Amnesty publie un rapport partial sur l’intervention russe en Syrie


Le rapport formule des allégations fantaisistes de crimes de guerre sans preuves concrètes

«...En tant que soutien des campagnes d’Amnesty par le passé, cela me peine de la voir s’éloigner autant du but qui était le sien lors de sa fondation en prenant parti si ouvertement dans des conflits et d’une manière politique si éhontée.» Alexander Mercouris
Alexander Mercouris

Par Alexander Mercouris – Le 24 décembre 2015 – Source Russia Insider

Amnesty International vient de publier un rapport accusant les autorités russes de dissimuler honteusement un grand nombre de morts civils causées par les frappes aériennes russes en Syrie. Le rapport affirme aussi que les Russes pourraient commettre des crimes de guerre en Syrie.

Continuer la lecture de Amnesty publie un rapport partial sur l’intervention russe en Syrie

Guerre de l’information en Ukraine


ZDF, la première chaîne de télé allemande a-t-elle falsifié un documentaire sur l’Ukraine ?


Par Sayed Hasan – Le 25 décembre 2015 – Source sayed7asan

Depuis les événements dramatiques de février et mars 2014 en Ukraine, qui ont vu le renversement du gouvernement de Viktor Ianoukovitch jugé sinon pro-russe du moins pas assez pro-européen, puis la sécession de la Crimée et son rattachement à la Fédération de Russie, la Russie a été accusée d’intervenir militairement en Ukraine. Le nouveau gouvernement de Kiev y mène une guerre contre les séparatistes du Donbass, forces pro-russes qui le tiennent en échec. Si la présence de troupes russes en Crimée durant le référendum d’auto-détermination (les hommes verts courtois, qui n’ont pas tiré un seul coup de feu) a été reconnue par Moscou, et que le soutien humanitaire et militaire de la Russie aux séparatistes est incontestable, la question de la participation directe de forces russes aux combats reste vivement débattue.

Le président russe Vladimir Poutine l’a maintes fois niée, et durant sa récente conférence de presse du 17 décembre 2015, il a encore déclaré en réponse à une question sur des échanges de prisonniers qui incluraient des citoyens russes : «Nous n’avons jamais dit que nous n’avons pas d’hommes qui s’y occupent de certaines choses, y compris dans le domaine militaire, mais cela ne signifie pas que des troupes russes régulières y sont présentes. Appréciez la différence.» Cela semble consistant avec ce qu’il avait déjà déclaré auparavant, à savoir le fait que les citoyens russes qui s’étaient rendus dans le Donbass pour y combattre l’avaient fait de leur propre chef et non pas en tant que soldats en service diligentés par leur gouvernement. Ne serait-ce qu’un jeu sur les mots ? Ce propos établit du moins que l’appui militaire de la Russie aux séparatistes est officiel, même s’il y a discussion sur son ampleur (conseil, armements, tirs d’artillerie transfrontaliers, participation aux combats, etc. ?). Il n’est pas sûr que la Russie aille plus loin que les États-Unis dans leur propre soutien au gouvernement de Kiev, qui comporte également une composante militaire officielle.

Si la guerre du Donbass ne fait plus les titres de l’actualité, la guerre de l’information continue, comme le montre ce reportage de la chaîne nationale russe Rossiya 1 le 22 décembre. Il affirme que la principale chaîne TV nationale allemande, ZDF, aurait falsifié un reportage sur le Donbass en payant un acteur pour jouer le rôle d’un soldat russe, afin d’entretenir le climat de propagande anti-Poutine et de russophobie. «La ZDF, dans un communiqué sur son site, a nié en bloc les accusations russes, pourtant étayées, non seulement par le témoignage du jeune homme recruté pour jouer le volontaire russe, mais aussi par des documents photographiques et vidéo.» Il est bon de rappeler qu’en septembre 2014, cette même chaîne ZDF avait produit une émission parodique qui dénonçait justement la propagande anti-russe des médias allemands quant à la crise ukrainienne, mais qu’en février 2015, elle avait publié une photo de chars russes en Ossétie du Sud en 2008, avec la légende «Blindés russes près d’Isvarino, dans la région de Lugansk, le 12 février 2015». Quoi qu’il en soit, cela donne un aperçu original des tensions entre l’Occident et la Russie, et de la guerre de l’information qui est livrée pour conquérir l’opinion publique.

Salah Lamrani

Vidéo sous-titrée en français

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Le capitalisme dans ses œuvres

2015-12-23_11h07_45Par Paul Craig Roberts – Le 28 Novembre 2015 – Source PaulCraigRoberts

Zero Hedge rapporte une histoire tirée de «La Grèce, cause toujours» qui est d’abord parue dans le Times.


D’après cette histoire, le niveau de vie en régression imposé au peuple grec par la chancelière allemande Merkel et les banques européennes a poussé un grand nombre de jeunes femmes grecques dans la prostitution. La forte augmentation du nombre de femmes offrant des services sexuels a fait tomber le prix à 4 euros de l’heure. Cela fait 4.24 $, assez pour un feuilleté à la feta ou un sandwich. C’est la valeur que l’austérité, imposée par les banquiers, a posée sur l’utilisation du corps d’une femme pendant une heure. Le prix d’une demi-heure est de 2.12 $. Elles n’obtiennent même pas le salaire minimum.

Continuer la lecture de Le capitalisme dans ses œuvres

L’équipe du Saker Francophone vous souhaite une belle année 2016.

Si on fait un bilan de l’année 2015, celle-ci a commencé dans la tourmente avec Charlie, l’attentat et l’opération d’ingénierie sociale qui a suivi. Ce fut aussi le cas du site, qui n’a pas simplement changé d’apparence. Une partie de l’équipe a arrêté début 2015 – un effet collatéral de Charlie –, une autre a souhaité poursuivre l’aventure pour ne pas laisser mourir l’élan créé autour de la ré-information sur la guerre en Ukraine notamment.

Le résultat brut après une première année pour le nouveau site est le suivant :

En ce moment, 7 500 visiteurs uniques et 45 000 pages vues par jour pour un total annuel respectivement de 999 553 et 7 887 960.

Beaucoup d’articles sont aussi repris par un grand nombre de sites, ce qui démultiplie notre zone d’influence. Nous proposons toujours essentiellement des traductions, ce qui nous permet de nous dissocier nettement de ce qui se passe en France. Notre ligne de conduite reste fidèle à celle des premiers jours. Nous sommes, comme nous l’annonçons sur la page d’accueil du site :

«Un groupe de citoyens francophones qui désire faire partager au public francophone des analyses venues du monde entier et exprimées dans d’autres langues. Rendre accessible la pensée dissidente où qu’elle se trouve.»

L’actualité de l’année 2015 a été chaude et celle de 2016 promet de l’être plus encore. L’équipe a sa vie propre, certains nous quittent, parfois les meilleurs d’entre nous [et je ne parle pas de Juppé], des nouveaux arrivent. Nous poursuivrons notre effort au mieux de nos capacités. Le site n’a pas d’opinion politique affirmée et ne souhaite pas en avoir. Nous publions des textes aux contenus parfois contradictoires et nous continuerons. Ce que nous vous proposons n’est que la compilation de l’état d’esprit et des recherches de l’équipe de traducteurs, ni plus, ni moins.

Si le site peut paraître pro-Poutine ou pro-Assad et très anti-Système, c’est probablement que notre vision commune de la vérité de situation se rapproche de celle de la vision russe actuelle, un peuple russe qui se redécouvre après tant d’avanies, ou du combat des Syriens pour leur indépendance. Cela vaut pour l’Europe francophone, le Canada, l’Afrique ou le Moyen-Orient, partout où les gens pratiquent le français, et partagent donc, de fait, un espace commun. Notre activité ne représente qu’une goutte dans cet océan de travail que chacun doit accomplir. Pour échapper à la doxa, au conformisme, il est indispensable de nous éduquer tous en géopolitique, en philosophie, sur les systèmes économiques, sur la monnaie, la souveraineté, réapprendre l’Histoire, comprendre les méthodes d’ingénierie sociale utilisées par les élites, définir ce que ce fameux Système représente pour chacun de nous, trouver nos propres sources d’information, les croiser…

Ce ne sont pas les Russes qui viendront libérer l’Europe, ni un homme providentiel (ou une femme). Nous devons nous relever nous même, chacun d’entre nous, quitter notre clavier et sortir de Facebook, nous devons agir là où nous sommes, nous devons travailler le corps social autour de nous, nous devons nous éduquer et éduquer nos enfants, acquérir des compétences hors du Système, travailler à notre résilience.

Le Saker Francophone offre des analyses et des points de vue non francophones, mais ce ne sont que des outils, de l’information brute, des bases pour réfléchir. Si le monde actuel s’effondre chaque jour un peu plus, nous espérons que ces graines dispersées aux quatre vents germeront et serviront pour reconstruire autre chose… de mieux. Il faut aussi comprendre ce terme d’effondrement non comme une fin de tout mais au contraire comme le début d’autre chose, autre chose qu’il faut préparer dès maintenant.

L’année 2016 sera donc laborieuse, pleine de tensions, de dangers mais aussi d’espoir. Nous restons fondamentalement positifs, à la recherche des signes / cygnes blancs.

Le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF