Notre époque comme hallucination collective


Par Patrice-Hans Perrier − Le 6 août 2019 − Source Carnets d’un promeneur

The Magic Mirror of M.C. ESCHER Gracieuseté des éditions TASCHEN

Au même moment où les « autorités compétentes » nous enjoignent de toujours plus performer, sans égard aux risques encourus, l’usage des tranquillisants et autres neuroleptiques explose. Toujours plus et toujours mieux : nul n’a le loisir de reculer face à l’antienne du progrès.

Continuer la lecture de Notre époque comme hallucination collective

Sans enracinement un peuple est condamné à disparaître


Par Patrice-Hans Perrier − Le 15 juillet 2019 − Source Carnets d’un promeneur

Déracinement photo libre de droits

À une époque où nationalisme et mondialisme s’affrontent dans l’arène de la guerre des communications, il importe de mettre de côté les idéologies mortifères qui nous empêchent de reprendre contact avec la réalité de toute citoyenneté qui se respecte. Est citoyen celui ou celle qui fait partie d’une collectivité enracinée sur un territoire donné. Penser la nation, par-delà les débats idéologiques, c’est poser la question incontournable de l’enracinement.
Continuer la lecture de Sans enracinement un peuple est condamné à disparaître

La force de l’existence


Par Patrice-Hans Perrier − Le 4 Mai 2019 − Source Le blog de Patrice-Hans Perrier

Les temps sont difficiles pour les patriotes actifs des deux côtés de l’Atlantique. En effet, le rouleau compresseur des diverses chartes onusiennes et la pression des grandes multinationales font en sorte que les prérogatives des États nationaux se réduisent, chaque jour, en peau de chagrin. Il y a péril en la demeure et c’est le cas de le dire.

L’historien Dominique Venner s’épanche longuement dans son essai, intitulé « Un samouraï d’Occident », sur les causes du déclin de l’Europe et de la civilisation helléno-chrétienne. D’après lui, l’inéluctable déclin de notre civilisation serait dû, d’entrée de jeu, à la perte de ce qui constituait la substantifique moelle de notre éthos collectif.
Continuer la lecture de La force de l’existence

Montréal ne fait déjà plus partie du Québec


Par Patrice-Hans Perrier − Avril 2019 − Source Les Carnets d’un Promeneur

Résultat de recherche d'images pour "images montreal ile"

La fronde organisée par la Ville de Montréal contre le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État traduit parfaitement l’état des choses. Montréal est devenue  une cité-État coupée de ses constituantes naturelles. Ses édiles et les oligarques qui se terrent dans leurs quartiers huppés n’entendent pas se conformer aux desiderata du gouvernement québécois.

Continuer la lecture de Montréal ne fait déjà plus partie du Québec

Un chien qui se mord la queue


La logique libérale fait de l’espèce humaine une marchandise corvéable à merci


Par Patrice-Hans Perrier – Le 4 avril 2019 – Source Blog de l’Auteur

Nous poursuivons, ici, notre analyse de la déchéance spirituelle et morale de l’occident. Dans un contexte où la société marchande cède la place à une oligarchie financière, les repères humanistes sont gommés et remplacés par les dictats d’un marché international qui a force de loi.

Nous inspirant de l’analyse du philosophe français Jean-Claude Michéa, nous tenterons dans ce court exposé de mettre à nu la logique libérale. Reprise d’un article de réflexion composé il y a quelques temps de cela.

Continuer la lecture de Un chien qui se mord la queue

L’État-voyou vend les meubles de la nation à la haute finance


La plèbe française se soulève contre cette machine infernale qui sert à sucer la moelle de la nation au profit des banquiers.


Par Patrice-Hans Perrier – Le 19 mars 2019 – Source Carnets d’un promeneur

L’État-voyou vend les meubles de la nation à la haute finance
Les médias dominants ne font que mentir à longueur de journée en affirmant que le mouvement des Gilets jaunes correspond à une révolte brutale destinée à détruire les fondements de la république. Pourtant, nul besoin de rappeler que les principaux intéressés ont pris d’assaut le cœur de Paris un samedi 17 novembre afin d’exprimer un cri du cœur contre une fiscalité destinée à étouffer les classes laborieuses. Parce que « l’économie réelle » suffoque à force de supporter les ponctions d’un État qui est une insatiable « pompe à finances ».

Continuer la lecture de L’État-voyou vend les meubles de la nation à la haute finance

Le populisme a-t-il envahi la sphère politique ?


Par Patrice-Hans Perrier – Le 4 février 2019 – Source Carnets d’un promeneur via dedefensa

Résultat de recherche d'images pour "populisme gilet jaune"

Le populisme, nous apprend le dictionnaire, était, bien avant d’être une mouvance politique, un courant littéraire qui cherchait à dépeindre la vie des gens du peuple. Et, qu’est-ce que le peuple ? Il s’agit d’un regroupement d’humains, d’une communauté qui vit en société tout en partageant des coutumes et une histoire. Le peuple est ce qui forme la nation en définitive. Le populisme semble faire écho à l’indifférence des élites face à la misère du peuple.

Continuer la lecture de Le populisme a-t-il envahi la sphère politique ?

Le monastère de Valaam, la Renaissance d’une grande tradition


Par Patrice-Hans Perrier – Le 6 avril 2017 – Source Carnets d’un promeneur

The restoration of the Transfiguration of the Saviour Cathedral complete – 2003
L’immense monastère de Valaam enseveli sous les neiges

Situé sur un archipel ceinturé par un immense lac, le Monastère de Valaam n’est accessible qu’une partie de l’année. Fondé il y a près d’un millénaire – certaines sources parlent du début du XIe siècle – cette forteresse du monachisme n’a pas son égal dans le monde orthodoxe, mis à part le célébrissime Mont Athos, dans le nord de la Grèce. Juché sur un massif de granit, posé comme un immense vaisseau au beau milieu de l’archipel de Valaam, ce complexe monacal compte pas moins de sept églises, dont une cathédrale, et de nombreux skites (petits ermitages isolés) éparpillés dans la nature environnante.

Continuer la lecture de Le monastère de Valaam, la Renaissance d’une grande tradition

Auroville, cité utopique en devenir


Par Patrice-Hans Perrier – Le 18 mars 2017 – Source Carnets d’un promeneur

Maquette du plan d'urbanisme d'Auroville - Gracieuseté du site utopies.skynetblogs.be
Maquette du plan d’urbanisme d’Auroville

 

Nous vous présentons, le plus simplement du monde, le troisième volet de notre série dédiée aux UTOPIES à toutes les époques et sous toutes les latitudes. Ici, nous prenons un temps d’arrêt à PONDICHÉRY, dans le Sud-Est de l’Inde. C’est avec le désir novateur d’associer le développement de la personne avec la naissance d’une cité harmonieuse que ses premiers pionniers ont eu l’ambition de convertir 25 hectares de terres désertiques en oasis luxuriant.

AUROVILLE, cité utopique imaginée par Mirra Alfassa, dite la Mère, compagne de vie du grand sâdhu Sri Aurobindo, a été inaugurée un 28 février 1968. Sa population qui compte, aujourd’hui, autour de 3500 âmes, vient tout juste de célébrer les noces d’or de cette petite nébuleuse qui étend ses tentacules autour du MATRIMANDIR, c’est-à-dire de son centre spirituel. Les maquettes du développement urbain projeté sont éloquentes : Auroville fait, bel et bien, penser à une petite nébuleuse perdue au beau milieu d’un désert en pleine métamorphose.
Continuer la lecture de Auroville, cité utopique en devenir

Fuir la cité concentrationnaire


Par Patrice-Hans Perrier – Le 18 février 2017 – Source Carnets d’un promeneur

Franl Lloyd Wright
Frank Lloyd Wright

Nous poursuivons, ici, la réflexion amorcée dans le cadre de notre série sur le monde des UTOPIES. Dans un contexte où la citoyenneté est menacée jusque dans ses fondations les plus pérennes – la rente immobilière comme outil de contrôle – nous avons cru bon de questionner l’urbanisme au niveau de ses rêves et de ses utopies contemporaines.

Cette deuxième pièce à conviction de notre série traite de la vision utopique et humaniste de Frank Lloyd Wright, probablement le plus grand architecte américain de tous les temps. Penseur d’une architecture proche de la nature, émule des précurseurs d’un retour aux sources – à l’instar d’un Henry David Thoreau – Wright s’insurge contre la cité concentrationnaire du grand capital apatride. Il nous invite à faire l’école buissonnière, histoire de suivre les pas des premiers pèlerins et autres défricheurs d’une société américaine archaïque, celle qui témoignait du désir d’émancipation des pionniers fuyant une Europe despotique. La réflexion du grand architecte est encore plus d’actualité, à une époque où plusieurs de nos concitoyens souhaitent façonner de nouvelles cités, de nouvelles communautés humaines et un bios politikos vierge de toute déchéance.
Continuer la lecture de Fuir la cité concentrationnaire