De la Syrie aux Gilets Jaunes


Par Emmanuel Leroy − Mars 2019

Syrie-el

Une délégation internationale composée d’une dizaine d’intellectuels dissidents a été invitée du 27 février au 6 mars 2019 par le gouvernement syrien pour une série de conférences à travers tout le pays ravagé par 8 années de guerre. De Damas à Alep, puis de Lattaquié à Soueïda en passant par Tartous et Hama, nous avons sillonné la Syrie meurtrie pour rendre hommage à ses martyrs et à son peuple qui ont su briser les vagues d’assaut des mercenaires takfiristes venus du monde entier, financés par les régimes corrompus des États du Golfe et armés par les gouvernements occidentaux et par Israël.

Continuer la lecture de De la Syrie aux Gilets Jaunes

Russie, quelle vision pour le XXIe siècle ?


Par Emmanuel Leroy − Octobre 2018

el_colloque

Avant d’aborder ce que serait aujourd’hui la vision du monde des héritiers de Vladimir 1er, prince de Novgorod et Grand-Prince de la Rus’ de Kiev, je crois nécessaire d’essayer de comprendre pourquoi la Russie est l’objet de tant de haine de la part des élites qui gouvernent l’occident. Répondre à cette question me parait important car souvent, trop souvent de mon point de vue, depuis le règne de Pierre le Grand, le pouvoir en Russie a eu tendance parfois, à calquer sa politique en réaction ou à l’imitation de l’occident, sans percevoir toujours très clairement les forces véritables qui sont à l’œuvre dans la vision occidentale du monde. Cette tendance lourde a bien évidemment favorisé cette fameuse querelle opposant les slavophiles aux occidentalistes à laquelle l’URSS n’a pas échappé, et dans laquelle la Russie de Vladimir Poutine baigne encore, séparant deux visions du monde antagonistes qu’incarnent parfaitement aujourd’hui des personnalités comme Sergueï Glaziev pour le camp conservateur slavophile ou comme Alexeï Koudrine pour le camp libéral occidentaliste.  

Continuer la lecture de Russie, quelle vision pour le XXIe siècle ?

La main invisible du terrorisme


Par Emmanuel Leroy − Septembre 2018

Attentat à Homs en Syrie – Février 2016

La plupart des auteurs s’accordent pour définir le terrorisme comme étant une méthode d’emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses ou idéologiques. À ce titre, le génocide arménien de 1915 entre parfaitement dans la catégorie du terrorisme d’État visant à anéantir une partie de la population pour des raisons ethniques ou religieuses. L’emploi du mot terrorisme est attesté pour la première fois en France, en 1794, pour désigner la doctrine des partisans de la Terreur : Robespierre, Marat et leurs amis du bien mal nommé Comité de Salut Public. Nous remarquerons qu’il s’agissait déjà ici d’un terrorisme d’État, revendiqué et assumé comme tel, et destiné à éradiquer ou à mettre au pas tous ceux qui refusaient le nouvel ordre : Chouans, Vendéens, aristocrates, religieux, etc. et non pas d’un terrorisme dirigé contre un État par une faction politique ou religieuse quelconque.  

Continuer la lecture de La main invisible du terrorisme

Pourquoi les anglo-saxons haïssent-ils la Russie ?


Par Emmanuel Leroy − le 7 Juillet 2018

Résultat de recherche d'images pour "russie haine anglo-saxon"

Pour entrer directement dans le cœur du sujet, j’irai au fait et je dirai que si l’on ne prend pas conscience que la guerre en cours contre la Russie aujourd’hui est la même guerre que l’oligarchie anglo-saxonne a mené depuis l’époque élisabéthaine contre l’Espagne et le Portugal, puis contre la Hollande, puis contre la France, définitivement vaincue à Waterloo, puis contre l’Autriche-Hongrie vaincue en 1918 et enfin contre l’Allemagne vaincue en 1945, on ne peut comprendre intimement aucun des grands événements qui se sont déroulés sur le continent européen depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Tous ces peuples européens ont courbé la tête et leurs élites sont passées sous les fourches caudines de la City, aujourd’hui renforcée par Wall Street.

Continuer la lecture de Pourquoi les anglo-saxons haïssent-ils la Russie ?

Le Donbass, laboratoire du solidarisme ?


Par Emmanuel Leroy − Avril 2018

cadeaux_enfants_petrovsky

Depuis bientôt trois ans que je vais régulièrement dans cette région en guerre apporter avec mes amis un maigre secours aux enfants du Donbass victimes de la guerre de conquête de l’OTAN, j’observe une société en profonde mutation, arc-boutée sur la volonté inébranlable de ne pas céder un pouce de terrain face aux hommes de la junte de Kiev et résistant victorieusement à tous les assauts tel un fameux village gaulois encerclé par les séides d’un nouvel empire marchand.

Continuer la lecture de Le Donbass, laboratoire du solidarisme ?

Chișinău – Trancher le nœud gordien


Par Emmanuel Leroy − Le 14 décembre 2017

Deuxième colloque de Chișinău (15-16 décembre 2017)

chisinau_eleroy
Je voudrais commencer mon intervention, qui sera brève, par cette citation extraite du Deutéronome (chap. XXIII versets 19-20) « Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour aucune chose qui se prête à intérêt ». Exactement le contraire de ce que pense votre banquier et d’une manière plus générale de tous ceux, et ils sont nombreux, qui ont adhéré à l’idéologie marchande et qui sont convaincus que le « doux commerce » est l’idéologie qui doit mener le monde. Or, ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’en laissant la prééminence à la caste des marchands, des banquiers si vous préférez, l’ordre du monde a été renversé. Quand un président de la république a fait sa carrière chez un grand banquier d’affaires et qu’il arrive au pouvoir par un subterfuge, ce n’est pas la fonction régalienne qu’il incarnera, mais la fonction marchande dont il est issu et qu’il servira car il a été mis en place pour cela. Et aujourd’hui, l’immense majorité des dirigeants du camp occidental, quel que soit leur parcours personnel, sont élus pour servir les intérêts, dans tous les sens du terme, de ceux qui ont érigé la dictature de la dette pour tenir les peuples en esclavage.

Continuer la lecture de Chișinău – Trancher le nœud gordien

Kiev ou Moscou ?


Par Emmanuel Leroy − Août 2017

Résultats de recherche d'images pour « images ukraine russie »

Analyse sommaire sur les motivations et les engagements des militants identitaires dans le conflit du Donbass. Pour des raisons de commodité et de clarté de l’exposé les tenants de la ligne kiévienne seront appelés ici « occidentalistes » et leurs adversaires de la ligne moscovite seront désignés comme « eurasistes ».

Continuer la lecture de Kiev ou Moscou ?

100 ans après le coup d’État bolchevique


Par Emmanuel Leroy − Le 26 juin 2017 − Source geopolitica.ru

Emmanuel Leroy en compagnie d’Alexandre Douguine est accueilli par Igor Dodon, le Président de la république de Moldavie à l’occasion du colloque international de Chisinau de mai 2017

Progressivement, la Russie prend conscience qu’elle est le dernier rempart dans la lutte mortelle contre les valeurs morbides de l’Occident.

À l’occasion du centenaire de la Révolution d’Octobre 1917, nous avons l’intention de poser la même série de questions aux personnalités de la Moldavie, la Roumanie, la Russie et les pays occidentaux. Ces entretiens ont pour but de représenter une modeste contribution à la réévaluation des événements qui ont marqué le XXe siècle. Bien que 100 ans se soient écoulés, dans la conscience du public de l’espace ex-communiste et du monde entier, il y a encore beaucoup de préjugés sur les causes profondes de ce bouleversement majeur, mais aussi sur la façon dont la « révolution prolétarienne » est traitée par l’élite politique, le milieu universitaire et  la hiérarchie de l’église. Trouver des réponses appropriées à certaines questions d’une telle complexité nous semble absolument vital.

Iurie Roșca

Continuer la lecture de 100 ans après le coup d’État bolchevique

Désigner l’ennemi ou diagnostiquer le mal !


Par Emmanuel Leroy – Mai 2017

Résultats de recherche d'images pour « evil vs good »

Il n’est pas d’usage dans les colloques académiques de parler ainsi, de manière si brutale et pourtant il m’apparait nécessaire aujourd’hui, et surtout ici sur cette terre moldave, zone de confluence tectonique entre l’Est et l’Ouest, d’affirmer lucidement et de dire clairement qui nous combattons et pourquoi. Pour Carl Schmitt : « La distinction spécifique du politique […]  c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi. »1 De son point de vue, la dialectique ami/ennemi s’appréhende comme un concept autonome dans la mesure où elle ne s’amalgame pas avec des considérations morales (bien/mal) ni esthétiques (beau/laid), mais constitue en elle-même une opposition de nature.

Continuer la lecture de Désigner l’ennemi ou diagnostiquer le mal !

  1. Carl SCHMITT, La notion de politique – Théorie du partisan