Erdogan n’est pas tant en position de force qu’il n’y paraît. C’est ce qui le rend dangereux.


Apparemment, rien n’arrêtera le dirigeant turc dans ses tentatives pour centraliser le pouvoir et toutes les tentatives qui ont échoué le rendent encore plus désespéré.


Par Conn Hallina – Le 5 avril 2017 – Source Foreign Policy in Focus

À première vue, la volonté de Recep Tayyip Erdogan de créer une présidence exécutive avec un pouvoir presque illimité grâce à un référendum national ressemble à un coup facile.

L’homme n’a pas perdu d’élection depuis 1994, il a pipé les dés et tout mis de son côté pour le vote du 15 avril [gagné d’une courte tête, NdT]. Utilisant le coup d’État de l’été dernier comme rempart, il a déclaré l’état d’urgence, a licencié 130 000 employés du gouvernement, a emprisonné 45 000 personnes, y compris des parlementaires de l’opposition, et a fait fermer 176 médias. Le Parti populaire républicain, un parti d’opposition, déclare qu’il est harcelé par les menaces de mort des partisans du référendum et les arrestations par la police.

Continuer la lecture de Erdogan n’est pas tant en position de force qu’il n’y paraît. C’est ce qui le rend dangereux.

La rencontre entre Trump et Xi Jinping.


Donald charme Xi pour essayer de briser le partenariat Moscou-Pékin.


Par Sputiknews – Le 9 avril 2017

La semaine dernière, [au cours de leur rencontre à la résidence de Trump, Mar a Lago, NdT]  le président Donald Trump et le président chinois Xi Jinping, se sont accordés sur une série de points, y compris un nouveau plan commercial de 100 jours. Les observateurs disent que Washington travaille activement à tenter de briser le partenariat stratégique russo-chinois, mais ajoutent que la division internationale du travail rend ces plans voués à l’échec.

Continuer la lecture de La rencontre entre Trump et Xi Jinping.

Le « rapport des services de renseignement » n’en est pas un


Il laisse surtout entrevoir un soutien à al-Qaïda.


Par Moon of Alabama – Le 12 avril 2017.

Moon of Alabama

La Maison Blanche de Trump a publié trois pages et demie d’accusations contre les gouvernements syrien et russe. Ce sont de simples pages sans en-tête ou bas de page, pas de date, pas de traces de classement ni de déclassification, ni agence émettrice, ni signature. Impossible de savoir qui les a écrits.

Les médias américains étasuniens appellent cela un rapport déclassifié américain concernant l’attaque aux armes chimiques. Mais ce n’en est pas un.

Continuer la lecture de Le « rapport des services de renseignement » n’en est pas un