Le Yémen sans Saleh


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Par Moon of Alabama – Le 4 décembre 2017

L’ancien président yéménite Ali Abdullah Saleh a été tué aujourd’hui. La vidéo de son cadavre jeté à l’arrière d’une camionnette tourne en boucle. On entend des slogans houthis en arrière-plan. Les images montrent une blessure par arme à feu sur la poitrine et une autre sur le côté de la tête. Le visage est facilement reconnaissable. Il y a aussi des photos de sa carte d’identité.

Bien que plusieurs médias rapportent sa mort, il n’y a pas encore de confirmation de son parti, le Congrès général du peuple (GPC), ni de sa famille. Continuer la lecture de Le Yémen sans Saleh

La guerre des États-Unis au Yémen


Washington dissimule derrière les Saoudiens le fait qu’il dirige la guerre au Yémen


Le vieux Sanaa comme vous ne le verrez jamais plus

Par Stephen Gowans – Le 6 novembre 2017 – Source What’s Left

En octobre 2916, deux journalistes de Reuters ont publié un article exclusif sous le titre « As Saudis bombed Yemen, U.S. worried about legal blowback ». (Lorsque les Saoudiens ont bombardé le Yémen, les États-Unis se sont souciés des répercussions légales). 1.

Les journalistes, Warren Strobel et Jonathan Landay, révélaient que des experts juridiques au Département d’État américain avaient averti la Maison Blanche que les États-Unis pourraient être accusés de crimes de guerre en lien avec la campagne de bombardements de l’Armée de l’air saoudienne au Yémen. Continuer la lecture de La guerre des États-Unis au Yémen

  1. Warren Strobel and Jonathan Landay, « Exclusive : As Saudis bombed Yemen, U.S. worried about legal blowback » Reuters, October 10, 2016

Yémen : la privatisation de la guerre


De nouveaux mercenaires de la société étasunienne DynCorp sont arrivés au Yémen pour combattre les rebelles dans le pays. Ils doivent remplacer ceux de Blackwater, tués les uns après les autres par ces mêmes rebelles.


Le 11 mars 2016 – Source Deutsche Wirtschafts Nachrichten

Les zones de confit au Yémen (Graphisme: Stratfor)

Les premiers mercenaires de la société militaire privée DynCorp ont débarqué mercredi [le 9 mars 2016, NdT] dans le port de Ras Omran au sud d’Aden. Ils remplaceront les mercenaires d’Academi, autrefois Blackwater, puisque ceux-ci n’ont pas pu l’emporter dans le combat contre les rebelles houthis, a rapporté le journal grec Tribune. Ces dernières semaines, selon ce que relate TeleSUR, plus de 39 mercenaires Blackwater seraient tombés au Yémen. Déjà le 1er février, le commandant étasunien de Blackwater a été tué dans des combats avec les rebelles dans la province de Lahij. Les mercenaires de Blackwater ont dû se retirer totalement de la région de Bab el Mandeb.

Les mercenaires de DynCorp ont été envoyés au Yémen sur mandat des Émirats arabes unis (EAI). Les EAI soutiennent le gouvernement de Sanaa contre les rebelles. DynCorp doit toucher 3 milliards de dollars pour cet engagement.

La conseillère en cas de crise d’Amnesty International (AI) Donatella Rovera a dit dans une interview au Wiener Standard que toutes les parties au conflit au Yémen sont responsables de la mort de civils, mais que les frappes aériennes de la coalition conduite par les Saoudiens en causent la plus grande partie. Elle dénonce aussi à ce propos une participation active de l’Union européenne et des États-Unis. «Tant les États membres de l’UE que les États-Unis soutiennent ces bombardements : 99,9% des tirs et des bombes que j’ai vus au Yémen provenaient de la production étasunienne, parmi lesquels des bombes à sous-munitions, internationalement prohibées. Des conseillers des États-Unis et peut-être aussi de Grande-Bretagne sont aux côtés de la coalition pour sélectionner les cibles», affirme Rovera.

Traduit par Diane, vérifié par jj, relu par Ludovic pour le Saker francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

La guerre saoudienne contre l’Iran pourrait lui revenir en pleine figure


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Le 4 janvier 2016 – Source Moon of Alabama

Je continue de penser que, du point de vue des dirigeants saoudiens, l’exécution des membres d’al-Qaïda et apparentés, et du chiite saoudien fauteur de troubles Nimr Baqr al-Nimr était une façon astucieuse de détourner l’attention du peuple des problèmes qui s’accumulent sur la tête de ses gouvernants, et de la récente hausse de 40% du prix de l’essence. Mais cela les a entraînés dans une escalade coûteuse.

Continuer la lecture de La guerre saoudienne contre l’Iran pourrait lui revenir en pleine figure