L’Ukraine. Un proxy de la CIA depuis 75 ans


Par Gerald Sussman − Le 12 septembre 2022 − Source CovertAction Magazine

Armée insurrectionnelle ukrainienne. [Source : militaryhistorynow.com]

Il faut être un artiste pour se frayer un chemin dans le marasme de la propagande afin d’éduquer les grands médias américains (MSM) sur la crise russo-ukrainienne et le rôle des États-Unis dans l’instigation de ce conflit à des fins néfastes.

Les médias grand public ont construit un récit sans nuances sur « la guerre de Poutine » qui n’est fait que pour masquer l’expansion impérialiste de l’Amérique en Europe de l’Est. Il s’agit d’une tentative tout à fait orwellienne de projeter sur la Russie ce que les États-Unis et leur principal allié impérial, le Royaume-Uni (qu’un journaliste britannique a qualifié de « remorqueur de l’Amérique »), n’ont cessé de faire depuis 1945, voire depuis des siècles.

Si l’on regarde en arrière, les États-Unis, sous Truman, ont commencé la politique consistant à transformer les ennemis (Allemagne, Japon) en amis et les amis (l’importante alliance avec l’URSS pendant la guerre) en ennemis. La CIA, créée en 1947, a été le principal instrument clandestin de cette politique, travaillant en étroite collaboration avec l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), une organisation néo-nazie, pour mener des actions de sabotage, de division et de déstabilisation de l’État soviétique.

Logo de l’OUN [Source : wikimedia.org]

L’OUN, en particulier la faction dirigée par l’allié des allemands, Stepan Bandera, et son commandant en second, Yaroslav Stetsko, l’OUN-B, était une organisation violemment antisémite, anticommuniste et antirusse, qui a collaboré avec l’occupation nazie et participé activement au massacre de millions de Polonais, de Juifs ukrainiens et de communistes ethniquement russes et ukrainiens dans la région. Néanmoins, le Washington Post a traité Stetsko de héros national, de « patriote solitaire« .

Yaroslav Stetsko avec le vice-président de l’époque, George H.W. Bush. [Source : fpif.org]

L’alliance entre l’OUN et l’Allemagne en 1941 est soutenue par les dirigeants des églises orthodoxe ukrainienne et grecque catholique ukrainienne. L’archevêque de cette dernière, Andrey Sheptytsky, rédige une lettre pastorale qui déclare : « Nous saluons l’armée allemande victorieuse en tant que libératrice de l’ennemi. Nous rendons nos hommages obéissants au gouvernement qui a été érigé. Nous reconnaissons M. Yaroslav Stetsko comme chef d’État … de l’Ukraine. »

À l’occasion de l’invasion allemande de l’Union soviétique, l’OUN a posé des affiches dans la ville de Lvov, dans l’ouest de l’Ukraine, sur lesquelles on pouvait lire : « Ne jetez pas vos armes maintenant. Prenez-les dans vos mains. Détruisez l’ennemi….Peuple ! Sachez ! Moscou, la Pologne, les Hongrois, les Juifs sont vos ennemis. Détruisez-les !… Gloire à l’Ukraine ! Gloire aux héros ! Gloire au leader ! [Bandera] »

Il est à noter que cet appel au nettoyage ethnique ne provenait pas des Allemands qui occupaient alors l’Ukraine, mais des propagandistes fascistes et néonazis, les mêmes qui mènent aujourd’hui une guerre contre la région du Donbass et présentent leurs ancêtres comme des héros pour avoir défendu le nationalisme ukrainien contre les Soviétiques et l’Allemagne. Le Pentagone a réussi à faire pression sur le Congrès pour qu’il lève les restrictions sur la formation et l’assistance militaire aux groupes, tels que le bataillon Azov, qui sont basés sur l’idéologie fasciste ou néonazie.

Combattants du bataillon Azov avec le drapeau de l’OTAN à gauche et le drapeau nazi à droite. [Source : wsws.org]

Comme par le passé, la politique étrangère américaine est prête à accueillir de tels extrémistes au sein de son cercle d’alliés. Le 16 décembre 2021, un projet de résolution de l’Assemblée générale de l’ONU a été intitulé « Combattre la glorification du nazisme, du néonazisme et des autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée. »

Elle a été adoptée par un vote enregistré de 130 voix pour (principalement le tiers monde, qui constitue la grande majorité de la population mondiale), 51 abstentions (principalement l’UE, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada) et deux oppositions, les deux étant l’Ukraine et les États-Unis. Les pays d’Europe occidentale qu’Hitler a conquis et occupé ne condamnent donc pas les manifestations actuelles du nazisme et du fascisme.

Harry Truman, sénateur tristement célèbre, a déclaré en 1940, en réponse à l’opération Barbarossa, que « si nous voyons que l’Allemagne est en train de gagner, nous devrions aider la Russie et si la Russie est en train de gagner, nous devrions aider l’Allemagne et ainsi les laisser s’entretuer autant que possible« . Cela montre le peu de considération qu’il avait pour le peuple russe et les autres peuples soviétiques – ce qui est devenu plus évident lorsqu’il est devenu président.

Pendant son mandat à la Maison Blanche, les États-Unis ont aidé à reconstruire la capacité industrielle de l’Europe occidentale (en grande partie pour empêcher les communistes et les socialistes de gagner les élections), mais il a également lancé une guerre contre la Corée du Nord, détruisant pratiquement toutes les structures du pays par des bombardements, y compris des armes incendiaires et au napalm.

Il a lancé la guerre froide, augmenté massivement le budget militaire, organisé l’OTAN et utilisé des armes atomiques sur des populations civiles à Hiroshima et Nagasaki, en grande partie pour empêcher les Soviétiques alliés de gagner des territoires au Japon dans les derniers jours de la guerre.

L’initiative la plus destructrice de Truman fut peut-être la création de la CIA, un monstre qui, selon lui-même, était devenu incontrôlable, déclarant à un ami : « Je n’aurais jamais accepté la création de la Central Intelligence Agency en 47, si j’avais su qu’elle deviendrait la Gestapo américaine« , bien qu’en tant que président, il ait soutenu ses activités clandestines en Europe de l’Est.

La cible immédiate fut l’Ukraine soviétique, que la CIA espérait, grâce à ses projets clandestins, « faire éclater » avec des saboteurs derrière les lignes ennemies.

Le président Harry S. Truman signant la création de la CIA. [Source : historydaily.org]

Sa mission est un transfert de l’agence d’action secrète de la Seconde Guerre mondiale, l’OSS, qui avait travaillé avec des groupes de partisans résistant à l’occupation nazie. En Ukraine, les États-Unis ont tout simplement retourné l’ennemi en soutenant les organisations insurgées nazies qui luttaient contre l’Union soviétique, le pays qui venait de sauver l’Europe du fléau du Troisième Reich d’Hitler.

Le plan de la CIA, qui s’inscrivait dans le cadre de ses opérations « stay behind » en Europe centrale et orientale, consistait à parachuter des groupes d’ultra-nationalistes ukrainiens, en particulier l’OUN-B, ce qui impliquait la contrebande d’armes, l’utilisation de transmissions de communication secrètes, des espions, des commandos, du banditisme, des assassins et du sabotage.

Un historique secret déclassifié de la CIA montre que l’Agence a refusé d’extrader le criminel de guerre de l’OUN, Bandera, vers les Soviétiques afin de préserver le mouvement clandestin et ses efforts de déstabilisation en Ukraine.

Stepan Bandera [Source : wikipedia.org]

Au lieu de cela, deux branches de la CIA, l’Office of Policy Coordination (OPC) pour les opérations secrètes et l’Office of Special Operations (OSO) pour les projets clandestins pour lesquels le gouvernement américain fournissait une couverture, ont protégé l’OUN et ont travaillé en étroite collaboration avec l’Armée insurrectionnelle d’Ukraine (UPA) antisoviétique « pour des activités de guerre psychologique dirigées contre des cibles polonaises, tchécoslovaques et roumaines à la frontière de l’Ukraine« .

L’OPC et l’OSO « conviennent que l’organisation ukrainienne [Conseil suprême de libération de l’Ukraine], l’organe directeur de l’OUN, offre des possibilités inhabituelles de pénétrer en URSS et d’aider au développement de mouvements clandestins derrière le rideau de fer« .

L’opération de la CIA portait le nom de code PBCRUET-AERODYNAMIC, basé sur un document top secret daté du 17 juin 1950.

L’Armée insurrectionnelle ukrainienne – L’un des mouvements de résistance les plus étranges de la Seconde Guerre mondiale – MilitaryHistoryNow.com

L’OUN

Le congrès du parti OUN d’août 1939 appelle à la création d’un État « ethniquement uniforme« , un concept qui s’intensifie après 1941 avec l’engagement d’une « opération de purification contre tous les ennemis de la race« . Les Juifs d’Ukraine, au nombre d’environ 1,5 million, ont été pratiquement anéantis par les Allemands, aidés par l’Armée insurrectionnelle ukrainienne de l’OUN, la police ukrainienne et les citoyens ukrainiens ordinaires. L’OUN était composée d’une série de fascistes, de nazis et d’autres éléments extrêmes ukrainiens, mais elle comprenait également des gardes slovaques Hlinka, des SS ukrainiens de la 14e division des Grenadiers Waffen-SS (Galicie) et des SS allemands mercenaires.

Le massacre des Polonais (estimé entre 100 000 et 200 000 tués) s’intensifie en 1943, avec la participation active de l’UPA. L’OUN-UPA collabore également avec les Allemands pour exterminer des milliers de Russes ukrainiens. Son « premier ministre » autoproclamé, Yaroslav Stetsko, décrivait les Russes comme une race barbare, non européenne, descendant des Mongols et des Huns.

Après la guerre, les États-Unis n’ont vu aucun problème à travailler en étroite collaboration avec Stetsko qui, dans sa propre biographie (1941), écrivait : « Je considère que le marxisme est un produit de l’esprit juif, qui a été appliqué dans la prison des peuples moscovites par le peuple moscovite-asiatique avec l’aide des Juifs. Moscou et la juiverie sont les plus grands ennemis de l’Ukraine et les porteurs des idées internationales bolcheviques corrompues…. Je soutiens donc la destruction des juifs et propose d’amener en Ukraine les méthodes allemandes d’extermination de la juiverie, en interdisant leur assimilation…. »

[Source : twitter.com]

Ni sa folie, ni les camps de la mort nazis, ni les trois millions de prisonniers de guerre russes morts dans les camps de concentration, ni la barbarie totale des invasions allemandes et alliées n’ont changé le cours de la pensée officielle américaine sur la façon dont les nazis et les fascistes de haut rang pouvaient être utiles à la guerre de l’Amérique contre le socialisme soviétique. Stetsko a reçu un large accueil à Washington, où il a été fêté par Ronald Reagan et George H.W. Bush en tant que dirigeant estimé du Bloc des nations anti-bolcheviques, qui était à l’origine une formation nazie allemande (noté par Stephen Dorril), et délégué permanent de l’ABN à la Ligue anticommuniste mondiale.

Retour en arrière

Mykola Lebed [Source : encyclopediaofukraine.com]

Au début des années 1950, après avoir parachuté 85 agents en Ukraine, dont les trois quarts ont été capturés, la CIA admet que le projet est un échec cuisant. Cela n’a pas empêché les guerriers de la guerre froide d’utiliser des mercenaires pour changer le régime dans d’autres pays, notamment lors de l’échec de la baie des Cochons dix ans plus tard. Le mouvement insurrectionnel ukrainien ayant été écrasé, de nombreux Banderistes, dont Mykola Lebed, l’un des fondateurs de l’OUN et un lieutenant de Bandera formé par la Gestapo aux méthodes de torture impitoyables, sont devenus des émigrés.

Lebed, qui avait été ministre des affaires étrangères de l’organisation et chef de sa célèbre police secrète, était décrit par l’armée américaine comme un « sadique bien connu et un collaborateur des Allemands« . Après la guerre, il a émigré à Munich, où il a joué un rôle important dans la nouvelle Radio Free Europe, l’organe de propagande financé par les États-Unis qui émettait vers l’Europe de l’Est et qui était secrètement géré par la CIA. RFE a été rejointe par Radio Liberty (également gérée par la CIA et dirigée vers l’Union soviétique) et la Voix de l’Amérique pour diffuser non seulement de la propagande mais aussi pour relayer des messages codés unidirectionnels aux saboteurs « restés à l’arrière« .

Pendant la guerre, Lebed aurait été un bon élève et le favori de la Gestapo allemande. Par la suite, relocalisé à Munich, Lebed a bénéficié du patronage (tout comme Bandera) de l’officier de renseignement nazi, Reinhard Gehlen, qui avait lui-même des relations opérationnelles étroites avec la CIA.

Reinhard Gehlen [Source : ww2db.com]

Gehlen est ensuite devenu le chef des services secrets ouest-allemands, employant les nazis avec lesquels il avait travaillé pendant la guerre et aidant la CIA en partageant des informations sur l’Europe de l’Est. Lorsque Lebed s’est brouillé avec l’OUN-B en Allemagne après la guerre, la CIA l’a fait passer clandestinement aux États-Unis, ainsi que de nombreux autres ultranationalistes ukrainiens.

Avec l’aval du directeur de la CIA, Allen Dulles, Lebed a travaillé à New York (et a vécu dans le riche comté de Westchester) sous un faux nom en tant qu’agent de renseignement antisoviétique et a obtenu la citoyenneté. Les Ukrainiens d’extrême droite d’hier et d’aujourd’hui sont depuis longtemps les instruments d’une politique de guerre froide. « Les anciens membres de l’underground ukrainien qui se trouvent actuellement aux États-Unis« , écrit la CIA dans un document top secret de 1950, « seront exploités dans toute la mesure du possible. »

Allen Dulles [Source : wikipedia.org]

Au début de la guerre froide, des centaines, voire des milliers de nazis, y compris des criminels de guerre comme l’officier SS Otto von Bolschwing (l’un des principaux organisateurs de la Solution finale et un adjoint d’Adolf Eichmann), ont été amenés aux États-Unis depuis l’Allemagne, l’Ukraine, les Balkans, les États baltes et la Biélorussie.

Adolf Heusinger [Source: wikipedia.org]

Parmi eux se trouvait également Adolf Heusinger, « l’un des nombreux hauts responsables nazis et fascistes qui avaient été intégrés dans les réseaux militaires et de renseignement américains. » Heusinger avait été le chef d’état-major général de l’armée d’Hitler et, de 1961 à 1964, il a été nommé président du Comité militaire de l’OTAN, tant la transition entre le statut de nazi de haut rang et celui de commandant militaire du « monde libre » était fluide.

Otto von Bolschwing [Source: wikipedia.org]

Pendant ce temps, la demande de Bandera pour un contrôle total de l’OUN entraîne des frictions au sein de la direction fasciste basée en Allemagne. En 1950, les États-Unis et le Royaume-Uni planifient des opérations conjointes en Ukraine, mais la CIA décide alors de travailler plus étroitement avec le ZP/UHVR (représentation étrangère du Conseil suprême de libération ukrainien, l’organisation qui chapeaute toutes les formations nationalistes de droite), tandis que le MI6 britannique fait de Bandera son principal contact parmi les Ukrainiens.

Lorsque Bandera est assassiné en 1959 après que les États-Unis ont refusé de l’extrader vers l’Union soviétique pour crimes de guerre, Stetsko prend la tête de l’OUN.

Avec l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les États-Unis pensent avoir enfin la Russie à portée de main. Sous le règne autocratique de Boris Eltsine, qui carbure à la vodka, les États-Unis ont été invités à guider un programme néolibéral de « thérapie de choc« , qui a entraîné la destruction complète de l’économie russe.

[Source : medium.com]

Le capitalisme à l’américaine a engendré une grave dépression accompagnée d’un chômage massif, d’une baisse des salaires, d’une perte des pensions, d’une prise de contrôle par les oligarques d’anciennes industries d’État, d’une augmentation des inégalités et de la pauvreté, d’une hausse de l’alcoolisme et d’un déclin significatif de l’espérance de vie.

Bien qu’Eltsine ait opposé une certaine résistance, l’administration Clinton a réussi à étendre l’OTAN à la Pologne, à la République tchèque et à la Hongrie, en violation des accords conclus entre George H.W. Bush et Mikhaïl Gorbatchev sur le fait de ne pas étendre l’organisation militaire « d’un pouce » vers l’est. Cette fausse promesse était censée être une concession aux Soviétiques pour ne pas bloquer la réunification de l’Allemagne et son adhésion à l’OTAN.

[Source : vhlf.org]

C’est ainsi qu’a commencé la progression constante de l’élargissement de l’OTAN, qui a certifié à l’Ukraine son statut de futur membre et membre associé de facto, et qui a apporté des livraisons d’armes, des formations en armement et des exercices militaires coordonnés avec l’armée ukrainienne en prévision d’une guerre avec la Russie – ainsi que des comptes bancaires pour les politiciens ukrainiens coopérants.

Vladimir Poutine s’est révélé être un leader russe de loin supérieur, en redressant l’économie, en mettant au pas de nombreux oligarques et en restaurant la confiance dans l’État russe. En Ukraine, les États-Unis ont vu dans l’élection présidentielle de 2004 une occasion d’arracher l’Ukraine à l’influence de la Russie.

Outre les visites de hauts fonctionnaires dans le pays, les États-Unis sont intervenus en utilisant plusieurs autres canaux, notamment les organisations de changement de régime, le National Endowment for Democracy, l’USAID, Freedom House, l’Open Society Institute de George Soros (aujourd’hui Fondations) et l’omniprésente CIA, pour bloquer l’élection de Viktor Ianoukovitch, favorable à la Russie, et installer à la présidence un néolibéral pro-américain, Viktor Iouchtchenko.

Avec l’aide des États-Unis, Iouchtchenko l’a emporté mais a échoué lamentablement en tant que président. L’alarme incendie s’est de nouveau déclenchée pour les États-Unis en 2010, lorsque Ianoukovitch a été élu président. À ce moment-là, Iouchtchenko était totalement discrédité en tant que dirigeant, n’ayant obtenu que 5,5 % des voix au premier tour, ce qui l’a éliminé.

Les manifestations antigouvernementales de 2013-2014, qui avaient commencé pacifiquement sur la (place) Maïdan de Kiev, ont été énergisées par les visites dans les rues de la sous-secrétaire d’État américaine et spécialiste du changement de régime, Victoria Nuland, qui a rencontré à plusieurs reprises des putschistes. Elle a été rejointe par les sénateurs John McCain (R-AZ) et Chris Murphy (D-CT), qui sont montés sur une estrade sur la place avec le leader néonazi Oleh Tyahnybok pour offrir le soutien des États-Unis, vraisemblablement sans autorisation officielle, au renversement illégal de Ianoukovitch.

Les sénateurs McCain et Murphy participent à une manifestation antigouvernementale massive en Ukraine et menacent de sanctions | Fox News

Cette fois, la CIA s’est plus pleinement impliquée pour se débarrasser du président proche de la Russie et a très probablement aidé à préparer les milices d’extrême droite qui ont pris part aux tirs de sniper et aux massacres de policiers et de manifestants sur la place Maïdan, ce qui a forcé Ianoukovitch à fuir. Le New York Times a faussement attribué les fusillades à son gouvernement. Cela a déclenché une résistance à ce coup d’État dans la région fortement russophone du Donbass, qui a été à son tour accueillie par un assaut du gouvernement putschiste de Kiev et la mort, jusqu’en 2022, de 14 000 soldats et civils.

Petro Porochenko, qui était un informateur à l’ambassade des États-Unis à Kiev avant que les États-Unis ne le parrainent pour qu’il devienne président de l’Ukraine. [Source : ndtv.com]

Dans des entretiens avec des journalistes européens en juin 2022, Petro Porochenko, qui était un informateur régulier à l’ambassade des États-Unis à Kiev avant d’être parrainé par les États-Unis pour devenir président en 2014, a déclaré que, pendant son mandat, il a signé les accords de Minsk avec la Russie, la France et l’Allemagne et a accepté un cessez-le-feu simplement comme stratagème pour gagner du temps dans la construction de l’armée et la préparation de la guerre. « Notre objectif, » a-t-il expliqué, « était d’abord de mettre fin à la menace, ou au moins de retarder la guerre, afin de nous assurer huit ans pour rétablir la croissance économique et créer des forces armées puissantes. »

La guerre de propagande

Le président Biden et d’autres responsables publics ont utilisé à plusieurs reprises l’expression « attaque non provoquée » pour caractériser les motivations de la Russie comme n’étant rien de plus qu’une agression territoriale. Ces affirmations sont faites sans preuves crédibles, comme si l’invocation du nom de Poutine suffisait à établir toute déclaration le concernant ou concernant l’État russe comme une preuve en elle-même.

Le problème, comme l’ont noté de nombreux observateurs, est que les grands médias ne sont guère plus qu’un outil de transmission et d’amplification graphique national et international de l’État et du consensus de la classe dirigeante. Ce n’est évidemment pas nouveau, puisqu’on a découvert que plus de 400 journalistes des médias grand public ont servi d’yeux et d’oreilles à la CIA pendant une grande partie de la guerre froide, comme l’a rapporté le journaliste du Watergate, Carl Bernstein. Il existe des preuves qu’au moins certains journalistes continuent d’agir comme des messagers pour l’Agence.

Ces initiés du Beltway de Washington ont du mal à comprendre ce qui constitue une provocation. L’expansion des forces hostiles des États-Unis et de l’OTAN et les exercices militaires menés jusqu’aux portes de la Russie, y compris le projet d’ajouter l’Ukraine et la Géorgie à la liste des membres, sont clairement des provocations. Et si la mémoire de Biden est un tant soit peu intacte, il se rappellera comment l’administration Kennedy a traité la présence d’une seule base militaire soviétique dans l’hémisphère occidental (à Cuba) comme une menace pour la sécurité des États-Unis. Dans ce cas, les Soviétiques ont eu le bon sens de faire marche arrière.

Le coup d’État du Maïdan en 2014, dont même le président fantoche des États-Unis, Porochenko, a admis qu’il était anticonstitutionnel (c’est-à-dire illégal), ainsi que l’interdiction de la langue russe qui s’en est suivie et l’appel à un nettoyage ethnique général dans les institutions publiques et les médias par son gouvernement, étaient des provocations. Il en est de même des assauts militaires contre la région du Donbass, instigués par le bataillon néonazi Azov, armé et entraîné par les États-Unis, à partir de 2015. Juste avant l’invasion russe du début d’année, Kiev avait installé une concentration massive de troupes à la frontière avec les oblasts séparatistes, Donetsk et Louhansk.

La sécession du Kosovo, après 78 jours de bombardements américains sur la Serbie, alliée de la Russie, a bénéficié du plein soutien de Washington et, pour les Russes, a servi de précédent au démembrement de la Crimée. Avant l’invasion russe, Volodymyr Zelensky a lancé des purges autoritaires contre les partis d’opposition accusés de donner la parole aux Ukrainiens russophones. Porochenko et Zelensky ont refusé de respecter les accords de Minsk. Il s’agissait là aussi de provocations.

[Source : wikipedia.org]

En effet, les 75 ans d’histoire des efforts des États-Unis pour détruire la souveraineté des États soviétiques et russes sont une provocation sans fin. L’agression des États-Unis et de l’OTAN contre les alliés russes en Syrie et en Serbie (et contre la Chine), les « révolutions de couleur » en Biélorussie, en Serbie, en Géorgie, en Ukraine et ailleurs dans l’ancienne région soviétique, ainsi que la liste croissante des sanctions contre la Russie sont d’autres formes d’agression. L’amnésie des médias grand public dans cette histoire récente serait difficile à comprendre si l’on ne comprenait pas qu’ils servent en fait de porte-voix de la propagande d’État, ce que Louis Althusser appelait les appareils idéologiques d’État.

Comme l’a exprimé Noam Chomsky : « Il est assez intéressant de constater que, dans le discours américain, il est presque obligatoire de désigner l’invasion par l’expression « invasion non provoquée de l’Ukraine. Cherchez sur Google, vous trouverez des centaines de milliers de réponses. Bien sûr, elle a été provoquée. Sinon, ils n’y feraient pas référence tout le temps comme à une invasion non provoquée. » Si Chomsky n’est pas assez convaincant, peut-être les bellicistes des États-Unis et de l’OTAN pourraient-ils écouter le pape François, certainement pas russophile, qui a constaté que l’invasion est le résultat « des aboiements de l’OTAN aux portes de la Russie….. Je ne peux pas dire si elle a été provoquée, mais peut-être, oui« .

Le déluge de propagande médiatique contre la Russie et la censure des voix qui remettent en question l’histoire officielle concernant le coup d’État de 2014 et le conflit Russie-Ukraine montrent que la démocratie américaine est un modèle qui n’est pas digne d’être imité. Il n’existe que peu d’États autoritaires, voire aucun, où la suppression des informations est d’une telle ampleur et aussi institutionnellement ancrée qu’aux États-Unis.

J’ai déjà évoqué ailleurs la présence massive d’anciens responsables de l’armée et des services de renseignement liés aux industries de la défense sur les chaînes d’information du câble et de la télévision en tant qu' »analystes experts« , ainsi que l’utilisation de l’idéologie de la suprématie blanche par les journalistes des médias grand public pour dépeindre les Ukrainiens déplacés comme un groupe spécial de « victimes dignes de ce nom« .

Un élément central des reportages médiatiques et de la culture des célébrités a été la représentation de Zelensky comme un « héros« , défendant de manière désintéressée l’Ukraine contre la tyrannie. L’image du héros en Amérique est un vieux trope issu d’une longue lignée d’exemples militaires plus grands que nature, comme les personnages de John Wayne pendant la Seconde Guerre mondiale, la transformation du criminel de guerre au Vietnam, John McCain, en « héros de guerre« , la poule mouillée qu’était Ronald Reagan en faucon, Rambo, le tueur d’Indiens Daniel Boone, et tant d’autres.

Un président en état de siège ? Les Zelensky en couverture du magazine Vogue. [Source : vogue.com]

La propagande est désormais ouvertement une partie importante de l’arsenal de guerre des États-Unis, et le gouvernement ne fait pas grand-chose pour cacher ce fait. Outre les livraisons massives d’armes que les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN fournissent aux Ukrainiens pour tuer des Russes nationaux et étrangers, environ 150 sociétés de relations publiques américaines et internationales, selon PRWeek, y compris une société britannique ayant des liens étroits avec le parti conservateur au pouvoir, ont proposé de fournir à l’Ukraine des outils de propagande – des armes de tromperie massive.

Dans le même temps, il n’y a eu pratiquement aucun reportage sur le bilan peu reluisant de Zelensky en matière de corruption, un problème endémique pour l’Ukraine, qui est classée par Transparency International, une organisation financée par les États-Unis, le Royaume-Uni et les entreprises, comme le pays le plus corrompu d’Europe. Outre le fait qu’il n’a pas réussi à faire tomber les oligarques qui dirigent le pays (50 d’entre eux détiennent 45 % de la richesse du pays), y compris son propre patron, le milliardaire ukrainien, israélien et chypriote Igor Kholomoisky, corrompu et sanctionné par les États-Unis, Zelensky lui-même a été démasqué dans les « Pandora Papers » comme étant un voleur, avec des millions de dollars cachés sur des comptes offshore dans les îles Vierges britanniques et dans des propriétés à Londres. En raison de la censure de l’ensemble de l’opposition politique, médiatique et intellectuelle, il est difficile pour les Ukrainiens d’avoir vent de ses machinations financières peu héroïques.

Si l’on expose ces réalités dans les médias sociaux américains et britanniques ou dans des livres et des revues, on se fait qualifier de « bot » russe ou d' »idiot utile de Poutine« . L’idiot utile le plus authentique est peut-être le Rambo du Russiagate Adam Schiff, Démocrate de Californie et président du House Permanent Select Committee on Intelligence, qui, à l’occasion des audiences de destitution de Trump en janvier 2020, a déclaré : « Nous combattons la Russie là-bas pour ne pas avoir à les combattre ici. »

C’est ce qui passe pour de l’intelligence au Congrès.

Conclusion

Il faut prendre au sérieux la perspicacité du théoricien politique allemand Carl Schmitt, qui a soutenu que les États-nations puissants ont besoin d’avoir des ennemis pour définir qui ils sont, et que leurs « actions et motifs politiques peuvent être réduits à la distinction entre ami et ennemi« . Pour Schmitt, l' »ennemi » n’a pas besoin d’être considéré comme mauvais, mais pour les États-Unis, l’ennemi est toujours lié à des notions religieuses d’immoralité.

Schmitt a fini par mettre son intelligence au service du Troisième Reich, mais les États-Unis eux-mêmes ont confirmé par leurs premières actions de « stay behind » en Ukraine et dans d’autres parties de l’Europe qu’ils étaient prêts à adopter certaines des mêmes tactiques, sinon l’idéologie, de leurs recrues nazies.

Faire de l’Union soviétique, puis de la Russie, un ennemi a au moins trois utilités : créer une menace nationale pour détourner l’attention du public des inégalités massives au sein de l’économie capitaliste ; justifier la construction d’un État et d’un empire de sécurité nationale (policier, impérialiste), construit sur un complexe militaro-industriel-médiatique, avec un niveau extraordinaire de dépenses militaires comme protection contre la dépression économique ; et organiser un vaste complexe de propagande sur le modèle de l’Office of War Information de la Seconde Guerre mondiale pour maintenir la légitimité de l’État en tant que force morale dans un monde menacé par des dirigeants maléfiques qui cherchent à priver les Américains de leur liberté.

En réalité, ce sont les États-Unis eux-mêmes qui dépouillent le pays de ses fameuses « quatre libertés » et qui privent les autres pays, en particulier ceux du tiers monde, de leurs voies indépendantes vers le développement et la liberté.

L’argument principal de l’anti-impérialisme n’est pas de défendre la guerre en Ukraine mais d’examiner plus profondément ses causes. Les États-Unis sont depuis longtemps une société hautement militarisée et n’ont pas été guerre que pendant 15 ans de leur existence.

Et quand les États-Unis n’envahissent pas directement (84 pays à ce jour), ils parrainent des invasions et des coups d’État contre des pays qui vont à l’encontre de leurs intérêts stratégiques (Chili, Nicaragua, Indonésie, Yémen, Brésil, Argentine, Angola, Venezuela, R. D. Congo, Gaza, Grèce, Équateur, Ghana et bien d’autres).

Carte des pays dans lesquels les États-Unis ont combattu ou qu’ils ont occupés. Les frappes aériennes et les opérations des forces spéciales n’y sont pas inclues. [Source : reddit.com]

La crise ukrainienne est également une guerre sponsorisée, car l’assaut de Kiev sur la région du Donbass était en fin de compte dans l’intérêt des États-Unis, car ses ressources, y compris une « industrie du charbon hautement développée, une industrie métallurgique ferreuse, la construction de machines, l’industrie chimique et l’industrie de la construction, d’énormes ressources énergétiques, une agriculture diversifiée et un réseau de transport dense » sont convoitées par la finance et le capital transnationaux.

Au-delà de l’Ukraine se trouve le vaste territoire de la Russie et son incalculable richesse en énergie, en minéraux stratégiques et en autres ressources qui interpellent un système capitaliste d’entreprise expansionniste et militariste mondial comme celui des États-Unis. Il existe certainement des moyens de sortir de la crise actuelle en Ukraine, mais ils nécessitent la neutralisation du pays et sa conversion en un État démilitarisé qui, avec l’alliance des États-Unis, respecte et applique les droits et l’égalité de sa population d’origine russe.

L’Occident doit également reconnaître, dans une certaine mesure, les intérêts légitimes de la Russie en matière de sécurité, qui ont été compromis par la horde des forces de l’OTAN bien trop proche de ses frontières. Le concept de sécurité de l’État est inscrit dans la Charte des Nations unies, et pour éviter une catastrophe encore plus grande, il faut que les États-Unis agissent en conformité avec le dictat de l’ONU pour la paix et suppriment leurs obstacles à un règlement négocié, qui est dans l’intérêt à long terme de l’Ukraine, de la Russie et du reste du monde.

Gerald Sussman [un étasunien] est professeur de relations internationales et auteur de nombreux ouvrages, dont Branding Democracy : U.S. Regime Change in Post-Soviet Eastern Europe (2010).

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions sur « L’Ukraine. Un proxy de la CIA depuis 75 ans »

  1. Ping : L’Ukraine. Un proxy de la CIA depuis 75 ans - Exoconscience.com

  2. Ping : L’Ukraine. Un proxy de la CIA depuis 75 ans | Groupe Gaulliste Sceaux

Les commentaires sont fermés.