Comment l’establishment anglo-américain créa Hitler


Nicolas Bonnal.JPGPar Nicolas Bonnal – Le 20 décembre 2016

Pour reprendre la vulgate imbécile : Vladimir Poutine a fait élire Donald Trump – pourquoi ne pas désigner le changement climatique ? –, on va rendre la politesse, mais avec des preuves. Les élites anglo-américaines ont fabriqué le nazisme.

Guido Giacomo Preparata, dans son passionnant Conjuring Hitler, explique comment les élites anglo-saxonnes – l’establishment anglo-américain de Carroll Quigley – ont utilisé le nazisme pour détruire la vieille Europe et empêcher l’unification eurasiatique. L’obsession de la diplomatie anglo-américaine est le contrôle de l’île-monde de McKinder ; on manipule l’hostilité germano-russe du Kaiser à Merkel et on maintient sa suprématie. Selon Preparata :

« Une analyse détaillée de l’émergence du nazisme pourrait révéler que l’arrivée des nazis au pouvoir n’a jamais été le fruit du hasard. La thèse du livre suggère que pendant quinze ans (1919-1933), les élites anglo-saxonnes ont corrompu la politique allemande avec l’intention de créer un mouvement réactionnaire, qu’ils pourraient ensuite mettre en place comme pion pour leurs intrigues géopolitiques. »

On veut donc après la guerre un mouvement réactionnaire, et antisémite, en Allemagne, susceptible d’être utilisé comme pion, et encore :

« Lorsque ce mouvement a émergé, immédiatement après la Première Guerre mondiale, sous la forme d’une secte religieuse et antisémite déguisée en parti politique – le Parti national socialiste –, les clubs britanniques l’ont surveillé de près et l’ont endossé de manière semi-officielle en 1931, lorsque la République de Weimar fut démantelée par la Grande Crise, et l’embrassa finalement, avec ruse, tout au long des années 1930. Donc, bien que l’Angleterre n’ait pas inventé l’hitlérisme, elle a néanmoins créé les conditions permettant à un tel phénomène d’exister… « 

Tout cela, explique Preparata, est voulu par cet establishment anglo-saxon qui, après la Deuxième Guerre mondiale, va contrôler l’Europe du charbon, de l’acier et de l’OTAN ; sur ces sujets enfin balisés, on peut lire les excellents essais révisionnistes de l’universitaire Annie Lacroix-Riz.

Guido Preparata encore à propos de ces sinistres clubs anglo-saxons (Hellfire club, Skulls&Bones…) :

« Par clubs et élites, je veux parler des fraternités établies et perpétuelles qui régnaient sur les républiques anglo-saxonnes : elles étaient (et sont toujours) formées par une agrégation de dynastes émanant des banquiers, du corps diplomatique, de la caste des officiers et de l’aristocratie au gouvernement, qui demeurent solidement enracinés dans le tissu constitutionnel des démocraties modernes. »

Preparata explique ensuite pourquoi la démocratie occidentale est un leurre 1 :

« En fait, dans la prétendue ‘circonscription démocratique’, qui représente à ce jour le modèle le plus sophistiqué de la domination oligarchique, l’électorat n’a aucun poids, et la capacité politique n’est qu’une autre expression des pouvoirs de persuasion nécessaires pour ‘construire un consensus’ sur des décisions (capitales) déjà prises ailleurs. »

Puis vient la révélation de la plus grande conspiration politico-diplomatique de tous les temps, liée au fantasme de McKinder – « qui tient l’île-monde tient le monde… » : la volonté de commander à l’Allemagne et d’interdire l’unité eurasiatique, qu’on retrouve une génération après chez Brzezinski et son Grand Échiquier.

« L’histoire racontée dans ce livre est l’histoire de l’Empire britannique, qui en 1900, craignant la puissance montante du jeune Reich allemand, a conçu en secret un plan pour un encerclement géant de la masse continentale eurasienne. L’objectif principal de ce blocus titanesque était la prévention d’une alliance entre l’Allemagne et la Russie : si ces deux puissances pouvaient se fondre dans une ‘étreinte’, pensaient les intendants britanniques, ils seraient possesseurs d’une forteresse de ressources, d’hommes, de connaissances et de forces militaires qui mettraient en danger la survie de l’empire britannique dans le nouveau siècle. »

L’entente germano-russe aurait évidemment changé le monde, mais on avait mieux à faire. On avait à conspirer contre la paix, contre la destinée européenne :

« À partir de cette première réalisation, la Grande-Bretagne a entrepris une campagne extraordinaire pour déchirer l’Eurasie en engageant la France et la Russie, puis l’Amérique, pour combattre les Allemands. »

A la fin de la Première Guerre mondiale, l’Angleterre abandonne le tsar à son sort et lâche aussi les russes Blancs – lisez Denikine. Elle fabrique le traité effarant de Versailles, pour préserver une Allemagne puissante et furieuse. C’est ce que comprend Bainville, dans un livre qui annonce même un Hitler à venir.

Bainville, donc en 1920 :

« Les Allemands devront payer le tribut principal aux Français, qui sont un tiers de moins qu’eux : quarante millions de Français ont pour débiteurs soixante millions d’Allemands…  À moins que ces millions de créatures ne fussent pas attachées au même boulet, avec un seul gouvernement, peut-être demain un seul chef, pour les dresser à briser leur chaîne. »

Bainville comprend que le traité a pour but une autre guerre. Sinon il n’a pas d’autres explications – naïveté de Wilson ? Incompétence des négociateurs ? Allons donc !

S’aidant des études de Thorstein Veblen, Preparata explique pourquoi on préserva les dangereuses élites impériales et militaires en Allemagne :

« La Première Guerre mondiale a joué le premier acte de l’attaque […] L’Allemagne avait perdu la guerre, mais elle n’avait pas été vaincue sur son propre territoire. Les élites allemandes, la structure politique et économique étaient restées intactes. Ainsi, après 1918, a commencé le second acte du siège : ressusciter en Allemagne un régime réactionnaire issu des rangs de ses militaristes vaincus. La Grande-Bretagne a orchestré cette incubation dans le but de conjurer une entité politique belligérante qu’elle a encouragée à entrer en guerre contre la Russie. »

L’Allemagne affamée pendant la guerre (Ralph Raico), et épargnée dans son militarisme prussien, serait poussée à attaquer la Russie. Et la naïveté barbare de la micro-caste nazie fit le reste. Preparata évoque avec ironie la non-acceptation du dossier du fils Ribbentrop à Eton, le collège ultra-snob de l’élite britannique [la crème anglaise !]. Le fidèle pion de Montagu Norman, Hjalmar Schacht muni d’un passeport américain, comme Baldur Von Schirach, fut installé au pouvoir en Allemagne, où il réalisa les miracles financiers que l’on sait – pourquoi ne les avait-il pas réalisés avant ?

Puis, comme pour contredire Quigley et sa caste british divisée sur le sujet nazi, Preparata ajoute :

« L’Angleterre a offert un spectacle fascinant en feignant devant le monde que sa classe dirigeante était divisée entre les pro-nazis et les anti-nazis, et qu’une telle scission justifiait l’absence apparente d’engagement pour combattre Hitler sur le front occidental après que l’invasion de la Pologne avait déclenché la Seconde Guerre mondiale. »

Et d’expliquer pourquoi les États-Unis ne sont pas intervenus avant, question que posera de Gaulle à Harry Hopkins d’ailleurs.

L’historien américain Frédéric R. Sanborn a aussi expliqué que tout était fait par les anglo-saxons pour qu’Hitler triomphe à Munich en 1938. On empêcha un règlement européen d’une crise européenne. La France, l’URSS et la Tchécoslovaquie – superbement bien défendue – auraient pu tacler la Wehrmacht. Roosevelt l’empêcha et ordonna aux Franco-Britanniques de céder.

Je cite Frédéric Sanborn, nous sommes le 26 septembre 1938 :

« À ce moment critique, M. Roosevelt est intervenu et a saboté toute la situation. Précédemment, il avait été prié d’appliquer sa pression seulement contre l’Allemagne, mais maintenant il l’appliquait également contre les adversaires de l’Allemagne. Il était donc devenu clair que M. Roosevelt ne s’opposait pas seulement aux préparatifs militaires contre l’Allemagne : il utilisait aussi son influence auprès de ceux qui, dans les conseils divisés des gouvernements britannique et français, s’opposaient à la guerre – à ceux qui ont depuis été appelés apaisants. »

C’est donc Roosevelt qui a favorisé l’apaisement et le triomphe du poulain Hitler à Munich ; Roosevelt, et Chamberlain qui vint comme à Canossa s’agenouiller à Berchtesgaden, lui le cousin du penseur raciste Houston Stewart.

Selon Sanborn : « Le bluff du Chancelier Hitler a trouvé [en Roosevelt] un supporter inattendu. »

Preparata révèle la stratégie consistant à lâcher le loup-garou nazi pendant trois ans en Russie, en échange de cette drôle de guerre à l’Ouest – Quigley le reconnaît – et d’une Méditerranée anglo-saxonne.

« La vérité était bien différente : une négociation se déroulait dans les coulisses. La Grande-Bretagne a empêché les Américains d’ouvrir un front occidental pendant trois ans, afin de permettre aux nazis de pénétrer et de dévaster la Russie, sans être dérangés, en échange de l’évacuation rapide des forces allemandes du bassin méditerranéen. »

L’Allemagne nazie, avec une France fasciste, une Italie fasciste, une Espagne fasciste, n’a pas su contrôler la Méditerranée ! Elle occupe la France qui laisse sa flotte se faire détruire par Churchill ? Et Goebbels, dans son Journal, invoque une hydrophobie de son chef !

On résume la campagne britannique :

« Pour anéantir la menace allemande, les élites dirigeantes britanniques ont monté très haut les enjeux… Ce jeu pour la suprématie anglo-américaine a coûté environ 70 millions de vies dans deux guerres mondiales : un holocauste dont l’horreur est au-delà des mots. »

La conclusion ?

On sait aujourd’hui que l’Angleterre a détruit la Libye, la Syrie avec son dominion socialiste français, qu’elle est le fer de lance de l’Otan et de la guerre contre la Russie en Europe. Le général britannique Shireff a évoqué une prochaine guerre en Europe.

Rien n’est donc terminé, et Preparata note sur leur hubris:

« L’Occident doit donc réfléchir à nouveau, penser qu’il y a quelque chose de bien pire que le nazisme, c’est l’orgueil des fraternités anglo-américaines dont la routine est d’inciter les monstres indigènes à la guerre et de diriger le pandémonium pour poursuivre leurs buts impériaux. »

Bibliographie sommaire

Bainville – Les conséquences du traité de Versailles
F. Sanborn – Perpetual war for perpetual peace – edited by Harry Elmer Barnes chapter 3 Mises.org)
Preparata (Guido Giacomo) – Conjuring Hitler : How Britain and America
Made the Third Reich (Pluto Press)
Quigley – The anglo-american establishment
Raico – Great Wars and Great Leaders: A Libertarian Rebuttal (2010), Ludwig von Mises Institute

  1. A ce sujet, visionner cette discussion publiée par le Cercle des Volontaires