette église, vous pouvez les imaginer comme des «médecins traitants» qui, après avoir trouvé le «traitement» – theosis – aident maintenant les autres à guérir. Je recommande fortement, à quiconque ne sait pas ce que “theosis” signifie, de lire attentivement cet article, il est disponible en dix  langues différentes !

Saint Athanase d’Alexandrie a enseigné que «Car le Fils de Dieu s’est fait homme pour que nous puisions devenir Dieu», en nous unissant aux énergies incréées de Dieu et non à Son Essence ! Il venait de résumer un très ancien enseignement patristique sur la «théose», que tous les autres grands saints – Grégoire de Nysse, Cyrille d’Alexandrie, Maximos le Confesseur, Grégoire Palamas, etc. – ont pleinement approuvé et approfondi. Il n’est pas facile de trouver de bonnes sources sur l’ecclésiologie chrétienne en ligne, en particulier en anglais, mais voici ce que j’ai trouvé, sans ordre particulier :

Enfin, d’excellents articles sont disponibles sur ce site, et ici la « Confession de foi d’un chrétien orthodoxe vraiment authentique et traditionnelle ».

Ce qui précède est un mélange d’auteurs et de textes très différents, mais avec eux, vous avez une bonne introduction à l’étude de l’ecclésiologie chrétienne, avec quelques noms de bons théologiens modernes.

Yvonne Lorenzo : En ce qui concerne mes études de la Bible dans une université des arts libéraux il y a plus de quarante-cinq ans, je me souviens que le professeur avait indiqué que le texte de l’hébreu «Old Covenant», tel qu’il le décrivait, ne faisait aucune mention d’une vierge, s’agissant de la «Nativité virginale», mais parle plutôt d’une jeune fille, et comment Jésus, en disant, pendant l’épisode des pains et des poissons, de «manger sa chair» voulait faire vomir les Juifs – l’interprétant en ce sens. En outre, on supposait également que la résurrection avait été ajoutée plus tard, de même que les prophéties sur la destruction du temple et je me souviens d’une remarque étrange, à savoir que la présence des pharisiens était anachronique, puisqu’ils appartenaient à une époque ultérieure. Au contraire, vous m’avez fait connaître la Septante qui contredit l’érudition que l’on m’avait enseignée ; et j’ai trouvé cet excellent article affiché sur le site Russian Faith – bien que vous m’ayez dit que «la foi russe est un terme impropre ; il n’y a que la foi orthodoxe» – intitulé «Les Bibles russes sont très différentes des américaines. Voici pourquoi ». Vous trouverez ci-dessous un extrait important de cet article, qui contenait également des preuves tirées des manuscrits de la mer Morte :

En effet, je croyais que le texte Massorétique était une copie parfaite de l'Ancien Testament. J'avais l'habitude de croire que le texte Massorétique était la façon dont Dieu préserva divinement les Écritures hébraïques à travers les âges.

J'avais tort.

Les copies les plus anciennes du texte Massorétique ne datent que du 10ème siècle, près de mille ans après l'époque du Christ. Et ces textes diffèrent des originaux de nombreuses manières spécifiques. Le texte Massorétique est nommé ainsi d'après les massorètes, qui étaient des scribes et des érudits de la Torah ayant travaillé au Moyen-Orient entre le VIIème et le XIème siècle. Les textes qu’ils ont reçus et les modifications qu’ils ont apportées ont fait en sorte que les textes juifs modernes se démarquent nettement des Écritures hébraïques originales.

Vous avez réagi à ma publication, sur votre site Web, de la traduction anglaise du Deuxième Psaume, qui était ma réponse personnelle à un commentaire d’un Russe qui l’a citée dans un article sur votre site au sujet de la dépravation des élites ; j’ai utilisé la nouvelle version internationale, pas aussi belle que celle de King James mais peut-être plus compréhensible pour les lecteurs du XXIe siècle. Je me suis rendu compte d’une traduction plus moderne de la Septante par Oxford University Press en «langage moderne» et bien que les Britanniques, du moins dans leurs cercles de pouvoir et leurs gouvernements, ne soient pas fiables, d’après mon analyse, la thèse présentée est solide – ils utilisent le mot « oint » dans le deuxième psaume et cela signifie le Messie. Je posterai la version de King James, à la fin de nos conversations, ainsi que The New International version, et les traductions de la Septante par Sir Lancelot C.L. Brenton du deuxième psaume que vous m’avez envoyées, et enfin le journal N.E.T.S. d’Oxford. S’il vous plaît, éclairez vos lecteurs.

Saker : J’ai discuté de la Septante sur mon site et j’ai écrit :

En réponse à la question de savoir si les Écritures étaient corrompues : oui et non. Oui elles l'ont été, mais jamais avec succès. Laissez-moi expliquer pourquoi.

Premièrement, si vous acceptez que Dieu communique avec l’humanité par le biais de prophéties et que les prophètes transcrivent les prophéties qu’ils ont reçues, vous vous demandez alors pourquoi Dieu laisserait les hommes déformer ou corrompre le message qu’Il ​​nous a envoyé. Bien sûr, tous les hommes peuvent se tromper, nous sommes tous pécheurs et, soit par erreur, soit délibérément, les hommes ont corrompu les Écritures. Pas de problème avec ça, la question pertinente est plutôt de savoir si ces hommes pouvaient prospérer avec ça ?

Dans le troisième livre d'Esdras, nous avons un épisode intéressant. Esdras dit à Dieu que l'Écriture a été brûlée et demande : "Si donc j'ai trouvé faveur devant Toi, envoie-moi le Saint-Esprit, et j'écrirai tout ce qui s'est passé dans le monde depuis le début, les choses qui ont été écrites dans Ta loi, afin que les hommes puissent trouver le chemin et que ceux qui souhaitent vivre dans les derniers jours puissent vivre."

A quoi Dieu répond "Va rassembler les gens et dis-leur de ne pas te chercher avant quarante jours. Mais prépare pour toi de nombreuses tablettes et prends avec toi Sarea, Dabria, Selemia, Ethanus et As′iel, ces cinq personnes, parce qu’elles sont formées à l’écriture rapide ; et tu viendras ici, et j'allumerai dans ton cœur la lampe de l'intelligence, qui ne s'éteindra que lorsque ce que tu vas écrire sera terminé."

Et bien sûr, Esdras nous dit: "Alors, j'ai pris les cinq hommes, comme il me l'avait commandé, puis nous nous sommes rendus sur le terrain et y sommes restés. Et le lendemain, voici, une voix m’appela, disant : «Esdras, ouvre la bouche, et bois ce que je t'ai donné à boire.» J’ouvris la bouche et voici, une coupe pleine m’était offerte ; c'était plein d'eau, mais sa couleur était comme du feu. Et je l'ai prise et j'ai bu ; et quand je l’ai bue, mon cœur a débordé de compréhension, et la sagesse a augmenté dans ma poitrine, car mon esprit a gardé son souvenir ; et ma bouche était ouverte et n'était plus close. Et le Très Haut distribua la connaissance aux cinq hommes qui, tour à tour, écrivirent ce qui était dicté, en caractères qu'ils ne connaissaient pas. Ils restèrent assis quarante jours, écrivirent le jour et mangèrent leur pain la nuit. Quant à moi, je parlais le jour et je n'étais pas silencieux la nuit. Ainsi, pendant les quarante jours, quatre-vingt-quatorze livres ont été écrits. Et, à la fin des quarante jours, le Très Haut me dit : "Rends publics les vingt-quatre livres que tu as écrits en premier et laisse les dignes et les indignes les lire ; mais garde les soixante-dix qui ont été écrits en dernier, afin de les donner aux sages de ton peuple. Car en eux se trouvent la source de l'intelligence, la source de la sagesse et le fleuve de la connaissance." Et j'ai ainsi fait.

Désolé pour la longue citation, mais je tiens à illustrer un point : lorsque cela est nécessaire, Dieu peut ordonner à ses fidèles de rétablir même les Écritures intégrales, à condition qu’ils soient dignes de recevoir les directives du Saint-Esprit et qu’ils reçoivent la «boisson brûlante» que Dieu leur donne – notez que ce livre a été écrit bien avant l’époque du Christ ! Ce qui est certain, c’est que l’idée selon laquelle Dieu accorderait une révélation par l’intermédiaire de ses prophètes et permettrait ensuite à cette révélation de subir une corruption pendant des siècles est plutôt ridicule.

Il y a eu en effet une tentative grave de falsifier les Écritures. Cela s’est passé après la chute de Jérusalem en 70 de notre ère. A cette époque, le peuple juif était divisé en deux sectes : celle qui croyaient que le Christ était le Messie et celle qui ne le croyait pas. Les premiers sont connus sous le nom de chrétiens, tandis que les derniers – principalement des pharisiens – créent leur propre groupe qui développe une nouvelle spiritualité qui passe de l’Ancien Testament au Talmud, du Temple aux assemblées – synagogues – des prêtres aux rabbins et des Écritures originales à un nouveau texte «corrigé». Ce texte avait l’imprimatur officiel des rabbins qui déclaraient qu’il avait été corrigé par leurs sages, les scribes et les érudits. Inutile de dire que ce qu’ils ont réellement fait, c’est couper ou modifier les parties de l’Écriture qui les gênaient. À l’époque, il y avait beaucoup d’hostilité entre les deux groupes, et des discussions centrées autour des Écritures, bien sûr. Le problème était simple : les prophéties sur le Messie dans les Écritures étaient-elles conformes à ce qui s’était réellement passé dans la vie du Christ ou non ? Les disciples du Christ pourraient-ils prouver leurs dires en utilisant les Écritures ? Eh bien, les «gardiens de la tradition», ou massorètes, comme on les appelle, «corrigent» autant que possible les Écritures pour produire une falsification connue aujourd’hui sous le nom de «texte Massorétique» (MT abrégé).

Les chrétiens ont immédiatement compris et dénoncé le texte comme un faux. Un des premiers documents que nous ayons, montrant que les chrétiens étaient tout a fait conscients que les Juifs s’adonnaient à des falsifications, est le «Dialogue avec Trypho», dans lequel Saint Justin Martyr (IIe siècle) profère explicitement cette accusation. Les Pères l’ont ensuite également confirmé.

Vous pourriez vous demander quel texte est l’original et ce qui lui est arrivé. Nous n’avons que des parties de «l’Ancien Testament» original en hébreu – ce que, bien sûr, ils n’appelaient pas ainsi. À la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand, une grande partie de ce qui est aujourd’hui le Moyen-Orient a été «hellénisée» et la langue des élites et la langue internationale de l’époque était le grec. Environ deux siècles avant la naissance du Christ, à la demande du souverain local (grec), Ptolémée II Philadelphius, une traduction en grec du texte hébreu a été réalisée pour la célèbre bibliothèque d’Alexandrie par 70 traducteurs des douze tribus d’Israël. Ce texte s’appelle la Septante (en abrégé LXX) en mémoire de ces soixante-dix traducteurs. C’est le seul texte qui ait jamais été considéré comme faisant autorité par l’Église [Orthodoxe]. À la suite du schisme latin, la LXX était presque oubliée en Europe occidentale, où l’Église latine utilisait une traduction de Saint Jérôme appelée la Vulgate. Parce que les Latins croyaient que seuls les « érudits » membres du clergé devaient lire les Écritures, puis les enseigner et les expliquer aux « simples », ce texte n’a pas été très largement diffusé.

En revanche, Luther voulait que chaque chrétien ait accès aux Écritures. Luther, qui était opposé au cléricalisme latin et qui soupçonnait que les Latins aient pu corrompre le texte, décida de fonder son enseignement sur ce qu’il croyait, apparemment sincèrement, être le texte hébreu «original», le faux Massorétique. En conséquence, la grande majorité des Bibles disponibles dans le monde occidental sont basées sur un texte délibérément forgé par des rabbins haïssant le Christ, y compris la version – par ailleurs joliment écrite – de King James. Plus récemment, de nouvelles versions «corrigées» du texte Massorétique (MT) ont été créées, mais il n’existe toujours qu’une seule traduction, assez mauvaise, de la Septante (LXX) en anglais, la soi-disant «traduction de Brenton», j’entends dire qu’une nouvelle est en cours. Mais jusqu’à tout récemment, l’Occident était tout simplement trop fier et trop ignorant de la pensée patristique pour se rappeler que seule la LXX était le véritable texte de l’Ancien Testament.

Je vais dans tous ces détails pour illustrer un point : oui, les Écrits saints peuvent, et ont été, corrompus à la fois délibérément – massorètes – ou par ignorance – Bibles occidentales. Mais Dieu ne permet pas que le vrai texte original disparaisse, tout simplement.

Je voudrais également noter que ce que les rabbins ont tenté est avant tout une substitution : le MT à la place de LXX. Ils n’ont jamais prétendu que le MT était le LXX. En fait, certaines fêtes juives – telles que Hanukkah –  n’ont aucune base scripturale dans le MT mais seulement dans la LXX –  dans le livre des Macchabées pour ce cas. Contrairement à l’Occident, les Juifs n’ont jamais oublié la LXX – ils ne voulaient simplement pas lui accorder le statut d’autorité, pour des raisons évidentes.

Certaines sources affirment que les Juifs ont également tenté de corrompre la LXX, mais je n’ai trouvé aucune preuve convaincante de ce fait. D’une part, la LXX était simplement trop largement diffusée – pas comme un seul texte, mais comme une collection de livres – pour pouvoir être remplacée subitement par un autre texte. En réalité, la fabrication du MT était destinée à la «consommation interne» et à la lutte contre les polémistes chrétiens.

Donc, voici mon point principal : il n’existe aucune preuve historique pour attester de la corruption de la Sainte Écriture originale. Le seul cas connu est celui que j’ai décrit ci-dessus. Les Écritures nous disent également que Dieu ne priverait jamais ses fidèles de Sa Parole, l’exemple d’Esdras ci-dessus le montre également. De plus, une simple logique nous suggère qu’il est impossible de corrompre un texte qui est à la fois largement diffusé, très étroitement analysé et tenu pour sacré.

Permettez-moi de conclure ici en disant que je crois personnellement que le prophète Mahomet a entendu parler du faux Massorétique et que cela l’incitait à examiner l’Écriture chrétienne avec une forte suspicion quant à la falsification du texte. Évidemment, comme Luther, il n’était pas au courant de la Septante (LXX). Il est également possible que Mahomet ait eu une autre raison de déclarer que les Écritures chrétiennes étaient corrompues : le soi-disant Ancien Testament n’a absolument aucune prophétie qui parle d’un personnage comme Mahomet, c’est pourquoi certains érudits musulmans ont dû déclarer que le « Consolateur » mentionné par le Christ à ses disciples était une référence à Mahomet et non au Saint-Esprit, une interprétation que même une lecture superficielle du Nouveau Testament invalide immédiatement et qui n’a pas été entérinée par un seul Père de l’Église, ou théologien, entre le premier et le septième siècle.

Quoi qu’il en soit, la théorie musulmane selon laquelle les Écritures ont été corrompues avec succès est à la fois illogique et a-historique. On peut, bien sûr, choisir d’y croire, surtout si l’on accepte que tout, y compris les archives historiques, a été falsifié, corrompu ou perdu, mais au moins, pour moi, la foi et le bon sens ne devraient pas être contradictoires.

Je pense qu’il est indéniable que le christianisme est né de la religion du peuple juif avant la naissance du Christ. Le Christ lui-même fait constamment référence aux livres que l’Église a réunis dans un seul volume appelé «Ancien Testament». Si le sujet vous intéresse, consultez tous les textes de cet article, en particulier celui-ci et celui-là. En revanche, l’Islam n’a pas d’autre fondement scripturaire que lui-même ou plutôt le livre qu’il a produit : le Coran. Nous avons affaire à une validation circulaire typique, un sophisme.

En conclusion, je tiens à dire qu’un examen plus approfondi de l’histoire montre que la notion de «judéo-chrétien» est tout aussi absurde que celle d’un Blanc-Noir ou d’un Sec-Humide. Quant aux soi-disant «religions d’Abraham», elles n’ont vraiment rien en commun. Le judaïsme moderne n’est en réalité qu’un «anti-christianisme», alors que l’islam est une foi qui est apparue ex-nihilo et qui n’a aucune base, ni dans les écritures ni dans la tradition orale juive ou chrétienne.

J’espère n’avoir offensé personne, en particulier mes amis et lecteurs musulmans, mais j’estimais qu’il était important d’exposer ici la compréhension chrétienne originale de ces questions. Comme tout chrétien orthodoxe, j’ai le sentiment que c’est mon devoir personnel de préserver ce qui m’a été transmis, la «mémoire collective et la conscience» de l’Église, si vous voulez, et de la partager avec d’autres si, et quand, c’est approprié. En tant que personnes intelligentes – en tout cas j’espère –  et prévenantes, nous pouvons «accepter d’être en désaccord», mais pour ce faire, nous devons être informés de la nature de ce sur quoi nous pourrions être en désaccord, non ?

Yvonne Lorenzo : La personnalité célèbre Jordan B. Peterson a écrit dans son livre aux millions d’exemplaires, 12 Règles pour vivre au sujet des Écritures. Je ne sais pas s’il a déjà lu un ouvrage d’érudition, encore moins un ouvrage orthodoxe. Il fait la différence entre le Dieu de l’Ancien Testament, qu’il décrit comme «dur, critique, imprévisible et dangereux» et comme un être qui ne se soucie pas de ce que les gens pensent. «Ce sont les réalistes qui ont créé ou remarqué le Dieu de l’Ancien Testament». Il décrit le «Dieu du Nouveau Testament» comme étant  « Le père bienveillant et industrieux. Il ne veut rien pour nous que le meilleur. Il aime tout et pardonne. Bien sûr, il vous enverra en enfer si vous vous conduisez mal. » En outre, il écrit : « Seuls les plus naïfs parmi nous pourraient penser qu’un être tout à fait bon et miséricordieux a gouverné ce monde si terrible ». Au sujet de la Chute il écrivait « Le récit biblique du Paradis et de la Chute est une de ces histoires, fabriquées par notre imagination collective, qui a fonctionné au fil des siècles… Après une longue période de contemplation, l’humanité en lutte apprend que la faveur de Dieu peut être gagnée et sa colère évitée grâce à un sacrifice approprié – et ce meurtre sanglant pourrait concerner ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas réussir dans cette affaire. »

Même le commentaire de Moody sur La Bible en utilisant le texte Massorétique de la Genèse rappelle les graves erreurs de Peterson ; je me réfère à ses écrits parce qu’il a de nombreux lecteurs sur YouTube et que je suis convaincue que plus de personnes en Amérique ont lu son livre sur le christianisme au lieu d’étudier la Bible.

Sur un plan personnel, quand j’ai écrit sur des sujets chrétiens sur LewRockwell.com, j’ai reçu des courriels en colère, l’un d’eux déclarant en effet que seul un dieu monstrueux exigerait le sacrifice sanglant de son fils pour payer sa colère. Veuillez aborder non seulement la Chute, mais aussi la perspective orthodoxe de ces questions clés, dont je réalise l’importance : la nature humaine, voire le monde lui-même, la Nature elle-même, n’est pas ce qu’elle était supposée être. J’ai également lu Surpris par le Christ: mon chemin du judaïsme au christianisme orthodoxe, rédigé par le révérend James A. Bernstein, qui a abordé ces questions dans une perspective orthodoxe.

Saker : Cette notion stupide est ce qui reste de la scolastique occidentale. Pour résumer une très longue histoire, Augustin d’Hippone (IVe siècle) avait, entre de très bonnes idées valables, une idée erronée du dogme du péché originel. Anselm of Canterbury (XIIe siècle) et Thomas d’Aquin (XIIIe siècle) reprirent et développèrent ses erreurs. En conséquence, l’Occident a acquis une notion complètement légaliste du dogme de la rédemption, qui peut être résumé de la manière suivante :

L’homme offensait Dieu, alors Dieu punissait l’homme, mais la souffrance de l’homme résultant du péché originel n’était pas suffisante pour apaiser la colère de Dieu. Mais lorsque son Fils a été crucifié pour les péchés de l'homme, Dieu a été satisfait parce que le martyr avait une «valeur» égale à celle du parti offensé, Dieu lui-même : c'est çà le Christ.[Cette idée rappelle l'échange avec les dieux par les sacrifices humains où la victime doit avoir un rang important dans le société pour satisfaire le courroux du dieu - voir la civilisation aztèque, NdT]

Cette obsession de la souffrance du Christ et de la souffrance de l’homme, sur la terre ou dans le prétendu «purgatoire», également inventé par les théologiens occidentaux est typique du christianisme occidental.

L’Orient a une compréhension mystique du dogme de la Rédemption qui peut lui aussi être résumé très grossièrement ainsi  :

En conséquence du péché originel d’Adam, la souffrance et la mort ont pénétré l’âme auparavant parfaite de l’homme qui, étant le lien entre le monde terrestre et le monde spirituel a également «contaminé» toute la Création avec la décadence, la souffrance et la mort. Le Christ s’est "dédivinisé lui-même" pour devenir Dieu-Homme, le théanthropos, et a pleinement assumé la nature de l'homme. 

Ainsi, alors que par les actions du premier Adam l'humanité devenait caduque, elle a pu être sauvée grâce aux actions du deuxième Adam. Sur la croix sainte et vivifiante du Christ, bien qu'Il soit lui-même sans péché, le volontaire a pris sur lui les deux conséquences les plus horribles du péché d'Adam, la souffrance et la mort, puis a vaincu "la mort par la mort". Il est possible que l'homme nouveau et renouvelé devienne un «petit Christ» en s'unissant aux énergies incréées de Dieu.

Je m’excuse pour le résumé simplificateur ci-dessus, mais pour expliquer ce dogme de manière exhaustive et correcte, une conférence complète serait nécessaire.

Donc non, Dieu n’est pas assoiffé de sang et tous les sacrifices sanglants de l’Ancien Testament ne sont qu’une préfiguration mystique de l’Eucharistie.

Bien sûr, le dieu des Juifs Orthodoxes/Haredi est un dieu haineux, vengeur, raciste et généralement maniaque. Mais nous savons tous ce que Saint Jean a écrit sur la «Synagogue de Satan» composée de Juifs prétendant être Juifs, mais dont le père est le diable.

Yvonne Lorenzo : LewRockwell.com a récemment publié cet article sur la malfaisance des soi-disant «élites» intitulé «Jeffrey Epstein et le spectacle du secret», dans lequel son auteur, Edward Curtin, écrit ce qui suit :

Ceux d'entre nous qui s'opposent à ces criminels - et il y en a de plus en plus dans le monde entier - doivent éviter de se laisser entraîner dans les récits de l'establishment et les contre-récits qu'ils génèrent ou créent. Nous devons refuser de nous impliquer dans des pseudo-débats censés ne mener à rien. Nous devons rejeter le langage créé pour confondre.

Si le changement révolutionnaire doit se produire, nous devons apprendre à raconter une nouvelle histoire dans un langage si beau, éclairant et déchirant que personne n'écoutera les paroles mensongères des agresseurs d'enfants, des meurtriers et de ceux qui haïssent et persécutent les personnes qui disent la vérité.

Comme l'a dit John Berger : "Dans la narration, tout dépend de quoi suit quoi. Et la séquence la plus vraie est rarement évidente."

Sa conclusion est plutôt, à mes yeux, une conception amorphe «humaniste» dans la perspective de faire face au mal. J’ai aussi écrit sur «l’élite occulte» dans «Epstein et Q-Anon: un match dans le cyberespace». Comment un chrétien orthodoxe réagit-il aux «puissances» de ce monde ? Avez-vous des conseils ?

Saker : Oui, et le premier conseil le plus évident est “ne me demandez pas mon opinion” ni, d’ailleurs, l’opinion de toute personne vivant actuellement – il existe des exceptions, mais la plupart des gens ne les connaissent pas. Pouvez-vous deviner ce que vous auriez pu me demander à la place ? Qu’est-ce que les Pères de l’Église nous conseilleraient dans notre situation ?  Cela en ferait une «question orthodoxe». Que diraient-ils ? Ils vous exhorteraient à vous immerger dans ce qui suit :

  • Les écrits des Pères de l’Église – c’est absolument crucial ! – à commencer par la Philocalia, que vous pouvez télécharger en cliquant ici : Volume 1, Volume 2, Volume 3 et Volume 4.
  • Les vies des saints, y compris les saints occidentaux, et la vraie chose – voir aussi ici – bien sûr, pas le non-sens sirupeux écrit par les Latins, y compris les canons liturgiques associés à leurs jours de fête !
  • Les livres sur l’histoire des Églises, à l’exception de ceux écrits par des historiens et des «théologiens» modernes qui, à quelques exceptions notables près, sont généralement sans valeur, leurs auteurs étant beaucoup plus soucieux de se faire connaître dans les universités occidentales que de transmettre dans leurs livres la véritable mentalité orthodoxe ou «l’esprit des pères» (phronema ton pateron) ou, à ce sujet, le «consensus des pères» qui exprime la «conscience générale de l’Église» (he genike syneidesis tes ekklesias). Tenez-vous loin de ces « brillants théologiens » !

Plus précisément, toute cette littérature vous rappellerait que les prophètes, le Christ, les apôtres, les pères et l’Église nous ont fourni un très grand corpus de connaissances révélées sur la fin des temps. Ils ont tous mis en garde contre l’apostasie de masse, le matérialisme, les persécutions, les hérésies, les «étoiles tombant du ciel» – ce que les Pères ont compris comme se référant à l’apostasie des évêques et non à un événement astronomique ! Ils vous diront tous que la Vraie Église du Christ sera persécutée et se réduira à une entité très petite, mais très forte spirituellement. Ils vous disent enfin que le mal l’emportera et que seule la Seconde Venue vaincra l’Antéchrist – une conviction que nous partageons avec les musulmans, d’ailleurs !

Il y a une décennie ou plus, un théologien russe avait écrit un article plutôt controversé intitulé «L’ecclésiologie d’une église en retraite». Son article était correct, mais je trouve que le titre est particulièrement brillant. Oui, nous, chrétiens, aimons la vie et nous ne cherchons pas la mort – même si on nous dit d’être prêts à l’accepter avec joie, et reconnaissants d’être martyrisés par les theomaques – qui combattent Dieu, toutes catégories confondues – et à mourir pour la défense des autres. Mais nous ne nous faisons pas non plus d’illusion sur ce que «le monde» nous réserve. Après tout, pour «imiter le Christ», nous devons également accepter le Golgotha, si cette fin était la volonté de Dieu pour nous.

Yvonne Lorenzo : Je voudrais vous demander l’interprétation orthodoxe de la traduction de Romains 13 par King James :

1 Que chaque âme soit soumise aux puissances supérieures. Car il n'y a de pouvoir que de Dieu : les pouvoirs en place sont ordonnés par Dieu.

2 Quiconque résiste donc au pouvoir résiste à l'ordonnance de Dieu ; et ceux qui résistent seront damnés.

3 Car les dirigeants ne sont pas une terreur pour les bonnes œuvres, mais pour le mal. Tu voudrais ne pas craindre le pouvoir ? Alors fais ce qui est bon, et tu en auras la louange en retour

4 Car il est le ministre de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car il ne porte pas l'épée en vain, car il est le ministre de Dieu, un vengeur qui exécute la colère sur celui qui fait le mal.

5 C'est pourquoi vous devez être sujet, non seulement à la colère, mais aussi au salut de la conscience.

6 Car pour cette raison, payez également le tribut, car ils sont les ministres de Dieu, qui s’occupent continuellement de cette chose-là.

7 Rendez donc à tous leurs droits : tribut à qui est dû tribut ; coutume à qui elle est due ; peur à qui effraie ; honneur à qui honore.

Un commentateur et écrivain, The Bionic Mosquito, a écrit dans «Chrétiens et gouvernement» que si nous interprétons ces autorités comme un gouvernement, « alors je suis sûr que ce que Paul voulait dire par là était que Marie et Joseph auraient dû déposer le nouveau-né Jésus entre les mains d’Hérode. » Il a également écrit :

D'abord, il faut considérer les Romains 13 de manière isolée si l'on veut en faire un soutien biblique à toute autorité gouvernementale terrestre. Mais c'est encore pire que cela : Alors que certaines traductions anglaises utilisent le mot «gouvernant» au verset 1, le texte grec ne le fait pas. Il est écrit: "Que chaque âme soit soumise aux pouvoirs supérieurs."

Qui ou quoi sont ces «puissances supérieures» ? Les Romains ? Ou Dieu ? Paul semble répondre implicitement à cela, certainement si on respecte le contexte fourni dans le chapitre précédent de Romains : "Ne vous conformez pas au monde ..." Au lieu de cela, conformez-vous à la volonté de Dieu.

Dans le chapitre 12 ou 13 de Romains, rien ne suggère que le début de Romains 13 soit interprété comme un soutien inconditionnel au gouvernement terrestre. Il y a peu, voire pas du tout, dans toutes les Écritures, qui soutienne une telle interprétation.

Lorsque Paul a écrit sur la soumission à des dirigeants dans d'autres livres de la Bible, il s'est référé aux autorités de l'Église. Est-il possible que dans Romains 13, il parlait des autorités terrestres - les mêmes autorités qui persécutaient les croyants ? Dans Romains 13, Paul écrit au sujet de ceux qui portent l'épée, ne lisons-nous pas ailleurs de revêtir l'armure de Dieu ?

Pouvez-vous fournir l’interprétation orthodoxe de Romains 13 ?

Saker : Tout d’abord, je pense que la première étape consiste, comme je l’ai dit précédemment, à ignorer ce que les gens, en général, et les commentateurs anonymes sur le Web en particulier, ont à dire au sujet de l’interprétation des Écritures et à se tourner plutôt vers les Pères. Cela vaut, pour ceux qui comme The Bionic Mosquito  se réfèrent à l’apôtre Paul, saint, glorieux et louable en le nommant irrévérencieusement «Paul», comme s’ils parlaient d’un de leurs copains. Mais, il faut accepter que même les géants puissent être piqués par des insectes.

Voyez ici. La plupart des gens sont spirituellement malades. Notre état, après la chute, est celui d’une créature déchue. Ainsi, nous croyons que la vie est une sorte de pathologie dont le «remède» est l’Église ; voyez ici.

Êpitres aux Romains est l’un des livres les plus complexes de la Bible et une discussion complète des commentaires patristiques sur Romains pourrait durer un semestre. La chose systématique à faire serait de collecter autant de commentaires patristiques que possible, puis de voir non seulement la lettre de ces commentaires, mais aussi leur esprit. Nous ne pouvons pas faire cela ici. Je ne peux donc vous offrir que quelques réflexions très simplifiées et résumées sur ce sujet.

La première chose dont nous devons nous souvenir ici, ce sont les paroles du Christ : « Rendez donc à César ce qui est à César ; et à Dieu les choses qui sont à Dieu.” (Matt 22:21). Cela a du sens, puisque nous savons que le royaume du Christ n’est pas de ce monde. Cependant, ce qui est dans ce monde, ce sont l’Église et ses membres. La deuxième chose que nous pouvons clairement noter est que, en utilisant la terminologie des libertaires modernes, le Christ et l’Église d’origine étaient très certainement des «étatistes», ce qui signifie qu’ils ne croyaient pas seulement qu’un État était acceptable, ils estimaient que c’était fondamentalement nécessaire. Les Pères croyaient que l’État, en tant que tel, était un élément ordonné par Dieu d’une société humaine en bonne santé. En fait, ils ont vu que l’État peut même jouer le rôle de «modérateur» ou de «celui qui restreint», signifiant ainsi que l’État se situe entre le chaos et l’ordre ou même que l’État peut créer les conditions dans lesquelles l’Église peut, en toute sécurité et librement, exister ou même être protégée. Bien entendu, chaque cas est différent et l’Église, qui est un organisme vivant, évalue la posture au cas par cas.

L’Église ne promeut pas un ordre politique plutôt qu’un autre. Néanmoins, il existe environ trois grandes catégories d’États possibles :

1) L’État avec un gouvernement orthodoxe, qui protège de manière proactive l’Église, et tente de créer une société aussi chrétienne que possible. Non, ce n’est pas une « théocratie » ou une sorte de « césaropapisme » – qui sont des catégories principalement utilisées par des « théologiens » modernes et ignorants. Typiquement, ce serait une monarchie. Mais pas n’importe quelle monarchie – les monarchies ressemblent à des démocraties ou à des républiques populaires – elles revêtent toutes sortes d’aspects, il faudrait une monarchie véritablement chrétienne – une minorité dans l’histoire – qui créerait les conditions d’une « symphonie » entre l’État et l’Église.

2) Un état dans lequel l’État et l’Église sont complètement séparés. Eh bien, s’ils sont vraiment séparés, cela reste acceptable pour un chrétien qui a l’obligation directe de respecter les lois de l’État dans lequel il vit. Cependant, dans de nombreux cas – la plupart ? – L’État censé être totalement séparé de l’Église finit par promouvoir activement des idées et des valeurs antichrétiennes. Même dans ce cas, le chrétien ne peut pas défier l’État ou enfreindre ses lois – du moins pas sans un argument très fort et convaincant.

3) Et puis il y a l’État des «ennemis de Dieu», des athées militants qui persécutent l’Église et tous les vrais chrétiens. Les ennemis de l’Église sont appelés «theomaques» en grec, ou «bogobortsy» en russe. Le meilleur exemple auquel je puisse penser est l’État bolchevique qui s’est emparé du pouvoir de la «démocratie» maçonnique de Kérensky – en réalité un chaos total et abject – et s’est immédiatement lancé dans une persécution massive, véritablement génocidaire, de toutes les religions, mais surtout de l’Église orthodoxe russe que les bolcheviks, principalement des Juifs athées russophobes et enragés, haïssaient avec une passion ardente et véritablement démoniaque. Ce genre d’État n’est pas un état auquel le chrétien orthodoxe «peut» obéir. C’est le genre d’État auquel le chrétien orthodoxe est obligé de s’opposer, même au péril de sa vie, car faire autre chose constituerait un acte d’apostasie, surtout si le chrétien relaps commençait à soutenir activement cet État théomaque.

Je vais utiliser l’exemple de l’état bolchevique pour illustrer ce point.

Lorsque les bolcheviks ont pris le pouvoir, l’Église orthodoxe russe s’est divisée en environ quatre groupes :

  1. Ceux qui ont ouvertement rejeté la soumission de l’Église orthodoxe russe à l’État bolchevique. Ils sont souvent désignés par le nom de leur chef, le métropolite Joseph de Pétrograd : les Josephites.
  2. Ceux qui n’ont pas ouvertement rejeté la soumission de l’Église orthodoxe russe à l’État bolchevique, mais qui ont pratiqué leur foi dans la clandestinité. On les appelle souvent l’église des catacombes.
  3. Ceux qui ont décidé de fuir ces persécutions et de s’exiler. On les appelait l’Église orthodoxe russe en exil. Voir ici pour un résumé de l’histoire.
  4. Ceux qui ont décidé d’accepter la soumission de l’Église orthodoxe russe à l’État bolchevique parce qu’ils croyaient qu’en collaborant avec l’État, l’évêque et les prêtres «sauvaient en réalité l’Église» de la destruction totale. Ces gens-là expliquent souvent que les membres du clergé qui ont accepté de collaborer avec les ennemis de Dieu en dénonçant les vrais chrétiens à la police secrète soviétique, en affirmant que l’Église chrétienne et l’État théomaque sont complètement solidaires, et en disant que seuls les ennemis de classe et les contre-révolutionnaires étaient persécutés. Celles-ci sont souvent désignées par le nom de leur chef, le métropolite Sergius : les Sergianistes.
Aparté

Depuis l'effondrement du régime communiste en Russie, le sergianisme authentique a été en grande partie remplacé par son vilain rejeton, le néosergianisme. La différence entre les deux est que, sous les bolcheviks, les chrétiens étaient obligés de se soumettre à l'État et de déclarer leur union complète avec lui. De nos jours, les néo-Sergianistes se soumettent volontairement aux autorités laïques pour chercher leur soutien - sous forme d'argent, de police anti-émeute s'assurant le contrôle de toutes les principales cathédrales, églises historiques,monastères, etc. -  et, le plus important, de leur donner une illusion de légitimité. Ceci est vrai non seulement dans les pays post-communistes, mais aussi dans le reste du monde. Je discute de cette question plus en détail dans mon article «Pourquoi les églises orthodoxes sont encore utilisées comme des pions dans les jeux politiques», et aussi dans celui-ci «Une vision négative du christianisme et de la religion en général» et dans celui-là «L'abomination de la désolation dans le lieu saint».

Enfin, tous ceux qui ont été massacrés ou persécutés par les bolcheviks sont appelés «Les nouveaux martyrs et confesseurs de la Russie». Voici une image de l’icône de ces nouveaux saints :

2019-10-07_13h09_00

Les positions prises par les trois premiers groupes sont toutes des options également pieuses. La preuve de cette affirmation est que les trois premiers groupes sont tous restés en communion et ont rejeté la communion avec le Sergianisme, même menacés de torture et de mort !  La position du quatrième groupe est cependant diamétralement opposée à la théologie originelle, patristique. Laissez-moi vous donner un petit exemple :

Au cours du 3ème siècle après JC, le Décret de persécution de Dece décida que «tout le monde dans l’Empire romain» – à l’exception des Juifs exemptés – en fait, ils poussaient souvent les Romains à persécuter les chrétiens qu’ils détestaient tant – devaient faire un sacrifice aux dieux romains et au bien-être de l’Empereur. Le décret a ordonné que les sacrifices soient accomplis en présence d’un magistrat romain et qu’un certificat signé et attesté soit délivré à cet effet. Certains chrétiens relaps ont accepté de faire le sacrifice. D’autres ne l’ont pas fait, mais ont obtenu des documents – appelés libelli – attestant qu’ils l’avaient bien fait – voir ici un résumé assez correct de cette histoire. Eh bien, même ces derniers ont été considérés comme « relaps » par l’Église et par l’un des plus remarquables hiérarques de celle-ci, Saint Cyprien de Carthage. Ils sont finalement revenus dans l’Église, mais seulement après une confession publique et une condamnation de leurs actes !

Vingt-sept siècles plus tard, la même vérité a été réaffirmée dans le magnifique Service aux nouveaux martyrs et au Confesseur de Russie, écrit par Son éminence l’Archevêque Anthony (Medvedev), de San Fransisco, qui fut le premier évêque dirigeant du diocèse occidental de l’Église orthodoxe hors de la Russie. Il a été évêque de San Francisco pendant trente deux ans. Il était le dernier évêque de l’Église russe à naître et à grandir dans la Russie pré-révolutionnaire. Dans l’un des stichères de ce service, on peut lire :

Les gens ne sauvent pas l'Église, et la collaboration avec Ses ennemis ne rapporte aucun bénéfice, mais c'est l'Église qui sauve les gens par le pouvoir du Christ, comme l'a montré votre exploit spirituel. Oh, nouveaux martyrs constants de la Russie, vous qui êtes vraiment la gloire de l'Église, priez avec ferveur pour Elle afin que Dieu La conserve inébranlable.

Gardez à l’esprit que les Romains païens ne demandaient généralement pas aux chrétiens de renoncer à leur foi. Ils ont « seulement » demandé aux chrétiens de « respecter » les dieux païens. Pourtant, c’est clairement une apostasie, du moins dans les enseignements et l’éthique des Pères.

Les bolcheviks, au contraire, exigeaient beaucoup plus : non seulement vous deviez commettre une apostasie claire, mais ils voulaient aussi que les chrétiens se soumettent à un évêque relaps illégitime ; ils voulaient que ceux-là prouvent leur loyauté en dénonçant les autres, mais ils exigeaient que les prêtres rompent le secret de la confession et dénoncent les vrais chrétiens à la police secrète, etc. Comparés à Lénine, Trotsky et à leur gang d’assassins russophobes, les païens romains étaient plutôt minimalistes dans leurs demandes. Pourtant, les bolcheviks ont clairement exigé quelque chose qui appartient à Dieu – les questions spirituelles – et les Sergianistes ont accepté de céder à leurs césars bolchéviques.

Pour un chrétien orthodoxe, il ne peut y avoir d’obéissance en dehors de l’obéissance à Dieu. Pour plus de détails, voir mon essai «L’obéissance dans le christianisme : une réponse à une question importante». Permettez-moi de clarifier un terme : lorsqu’un chrétien acceptait de faire briller quelques braises sur le feu d’un dieu païen ou d’obtenir simplement un bout de papier disant qu’il l’avait fait, cela faisait déjà de lui un relaps. Si un chrétien reconnaît un évêque illégal, au regard du droit canonique, il devient «schismatique». S’il développe une justification théologique de cet écart ou de ce schisme, il devient un «hérétique». Ces mots ne sont ni des insultes ni des injures, du moins dans le contexte d’une discussion théologique : ce sont des concepts diagnostiques.

Alors voilà l’essentiel : il n’est pas du tout nécessaire de réinventer une «roue théologique». En vérité, il n’y a rien de nouveau sous le soleil, et certainement pas les persécutions et les hérésies. Celles-ci ont toujours existé au cours des deux derniers millénaires. Donc, quand quelque chose se produit, nous n’avons pas besoin de réfléchir longuement et profondément nous-mêmes, ni, encore pire, de considérer ce que le théologien moderne X a à dire à ce sujet. Il suffit de voir ce que le Christ, les Apôtres et les Pères ont toujours dit à ce sujet. Si nous faisions cela, de manière intensive, nous pourrions nous débarrasser de la mentalité laïque et scolastique de notre époque et renouer avec « l’esprit des Pères. »

Yvonne Lorenzo : Bien qu’Andrei Martyanov, analyste et historien militaire russe, ne soit pas croyant, il a écrit un article intitulé «Données dramatiques et malheureusement attendues», dans lequel il décrit l’augmentation du taux de suicide aux États-Unis, son plus haut niveau depuis la Seconde Guerre mondiale. Il écrit avec compassion pour les victimes, car il  vit et travaille là-bas, extrait :

Le secret ? Que pensez-vous de prendre des risques en nommant trois causes principales :

1. L'aliénation due à un manque d'avenir sensé, d'où la drogue, entre autres choses

2. L'atomisation radicale [de l'individu]

3. Le déclin mental dû aux médias sociaux, à l'art et à la culture dégénérés.

Voici un fait intéressant : en Russie, les personnes mentalement instables, et le suicide est souvent, mais pas toujours, le résultat d'une telle instabilité, sont encore qualifiées, même dans la pratique médicale, de Душевнобольной - Malade avec une âme, ou âme malade. Je pense que c'est une bonne description. Aucune quantité de biens matériels ne peut rendre heureux, à moins que la vie ne soit remplie de projets et d’amour. Certains retournent à la religion - cela aide rarement les autres - ils développent une foi profonde - j'espère que vous comprendrez pourquoi je sépare ces deux notions : religion et foi. Certains ont foi en Dieu, peu importe ce que Dieu est pour eux, d'autres ont foi dans le bien, la beauté et l'ordre qui doivent prévaloir à l'échelle mondiale, d'autres ont foi en un rêve, mais c'est toujours la foi. Même les athées militants ont la foi, même si elle est parfois mal orientée. La vie doit être pleine de sens, sinon aucune quantité d'objets matériels ne suffira.

En regardant l’Ouest moderne en général et les États-Unis en particulier aujourd’hui, on ne peut manquer de remarquer cette puanteur croissante de nihilisme et de dépravation qui imprègne l’atmosphère - des médias aux relations humaines. En outre, l’avenir pour beaucoup de gens, selon eux, n’a pas l’air très brillant, c’est un des signes d’une crise grave dans la société. Les gens perdent le désir de vivre, ils ne voient pas l'intérêt de vivre, leur âme meurt avant leur mort physique.

En tant que chrétien orthodoxe, veuillez expliquer «Душевнобольной» de votre perspective, de ses causes et peut-être d’une solution, le cas échéant.

Saker : Encore une autre question très complexe et intéressante qui nécessite une longue réponse. La bonne nouvelle est que cette réponse a déjà été donnée et par une personne éminemment qualifiée : le regretté et révérend Chrysostome, métropolitain émérite d’Etna, en Californie, qui, parmi ses nombreux titres et récompenses universitaires, a également obtenu une maîtrise et un doctorat en psychologie à l’Université de Princeton, où il a enseigné pendant trois ans en tant que précepteur – assistant instructeur – au département de psychologie. Il a ensuite quitté Princeton pour accepter un poste de professeur à l’Université de Californie, Riverside. Je recommande vivement son livre «Un guide sur la psychothérapie orthodoxe : la science, la théologie et la pratique spirituelle derrière et ses applications cliniques». Un autre couple intéressant de livres est «La théologie de la maladie» et «Les troubles mentaux et la guérison spirituelle : enseignements de l’Orient paléochrétien»par Jean-Claude Larchet.

Tout ce que je vais dire ici, c’est que la notion de corps, d’esprit et d’âme complètement séparés n’est pas patristique. Oui, les pères utilisent ces catégories, tout comme ils utilisaient les catégories philosophiques de la Grèce antique, mais ils les ont toujours redéfinies/réinterprétées ; ainsi, vous ne pouvez pas simplement prendre une citation de Saint X et Saint Z et dire qu’en fait, le corps, l’esprit et l’âme sont complètement séparés. En fait, le vocabulaire originel des platoniciens a été profondément retravaillé et transformé dans le contexte patristique. C’est pourquoi il est aussi stupide de déclarer que les Pères de l’Église, X ou Y, sont des «néoplatoniciens» : oui, les mots qu’ils utilisent sont les mêmes, mais leurs sens ont été profondément remaniés.

Pour vraiment comprendre la maladie et son rôle dans nos vies, vous devez vous familiariser avec les bases de l’anthropologie dogmatique patristique.

Je suis désolé, mais c’est la meilleure réponse que je puisse donner sans entrer dans une conférence.

Yvonne Lorenzo : En ce qui concerne les satanistes, j’ai lu comment il se passe quelque chose de démoniaque quand on fait le mal. Si nous pouvons faire confiance à un meurtrier sataniste repentant, son témoignage est que, dans le meurtre, il se sentait uni à ce que j’appellerais le démon ou le diable, une autre conscience et un pouvoir ressenti, pas seulement ce que vous avez dit à propos du «fruit défendu», c’est-à-dire rester là avec une conscience alternée en recevant le démoniaque. Étant donné ce que dit la religion orthodoxe à propos de la nature de l’homme après la «chute», quelles sont vos réflexions ?

Saker : Mes pensées à ce sujet sont les suivantes : Dieu est miséricordieux et «Il ne veut pas la mort du pécheur», n’est-ce pas ?

Ainsi, alors que les satanistes essaient de tout tuer, tout souiller et tout détruire, Dieu les retient et ne permet que les souffrances que nous pouvons supporter et dont nous avons besoin pour notre propre développement spirituel. Oui, la fin des temps est inévitable, mais notre résistance au mal et nos prières peuvent retarder cela, peut-être de plusieurs années. Alors, peut-être que l’humanité sera rôtie dans un holocauste nucléaire très bientôt et peut-être pas ; peut-être par l’intercession de la Mère de Dieu et des Saints, il permettra que nous vivions dans une paix relative pendant un moment. Tout est dans sa volonté.

Je veux ajouter ce qui suit : il n’y a pas de péché, pas de crime, pas de mauvaise action qui vous séparerait de manière irrévocable de Dieu. Plusieurs des plus grands saints de l’histoire ont commencé leur vie dans de terribles péchés, notamment l’un de mes saints les plus vénérés, Sainte Marie d’Égypte, dont vous pouvez lire la vie ici – je recommande vivement ce texte ! De plus, nous savons par le psautier que «le sacrifice à Dieu est un esprit brisé : un cœur brisé et humilié que Dieu ne méprisera pas» (Ps. 50:17, LXX). Ainsi, tout pécheur vraiment repentant sera pardonné et, s’il demande à être uni à l’Église, il sera accepté. Enfin, s’il existe des péchés qui empêcheraient une personne de devenir membre de l’Église, même le pire des pécheurs peut devenir moine, car, par définition, un moine est une personne qui se repent et cherche à imiter la vie des anges.

Yvonne Lorenzo : Que signifie être chrétien, c’est-à-dire suivre le chemin de Jésus-Christ ?

Saker : Dans le langage moderne, quiconque se dit chrétien est un chrétien. Bonjour notre société post-chrétienne ! Mais à l’origine, un chrétien était une personne qui, d’abord avait un critère de compréhension de la vérité patristique,  et ensuite était unie à l’Église. Prenons ces critères un par un.

Quel est le critère patristique de la vérité ? Il est bien résumé dans les trois citations suivantes :

La foi «que le Seigneur a donnée a été prêchée par les apôtres et préservée par les Pères. Sur cela fut fondée l’Église ; et si quelqu’un s’en éloigne, il ne doit plus être appelé chrétien» (Saint Athanase)

et littéralement, en addition, dans le sens du signe mathématique «plus»

Ce « qui a été cru partout, toujours et par tous » (Saint-Vincent de Lérins).

et enfin littéralement, en addition, dans le sens du signe mathématique «plus»

“Comme les prophètes l’ont vue, comme l’ont enseignée aux apôtres, comme l’Église l’a reçue, comme l’ont exprimée les docteurs dans des dogmes, comme convenue dans le monde entier, comme la grâce l’a illuminée” (Synodikon de l’Orthodoxie)

La première citation explique que tout enseignement véritablement chrétien doit être «compatible à la hausse» avec ce que le Christ, les apôtres et les pères ont enseigné.

La deuxième citation explique que tout enseignement véritablement chrétien doit être «compatible à la hausse» avec celui accepté par tous les chrétiens orthodoxes – critère géographique : partout dans le monde, dans toutes les régions, par toutes les églises orthodoxes locales – et par tous – critère personnel : vraiment par tout le monde, pas seulement le clergé, même les laïcs.

La troisième citation ajoute un critère crucial : la vérité est reçue par l’illumination, pas par la théorie.

En outre, l’unité dans l’ecclésiologie chrétienne d’origine ne peut être obtenue en négligeant les différences, en trouvant des points communs ou en communiquant simplement dans le même ciboire sans se préoccuper des «sujets théologiques obscurs», pour utiliser une expression moderne. Pour nous, vient en premier l’unité dans la foi (doxa) et les pratiques, c’est seulement après que l’unité dans le Ciboire de notre Seigneur peut être pleinement célébrée.

Dans les dénominations occidentales, c’est le contraire absolu : toutes sont empoisonnées par la scolastique et toutes placent la prétendue «intercommunion» avant une véritable unité de foi.

Je veux ajouter quelque chose d’extrêmement important ici : il y a une autre signification du mot «chrétien» : c’est une personne qui, bien que non unie à l’Église, cherche de toutes ses forces à vivre selon le précepte du Christ et de ses apôtres. Ce sont des gens qui ne connaissent presque rien de l’originale : L’Église Une en Christ, qui ont souvent des idées complètement erronées sur ce que l’Église est vraiment ou sur ce que le Christ a réellement enseigné, mais sans que ce soit de leur faute. En fait de telles personnes justes peuvent être trouvées dans toutes les religions. Je voudrais partager avec vous un exemple récent de cet amour chrétien et de ce désir de suivre véritablement le Christ et son enseignement dans la vidéo suivante qui montre le frère d’une victime assassinée pardonner et même déclarer son amour – chrétien – pour les femmes qui ont appuyé sur la gâchette. Voyez vous-même et, tout en regardant, demandez-vous ce que le Christ aurait à dire à ce jeune homme :

Donc, d’accord, cet homme n’est pas un chrétien orthodoxe traditionaliste, mais il fait honte à beaucoup d’entre nous, y compris à moi-même !

Bien que la théologie soit importante, voire cruciale – une personne malade doit recevoir sa médication ! – le Christ ne nous a pas demandé de devenir théologiens, il a plutôt dit :

Alors le Roi dira, à sa droite : Viens, toi béni de mon Père, hérite du royaume préparé pour toi depuis la fondation du monde. Car j'avais faim, et tu m'as nourri ; j'avais soif, et tu m'as désaltéré ; j'étais étranger et tu m'as accueilli ; nu et tu m'as vêtu; j'étais malade et tu m'as visité ; j'étais en prison et tu es venu à moi. Alors le juste lui dira : Seigneur, quand T'avons nous vu affamé et T'avons nourri ? ou assoiffé, et T'avons donné à boire ? Quand T'avons nous vu étranger et T'avons accueilli ? ou nu, et T'avons vêtu ? Quand T'avons nous vu malade ou en prison et sommes-nous allés vers Toi? Et le roi, répondra, lui disant : En vérité, Je te le dis, si tu l'as fait à l'un des plus petits d'entre Mes frères, tu Me l'as fait. Ensuite, il dira aussi à celui qui est à sa gauche : Éloigne-toi de Moi, maudit, dans le feu éternel, préparé pour le diable et ses anges. J'étais affamé, et tu ne M'as pas donné de viande ; J'avais soif, et tu ne M'as pas désaltéré ; J'étais étranger, et tu n'as pas voulu de Moi ; nu, et tu ne M'as pas vêtu ; malade et en prison, et tu ne M'as pas rendu visite. Ensuite, il lui répondra aussi, en disant : Seigneur, quand T'ai-je vu affamé, assoiffé, étranger, nu, malade ou en prison, et ne T'ai-je pas servi ? Il lui répondra alors : En vérité, Je te le dis, si tu ne l'as pas fait au plus petit d'entre nous, tu ne Me l'as pas fait. Et ceux-ci iront au châtiment éternel ; mais les justes iront à la vie éternelle. (Matt: 25: 34-46)

Ce sont des paroles effrayantes pour ces chrétiens Orthodoxes qui s’attribuent la sainteté et la perfection de l’Église mais dont le cœur est parfois beaucoup plus dur que celui des justes non Orthodoxes.

Enfin, même la théologie, la vraie, et non le substitut scolastique inventé en Occident, est inséparable du véritable amour et de la justice. Savez-vous ce que l’Église primitive considérait comme un véritable théologien ? La réponse se trouve dans les Béatitudes : « Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Matt 5: 8).

Du point de vue chrétien d’origine, le péché ne consiste pas à « irriter » ou à « offenser » Dieu. Pécher signifie simplement «rater la cible», «ne pas réaliser tout son potentiel» pour utiliser une expression moderne. Nous savons que Dieu a voulu «Faire l’homme à son image, à sa ressemblance» (Gn 1,26). Le terme “image” signifie ici que nous avons été créés avec le potentiel de devenir parfaits, à l’image du Christ. Le mot «ressemblance» fait référence à notre condition actuelle. Lorsque nous péchons, nous gardons ce potentiel, cette image, mais nous perdons notre ressemblance. Ainsi, lorsque nous péchons, nous ne faisons que nous blesser nous-mêmes, et blesser les autres, jamais Dieu. Plus important encore, lorsque nous péchons, nous assombrissons notre «cœur» intérieur, ce qui nous empêche de réaliser tout notre potentiel, voire d’avoir une perception correcte des questions spirituelles vitales.

Les Pères étaient de superbes théologiens, il est vrai que certains d’entre eux étaient parmi les plus brillants théologiens et philosophes de tous les temps, je pense à saint Maxime le Confesseur ou à saint Grégoire Palamas. Pourtant, ils étaient avant tout des saints !

C’est pourquoi la pseudo-théologie moderne est si insipide, arrogante et, franchement, ridicule : c’est presque toujours le produit de personnes peut-être bien intentionnées, mais complètement désemparées. Bien sûr, ils ont obtenu leur doctorat en «études de divinité», mais leur cœur est assombri par le péché et l’hérésie et ils aiment vraiment les citoyens de Ninive : ils ne peuvent pas séparer leurs mains droite et gauche (Jonas 4:11)!

La vraie théologie vient d’un cœur pur, et de l’illumination que le cœur d’une telle personne reçoit, et non de spéculations intellectuelles originales, nouvelles ou autres succès de librairie. Comme le dit un de mes amis prêtres, «les Pères ne buvaient pas de cognac, ni ne fumaient le cigare en théologisant : ils priaient, en particulier la prière de Jésus, et ils se repentaient humblement pour leurs péchés» , même s’ils en avaient très peu. En fait, moins une personne porte de péchés, plus ils sont lourds.

Le vrai christianisme a toujours été trouvé avant tout dans les monastères, et non dans les institutions d’enseignement laïques, et c’est encore vrai aujourd’hui.

Au fait, vous avez dit : «J’ai également lu Surprise par le Christ : Mon cheminement du judaïsme au christianisme orthodoxe, du révérend James A. Bernstein, qui a abordé ces questions dans une perspective orthodoxe.» Je n’ai pas lu ce livre, mais je recommande vivement ce court essai de lui : Qui prime : L’Église ou le Nouveau Testament ?

Yvonne Lorenzo : Pour finir, une question concernant l’histoire de la Russie. Avec un tel héritage Orthodoxe, qui était responsable du meurtre des chrétiens dans la révolution russe et les goulags ?

Saker (parle en anglais) : Réponse courte, surtout des Juifs bolcheviques, du moins jusqu’à la purge du Parti par Staline.

Réponse plus longue : oui, à l’origine, la plupart des hauts commandants de la police secrète soviétique (appelée ChK) étaient juifs. Mais beaucoup de gens de la base venaient d’autres nationalités. Je ne pense pas que les bolcheviks avaient une conscience nationale. En cela, ils étaient comme des capitalistes transnationaux. Bien sûr, la première génération de juifs bolcheviques avait une identité spécifique, mais dans la plupart des cas, son idéologie n’était pas spécifiquement juive. Tout ce qu’ils ont hérité des rabbins, c’est le sens de leur supériorité raciale et leur haine enragée pour tout ce qui est chrétien, en particulier les chrétiens orthodoxes. Mais au-delà, ils étaient plus marxistes laïcs que talmudistes. Sur la question de savoir pourquoi une telle orgie du mal a eu lieu après la révolution de 1917, je voudrais citer Alexander Soljenitsyne:

Au 18ème, le pays était secoué par des transformations forcées imposées par Pierre le Grand, qui ont favorisé l'économie, l'État et l'armée au détriment de l'esprit religieux et de la vie nationale. Et parallèlement à ces Lumières inopportunes  de Pierre le Grand, la Russie sentait le premier souffle de la laïcité ; ses poisons subtils ont imprégné les classes instruites au cours du 19ème siècle et ont ouvert la voie au marxisme. Au moment de la Révolution, la foi avait pratiquement disparu dans les milieux éduqués russes ; et parmi les incultes, sa santé était menacée.

Insensiblement, à travers des décennies d’érosion progressive, le sens de la vie en Occident n’a plus été perçu autrement qu'une noble tâche à la «poursuite du bonheur», un objectif même solennellement garanti par les constitutions. Les concepts de bien et de mal ont été ridiculisés pendant plusieurs siècles ; bannis de l'usage commun, ils ont été remplacés par des considérations politiques ou de classe de courte durée. Il est devenu embarrassant d’affirmer que le mal s’installe dans le cœur de l’homme avant de s'installer dans un système politique. Pourtant, il n'est pas considéré honteux de faire des concessions quotidiennes à un mal intégral (…). Les sociétés occidentales perdent de plus en plus leur essence religieuse alors qu'elles livrent inconsciemment leur jeune génération à l'athéisme (…). Quand les droits extérieurs sont totalement illimités, pourquoi devrait-on faire un effort intérieur pour se garder d'actes ignobles ? Ou pourquoi devrait-on s'abstenir d'attiser la haine, quelle que soit sa base - race, classe ou idéologie ? Une telle haine est en fait en train de corroder beaucoup de cœurs aujourd'hui. Les professeurs athées de l’Occident élèvent la jeune génération dans un climat de haine de leur propre société. Au milieu de toute cette vitupération, nous oublions que les défauts du capitalisme représentent les défauts fondamentaux de la nature humaine, permettant une liberté illimitée ainsi que les divers droits de l’homme ; nous oublions que, sous le communisme (…), les mêmes défauts s'installent chez quiconque a la moindre autorité ; alors que tous les autres, sous ce système atteignent effectivement «l'égalité», l'égalité des esclaves sans ressources. Ce désir ardent d'attiser les flammes de la haine est en train de devenir la marque du monde libre d'aujourd'hui. En effet, plus les libertés individuelles sont larges, plus le niveau de prospérité, voire d’abondance, est élevé - plus cette haine aveugle devient paradoxalement violente. L'Occident développé contemporain démontre ainsi, par son propre exemple, que le salut humain ne peut être trouvé ni dans la profusion de biens matériels ni dans le simple fait de gagner de l'argent (…). Nous devons d’abord reconnaître l’horreur perpétrée non pas par une force extérieure, ni par des ennemis de classe ou nationaux, mais par chacun de nous individuellement et par chaque société. Cela est particulièrement vrai dans une société libre et très développée, car ici en particulier, nous avons assurément tout mis sur notre dos, de notre propre volonté. Dans notre égoïsme impensé quotidien, nous serrons nous-mêmes ce nœud coulant ...

Tout cela est très important, chaque mot.

La réponse théologique avec trois citations scripturaires :

« Car nous ne luttons pas contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les dirigeants des ténèbres de ce monde, contre la méchanceté spirituelle dans les hauts lieux » (Éph. 6:12),

« Mon nom est Légion; car nous sommes nombreux. » (Marc 5: 9)

et

« Ne comptez pas sur les puissants, des fils d’homme qui ne peuvent sauver ! Leur souffle s’en ira : ils retourneront à la terre ; et ce jour-là, périront leurs projets. » (Psaume 145: 3-4 selon la LXX).

Il ne s’agit pas de «groupes» – races, classes, dénominations, etc. – il s’agit toujours, toujours, d’une lutte contre les pouvoirs démoniaques, quels que soient l’idéologie ou le chef que les démons utiliseront à leurs propres fins.

C’était vrai il y a 2000 ans, et c’est toujours le cas aujourd’hui.

J’aimerais ajouter une dernière chose : j’ai essayé de répondre à vos questions du mieux que je pouvais, mais si dans l’une de mes réponses je me suis trompé, je me repens et je demande votre pardon.

ANNEXES

Le deuxième psaume en quatre traductions :

Notez que les traductions de la Septante citent clairement «Le Christ» ou «Le nommé» et «Mon fils».

Nouvelle version internationale Biblica© 

 1 Pourquoi les nations conspirent-elles 1 
 et les peuples complotent-ils en vain ?

 2 Les rois de la terre se lèvent
 et les dirigeants se regroupent
 contre le Seigneur et contre son oint, en disant :

 3 “Brisons leurs chaînes
 et jetons leurs fers au loin"

 4 L'Unique qui trône dans les cieux rit;
 le Seigneur se moque d'eux.

 5 Il les réprimande dans sa colère
 et les terrifie dans sa fureur, en disant:

 6 “J'ai installé mon roi
 sur Sion, ma montagne sainte."

 7 Je proclamerai le décret du Seigneur :
 Il m'a dit : "Tu es mon fils;
 aujourd'hui je suis devenu ton père.

 8 Demande-moi
 et je te ferai héritier des nations
 et te donnerai possession des extrémités de la terre.

 9 Tu les briseras avec une verge de fer 2; 
 tu les réduiras en morceaux comme de la poterie."

 10 Ainsi vous, rois, soyez sages !
 soyez averti, vous les dirigeants de la terre.

 11 Servez le Seigneur avec crainte
 et célébrez son règne en tremblant.

 12 Embrassez son fils, sinon il sera en colère
 et le chemin mènera à votre destruction,
 car sa fureur peut éclater en un instant.
 Bénis sont tous ceux qui se réfugient en lui.

 

Traduction de King James :

1 Pourquoi les païens se déchaînent-ils et le peuple imagine-t-il une chose vaine ?

2 Les rois de la terre s'installent, et les chefs se concertent contre le Seigneur et contre son oint, en disant:
 
3 Déchirons leurs liens et jetons leurs cordes au loin.
 
4 Et celui qui siège dans les cieux rira ; le Seigneur les tiendra en dérision.
 
5 Alors, il les réprimandera dans sa colère et les vexera dans son douloureux déplaisir, disant :
 
6 "J'ai pourtant établi mon roi sur ma montagne sainte de Sion."
 
7 J'annoncerai le décret. Le Seigneur m'a dit : "Tu es mon Fils. aujourd'hui je T'ai engendré.
 
8 Demande-moi, et je Te donnerai les nations en héritage, et les régions les plus extrêmes de la terre seront en Ta possession.
 
9 Tu les briseras avec une verge de fer; Tu les réduiras en morceaux comme un vase de potier."
 
10 Ô vous, rois, soyez donc sages maintenant, soyez avertis, vous juges de la terre.
 
11 Servez le Seigneur avec crainte et réjouissez-vous en tremblant.
 
12 Embrassez le Fils, de peur qu'il ne soit en colère et que vous ne périssiez en chemin, si sa colère se réveillait un peu. Heureux tous ceux qui mettent leur confiance en Lui.
Traduction de la Septante par Sir Lancelot C.L. Bretton:

1 Pourquoi le païen enrage-t-il, et les nations ont-elles imaginé des choses vaines ?

2 Les rois de la terre se levèrent et les chefs s'assemblèrent contre le Seigneur et contre son Christ. (emphase ajoutée)
 
3 En disant: "brisons leurs liens et jetons au loin leur joug."
 
4 Lui qui habite les cieux les méprisera en riant, et le Seigneur se moquera d'eux.

5 Puis, Il leur parlera dans sa colère et les troublera par sa fureur.

6 Mais Il m'a fait roi de Sion, sa montagne sainte.
 
7 Déclarant l'ordonnance du Seigneur : Le Seigneur m'a dit : "Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré.
 
8 Demande-moi, et je te donnerai les païens en héritage, et les extrémités de la terre pour Ta possession.
 
9 Tu les gouverneras avec une verge de fer; Tu les réduiras en morceaux comme un vase de potier."
 
10 Donc maintenant, comprenez, vous les rois, soyez avertis, vous tous qui jugez la terre.
 
11 Servez le Seigneur avec crainte et réjouissez-vous en lui en tremblant.
 
12 † Acceptez la correction, de peur à tout moment que le Seigneur ne soit en colère et que vous périssiez hors du chemin vertueux chaque fois que sa colère sera soudainement éveillée, bénis sont ceux qui se confient en lui.
N.E.T.S. extrait de Une nouvelle traduction anglaise de la Septante © 2007 par l'Organisation internationale pour la Septante et Cognate Studies, Inc. Utilisée avec l'autorisation de Oxford University Press, tous droits réservés.

Psaume 2

1 Pourquoi les nations sont-elles devenues insolentes et les peuples ont-ils contemplé des choses vaines?
 
2 Les rois de la terre se tenaient côte à côte, et les chefs s'assemblèrent contre le Seigneur et contre son oint,
 
3 "Faisons éclater leurs liens et jetons au loin leur joug."
 
4 Lui qui réside dans les cieux se moquera d'eux, et le Seigneur se moquera d'eux.
 
5 Puis il leur parlera dans sa fureur et il les troublera par sa colère :
 
6 “Mais il fut établi roi par Lui, à Sion, sa montagne sainte"
 
7 En proclamant l’ordonnance du Seigneur : Le Seigneur m'a dit: "Tu es mon fils; aujourd'hui je t'ai engendré. [Soulignement ajouté]
 
8 Demande-moi, et je te donnerai les nations en héritage et comme possession les extrémités de la terre.

9 Tu les guideras avec une barre de fer; comme un vase de potier, tu les briseras."
 
10 Et maintenant, ô rois, soyez sages ; soyez avertis, vous tous qui jugez la terre.
 
11 Soyez soumis au Seigneur avec crainte et réjouissez-vous en lui en tremblant.
 
12 Ne manquez pas les instructions, de peur que le Seigneur ne soit en colère et que vous périssiez hors de la voie juste, quand sa colère éclatera soudain. Heureux tous ceux qui ont confiance en lui.

Liens dans l’article

1 – https://www.amazon.com/Incarnation-Saint-Athanasius-Popular-Patristics/dp/0881414271
2 – https://www.amazon.com/Orthodox-Way-Kallistos/dp/0881416282/
3 – https://www.amazon.com/Orthodox-Dogmatic-Theology-Michael-Pomazansky-ebook/dp/B00Q54OEB6
4 – https://www.amazon.com/Surprised-Christ-Journey-Orthodox-Christianity/dp/1888212950
5 – https://www.amazon.com/Moody-Bible-Commentary-Michael-Rydelnik-ebook/dp/B00DZEYP7W
6 – https://www.amazon.com/Bells-Dawn-Russian-Sacred-Folk-Songs/dp/B00M15FN54?SubscriptionId=AKIAI63WS3YGA3Y2AA&tag=lrc18-20&linkCode=xm2&camp
7 – https: //www.amazon.com/New-English-Translation-Septuagint/dp/0195289757
8 – https://www.amazon.com/Son-Thunder-Spear-Odin-Book/dp/1503342743/ref=la_B00ROC7CZ8_1_1_twi_pap_2?s=books&ie=UTF8&qid=1471119266&sr=1-1 (relié)
9 – https://www.amazon.com/dp/B01K9BDFN8 (Kindle)
10 – https://www.amazon.com/Cloak-Freya-Spear-Odin-Book/dp/1505577241/ref=asap_bc?ie=UTF8 (Broché)
11 – https://www.amazon.com/Orthodox-Study-Bible-Hardcover-Christianity/dp/0718003594
12 – https://www.amazon.com/New-English-Translation-Septuagint/dp/0195289757

Yvonne Lorenzo et The Saker

Traduit par jj, relu par San pour le Saker Francophone

  1. Psaume 2 : 1 Hébreu; Rage de la Septante
  2.  Psaume 2 : 9 ou tu les gouverneras avec un sceptre de fer (voir Septante et syriaque)
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Foi orthodoxe : Yvonne Lorenzo interviewe The Saker »

Les commentaires sont fermés.