La Grande Prostituée et le DRAGON


Par Patrice-Hans Perrier − Le 8 juillet 2020 − Source Carnets d’un Pèlerin

La Grande Prostituée et le DRAGON Gracieuseté apostolische-geschichte.de

La saison estivale approchant à grands pas, nous aimerions nous pencher un peu sur le phénomène Femen. Faisant partie d’une sorte de Cirque Barnum de la constellation Soros, la Femen tient le rôle d’une prostituée sacrée des temps modernes. Prêtresse d’un culte néo-païen qui n’a rien de nouveau sous le soleil, la Femen s’évertue à profaner les autels et autres lieux « sacrés » des anciennes religions du livre. Égérie d’une mouvance qui semble avoir été mise en orbite afin d’abattre les symboles de la cité des patriarches, la Femen s’acharne, telle une harpie, sur les dépouilles d’une chrétienté qui n’est que l’ombre d’elle-même. Bref, la Femen demeure le complément indispensable du surnuméraire de l’Opus Dei.

Continuer la lecture de La Grande Prostituée et le DRAGON

Vers une authentique renaissance de la cité


Par Patrice-Hans Perrier − Le 3 novembre 2017 − Source Carnets d’un Pèlerin

La cité grecque gettyimages.fr

Vers une authentique renaissance de la cité

A l’heure de l’ubiquité des échanges numériques, dans un contexte où les conventions culturelles sont battues en brèche, la cité se meurt faute d’oxygène. Il ne demeure qu’un vague agrégat d’intérêts disparates mettant en scène des acteurs qui meublent l’espace civique comme des potiches. La médiation n’est plus le lot des clercs d’autrefois : les grands prêtres du spectacle médiatique arbitrent aux différents qui ne manquent de se multiplier alors que le « vivre ensemble » n’est plus qu’une vague chimère. Il convient de rassembler les gens autour d’événements construits comme autant de célébration vides de sens, le temps de célébrer une fête païenne ou chrétienne travestie en journée de la consommation, le temps d’une fugace fuite en avant.

Continuer la lecture de Vers une authentique renaissance de la cité

La grande mascarade universelle


Comme au Carnaval de Venise, les habitants de la cité virtuelle se cacheront derrière des masques bariolés


Par Patrice-Hans Perrier − Le 8 juin 2020 − Source Carnets d’un Pèlerin

Poster Cirque du Soleil gracieuseté de Pinterest
Poster Cirque du Soleil – Pinterest

Nous assistons au triomphe de la possession des corps et des esprits. Les grands régisseurs du cirque universel ont fabriqué une sorte de théâtre d’ombres à partir de cette « pandémie » de coronavirus qui représente, d’après eux, une occasion en OR afin de mettre en scène la grande Guerre de tous contre tous. Ainsi, tablant sur l’effet de peur et le suivisme des foules pour assigner à résidence des milliards d’être désorientés, les grands régisseurs viennent de confisquer l’espace public de manière définitive. Dorénavant, vous ne pourrez plus circuler comme bon vous semble au beau milieu d’une cité transformée en théâtre d’opérations d’ingénierie socialo-sanitaire.

Continuer la lecture de La grande mascarade universelle

Québécois sortez de votre torpeur !


Par Patrice-Hans Perrier − Le 29 avril 2020 − Source Carnets d’un Pèlerin

La Chute des Damnés par Dirk Bouts vers 1470 –  Wikipédia

Nous voilà livrés à notre propre médiocrité, rivés à nos écrans d’ordinateur, dans l’attente d’un changement de régime qui pourrait nous libérer du marasme ambiant. Mais, c’est une veine quête que cette attente des jours meilleurs, alors que nous subissons de plein fouet l’emprise d’un confinement que nous avons accepté d’emblée, sans trop nous questionner et encore moins protester. La radio réveil matin continue, vaille que vaille, à déverser ses flots d’insalubrités publiques tous les matins : « le taux de mortalité causée par le coronavirus atteint de nouveaux sommets dans un contexte où vous ne devez pas vous attendre à sortir de chez vous de sitôt ». Chaque matin qui se pointe le bout du nez, bon gré mal gré, il nous faut subir un lavage de cerveau médiatique avant d’entreprendre notre journée de confit de canard.

Même remarque à propos de la culpabilité : aucune prise de pouvoir ne peut s’effectuer sans culpabilisation générale. Il faut cette remise à zéro des compteurs moraux pour, comme dira Nietzsche, «transformer les causes en pécheresses et les conséquences en bourreaux».

Philippe Muray, Essais, Exorcismes spirituels I, Les Belles Lettres, 2015

Continuer la lecture de Québécois sortez de votre torpeur !

« Décontractés du gland, et on bandera quand on aura envie de bander… » !


Par Patrice-Hans Perrier − Le 24 mars 2020 − Source Carnets d’un Pèlerin

Kama Sutra Font Malika Favre’s Kinky Typography Inspires

Gérard Depardieu nous a gratifié d’une tirade libératrice alors qu’il conduisait avec nonchalance une Citroën DS zigzaguant à la fin de l’opus Les Valseuses. Toisant son pote Patrick Dewaere qui, manifestement, n’arrive pas à jouir du moment présent, alors que Miou Miou lui tripote les cheveux avec un air taquin, Depardieu met les points sur les i : « On n’est pas bien là ? Paisibles, à la fraîche, décontractés du gland … et on bandera quand on aura envie de bander ! » Tout est dit à une époque où les mœurs étaient revisitées par une bande de voyous qui se servaient du septième art comme d’un exutoire favorisant une libération sexuelle pas toujours aussi factice qu’on veut bien nous le faire croire. Continuer la lecture de « Décontractés du gland, et on bandera quand on aura envie de bander… » !

La grande fête du confinement


Par Patrice-Hans Perrier − Le 26 mars 2020 − Source Carnets d’un Pèlerin

The First Pentagon – Villa Farnese house of the italian black nobility

Dans leur incapacité presque absolue d’analyser, c’est-à-dire de critiquer, d’ironiser et de juger les événements qu’ils devraient en principe traiter, les journalistes confiturés, les scribes médiatiques et les malléables penseurs du temps comme il va n’ont plus que le mot « fête », en toute circonstance, quel que soit le sujet qu’ils traitent, et ils ne s’aperçoivent même pas de ce ressassement. Philippe Muray, dans Après l’histoire, 1998

Continuer la lecture de La grande fête du confinement

À chaque inquisiteur son hérétique


Le pouvoir n’a jamais toléré une parole qui puisse échapper à son emprise


Par Patrice-Hans Perrier − Le 27 janvier 2020 − Source Carnets d’un Pèlerin

Alcôve lumineuse dans un monde de pénombre

La chasse aux hérétiques se poursuit contre toute attente en 2020, dans un contexte où les autorités politiques s’alignent de plus en plus sur une doxa globaliste qui ne fait plus de concessions. Jadis, lorsque le Moyen Âge chrétien était à son apogée, l’église de Rome avait confié aux frères prêcheurs le mandat d’enquêter sur les déviants qui osaient défier la doxa d’une doctrine patristique qui s’érigeait en rempart contre les influences du « malin ». Si les thuriféraires de la Révolution française ont réussi à mettre à bas les influences du haut clergé, il n’en demeure pas moins que leurs successeurs s’acharnent actuellement à reconstruire les fondations d’une inquisition toujours à la manœuvre.

Continuer la lecture de À chaque inquisiteur son hérétique

L’Art au service du globalisme


Entretien exclusif mené avec Aude de Kerros et recension de son dernier ouvrage


Par Patrice-Hans Perrier − Le 24 décembre 2019 − Source Carnets d’un pèlerin

Aude de Kerros - YouTube
Aude de Kerros – YouTube

Nous reprenons le fil de la discussion sur la place des arts et culture dans le processus de domination de l’ORDO globaliste. Suite à l’incendie de Notre-Dame de Paris, plusieurs s’interrogent sur l’avenir de notre patrimoine culturel dans un contexte où les industries du divertissement sont en voie de reprendre totalement la main. Il y a péril en la demeure puisque les édiles parisiens, entièrement cautionnés par le gouvernement Macron, souhaitent profiter du grand chantier de reconstruction de la cathédrale gothique pour implanter un parc touristique au cœur de l’île de la Cité.

Continuer la lecture de L’Art au service du globalisme

Enki Bilal : Main basse sur la mémoire de l’humanité


Par Patrice-Hans Perrier − Le 25 novembre 2019 − Source Carnets d’un promeneur

ENKI BILAL MÉCANHUMANIMAL EXPO
Enki Bilal – Mécanhumanimal Expo

Le créateur de bandes dessinées Enki Bilal était de passage à Montréal, du 21 au 23 novembre, dans le cadre d’un Salon du livre qui table de plus en plus sur les effets de mode pour appâter de nouvelles clientèles. Invité d’honneur de l’événement, Bilal est venu présenter les deux premiers tomes de sa série intitulée BUG, sorte de saga qui tourne autour d’une crise informatique qui ferait en sorte de priver l’humanité entière de sa mémoire numérique. Ça tombe bien puisque Montréal se targue, depuis le « bogue de l’an 2000 », d’être une des capitales des industries numériques et un haut-lieu des arts technologiques.

Continuer la lecture de Enki Bilal : Main basse sur la mémoire de l’humanité