Vers une égalité amorphe


Par Jean-Luc Mello – Janvier 2018

Veux-tu une tasse de thé? – Jean-Luc Mello
Veux-tu une tasse de thé? – Jean-Luc Mello

Ce n’est pas l’idéologie morale d’un féminisme aux idées simplistes comme #MeToo qui est impressionnante. Il existe des tas d’idées simples qui ont toutes la particularité d’être nécessairement très abstraites : les hommes (tous en général et depuis les débuts de l’humanité) sont… Ou alors : les femmes (toutes, depuis le début de l’humanité) sont… L’étonnant, c’est comment des idées aussi simplistes peuvent, d’un coup, rentrer dans les pensées actuelles comme dans du beurre. Ce n’est pas seulement des médias « consentants » dont il s’agit, même si ceux-ci remplacent de nos jours de grands pans religieux : notamment celui d’édicter une morale formatée et avec elle les crises pleureuses d’indignations consensuelles masquant son hypocrisie. Continuer la lecture de Vers une égalité amorphe

▢ Oui ! ▢ Non ! ▢ Peut-être !


Veux-tu coucher avec moi ? Oui ! Non ! Peut-être ! C’est à peu près comme ça qu’on devrait copuler à partir de juillet en Suède. Celui qui veut doit poser la question. Et parfois, on se demande : à partir de quel moment les méthodes féministes ont-elle décollé de la réalité ?


Par Roberto J. De Lapuente – Le 2 janvier 2018 – Source neulandrebellen

Évidemment, selon les juristes suédois du droit pénal, il ne faudra pas rédiger un contrat préalable. Ce qu’on a lu ces dernières semaines sur la réforme du droit sexuel dans ce pays scandinave était naturellement un peu exagéré, présenté de manière légèrement condensée. Mais pas tout à fait faux. On devine déjà très bien quelle image du sexe se cache derrière cette idée de réglementation d’inspiration féministe.

Continuer la lecture de ▢ Oui ! ▢ Non ! ▢ Peut-être !

La bataille sur ce que signifie être une femme


Au moment où les lois en Europe, au Canada et aux États-Unis sont réécrites pour étendre la définition de ce qu’est être femme ou homme, comment un tel changement influencera-t-il la bataille pour l’égalité de celles qui sont nées femmes ?


 

Par Chris Hedges – Le 2 juillet 2017 – Source Truthdig

Le patriarcat, partout dans le monde, tourmente l’humanité. Dans certaines régions, les fœtus féminins sont souvent avortés parce qu’ils sont considérés comme de moindre valeur que les fœtus mâles. Les filles sont parfois étouffées dans leur berceau. De nombreuses femmes et jeunes filles sont vendues à des hommes comme esclaves sexuelles et reproductrices. Beaucoup sont victimes de mutilations sexuelles. Beaucoup sont victimes de traite et forcées de se prostituer. À beaucoup on refuse le droit à l’avortement et à la contraception. Beaucoup, pour survivre économiquement, vendent leurs ovules à des donneurs ou louent leurs ventres à des couples qui ne peuvent avoir d’enfants. Dans certains pays, dont l’Arabie saoudite et certains endroits en Inde, les femmes sont considérées comme la propriété de gardiens mâles. Il y a des villages en Inde où les femmes n’ont qu’un seul rein parce qu’elles ont vendu l’autre. Les femmes se voient souvent refuser l’instruction et, même dans les pays industrialisés, sont moins payées pour faire le même travail que les hommes. Continuer la lecture de La bataille sur ce que signifie être une femme

Les défis du féminisme


Immanuel Wallerstein
Immanuel Wallerstein

Par Immanuel Wallerstein – Le 1er avril 2017 – Source iwallerstein.com

Commentaire No 446

Les féministes et les mouvements de défense des droits des femmes tirent leur force et leurs arguments idéologiques d’une simple observation. Partout dans le monde et pendant une très longue période historique, les femmes ont été opprimées de multiples manières. Il existe aujourd’hui une énorme littérature, qui présente un éventail très large de points de vue sur ce qui explique cet état de fait et ce qui devrait être entrepris à ce propos. Continuer la lecture de Les défis du féminisme

Le féminisme : l’enfant chéri du patriarcat et du capitalisme


Par Neyla Miller – Le 2 août 2016 – Source thesaker.is

La nomination de Hillary Clinton comme candidate à la présidence a été exhibée comme une victoire historique pour le mouvement féministe. Tout comme le changement célébré avec Obama en 2008 a été emballé dans ce que beaucoup ont vu comme un effacement des barrières raciales, la « grande fissure dans le plafond de verre » de Clinton a provoqué les acclamations de joie des féministes grand public.

Il n’y a qu’un seul (gros) problème avec ça… Le féminisme grand public n’est pas le féminisme. C’est une marque, sans doute de luxe, exactement comme celle des Obama et Clinton. Continuer la lecture de Le féminisme : l’enfant chéri du patriarcat et du capitalisme