En plein dans le mille…


Une frappe de précision sur la crédibilité étasunienne fracasse le paradigme étasunien


Par Alastair Crooke − Le 23 septembre 2019 − Source Strategic Culture

crooke_1-1-175x230La frappe de précision contre le «joyau de la couronne» saoudien – ses installations de traitement du pétrole brut de la semaine dernière – constitue également une attaque de précision contre la crédibilité de ce pays, le sérieux du «parapluie» sécuritaire étasunien, une humiliation pour Trump et en particulier pour l’image des États-Unis en tant que puissance militaire et de renseignement compétente.

Les États du Golfe font la moue, ruminant maintenant sur leur propre vulnérabilité tout en s’interrogeant sur leur dépendance au parapluie étasunien. Même le Pentagone pourrait se demander : «Mais à quoi donc sert le CentCom» à la lumière de ce qui vient de se passer ? Et par-dessus tout, Israël va sentir un vent glacé lui donner des frissons dans le dos : les Israéliens ne peuvent être que frappés de stupeur par la précision du ciblage et l’efficacité technique de l’attaque. Assez impressionnant – d’autant plus que l’Arabie saoudite a dépensé l’année dernière – en vain – $65 milliards en armement US.

Face à cette humiliation, l’administration étasunienne fait de «l’enfumage» : en jonglant avec des faux fuyants sur l’origine, et le lancement, des drones et missiles de croisière. «Ce ne peut pas être AnsarAllah (les Houthis), car la complexité d’une telle opération est au-delà de leurs capacités». Mis à part l’orientalisme manifeste de cette affirmation – car, si le Hezbollah peut fabriquer des drones et des missiles de croisière intelligents, pourquoi pas les Houthis ? Les aspects spécifiques de la frappe d’Abqaiq importent-ils vraiment ? Ce qui est le plus révélateur, c’est que les États-Unis – avec leurs ressources massives dans le Golfe – sont incapables d’affirmer d’où provenaient les drones qui ont frappé Abqaiq.

En réalité, l’ambiguïté du mode opératoire de cette attaque marque son excellence à un autre niveau encore.

Les États-Unis font de «l’enfumage» autour des sites de lancement, principalement pour se soustraire au fait évident – mais embarrassant – que la pluie de missiles sur Abqaiq est la conséquence avant tout de la guerre saoudienne contre le Yémen, appuyée sans réserve par Trump. Les Houthis ont revendiqué l’attaque ; ils disent qu’ils feront une démonstration de leur armement, le missile de croisière Houthi Quds 1 n’est pas simplement une copie du missile iranien Soumar – et promettent de répéter leurs attaques dans un avenir proche.

La frappe de précision a eu pour résultat de briser le «bastion» étasunien, qui prétendait être une sorte de «gardien» du Golfe et un garant de la ligne de vie qui alimente les artères d’une fragile économie mondiale, à savoir l’approvisionnement en pétrole brut. En d’autres termes, il s’agissait d’une frappe de précision contre le paradigme dominant, et elle a tapé dans le mille. Il a exposé la vacuité de deux prétentions. Anthony Cordesman écrit : «Les frappes contre l’Arabie saoudite envoient un signal stratégique clair, avertissant que l’ère de la suprématie aérienne étasunienne dans le Golfe et de son quasi-monopole des frappes avec précision, s’évanouit rapidement».

Les Iraniens étaient-ils directement ou indirectement impliqués ? Eh bien… cela n’a pas vraiment d’importance. Pour bien saisir les implications, on devrait le comprendre comme un message collectif, émanant du front commun – Iran, Syrie, Hezbollah, Hash’d Shaibi et Houthis. Il s’agissait de mener à un paroxysme la crise des sanctions au sens large : une action stratégique, par missile interposé,  pour faire éclater la «bulle» largement exagérée de l’efficacité des tactiques étasuniennes de «pression maximale». La politique de Trump visant à «sanctionner et taxer le monde» doit être poussée à l’extrême – et exploser. La Russie et la Chine, quasi-certainement, et discrètement, en conviendront et applaudiront.

Cette approche comporte clairement des risques. Le message sera-t-il correctement perçu à Washington ? Car, comme le souligne Gareth Porter dans un contexte différent, la capacité de Washington à comprendre ou à «bien lire» dans l’esprit de ses «ennemis» semble avoir été, d’une manière ou d’une autre, perdue, faute à Washington de s’être découvert une veine d’empathie à l’égard de «l’altérité», qu’elle soit iranienne, chinoise ou russe. Ainsi, les perspectives, ne sont, probablement, pas reluisantes. Washington ne le «comprendra pas», mais doublera plutôt la mise, avec des conséquences potentiellement désastreuses. Porter écrit :

La frappe d’Abqaiq est également une démonstration éclatante de la capacité de l’Iran à surprendre les États-Unis de manière stratégique, bouleversant ainsi ses plans politico-militaires. L’Iran a passé les deux dernières décennies à se préparer à une éventuelle confrontation avec ce pays. Le résultat est une nouvelle génération de drones et de missiles de croisière qui donne à l’Iran la capacité de contrer beaucoup plus efficacement tout effort étasunien visant à détruire ses ressources militaires, tout en lui permettant de cibler les bases étasuniennes à travers le Moyen-Orient.

Les États-Unis ont, selon toute apparence, été pris par surprise lorsque l'Iran a abattu un drone de surveillance en haute altitude… Le système de défense aérienne de l'Iran a été continuellement mis à niveau, à commencer par le système russe S-300 qu'il a reçu en 2016. L'Iran a également dévoilé en 2019 son système de défense aérienne Bavar-373, qu’il considère comme plus proche du système russe S-400 convoité par l’Inde et la Turquie, que du système S-300.

Ensuite, l’Iran a développé une flotte de drones militaires, ce qui a poussé un analyste à qualifier l'Iran de ‘superpuissance des drones’. Ses réalisations en matière de drones incluent, semble-t-il, le «drone furtif» Shahed-171 doté de missiles à guidage de précision, et le Shahed-129, qu’il a fabriqué à partir de l’engin étasunien Sentinel RQ-170 et du Prédateur MQ-1».

Comprendre le message de Porter est la clé pour apprécier la nature du «Grand glissement» qui se déroule dans la région. Les robots et les drones — tout simplement — ont changé les modalités de la guerre. Les anciennes vérités ne tiennent plus : il n’existe pas pour les États-Unis de solution militaire simple concernant l’Iran.

Une attaque étasunienne contre l’Iran sera suivie d’une réponse ferme — et d’une escalade. Une invasion étasunienne de grande envergure — comme celle de l’invasion de l’Irak en 2003 — n’est plus dans les capacités des États-Unis.

Il ne reste qu’une réponse politique. Mais pour le moment, les États-Unis et MbS [le prince saoudien Mohammad ben Salman] sont tous les deux dans une phase de déni : ce dernier pense apparemment que la poursuite de la vente partielle d’Aramco pourrait résoudre ses problèmes – bien que les marchés viennent de prendre conscience du risque géopolitique des actifs tels que ce dernier – et Trump semble toujours croire que la pression maximale pourrait encore représenter un atout.

Pour le reste d’entre nous, il est assez évident que la solution «politique» pour l’Arabie saoudite est d’accepter sa défaite au Yémen, avec pour corollaire sine qua non, l’engagement avec l’Iran et la Russie pour parvenir à un règlement. Il est certain que cela coûtera cher à MbS, tant sur le plan politique que financier. Mais quelle est l’alternative ? Attendre d’autres Abqaiq ? Pour être honnête, il semblerait que les Al-Saud comprennent que leur situation est désormais existentielle. Mais nous verrons bien.

Et pour Trump, la leçon est certainement claire. La frappe sur Abqaiq aurait pu facilement être bien pire, avec une interruption plus importante des approvisionnements en pétrole. Les marchés pétroliers et le marché plus généralement ont pris conscience des risques géopolitiques que présentaient les tactiques de pression maximale de Trump. Et ils deviennent nerveux alors que le commerce mondial chancelle.

Des titres de journaux tels que «Les stupéfiantes attaques du week-end diminuent de 50% la production de pétrole saoudien… L’économie peut-elle survivre à une hausse du prix du pétrole…?» pourraient sembler un peu trop alarmistes, mais ils insistent sur le fait que des ruptures d’approvisionnement pourraient facilement, si des prix plus élevés devaient être maintenus, faire basculer les États-Unis et l’économie globale dans la récession.

Personne ne se rend compte mieux que le président Trump que ses chances de réélection pourraient dépendre de la capacité des États-Unis à éviter une récession. En règle générale, les présidents des États-Unis, candidats à un deuxième mandat, sont toujours réélus, à moins qu’une récession tardive n’intervienne au cours de leur mandat. Ceci est arrivé à Jimmy Carter et à George H.W. Bush — les deux ont perdu leurs chances de réélection en raison de la récession au cours de leurs mandats.

Déjà, l’Arabie saoudite et Trump font marche arrière devant une possible diversion que serait une confrontation avec l’Iran, plutôt que s’attaquer au problème du Yémen, qui reste à l’origine des difficultés de l’Arabie saoudite. La question est de savoir combien de temps durera ce déni des défaillances de la politique de pression maximale contre l’Iran ? Jusqu’aux élections ? Probablement que oui. Trump, s’il veut être réélu, doit ménager quelques egos de circonscriptions électorales, tout en évitant en parallèle le piège mortel que serait une récession. Et cela implique qu’il doit céder à l’obsession anti-iranienne des évangélistes et de l’AIPAC, arguant que l’Iran est le «mal cosmique» de notre époque. Un «battement d’aile de papillon» positif pourrait bien être la fin du règne de Netanyahou – bien que Gantz ne soit pas une «colombe» pour l’Iran

Alastair Crooke

Traduit par Alexandre Moumbaris, relu par Kira pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF